AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erell N. Konil

avatar

Messages : 152
Expérience : 58

Feuille de personnage
Écus: 242
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]   Ven 2 Oct - 14:40

Haut-le-Fort Nord - Non loin de la frontière d'Ashenwall - En plein cœur du Bourbier

Erell courait aussi vite qu'elle le pouvait, elle savait qu'ils la suivaient, elle aurait mentit si elle avait dit qu'elle n'avait pas peur, ils étaient cinq, et elle était seule, que pouvait-elle bien faire contre eux ? Elle savait aussi parfaitement ce qu'ils voulaient, la dépouiller, et la tuer pour ne laisser aucune trace de leur méfait. Elle ne pouvait leur en vouloir, ces temps désespérés avaient rendus beaucoup de gens fous, mais elle ne voulait pas se laisser attraper, elle ne voulait pas mourir.

Comment en était-elle arrivée là ? Par sa stupidité bien sûr, elle se demandait encore pourquoi elle était partie dans le Bourbier, pourquoi elle n'était pas restée à Beau-Chateau ? Elle avait décider de fuir ses souvenirs mais avec sa brillante idée elle était maintenant en danger de mort, et elle ne savait pas quoi faire.

Fuir dans les marécages du Bourbier était tout sauf facile, entre les flaques vaseuses, les troncs d'arbres couchés et les racines, elle était plus que ralentie, et elle les entendait gagner du terrain sur elle, elle sortit son tome et lança une illusion pour qu'ils se perdent un instant et pour qu'elle puisse gagner du temps. Elle ne les entendit plus pendant quelques minutes et elle soupira de soulagement tout en continuant de courir, mais elle se prit les pieds dans une racine et elle tomba à la renverse dans le sol humide. Elle voulut se relever mais elle vit devant elle une paire de jambes, et elle entendit des rires au dessus d'elle. Elle se retourna, toujours assise par terre et elle les vit, ils étaient tous là, autour d'elle, des airs malsains sur leurs visages. Elle avait peur, elle savait comment ça allait finir et elle ne voulait pas mourir, alors que son frère s'était sacrifié pour la sauver.

- P-pitié ....

Mais elle savait à leurs regards que la pitié ne faisait pas partie de leurs objectifs, ils voulaient la voler, et la tuer, et ça s'arrêtait là. Elle sentit une larme, une seule couler sur sa joue tandis qu'ils s'avançaient vers elle.


Dernière édition par Erell N. Konil le Lun 2 Nov - 1:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]   Mar 6 Oct - 1:03

Le bourbier de Haut-le-Fort, une terre hostile et imprévisible. C’était la deuxième fois que Camille venait en ces lieux, mais cette sensation d’inconfort de la première fois était toujours présente. Son instinct lui disant de ne pas s’aventurer trop profondément dans ce marais. Ses profondes langues de terres boueuses, ses eaux bourbeuses, ses créatures uniques et mortelles. Nombreux furent ceux qui tentèrent de braver ces terres, nombreux furent ceux qui en moururent. Chaque pas se faisait plus difficile, plus fatiguant. Les bottes de Camille s’enfonçaient profondément dans la boue tandis qu’il avançait toujours plus dans le bourbier.
 
Mais plus que la peur viscérale qui tentait de prendre le contrôle de lui dans ces terres, c’était sa volonté de braver cette épreuve pour laquelle il avait rebroussée chemin lors de sa première venue. Il y fit la connaissance de Barris Delfort, un homme étrange, sortant de l’ordinaire. Une dame leur avait demandé de retrouver le bijou qu’elle avait perdu en rentrant chez elle. Mais aucun de leurs efforts n’était parvenu à bout de cette quête. Son collier restait introuvable. En un sens, ce n’était pas étonnant. Retrouver une si petite chose dans un tel endroit ne tenait que de leur bonne fortune, une bonne fortune qui n’était pas avec eux ce jour-là.
 
La nature se faisait oppressante. Jamais le silence ne parvenait à s’imposer dans un tel environnement. Les insectes, les oiseaux, le bruit des poissons, reptiles et autres monstres se déplaçant dans l’eau bourbeuse, tout le corps de Camille était en alerte. Mais alors qu’il était concentré sur ses pas, tentant en vain d’assurer les endroits où il mettait les pieds, il entendit la voix de deux hommes. Trop loin d’eux pour pouvoir les entendre, Camille décida de s’approcher d’eux afin de leur demander son chemin. D’après le nombre de voix, il devait y avoir quatre ou cinq hommes d’âge mûr. Accélérant le pas, levant tant bien que mal ses jambes afin de faire les plus grandes enjambées possibles, il suivit ces hommes jusqu’à un coin moins boueux où de nombreuses racines jonchaient le sol tandis que les arbres empêchaient les rayons du soleil d’y parvenir.
 
Arrivé dans leur dos, à une vingtaine de mètres d’eux, une scène des plus bien peu surprenante se tenait devant lui. Une femme était recroquevillée dans les racines d’un arbre tandis qu’en face d’elle se tenait cinq hommes armées. Le sort qui l’attendait était tout sauf enviable. Dans le meilleur des cas ils la voleraient simplement puis la tueraient. Mais Camille ne faisait pas d’illusion, ce n’était pas un sort si enviable qui attendait cette pauvre jeune femme. Rassemblant son courage, il équipa son bouclier et brandit son épée en face de lui. Le code d’honneur voudrait qu’il prévienne ces hommes de sa présence. Mais s’il y avait bien une leçon que Camille avait appris ces derniers mois, c’est que pour survivre, il fallait être prêt à tout. Sans perdre de temps, profitant de l’effet de surpris, il fonça sur l’homme qui se tenait au centre. Quand ils remarquèrent sa présence, il était déjà trop tard. Tandis que son épée vint se planter sur l’homme devant lui, son bouclier se fracassa contre celui à sa droite. Son crâne et les os de ses épaules résonnèrent dans l’armature métallique tandis qu’ils se brisèrent contre elle. Les trois autres hommes prirent alors du recul, trop surpris par l’assaut de Camille pour pouvoir mener une contrattaque efficace.
 
Balayant les trois hommes du regard, Camille se replaça devant la jeune femme. Se battre en infériorité numérique était déjà une difficulté en soi, mais se battre pour protéger quelqu’un…. Camille n’était pas assuré de remporter cette victoire. Mais sa route ne pouvait s’arrêter en ces lieux. Les deux hommes à sa gauche se séparèrent alors, tentant d’occuper le maximum d’espace afin de contrecarrer le bouclier de Camille. Puis après quelques instants, ils décidèrent d’attaquer tous trois en même temps. Camille ne pourrait parer leurs trois attaques, ainsi il devait se mettre en danger pour en sortir victorieux. Encaissant le coup d’épée de l’homme à sa droite avec son bouclier, il para puis trancha le bras de celui se tenant à sa gauche. Devant lui, l’homme tenta un coup d’estoc qui vint se planter dans le bras gauche de Camille. Lançant son bouclier contre cet ennemi, il saisit son épée de sa main gauche et porta une son coup final au dernier survivant. Restant ainsi quelques secondes immobile, son sang dégoulinant de son bras, il se retourna et tandis la main vers la jeune femme.

– Vous n'êtes pas blessé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell N. Konil

avatar

Messages : 152
Expérience : 58

Feuille de personnage
Écus: 242
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]   Dim 11 Oct - 23:15

Erell ne comprit pas vraiment ce qu'il se passait, elle était certaine qu'elle allait mourir, voire pire avant cela, et tout à coup, une ombre apparut, et rapidement l'homme qui s'était placé devant elle, son épée pénétrant rapidement dans la chair de l'homme qui semblait être le chef du groupe, tandis qu'un autre se fracassait contre le bouclier de son sauveur ; le bruit des os brisés et broyés sous la violence du choc la fit grimacer et elle eut un petit gémissement, compatissant malgré elle à la douleur qu'il avait du ressentir pendant un bref instant, puisqu'il s'affala mort sur le coup, elle baissa les yeux sur son corps et son visage n'avait plus rien d'humain, les os cassés un peu partout l'avaient déformés et il ne ressemblait plus à rien. Elle reporta son attention sur l'homme qui venait d'arriver et qui maintenant faisait face aux trois hommes restants, elle entendait celui qu'il avait transpercé se noyer dans le sang qui envahissait sa gorge en faisant des bruits horribles ; les hommes qui restaient s'étaient reculés, comme effrayés par celui qui se tenait devant eux, et de l'avis d'Erell ils avaient de quoi.

Elle ne comprit pas vraiment ce qu'il se passa ensuite, pour elle, l'homme était en infériorité numérique et il aurait dû perdre, et pourtant, il se tenait devant elle, la main tendue, les corps des trois hommes morts étendus à ses pieds. Elle lui attrapa la main, et avec son aide se redressa, époussetant sa jupe et remettant ses cheveux en place.

- M-merci beaucoup, je ne sais pas ce que j'aurais fait sans vous.

Elle remarqua soudain que du sang coulait le long de son bras, et elle se sentit quelque peu coupable, elle attrapa son sac qui était au sol, et commença à fouiller dedans à la recherche d'un remède, ou au moins d'une potion qui pourrait faire passer la douleur. Elle trouva rapidement ce dont elle avait besoin et s'approcha de lui avec.

- Je peux soigner ça si vous voulez, pour vous remercier de m'avoir sauvé.

Elle lui montra ce qu'elle avait dans les mains et patiemment, elle nettoya la plaie, qu'elle trouva profonde, et elle su qu'il faudrait qu'elle la referme ; sortant du fil résistant et une aiguille de son sac, elle entreprit de recoudre sa plaie, alors que le sang se remettait à couler. Elle mit du temps, essayant de ne pas le faire trop souffrir, et une fois la plaie refermée, elle appliqua un onguent dessus, avant de déchirer un morceau de tissu, qu'elle utilisait pour se protéger du froid quand elle dormait, qu'elle entreprit d'attacher autour de la blessure. Elle lui tendit une potion contre la douleur en souriant.

- Je pense que ça ira maintenant. Mais il faudra quand même penser à changer ce bandage le temps que ça cicatrise.


Dernière édition par Erell N. Konil le Lun 2 Nov - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]   Mer 14 Oct - 12:28

Sa plaie le faisait souffrir bien évidemment, mais ce n’était qu’une parmi les nombreuses autres blessures qu’il reçut au cours de sa vie, les cicatrices tatouant son corps pour preuve. Camille n’était pas le meilleur combattant, loin de là. Ses qualités n’étaient pas dans l’art de combattre, mais plutôt dans la stratégie, la ruse et ses talents d’orateurs. Délicat mélange entre un soldat de basse classe et un homme anobli, Camille avait appris à profiter des qualités que lui conférèrent ces deux éducations. Un atout à manier avec délicatesse.

La jeune femme attrapa la main de Camille. Se redressant, elle tapota sa jupe afin de la nettoyer puis remit ses cheveux en place et remercia le soldat. La mage saisit alors son sac afin d’en sortir une petite fiole. Se retournant vers lui, elle lui montra ce qu’elle tenait dans la main puis lui proposa de le soigner. Une gratitude que Camille fut tenté de refuser, n’ayant aucune information sur la jeune femme. Cependant, même si les apparences pouvaient parfois se révéler trompeuse, la jeune femme ne semblait pas être mauvaise. Avec prudence, il accepta sa générosité.

– Je vous laisse faire, mais je ne veux pas de cette potion.

Préférant ne pas se risquer à boire quelque chose qu’il ne connaissait pas, il s’assit sur une des racines de l’arbre contre laquelle était tombée la jeune femme. Enlevant le haut de sa tenue, il se plaça de manière à ce qu’elle puisse facilement manipuler son bras. Dans un premier temps, elle nettoya la plaie grâce à des morceaux de tissus, ainsi qu’un produit qu’elle déversa dessus. Puis elle sortit une aiguille ainsi qu’un fil. Camille fronça les sourcils, ce qui l’attendait ne serait pas une partie de plaisir. Mais malgré tout, il ne regrettait pas son geste. Les gestes de la jeune femme furent étonnement doux et délicats. Le poing de sa main droite serré, à l’instar de ses dents, il prit sur lui-même pour ne pas gémir trop fort lorsque l’aiguille s’enfonça la première fois dans sa chair. Répétant ce geste encore et encore, Camille sentit son courage lentement diminuer. Les yeux rivés sur la plaie, il vit qu’il ne lui restait plus que trois ou quatre point afin de terminer et décida donc de ne pas protester. Après tout, il avait de plein gré refusé la potion anesthésiante de la jeune femme. Quand elle eut fini, la mage appliqua un onguent puis déchira un morceau de tissu de sa tunique et s’en servit comme d’un pansement. Camille ferma les yeux et laissa s’échapper un long soupir. Même si la douleur n’était pas partie, elle s’était tout du moins atténuée. Elle lui expliqua qu’il devrait changer son pansement afin que la cicatrisation se déroule bien. Une information qui fit sourire intérieurement Camille. Son corps était parsemé de ce genre de cicatrice, comme devait maintenant le voir la jeune femme, et il avait appris, avec le temps, qu’elle était la procédure à suivre. Le sourire de la jeune femme était apaisant. Un sourire qu'il lui rendit tant bien que mal, refusant à nouveau la potion qu’elle lui tendait. Rouvrant les paupières, il vit la mage lui tendre une autre potion ainsi qu’un sourire chaleureux. Camille tenta alors de lui rendre son sourire, non sans quelques difficultés.

– Je ne veux pas paraître impoli, mais je préfère ne pas boire de potions de personnes que je ne connais pas. Quant au pansement, ne vous inquiétez pas, je veillerai à ce qu’il reste propre.

Saisissant sa veste qu’il avait au préalable posé sur une racine à sa droite, il tenta de se rhabiller, sans grand succès.

– Pouvez-vous m'aider à enfiler cette manche – dit-il tout en désignant son bras blessé – je n'aimerai pas gâcher le travail que vous venez de faire.

Camille aperçut alors un livre sur le sol, une sorte de tome épais avec une couverture en cuir. Une fois terminé, il s'en approcha puis se pencha afin de le ramasser.

– Tenez, ce doit-être à vous. Dit-il lui tendant le bouquin.

Un livre, des potions, des onguents… Tout portait à la même conclusion.

– Vous êtes une mage non ? Qu’êtes-vous venu faire en ces terres ?

La jeune femme piquait la curiosité de notre homme. S’aventurer dans un tel terrain sans avoir l’expérience et le niveau nécessaire était un suicide. Même pour Camille cela restait dangereux. Bien qu’habitué aux combats, il ne connaissait pas bien ces terres de même que ses dangers. Il n’avait pas non plus une grande expérience contre les monstres qui la composait, et veillait en ce sens à éviter tout danger inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell N. Konil

avatar

Messages : 152
Expérience : 58

Feuille de personnage
Écus: 242
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]   Lun 2 Nov - 0:52

Elle avait remarqué que son poing était serré pendant qu'elle refermait sa plaie avec l'aiguille, et angoissée, elle avait espéré ne pas lui avoir fait trop de mal. Elle était plutôt fière du résultat, n'ayant jamais vraiment recousu de blessures sur un être humain, juste des animaux, et il ne sembla pas s'en plaindre.
Dire qu'elle n'était pas vexée que l'homme ne prenne pas la potion qu'elle lui recommandait serait un mensonge, mais elle savait aussi que pour lui elle était une inconnue -comme lui pour elle-, et elle comprenait la méfiance qu'il avait à son égard. Elle lui fit un sourire sincère devant son refus, et ne montra pas de sentiments négatifs. Elle le regarda se redresser et tenter de remettre le vêtement qu'il avait enlevé pour pouvoir se faire soigner, et elle retint un petit rire alors qu'il essayait pour la cinquième fois sans vraiment y arriver mieux que les autres. Elle se leva à son tour pour l'aider à sa demande, le faisant le plus doucement possible pour ne pas causer chez lui des douleurs qui n'étaient pas nécessaires.
Alors qu'elle rangeait ses affaires dans son sac, elle entendit l'homme s'adresser à elle, et elle se retourna pour le regarder, il tenait dans les mains son tome de magie, et elle ouvrit les yeux en grand, horrifiée, portant ses mains à sa poche accrochée à sa ceinture, là où il devait se trouver, la sentant vide. Elle se précipita sur le livre qu'il lui tendait, l'essuyant avec les restes du vêtement qu'elle avait déchiré pour faire le bandage, et le serra contre elle, il était son bien le plus précieux.

- Oui c'est à moi, merci.

Elle remit le livre à sa place, vérifiant qu'il était bien coincé à sa place, pour ne pas le perdre de nouveau, car sans lui elle n'avait vraiment aucunes défenses. 

- Oui, je maitrise les sorts d'illusion, apparemment pas assez bien, parce que malgré ma magie ils m'ont vite rattrapée.

Elle jeta un regard aux corps étendus un peu plus loin en disant cela, un frisson lui parcourant le corps, reprenant conscience que sans lui elle serait morte. Elle était retournée dans les marécages pour s'enfuir de la vision d'horreur des ruines de la maison où elle avait passé toute sa vie, et pour tenter de retrouver le corps de son frère, qu'elle avait vu s'envoler dans une déflagration de feu dans ces marécages, mais pour tout résultat, elle s'était perdue, et retrouvée face à ces gens sans scrupules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]   Dim 15 Nov - 16:55

La jeune femme devait tenir à ce tome, comme semblait l’indiquer son comportement. Inquiète, elle ne put s’empêcher de se précipiter afin de le récupérer et de le nettoyer frénétiquement à l’aide de ses vêtements. Pour-sûr, elle était maintenant en piteuse état, presque entièrement recouverte de boue, elle faisait peine à voir. Camille eut un regard d’empathie avec elle, alors qu’elle lui expliquait être une mage maîtrisant les sorts d’illusions.

– Les sorts d’illusions ?

Cette dernière pensée intrigua Camille. Jamais le soldat n’avait eu affaire à une telle maîtrise, il était curieux de découvrir ce dont elle était capable. La jeune femme observa le macabre spectacle qui l’entourait, une expression de dégout se dessinant sur son visage au fur et à mesure que son regard portait sur les cadavres.

– Je m’appelle Camille de Songefeu. Il se courba alors légèrement, puis se releva, attendant que la jeune femme se présente à son tour.

Bien qu’étant un lointain souvenir, les uses qu’on lui avait inculqués restaient profondément marqués en lui. Symbole de ce qu’il était autrefois, il tenait profondément en ses restes de son identité, comme une ancre lui permettant de ne pas se perdre dans cet immense chaos.

– Je suis ravi de faire votre connaissance mademoiselle, bien que j’aurai préféré la faire dans d’autres… conditions. Il balaya alors les alentours du regard. Mais dîtes-moi, je ne veux pas me montrer indiscret, mais qu’est-ce qu’une jeune femme fait dans un tel endroit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les dangers du Bourbier ne sont pas que les bêtes qui y vivent [Camille]
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Haut-le-Fort :: Le Bourbier-