AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hello Sweetie [Pv Isaac]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leïla Embrasse-Ténèbres

avatar

Messages : 16
Expérience : 32
Localisation : Nalseht - Les Elles

Feuille de personnage
Écus: 48
Réputation: -1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Sam 6 Fév - 18:42

La matinée avançait, et le village de Falcard était en vue. Son voyage de nuit l’avait épuisée. Elle n’avait pris que de très ponctuelles et courtes pauses pour qu’elle et son cheval pussent se reposer un peu. Deux jours plus tôt, elle avait reçu une importe missive venant du dit Baron de Falcard qui, entre deux formules de politesses, souhaitait organiser une rencontre dans sa demeure pour discuter d’un avenir incertain à bâtir entre autres. Après avoir laissé quelques directives à un citoyen en qui elle pouvait avoir confiance, elle était partie au galop vers le Falcard. Elle connaissait la géographie de la région, elle savait que pour rejoindre le village, il lui fallait longer la rivière sur des dizaines de kilomètres. Pas vraiment de quoi se perdre. Mais simplement long. Oh oui, que ce fut long de chevaucher en solitaire, sans compagnie aucune et sans rien pour s’occuper. Maintenant elle était soulagée, sa destination était très proche.
 
Néanmoins, avant de se présenter, elle voulait faire les choses bien. Elle n’allait tout de même pas rencontrer n’importe qui. Elle s’arrêta non loin de Falcard, sur le bord de la rivière, à l’abri tout de même des regards, dans un bosquet bien aménagé. Là, elle se dénuda puis s’avança prudemment dans l’eau claire. Elle était fraîche. Cela ne l’empêcha pas de s’y enfoncer jusqu’au bassin. Elle plongea ses mains afin de mouiller toute la partie supérieure de son corps. Elle sentait la fatigue disparaître, c’était agréable. Si agréable même qu’elle se plongea entièrement dans la rivière et resta totalement en apnée pendant un instant. Elle sentait ses cheveux qui cherchaient la surface de l’eau, mais elle ne remonta que quand la dernière once d’oxygène fut partie de ses poumons, de façon assez brusque pour éclabousser son cheval qui buvait tranquillement sur la berge. Elle regrettait de ne pas avoir amené de quoi se laver, mais elle se frotta frénétiquement dans le but d’enlever la crasse qu’elle avait pu amasser durant ses jours de voyage. Une fois l’ablution de son corps fait, elle se laissa sécher au soleil, profitant de la caresse de la légère brise environnante. Sèche, elle se recoiffa à l’aide de son reflet sur l’eau et se tourna vers son cheval.
 
 « Je suis bien là ? »
 
Elle soupira devant le regard bête de l’animal et se rhabilla. En plus de ses vêtements ordinaires, elle avait sur elle une longue cape de voyage, assez ample pour y cacher ses formes et ses balafres. Elle rabattit la capuche sur sa tête afin de bien la dissimuler et se remit en route.
 
Il devait être la demi-journée quand elle atteignit la bourgade de Falcard. Elle s’approcha au pas des portes du village, dans une dynamique qu’elle voulait inquiétante. Elle interpella un garde d’une voie théâtralement bourrue.
 
 « Bien le bonjour.  Je souhaite m’entretenir avec le Baron Isaac Abaraham Lazare Chevauche-Tempête de Falcard.»
 
Un peu abasourdi par l’approche, la sentinelle s’exécuta. Elle fut invitée à le suivre à l’intérieur du village. Par des soucis d’anonymat et pour éviter qu’on ne voit ses affreuses balafres, elle garda la tête baissée pendant qu’on la guidait, la privant de découvrir à quoi pouvait bien ressembler ce village bien plus avancé que le sien dans les travaux de reconstruction. Le cortège s’arrêta devant ce qu’il apparaissait être un château, et elle fut priée d’attendre le temps qu’on annonçait sa venue. La sentinelle revint. Le Baron Isaac était disposé à la recevoir. Encore une fois elle fut guidée, à travers des couloirs cette fois ci. Devant la porte qui la séparait du Baron, elle plongea la main dans sa cape afin de récupérer un rouleau de parchemin soigneusement caché dans son corset. Elle le tendit au garde.
 
 « En entrant dans cette salle, je veux que tu donnes ceci à Chevauche-Tempête. »
 
Elle pénétra dans la pièce derrière le garde qui se précipitait déjà vers le Baron. Un petit sourire aux lèvres, elle se délectait déjà  de la réaction de son vis-à-vis quand il lirait le contenu du message qui se résumait à :

 Coucou Chéri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Chevauche-Tempête

avatar

Messages : 97
Expérience : 266
Age : 26

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Dim 7 Fév - 19:34

Les Embrasse-Ténèbres de Nalseht. Il fut une époque où Isaac avait maudit ce nom. Il y a longtemps, avant le dragon et avant Galdion, Isaac avait été promis à leur fille, une petite brune sans intérêts notoires. Un pur mariage de raison. Les Embrasse-Ténèbres gagnaient une entrée dans la noblesse des Ellès tandis que les chevauche-Tempête gagnaient eux une alliance avec une riche famille du coin. Les choix du père d'Isaac pendant là monté au pouvoir du tyran pourpre avaient mis sa famille un peu au ban de la société des Ellès. Les Embrasse-Ténèbres, peu avant l'invasion de Galdion, avaient brisé le pacte de mariage, laissant les deux enfants sur le carreau. Ensuite, Isaac était parti à la guerre et était revenu trop vieux et trop changé par le conflit pour épouser.

Parfois, Isaac s'était demandé ce qu'aurait été sa vie s'il n'avait pas été seul. Son père aurait peut être abdiqué sa place plus tôt. Isaac était aussi presque sur que sa mère aurait été ravie d'avoir des petits enfants à gérer. Au fond, Isaac savait que les Embrasse-Ténèbres n'avaient rien fait d'affreux. Tel était le jeu des nobles. Mais le baron, au fond de son cœur, ne pouvait s’empêcher de les maudire quand il voyait dans les yeux de ses parents une certaine tristesse quand leur regard s’arrêtait sur les doigts vides d'alliance de leur fils.

Quoi qu'il en soit, l'heure n'était pas aux rancune du passé. Dès qu'il avait eu vent de l'état de Nalseht, Isaac avait suivi son histoire avec une certaine attention. Pendant quelques temps, le village était resté dans leader, jusqu'au retour de la fille prodigue. Elle avait ensuite fait un joli petit travail de restauration. Nalseht était passé de communauté en survivance à petit village auto-suffisant. Isaac avait donc invité la chef du village à une rencontre, dans l'espoir de la faire intégrer la Grande Baronnie. Ce serait un bon coup pour la petite alliance de villages. D'une pierre deux coups, ils pouvaient récupérer à la fois un village productif et une personne capable de diriger.

Isaac travaillait dans son étude quand un milicien vint le voir, une lettre à la main. Visiblement, son rendez vous était là. Il ne s'était pas attendu à ne pas recevoir de réponse pour fixer un rendez vous et était un peu pris au dépourvu. Il n'avait pas le temps de se changer et devait la rencontrer en habits normaux. Tant pis pour elle. Il ouvrit la lettre et poussa un soupir amer avant de balancer le papier par terre. D'un pas traînant, il franchit la porte qui le séparait de sa salle d'audience.

La salle d'audience de Château Falcard n'était pas très grande. C'était une simple pièce en pierre avec une cheminée à l'opposée de la porte d'entrée principale. Un feu y ronronnait. Il n'y avait pas de décorations aux murs, si ce n'est une carte du monde un peu élimée. En plein milieu de la pièce, dos à la porte principale, se tenait un siège à l'allure assez confortable, avec des coussins et un joli dossier. De l'autre, coté, en face, juste devant la cheminée et posé sur une petite estrade de façon à ce que la personne assise dessus soit plus haute que celle assise dans le siège trônait un tabouret en bois tout simple. La pièce donnait une apparence d'austérité et de simplicité. On y venait pas pour faire la fête ou pour sérénade, tout invitait au travail et à la concentration. Isaac alla s'asseoir sur le tabouret. D'un geste, il indiqua au milicien d'ouvrir la porte et de faire entrer son invitée. Sans vraiment la regarder , il prit la parole. L’acoustique de la pièce était assez bonne, si bien que la voix pourtant calme et mesurée d'Isaac prenait une impression presque monacale, puissante.


« Bienvenue à Chateau Falcard. Prenez place, je vous prie. J'espère que vous avez fait bon voyage. Racontez moi Nalseth, Mademoiselle Embrasse-Ténèbres. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïla Embrasse-Ténèbres

avatar

Messages : 16
Expérience : 32
Localisation : Nalseht - Les Elles

Feuille de personnage
Écus: 48
Réputation: -1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Lun 8 Fév - 16:37

Isaac Abraham Lazare Chevauche-Tempête de Falcard. Enfin elle le rencontrait. Son ex-promis. Celui, et le seul, qu'elle aurait pu accepter d'épouser des années auparavant. Aujourd'hui, elle s'en amusait, quoi qu'amèrement. Comme à chaque fois  que le destin prenait un revers inattendu, elle n’avait pu s’empêcher de penser qu’elle genre de vie elle aurait eu auprès d’Isaac. Lorsqu’elle l’avait brièvement aperçu lors de la réception à Nalseht, elle avait senti quelque chose dans l’héritier des Chevauche-Tempête. Quelque chose de différent. Physiquement, il était plutôt banal, voir presque frêle. Mais quand elle avait croisé son regard… Ce regard. Il ne lui avait fallu qu’une fraction de seconde pour lire dans celui-ci qu’il n’était pas de la tempe de tous les autres nobles. Pas de ces nobliaux déjà ventripotents à leur majorité dont le seul but était de remplir leur salle des coffres, ni de ceux qui vivaient uniquement pour l’honneur et la guerre débilement virile. Non. Aux côtés d’Isaac, Leïla avait eu l’impression qu’elle aurait pu s’assumer. Qu’il ne l’aurait pas traité comme son vide-bourses au retour de ses campagnes ou comme simplement la mère de ses enfants. Elle aurait pu apprendre librement les noirs arcanes et aurait pu participer vaillamment au front, au côté de son tendre et cher, dans une parfaite symbiose. Cette vie rêvée, elle ne l’avait retrouvée chez aucun des autres prétendants. Quitte à finir vieille fille, elle les avait fait fuir. Malheureusement, les conséquences avaient été plus graves de ses expectations. Et elle cachait ces dernières sous sa large cape de voyage. Avant de pénétrer dans la pièce, elle avait réajusté sa capuche de sorte qu’aucun rai de lumière ne puisse dévoiler son visage.

Cette pièce, parlons-en, était plutôt grande mais ne tombait pas dans l’excès des monarques d’antan. La décoration était  inexistante. Pas de banderoles sur lesquelles étaient brodées les armoiries. Pas d’armes suspendues aux murs. Rien. Un magnifique fauteuil siégeait en plein milieu de la pièce. Etait-ce l’œuvre d’un architecte très néophyte ou d’un habile politicien ? Ce siège semblait en effet être destiné aux invités, car en face de celui-ci, Isaac Chevauche-Tempête trônait sur un tabouret en bois de moyenne facture, surélevé par rapport au fauteuil. Elle l’avait reconnu de suite. Les années l’avaient bonifié. Plus large d’épaule qu’autrefois, son Isaac avait pris des muscles, de la prestance. Quelques belles cicatrices avaient davantage embelli l’homme. L’homme débordait de charisme. Sous sa capuche, Leïla se pinça les lèvres. Peut-être aurait dû-t-elle rejoindre clandestinement le jeune baron à l’époque. Mais elle n’était plus à ça aujourd’hui. Enfin, elle voulait s’en persuader.
Elle prit place sur le fauteuil qu’Isaac lui avait désigné. Elle ne s’enfonça pas confortablement dedans, au contraire. Elle s’assit sur le bord du fauteuil, courba légèrement l’échine, les mains jointes dans ses manches. Elle répondit au baron de sa voix sans artifice aucun, un ton légèrement éraillé.

« Ma foi, la monture que j’avais n’est pas faîte pour voyager. C’est un cheval de trait, pas de course. Le voyage fut long, Isaac. Mais par chance, je n’ai fait aucune mauvaise rencontre. Les bandits pullulent de nos jours. Chacun essaie de survivre comme il le peut. »

Il était vrai. Depuis qu’elle avait repris les rênes de sa ville, elle avait essuyé nombre d’attaque de pillards. Certains étaient des sinistrés qui tentaient simplement de quérir dans la violence des vivres et des ressources. Ceux-ci, pour la plupart, avaient été convaincus d’intégrer le village. Ce n’était de d’honnêtes gens qui avaient dû prendre les armes pour assurer leur survie. D’autres étaient de vrais pillards qui profitaient du cataclysme, tels de vulgaires charognards pour assouvir leurs pulsions. Ceux-ci étaient repoussés ou tués. Les cadavres restaient en évidence au dehors de Nalseht pour dissuader.

«  S’il te plaît Isaac, tu peux me tutoyer.  Plus besoin de s’affubler de telles politesses aujourd’hui. »

Leïla prit une courte pause avant de continuer.

« Je suis heureuse que tu ait pu survivre à ce cataclysme Isaac. Quelle joyeuse surprise j’ai eu quand j’ai reçu ta lettre. J’ai accouru dès que possible. Mais avant de te raconter Nalseht, et crois, moi, il n’y a pas grand-chose à en dire, raconte-moi l’histoire de ces dernières années. J’ai été séparée du monde pendant si longtemps… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Chevauche-Tempête

avatar

Messages : 97
Expérience : 266
Age : 26

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Lun 8 Fév - 18:01

La figure restait cachée sous sa capuche. Au fond, Isaac n'était même pas sur qu'il s'agissait de la personne qu'elle disait être. Bon, dans un sens, cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu, n'importe qui pourrait se faire passer pour elle. Au moins, au vu de la voix, c'était bien une femme. Il tiqua quand il l'entendit le tutoyer. Il s'attendait à mieux d'une femme bien élevée. En tout cas, il comprenait tout a fait ce qu'elle voulait dire. Que ce soit Nalseht, Jouvence ou Falcard, n'importe quel campement avec un minimum avait du essuyer et essuyait encore des assauts de maraudeurs. Il est plus facile de prendre que de mériter après tout. Elle voulait un cours d'histoire. Décidément, après le jeune Ravéen, encore une personne qui voulait qu'Isaac lui raconte ce qui s'était passé. Il avait une tête de percepteur d'histoire ?

D'une voix claire et légèrement sèche, il prit la parole.

« Le vouvoiement n'est pas tant une histoire de politesse que d'habitude, je m'en excuse. Et puis, comme on dit, les manières font l'homme. »

Isaac descendit de son tabouret et les quelques marches qui formaient son estrade. Doucement, il se mit a tourner autour du fauteuil où était installée Leila. Il marchait d'un pas régulier, presque militaire.

« Je ne vais pas vous faire l'histoire complète, juste ce qui s'est passé globalement sur les dix dernières années. Comme vous le savez, Galdion a gagné le monde. Pas mal pour un duc d'Ashenwall. La paix a été assez dure. Mais ça vous l'avez vécu, non ? Galdion ne m'avait pas vraiment à la bonne. J'étais un peu trop gentil pour lui. Je suis le genre de personne a penser que l’ennemi d'aujourd'hui peut devenir l'ami de demain, alors que le mort d'aujourd'hui ne peut rien faire. Vous voyez ce que je veux dire ? »


Isaac remonta mettre une bûche dans le feu et reprit son petit manège autour de son invitée.

« Je suis resté confiné ici. Heureusement pour moi, je n'étais pas assez influent pour vraiment embêter Galdion. J'en ai profité pour m'instruire encore plus. M’entraîner encore plus. En attendant quelqu'un avec assez de charisme et sur lequel la Déesse sourirait et qui renverserait Galdion. Dans un sens, on peut dire que j'ai obtenu ce que je souhaitais. »


Isaac se tut quelques secondes. Oui, on pouvait voir les choses comme ça. Le dragon avait été aussi efficace pour se débarrasser de Galdion et son empire qu'une longue et coûteuse guerre.

« Père et mère sont morts dans le Cataclysme. Ce vieux grigou est monté à cheval, lance à la main, pour tenter d'embrocher le gros lézard. Il a fini éventré, je pense. Quand on l'a retrouvé, il n'en restait plus grand chose. Je pense que tout cela, c'était trop pour ma pauvre mère. Le manoir a été la dernière chose du village a être détruite. Mère s'était déjà jetée par la fenêtre avant que le dragon ne s'amuse avec les murs. Moi aussi j'ai .. perdu. »

Instinctivement, Isaac posa sa main droite sur son bras gauche.

« Ensuite, il a fallu reconstruire. Les gens d'ici ont été très gentils. Nous n'avons pas pu les protéger … Qui aurait pu ? … Mais ils sont quand même venus me voir pour les guider. Je m'attendais à ce qu'ils me tuent. Je l'aurai compris. Mais non. Alors on a tous remonté nos manches. Et bon, en venant, vous avez pu voir le résultat. C'est loin d'être fini, mais c'est déjà beaucoup. J'ai compris … Non, nous avons compris que contre un monde hostile, il fallait s'allier. Nous ne sommes pas à l'abri d'une mauvaise récolte ou d'un stock de bois qui se perds. Je suis allé voir Godfrey Lenoir, de Jouvence. Nous nous sommes alliés. A deux, nous sommes bien plus que ce que nous étions chacun de notre coté. Mais j'ai assez parlé. Et vous, que vous est-il arrivé ? »

Isaac retourna sur son tabouret.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïla Embrasse-Ténèbres

avatar

Messages : 16
Expérience : 32
Localisation : Nalseht - Les Elles

Feuille de personnage
Écus: 48
Réputation: -1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Mar 9 Fév - 16:13

« La paix de Galdion ? Ha non !  J’aurais, je pense, préféré vivre dans cette paix, comme tu dis, que l’enfer dans lequel j’ai résidé depuis que notre mariage a été annulé ! Vois-tu ? »

Leïla s’était brusquement levée lorsqu’elle avait à moitié craché cette phrase, non sans animosité. Celle-ci n’était pas directement destinée à Isaac. Bien qu’elle ait regretté cette non union, elle ne tenait pas Isaac comme responsable. En tout cas, bien moins que ses parents. Mais dans le discours du Baron, elle avait décelé nombres de choses qui lui avaient inspiré de la colère, du dégout, du chagrin et bien d’autres sentiments.

Les manières font l’homme, voyez-vous cela. Le terme exact serait, à son sens, que les manières font de l’homme ce qu’il a envie de prétendre être auprès de ses semblables. C’est l’artifice des riches, qu’ils soient nobles ou bourgeois. Son père en était un parfait exemple. Il pétardait largement plus haut que son fessier cette homme. Gloire à la Mort, qui l’a emporté avec elle. Même si Leïla avait eu le plus profond désir d’être elle-même la messagère de l’Au-Delà auprès de son paternel. Bref. Les manières, toujours les manières. Elle, Leïla, prônait l’égalité et la transparence. Certes, elle passait pour une rustre, une malpolie ou bien d’autres défauts aux yeux des ‘grands’, mais c’était comme cela. Il fallait l’accepter. Point final. Et Isaac, par son récit, ne semblait pas être l’homme de la transparence. Certes il paraissait être un homme bien. Mais par deux fois déjà, il avait trahi la patrie à laquelle il avait fait allégeance. Les Ellès, et même il avait prévu de trahir Galdion. Elle comprenait les intentions de son ex-promis, la tranquillité de son peuple, et c’était tout à fait louable. Mais comment faire confiance à un homme qui trahirait son pays ? Car oui, la fin du discours d’Isaac était lourde de sens. Ou en tout cas, la dirigeante pensait, à tort peut-être, qu’il souhaitait une alliance ou quelconque traité de ce genre. Après tout, pourquoi s’intéresserait-il à elle et à la petite bourgade qu’était encore Nalseht ? Tout le discours d’Isaac ainsi que son petit manège de rapace l’avait faite bouillonner sur place. Elle s’était retenue de ne pas le couper dans son monologue. Et pas qu’une fois. Après tout, c’est elle qui avait demandé à ce qu’il raconte tout ça. Et cela avait été bien plus instructif qu’elle ne le pensait. Finalement.

Lors de sa vive réaction, le capuchon de Leïla tomba, dévoilant son visage actuellement haineux, couvert de ses fameuses scarifications. En l’espace d’un instant, quand elle se rendit compte de la chose, ses yeux qui semblaient lancer des éclairs vers le Baron de Falcard se baissèrent. Ses lèvres s’entrouvrirent, la moue méprisante laissèrent place à une expression de surprise, puis de gêne. Elle joignit ses mains, découvertes désormais, sous son menton, tremblantes.

« Je… Je… »

Maintenant, Elle ressemblait plus à une jeune pucelle pudique, honteuse d’avoir été prise dans une situation gênante ou déplacée. Indirectement, elle avait répondu à la dernière question du Baron. Mais ce n’était vraiment pas comme ça qu’elle aurait souhaité se découvrir. Surtout pas à lui. Misère. Elle ne se souvenait que trop de ces Sœurs psalmodiant leurs inepties pendant que la matriarche la charcutait dans un prétexte religieux. Son sang qui coulait sur ses joues, le long de ses bras pendant qu’elle hurlait sous la douleur insoutenable. Dans un réflexe, Leïla se recroquevilla sur elle-même, haletante. En cet instant précis, le souvenir était vif. Il la hantait. Ses lèvres tremblaient, à mi-chemin entre la peur et la souffrance.

Présentement, elle était dans ce qu’on pouvait appeler une transe. En pleine réunion diplomatique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Chevauche-Tempête

avatar

Messages : 97
Expérience : 266
Age : 26

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Mar 9 Fév - 22:22

Honey, you got reeeal ugly !

Isaac n'avait pas vraiment eu le temps de réfléchir à ce qu'elle avait dit avant qu'elle ne parte en jambonnade totale. Par tout ce qui est juste et bon en ce monde corrompu, qu'est-ce qu'il avait bien pu lui arriver ? Toutes ces cicatrices. Elles étaient trop … jolies, trop parfaites pour être naturelles. Isaac connaissait les cicatrices. Il en avait eu, il en avait vu, il en avait fait. Mais jamais une cicatrice accidentelle ne ressemblait à ça. Non, c'était quelque chose de rituel. Ces cicatrices avaient été entretenues, tracées. C'était là l’œuvre d'une ou plusieurs personnes qui voulaient transformer Leila en un canevas obscène. Bon, il y avait la possibilité qu'elle ce les soit infligées elles même, mais Isaac avait du mal à imaginer une personne pouvant s'infliger cela.

Elle semblait être devenue catatonique. Bordel, que ce passait il ? Comme un aigle, Isaac lança des ordres aux miliciens dans la salle.

« Allez chercher le vieil Argon et dites le de venir avec du thé bleu. Allez chercher à manger aussi. AU PAS COURSE. »

Le ton d'Isaac était sec et légèrement inquiet. Le vieil Argon, Ignace Argon de son nom entier était le médecin du père d'Isaac. C'était un homme sérieux comme la pierre, droit comme un menhir. Herboriste, docteur, spécialiste de l'occulte, il était l'homme que l'on appelait quand on avait un soucis. Il était aussi passé maître dans l'art de préparer le thé bleu. Le thé bleu était une spécialité de Falcard. Il poussait dans Falcard et ses environs une plante appelée la Tulipe Falcaise à la couleur bleue éclectique qu'il aimait tant. De cette plante, on utilisait les feuilles, qui une fois broyées donnait une teinture. Son pollen, si préparé correctement, pouvait être utilisé comme thé. Ce thé avait des fonctions relaxantes et légèrement psychotropes.

Isaac s'approcha de la femme et la toucha doucement pour la faire s'asseoir sur le fauteuil. Il la sentit frisonner. Peut être qu'elle avait froid ? D'un pas rapide, il retourna vers la cheminée et y rajouta une buche. Si elle avait froid, il lui fallait de la chaleur, et vite.

Isaac ne savait pas vraiment quoi penser de tout ceci. Si elle était psychotique, pouvait elle vraiment gérer un village ? Que ce passerait il si elle partait en saucisse en plein milieu d'une réunion importante ou d'une visite diplomatique. Isaac se massa le menton. Bah, au pire, ce n'était pas vraiment important, l'avantage de la structure de la Grande Baronnie était qu'elle était extrêmement fluide. Si elle ne pouvait pas assurer son rôle pendant un petit temps, il y aurait quelqu'un pour prendre l’intérim.

Le baron retourna près de son invitée alors qu'un milicien arriva avec un plateau de fruits et de viande séchées, qu'il alla poser à coté de Leila, avant de s'en éloigner, l'air effrayé. Isaac s'approcha d'elle et lui dit, d'un ton calme et rassurant.

« Leila, tout va bien. Le passé est derrière nous, tournons nous vers l'avenir, d'accord ? Allez, mangez quelque chose. Cela va vous faire du bien. Ne vous inquiétez pas, je vais m'occuper de toi. »

Oui, Isaac faisait une entorse à sa règle. Mais après tout, on était rarement confronté à une femme en trance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïla Embrasse-Ténèbres

avatar

Messages : 16
Expérience : 32
Localisation : Nalseht - Les Elles

Feuille de personnage
Écus: 48
Réputation: -1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Lun 15 Fév - 23:47

« Ut inimicos Dea humiliare digneris »

C’est avec cette phrase que Leïla brisa le silence dans lequel elle s’était enfermée depuis plusieurs minutes. Minutes durant lesquelles elle était restée recroquevillée sur son siège, tremblante, pendant qu’Isaac faisait tout pour la sortir de son état. Son regard semblait loin, perdu, et donnait l’impression qu’elle voyait outre le sol sur lequel il était fixé.

« Ut inimicos Dea humiliare digneris » Répéta-t-elle d’une voie grave, monotone. « On pourrait le traduire par ‘Daignez humilier les ennemis de la Déesse.’. »

A qui s’adressait-elle ? Isaac ? Ou parlait-elle pour elle-même, voire peut-être sans s’en rendre compte ? Difficile de le savoir. Elle parlait d’un ton très monocorde, lent, en fixant toujours le sol de la magnifique salle du trône du Baron de Château Falcard.

«Elles n’ont cessé de chanter ça ce soir-là… »

Leïla ramena ses jambes à elle, et les blottit contre son torse. Elle passa ensuite ses bras autour et posa son menton sur ses derniers, ne quittant pas le sol des yeux.

« Après que le mariage qui devait être le nôtre fut annulé par mes parents à cause de l’allégeance que ta famille a faite à Galdion, ils ont eu peur que je ne devienne trop vieille à marier à un héritier noble. Ils ont alors multiplié les rencontres avec les familles des Ellès, et de Ravey, parce que ma mère en était originaire dans le but de me marier à un mari qu’ils jugeaient convenable. »

Leïla serra les poings.

« Beaucoup de familles furent intéressées bien sûr. Mon père promettait une très riche dot et sans être magnifique, j’étais plutôt belle fille… à l’époque… Ils ont donc fait en sorte que je passe de plus de temps possible avec les intéressés. Qu’ils n’étaient pas intéressants. Certains me léchaient les bottes, tarissaient d’éloges sur mes courbes soit disant généreuses, d’autres me parlaient de leurs exploits de guerre. Ce n’étaient que de beaux parleurs. Des nobles quoi. Je les ai tous fait fuir. Tous. Je ne les voulais pas. »

Elle secoua la tête.

« En réalité, quand nous nous sommes rencontrés, tu m’avais tellement paru… différent des autres. J’avais senti des choses en toi. Comme si avec toi, j’aurais pu m’exprimer, et être heureuse. Je ne saurai te dire si c’était de l’amour que je ressentais, mais c’est quelque chose que je n’ai jamais retrouvé chez tous les autres. Si j’avais dû épouser un homme, ça aurait été toi Isaac. »

Leïla tourna sa tête vers Isaac avec une moue désolée.

« Etant fille de bourgeois, mes parents avaient décidé de ce qu’il allait advenir de moi depuis que je suis sorti des entrailles de ma mère. Et toute mon enfance a été consacrée à ça… apprendre le rôle que se devait d’avoir la femme, comment gérer la maison, élever les enfants, ect… Jamais ils ne m’ont demandé mon avis. Jamais. Je les hais. Eux et leurs désirs de pouvoir et de richesse. Je n’ai jamais voulu cette vie que je considère semblable à celle du bétail. »

Elle soupira.

« J’ai toujours voulu combattre pour défendre ma patrie. Alors secrètement, j’ai étudié la magie. La magie noire. Elle était si intéressante, fascinante… Pendant toutes ces années. Et un de mes précepteurs m’a aidé à garder tout ça secret. C’est cette magie qui m’a aidé à faire fuir mes prétendants plus tard. Malheureusement pour moi, mes parents ont découvert mon secret. Ils ont décidé de prendre des mesures qu’ils ont jugées radicales. Je fus déshéritée pour avoir attiré le déshonneur sur la famille, et ils m’ont contraint à l’exil de Nalseht en m’envoyant dans un couvent à Haut-Le-Fort. »

Leïla agrippa ses bras et commença à enfoncer ses ongles dans sa chair.

« Mon père avait dit que j’y serais le temps que j’apprenne les bonnes manières. Il avait donné aux Sœurs de la Miséricorde la tâche de m’éduquer. Eduquer… haha *rire triste*. Ma vie là-bas… c’était l’enfer. Les sœurs ne m’appréciaient pas du tout. Elles connaissaient mon attrait pour la magie noire. La magie impie pour les ferventes de la déesse. J’étais une hérétique pour elles. Elles ont tout tenté. Prières forcées, interdiction de pratiquer, corvées de plus en plus lourdes, privations, et j’en passe… Mais je refusais, je résistais. J’avais la foi qu’un jour, je sortirai de l’abbaye, que ma famille juge que ma peine eut été purgée. Jamais… Je n’ai jamais reçu en plus de 15 ans ne serait-ce qu’une visite de ma famille. J’ai compris que ma famille m’avait juste abandonnée là. C’était logique, à quoi leur servais-je à présent ?  La seule nouvelle que j’ai eu ce fut un faire-part m’apprenant le décès de mon bâtard de père. Et puis, un soir… (Elle resserra l’étreinte de ses mains, les ongles s’enfonçant plus profondément dans sa chair déjà trop meurtrie) Les Sœurs m’ont attrapée alors que j’allais me coucher. Elles m’ont déshabillée et enchaîné à un autel… et elles… elles…

Sa mâchoire se mit à trembler, les larmes commencèrent à couler sur ses joues. Elle sanglotait.

« Quand on me touche aujourd’hui, je la sens encore... la froideur de leur dague sur ma peau avant qu’elle n’entaille ma chair et fasse couler mon sang... J’entends encore leurs chants la nuit, quand je dors. Mes cris, mes supplications. Elles m’ont tout pris cette nuit-là… Elles m’ont brisé. Je… »

Elle secoua la tête et la fourra ensuite dans ses genoux, pour cacher son visage larmoyant aux yeux de Isaac, pour garder un minimum de dignité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Chevauche-Tempête

avatar

Messages : 97
Expérience : 266
Age : 26

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   Mar 16 Fév - 16:43

Isaac écouta le récit de la femme sans l'interrompre. Doucement mais sûrement, il sentait la colère monter en lui. Il avait toujours été un homme religieux. Un croyant. Bon, il était certes loin d'être orthodoxe. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas mis les pieds dans une église. Il était de ceux qui pensaient que la foi était une affaire privée et personnelle. Que des gens aussi maléfiques puissent corrompre ainsi la Foi de la Déesse … Bon, Isaac n'était pas un mec jojo hein. La corruption, c'était un peu son gagne pain. Mais pas des choses comme ça, qui le dépassait. Malgré son côté pas sympa, Isaac était emprunt d'un certain respect pour le mystique.

Pendant le discours de la femme, le vieux Argon entra dans la salle. D'un geste, Isaac lui intima le silence et le fit approcher. Argon s'approcha donc doucement et posa le plateau de thé sur le sol avant de se reculer de trois pas. Ce brave Argon, toujours à comprendre ce qui s'attendait de lui. Une fois que la femme eut finir de parler et se roula en boule, Isaac lui tapota l'épaule et lui montré le thé.

« Tenez, buvez ceci, ça va vous calmer. »


Isaac se recula pour lui laisser de l'espace et retourna à coté du feu pour réchauffer ses mains.

« Maintenant qu'ils sont morts, je peux le dire. J'ai toujours trouvé que vos parents étaient des déchets, très chère. J'ai horreur des gens qui imposent leurs rêves à leurs enfants. Surtout si ils jettent la chair de leur chair quand cela ne marche pas. »

Doucement, il se retourna de nouveau pour se mettre en face de Leila.

« Brisée vous dites ? Peut être, peut être. Mais ce qui est brisé peut être reforgé. De plus, qui ont ils envoyé dans ce couvent. Était-ce réellement vous ? Ou bien était-ce l'être que vos parents auraient voulu avoir ? »

Isaac s'assit sur le fauteuil à coté d'elle.

« On ne peut pas changer le passé, malheureusement. C'est un fait, au fond. L'important, c'est de regarder devant nous. Je ne vais pas vous dire quoi faire. Ce serait malvenu. Vous êtes une adulte capable. Le chemin que vous allez prendre, c'est à vous de décider. Cependant ... »

Isaac fit doucement craquer son cou et posa sa main gauche sur son genou à lui.

« Mon propre chemin me mène dans une direction. Le chemin de Godfrey le mène dans une direction similaire au mien. De ce fait, nous nous aidons. Si votre chemin devait partir dans une direction qui n'est pas trop éloignée de la notre, nous nous ferons un plaisir de vous aider. Attention, pas de vous rendre notre vassale ou rien du tout. Nous avons besoin d'égaux, pas de sbires. Si vous avez ce genre de combat en vous, n'hésitez pas.»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hello Sweetie [Pv Isaac]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hello Sweetie [Pv Isaac]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On a déjà vécu ça ou presque. [PV Isaac]
» Isaac "Target" Queen
» Way to the futur [PV Isaac & Scott]
» The Binding of Isaac (Le Sacrifice d'Isaac) (Attention âmes sensibles)
» Isaac Maslov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Les Ellès-