AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]   Dim 14 Fév - 10:06

Le calme. L’odeur de la verdure envahissant les narines, soulevée par l’humidité et la calme et douce brise. Un moment de quiétude dans un monde chaotique. Le ciel couvert de nuages. Doux, légers, accommodants pour les yeux plissés de Gry Filorness, lui cachant le vicieux soleil aveuglant, et le laissant doré dans une vision de pure beauté. Couché sur le sol, il pouvait sentir la douceur des pousses à ses pieds. Mollement, quelques feuilles des arbres entourant la clairière, dans les bois où se situait le mage blanc, vinrent tomber et caresser les joues de l’homme, qui esquissa un sourire. Un silence éternel, plus doux que la mort. Un moment de paix comme rarement il n’en vécu dans sa vie. Il restait là, étaler de tout son long sur le sol. Pourquoi aimait-il donc tellement s’asseoir sur des chaises ou des trônes? Le gazon était la singulière chose la plus confortable de tout l’univers en ce moment précis. Et bien qu’il n’y ait plus aucune vigueur dans ses jambes et qu’il ne se sentait pas capable d’un jour ce lever du sol, le blondinet était envahi d’un sentiment profond de confiance en lui. Il ne faisait qu’un avec le monde et la Déesse. Il était l’homme le plus puissant du monde, et il sentait que s’il le désirait à cette seconde, il pourrait le détruire de sa propre volonté et le reconstruire à neuf. Gry prit une grande respiration.

-Ah! Ce qu’il fait bon d’être…

Un coup de poing l’atteint en plein dans l’estomac, lui coupant le souffle et soulevant son repas du matin en dehors de son organisme, finissant son chemin sur un tas de pissenlits. Deux bras puissant le soulevèrent par les aisselles et vinrent l’accoter de nouveau contre un gros chêne. Gry, essayant de reprendre son souffle, se laissa faire. Même s’il avait voulu bougé, ses poignets de même que ses jambes étaient ficelés ensemble.
Gry se tenait dans une forêt au nord d’Haut-Le-Fort. Il n’avait absolument aucun objet de valeur sur lui, pas même son magnifique manteau blanc pour le tenir au chaud. Mais il en était mieux ainsi, sinon ce dernier se serait tâché de vert en se frottant contre l’herbe humide du sol presque boueux de la clairière. Deux hommes se tenaient à ses côtés, et aucun d’entre eux n’était son fidèle acolyte Ludwig Hermes. Normal, puisqu’Hermes est une femme. Gry continua de sourire à travers ses dents tachetées de son repas nouvellement régurgité.

-… Bon d’être en vie. Comme je disais. [Un poing l’atteignit, cette fois, au visage] Merde, c’est mon visage favoris celui-là! Et mon seul! Tu sais combien ça m’aurait couté si tu m’avais arraché une dent avec ce coup?
-Sais-tu combien ça va me couter pour remplacer la bague à mon doigt que ton acolyte m’a volée?
-Euhm… Pas tellement cher en fait. Certes, elle était faite de matériaux précieux, mais tu as problèmes fait assez de profit avec ta vente d’esclaves pour t’en payer une autre et… [Un autre gout de poing à la mâchoire]
-Faux! Elle était irremplaçable! C’est l’héritage de ma famille, donné de père en fils depuis 223 générations!
-Je ne pense pas que même Gorah soit aussi vieille que ça.
-Ta petite copine aux cheveux rouges me là volée. Je veux savoir où elle se trouve, ou sinon, tu vas souffrir.
-Écoutez, euhm… Monsieur le marchand d’esclaves. Je vous aie vendu Hermes, pour une sommes, je vous le rappelle, incroyablement honnête. Ce n’est pas de ma faute si vous n’avez pas su dompter votre nouvelle acquisition.
-C’était une manigance, un complot prévu depuis le début par vous. Vous saviez que je n’autorisais personne proche de la marchandise, alors vous avez envoyé votre laquais pour ouvrir les cages et profiter de la confusion pour me voler mon bien.
-Ce qui aurait été un plan parfaitement génial si Hermes avait suivi le plan dans cet ordre, et non pas l’inverse.
-[Souriant] Oui, ça aurait été génial. Pas de chance pour toi d’avoir une telle idiote comme complice.
-Oh, nous aurions pu être meilleurs amis dans une autre vie toi et moi! Mais en effet, je me sens assez malchanceux en ce moment.
-Et si tu ne veux pas que ça s’empire, dis-moi où trouver la bague.

Gry soupira. Il avait vachement mal à la joue. Il savait très bien où trouver la bague : il avait ordonné à Hermes de l’avaler. Elle ressortirait bien plus tard, à un moment ou à un autre. Ah ce que sa rencontre avec le marchand d’esclaves avait mal tourné…
Quelques mètres plus loin, le second homme se tenait silencieux. Gry avait entendu son nom durant la réunion entre acheteurs et vendeurs, quelques heures plus tôt : Jellen. Il observait la scène avec indifférence. Lui ne s’était rien fait voler. Au contraire, il avait fait de très bonnes affaires en vendant ses prises à quelques riches hommes venant des Ellès. Il devait avoir travaillé en partenariat avec l’autre homme pour organiser la réunion. Le nom du marchand d’esclaves aux gros muscles? Impossible de s’en rappeler, et ça n’avait que peu d’importance pour le blondinet. Bien moins d’importance que ses énormes phalanges qui vinrent lui déposer une coupure à l’arcade sourcilière.

-Je déteste souffrir, merde! J’adorerais vous le dire, vraiment! Mais je ne peux pas. Hermes n’agit pas de façon logique. Il est surement en train de faire un truc totalement idiot, comme nous attendre plus loin sur la route pour nous tenir en embuscade. Mais il sera seul, comme le pauvre idiot qu’il est, alors se sera nous qui lui sauteront dessus et le tuerons. Alors, euh… Dépêchons nous de continuer notre marche!
-Non, on reste ici. Tu penses qu’on va suivre ton plan et tomber dans un autre piège? On n’est pas si idiot.
-Ah ha! Et si je vous disais que c’était de la double psychologie? Je veux en réalité qu’on reste ici et qu’on ne se déplace pas, et j’ai amené l’idée contraire pour vous pousser à faire l’inverse!
- [Silence, il jette un regard à l’autre homme, qui hausse les épaules] Non, on reste ici j’ai dit. C’est plutôt ton second argument qui sonne comme de la « double psychologie », ce qui fait qu’on va faire le contraire du truc dont tu voulais justement qu’on fasse l’inverse.
-Je dois avouer que là, je suis perdu.
-On va rester jusqu’à ce que tu parles.

Plus au sud, Hermes cherchait de l’aide, courant à travers les bois, la lumière du soleil couchant lui aveuglant les yeux. Elle cherchait désespérément la moindre entité qui pourrait l’aider à venir en aide à son maître. Elle trébucha un nombre incalculable de fois, mais se releva toujours et encore, sachant que la vie de Gry dépendait d’elle. Finalement, tel un miracle de la Déesse, elle heurta quelqu’un dans sa course à l’aveugle. Elle plissa des yeux et vu un homme en armure. Il semblait sympathique :

-Que ce passes-t-il gamine?
-Mon… Mon ami s’est fait kidnapper par des brigands!
-Des brigands tu dis? Combien?
-Je… Deux, et armés! Un est musclé comme un bœuf.
-Juste deux, tu es sur? Je ne sais pas combien de gardes peuvent se permettre de quitter leur poste pour ça… Je voudrais t’aider mais… Vas voir la chef, elle saura agir pour le mieux.
-C’est urgent, où puis-je la trouver?
-Au centre du campement, gamine. C’est là que les chefs se tiennent d’habitude, au centre.

Après quelques remerciements, elle continua sa course vers les campements des Gardes de Nuit. Et sans trop y perdre de temps, elle se retrouva devant la blonde, chef des lieux, toute essoufflée :

-Mon… Ami… a été kidnappé par un marchand d’esclaves. C’est un… Homme bon. Il mérite qu’on lui sauve la vie!

Quelques kilomètres plus loin, Gry était en train de rigoler avec l’esclavagiste, qui était en train de rire jusqu’aux larmes.

-Oh mon Dieu, je ne peux pas attendre d’avoir la main sur cette Hermes. Elle fait vraiment se visage lorsqu’on parle de sa mère décédée?
-Oh je te l’assure, mon imitation est grossière contrairement à l’œuvre originale. C’est vraiment drôle à voir, ses petits yeux qui se plissent pour retenir ses larmes. Ça semble si difficile, ça me faire rire à chaque fois.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Merry Palend

avatar

Messages : 368
Expérience : 218
Localisation : Beau-Château

Feuille de personnage
Écus: 64
Réputation: +1
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]   Jeu 25 Fév - 23:14

"aaaaah" soupirait Merry, c'était la première fois qu'elle se détendait depuis bien une bonne semaine chargée en émotion. Son labeur était parti en fumée et les enfants de l'orphelinat avaient été kidnappés ou tué. Elle avait cru que le soutient de la ville lui filerait entre les doigts avec cette affaire mais au contraire, un lien se renforça et des hommes l'aidèrent dans son enquête pour retrouver le responsable. Elle le connaissait à vrai dire, quelques déboires avaient eu lieux entre eux par le passé et elle aurait mieux fait de le tuer à cette époque.

Haut-le-Fort était dans un piteux état et avec l'aide de survivants motivés, Merry s'était retrouvée à la tête d'une milice armée dans la cité, elle était un lien entre ce qu'il restait de la "royauté" du secteur et le peuple. Penchant clairement pour le bien être du peuple d'ailleurs.
Ces derniers mois avaient été durs, elle se sentait terriblement seule. Depuis plusieurs mois elle n'avait pas vue Jehny, et elle espérait que rien ne lui soit arrivée, ensuite elle s'était surprise à se languir d'Aerdris et ses hommes avec qui tout serait beaucoup plus simple et pour finir Aulin.. il était mort bêtement lui qui aurait tellement pu l'aider à gérer la "diplomatie" ambiante.
Seul Guéric restait fidèle au poste et en vie.

La jeune blonde était allongée sur son lit dans la vieille maison retapée de ses défunt parents. Ironiquement elle occupait ce qui fut leur chambre par le passé et elle s'imagina avec honte ce qu'elle avait bien pu faire dans cette même chambre depuis, avant de hausser les épaules en se disant qu'elle en avait rien à faire des morts. Tant qu'ils ne se relevaient pas tout allait bien.

Se sentant l'envie de manger quelque chose mais n'ayant rien de nouveau depuis la veille, elle se redressa afin d'attraper le petit bol en bronze posé sur un petit tabouret à côté du lit. Elle n'avait pas finie son repas de la veille mais cette erreur fut à présent réparée. Rien de bien fameux, du vieux gruaux qui vous plâtrait bien l'estomac tellement il était épais. Le tout mélangé avec un peu de viande séchée qu'elle s'était mise de côté après la chasse. Se bougeant le cul elle même pour les autres, elle pouvait bien se garder une ou deux tranches non ? Améliorer son quotidien n'avait rien de mal.

Soudain quelqu'un tambourina à la porte sans jamais s'arrêter avant de finalement entrer. Tendue comme un pique sur ce coup, Merry attrapa enfila son arc et son carquois avant de descendre prudemment l'escalier, dague à la main.

- Ah c'est toi. Qui amènes-tu ?

- Une affaire de kidnapping en gros. Cette femme voulait te voir.

La fille qui parlait en s'excusant à presque toutes ses phrases lui résuma la situation. Elle s'était visiblement échappée d'une entourloupe mais pas son compagnon qui lui était avec leurs détracteurs. Mais un détail retint son attention. Un marchand d'esclave.. mmh, à en juger par les dires de la gamine ils n'étaient pas énormément ces hommes.

- Détends toi un peu. Tu es à Beau-château ici, tu n'as rien à craindre. Tu peux rester ici avec Guildert ça ne le dérangera pas. On va aller retrouver ton ami, les indications que tu nous as donnée nous seront utiles.

Mais la jeune femme refusa catégoriquement d'attendre et elle voulu à tout prix les accompagner. Merry céda en voyant bien que rien ne ferait changer d'avis la femme.
Prenant son barda, Merry parti en direction du bastion aux portes de la ville. Là elle trouva Guéric et trois hommes qu'elle réquisitionna.
La troupe partie au galop en suivant les indications d'Hermès, elle s'appelait comme ça.
Elle montait au dos de Merry tandis que les autres étaient seuls sur leurs chevaux.

Après une demi heure de recherches le groupe arriva aux abords d'un petit bivouac.
Deux hommes se tenaient non loin d'un troisième.
Bizarrement, personne n'avait l'air d'avoir le dessus sur l'un ou l'autre.
La troupe démontèrent rapidement et ils finirent les quelques mètres restants à pieds.

- Qu'avons nous là messieurs ? La garde a été guidée jusqu'à vous. Je ne sais pas où sont vos marchandises mais nous allons avoir une petite discussion. Dit-elle en s'adressant au plus musclé des trois hommes qui ressemblait le plus à la description faite par Hermès.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]   Sam 19 Mar - 22:13

Le blond riait de tous ses poumons à la blague de l’esclavagiste musclé. Ce dernier tapait de sa paume sur ses cuisses, manquant de souffle. Il n’avait pas ri comme cela depuis ce qui lui semblait mille lunes. Même l’autre homme, Jellen, appuyé contre son tronc d’arbre plus loin, laissa un sourire lui monter au visage. Le kidnapping du jeune blondinet s’était transformé en une grande distraction. Ils ne se seraient définitivement pas autant amusés s’ils avaient décidé de le torturer. Lorsque l’hilarité générale descendit, leurs voix retombant en un soupire de satisfaction, Gry demanda à l’esclavagiste :

-Dis mon gars, comment tu t’appelles?
-Yanrick. Et toi le blond?
-On m’appelle Gry… Dis Yanrick, ça te dirais de me détacher les mains, les cordes commencent à m’irriter pas mal.

L’esclavagiste s’apprêta à exécuter la demande de son nouvel ami, puis il eut un doute. Il se tourna vers Jellen, qui lui répondu d’un haussement d’épaules. Yanrick sorti son couteau et s’approcha du mage blanc :

-Dis Gry, tu comptes nous aider n’est-ce pas? Tu vas nous amener à ton serviteur rebelle et je vais reprendre mon bien non?
-Évidemment mon cher ami. Rien ne me ferait plus plaisir que de voir Hermes au bout d’une corde pour m’avoir abandonné de la sorte. Je suis 100% avec vous! Et après avoir retrouvé ce salaud de serviteur, on pourrait devenir associé toi et moi. Avec ton réseau, et mes techniques, ont deviendrait les plus riches marchands d’esclave de l’Ouest!
-[Un large sourire au visage] Ouais, ça sonne comme un bon plan.

Yanrick se pencha pour découper de sa lame les liens unissant les bras du blondinet ensemble. Gry le remerciât, massant ses poignets endoloris, alors que l’esclavagiste l’aidait à se relever sur ses deux pieds encore liés. Le blondinet s’appuya à l’arbre alors que Yanrick se penchait pour découper les liens à ses jambes. Soudainement, Jellen se redressa, dans un léger état de panique. Son partenaire esclavagiste le remarqua et se redressa aussi, silencieux, les sens en éveil. Gry grimaça d’agacement : on ne lui avait toujours pas délié les jambes. Ils entendirent des branches craquer sous des bruits de pas légers.
Lorsque les gardes arrivèrent, accompagnés de la femme aux cheveux blonds et celle aux cheveux rouges, Yanrick se crispa sur place.

-Qu'avons-nous là messieurs ? La garde a été guidée jusqu'à vous. Je ne sais pas où sont vos marchandises mais nous allons avoir une petite discussion.

Yanrick en vint rapidement à une conclusion : il était impuissant face à 5 adversaires. Il ne pouvait que s’essayer à une tactique autre que le combat… Son couteau encore à la main, il se positionna derrière Gry et déposa la lame sur sa gorge :

-Ok, discutons. Mais si je n’aime pas ce que j’entends, j’égorge le blondinet comme un porcelet!

Le mage blanc roula ses yeux vers le haut. Et merde, le timing de con d’Hermes pour aller chercher de l’aide. Il était sur le point de s’en sortir et le voilà dans une situation pire que la dernière. Les pieds liés, il ne pouvait que se laisser retenir par Yanrick, impuissant dans sa poigne de géant. Gry, crache au sol, une grimace au visage alors qu’il lâchait à voix basse :

-Merde Yan, j’pensais qu’on était associés!
-C’est purement professionnel Gry. Toi et moi, ça n’aurait jamais pu fonctionner.

Ce qui ressemblait à un drame d’un amour impossible se termina lorsque Jellen décida de profiter de la tension pour prendre les jambes à son cou et s’enfuir à toute vitesse dans la direction opposé aux gardes, disparaissant entre les arbres. Les garde se préparant à partir à sa poursuite, Yanrick resserra sa prise sur le mage blanc et fit couler une goutte de sang de son cou avec sa lame.

-Que j’en voie un seul bouger, et le blondinet en perdra sa tête!
-T’es un imbécile Yan. Ton collègue t’a abandonnés. Il reste que toi et moi maintenant. Tu vas crever ici, comme un con.
-Alors je t’emporterais avec moi mon ami.

Et merde, pensa Gry, le voilà prit avec un lunatique suicidaire qui comptait bien les amener tous les deux dans la mort. Il jeta un regard à Hermes, qui ne bougeait pas, son regard pointé sur eux deux. Puis, il jeta un regard à la blonde, qui dirigeait visiblement le reste de la troupe.
Il espérait sincèrement que la discussion se passerait bien. Si Hermes ou Yanrick expliquait que Gry avait été un client potentiel dans le marchandage d’esclave, sa situation ne ferait qu’empirer.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Merry Palend

avatar

Messages : 368
Expérience : 218
Localisation : Beau-Château

Feuille de personnage
Écus: 64
Réputation: +1
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]   Lun 21 Mar - 2:06

Quelle situation délicate. Un homme en fuite et un autre homme risquant de passer de vie à trépas si la blonde décidait d'agir brusquement. Le grand musclé semblait étrange, il avait l'air à la fois vif d'esprit tout autant que benêt.
Merry réfléchissait rapidement tout en voyant du coin de l'oeil ses hommes qui s'interrogeaient.
Par réflexe et en réaction aux dires du malfrat, elle leva une main en signe de stop afin que personne ne bouge, elle entendit même le bruit d'une lame que l'on rengainait. Décidément ils étaient prêt à en découdre.

Elle ne pouvait pas faire tuer l'homme prit en otage, sinon sa mission serait un échec. Il fallait faire vite car le complice du malfrat était en fuite et peut être même qu'il était parti récupérer leur "chargement" si particulier dissimulé plus loin, vu que la marchandise évoquée par la jeune femme ne se trouvait pas devant eux.

D'un côté nous avions un homme entre la vie et la mort, de l'autre un homme trahis pas son compère et aussi, entre la vie et la mort. Elle n'avait pas le choix, il fallait négocier.
Merry se retourna brièvement vers ses camarades.

- Personne n'intervient sans mon ordre.

Sur ces mots elle leva doucement les mains pour les mettre bien en évidence et elle s'avança vers le preneur d'otage.

- Je m'approche un peu, que l'on aient pas besoin de crier, regarde je ne tiens aucunes armes et si je dégainais mon arc tu aurais le temps de tuer ce pauvre homme. Détends toi l'ami.

L'archère s'était approchée d'une dizaine de mètres, elle se trouvait à quasi égale distance du contrebandier et de ses gardes.

- Ecoute, je ne crois pas que nous nous connaissions, mais je vois que tu es quelqu'un qui a au moins le courage d'affronter l'adversité, tu ne prends pas tes jambes à ton cou comme ton cher ami. Coopère et nous amoindrirons ta peine, car crois moi, mort ou vif tu ne nous échappera pas. Lâcher ton otage, nous donner le nom de ton complice et la localisation en échange de ta survie, ce n'est pas équitable à ton goût ?

Le regard de la blonde était franc et sincère, ce qui n'était pas forcément le cas de son esprit, elle se voyait déjà l'abattre comme un chien dès qu'il se serait livré ou non, tout dépendait de son comportement à présent. Elle était remontée contre tout ce qui pouvait être marchand d'esclaves il faut dire depuis l'incendie et même si elle essayait de se montrer convaincante elle avait peut être un peu de mal à cacher son envie d'en découdre avec l'homme baraqué.
Le temps pressait et son complice finirait par leur filer entre les doigts, elle s'en mordait la langue.

Derrière Gueric et les autres se tenaient prêts, la plupart des hommes avaient leurs mains sur leurs armes et l'un d'entre eux n'arrêtait pas de taper du pied par terre, tous redoutait une connerie du genre embuscade ou autre. La petite n'avait probablement pas mentit mais une fausse alerte pour forcer une patrouille de garde à se faire écharper à l'extérieur de la ville ça c'était déjà vu plusieurs fois. La fausse alerte était une technique souvent utilisée par des femmes en détresse appelant des voyageurs sur le bords des routes, voyageurs finissants souvent dans une vielle batisse ou une belle clairière signant la fin de leur liberté et le début de leur vie d'esclave voir pire, une mort atroce pour les hommes et une fin de vie souillée pour les femmes. Voila le genre de situation que commençaient à redouter les hommes de Merry, ils ne trouvaient pas ça normal qu'un ravisseur reste inerte et seul aussi confiant que ça fasse à cinq individus armés et sans aucuns doutes, compétents.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]   Jeu 24 Mar - 2:37

Yanrick gobait tout ce qui sortait de la bouche de Merry. Ses yeux étaient vitreux, complètement convaincu de l’honnêteté de la jeune femme. Il s’en allait pour ouvrir la bouche et donner le nom de son complice et les informations en échange de sa vie, lorsque Gry intervenu, irrité par la stupidité de son ravisseur :

-Allez Yan, ne soit pas stupide, elle te ment, c’est évident. À l’instant où tu me laisse aller, ils vont te couper en morceau. Tu n’es qu’un sale marchand d’esclave, ta vie n’a pas de valeur à leurs yeux.
-Alors je fais quoi?
-Tu dois négocier pauvre crétin!

Les soldats entourant le duo se regardèrent sans comprendre. Le blondinet était sur le point d’être mis hors de danger, sain et sauf, et le voilà qu’il creusait sa propre tombe. Avait-il perdu la raison? Était-il sous l’effet d’une substance quelconque? Le forçait-on à prononcer ces paroles?

-Je ne peux pas négocier s’il compte me tuer d’une façon ou d’une autre lorsque je te laisse aller!
-Bien sûr que tu peux, ne perd pas confiance! Tu dois leur prouver que tu n’es pas qu’un vulgaire marchand d’esclave. Tu es un homme plein de valeur et de bonté, qui mérite de rester en vie. Certes tu as fait quelques erreurs de parcours, mais qui n’en fais pas? Ces gens ne devraient pas essayer de me sauver moi, ils devraient essayer de te sauver toi aussi.

Les regards des soldats se tournent vers Hermes, qui les a guider jusqu’à là. Elle ne sait pas trop comment réagir elle non plus. Elle hausse les épaules, expliquant :

-Il est béni par la déesse depuis qu’il est jeune. La vie d’autrui a beaucoup de valeur à ses yeux.

Les soldats retournent leur attention sur le blondinet et l’esclavagiste, qui continuait leur petit spectacle, comme s’ils étaient seuls dans leur petit monde, ignorant les gens en armes autour d’eux.

-Tu le pense vraiment Gry? C’est vrai que comparer à toi, je ne suis pas si mal.
-Quoi, comment ça?
-Et bien, se servir de son propre serviteur pour voler les biens d’un pauvre marchand d’esclave, tout en essayant de réduire mes prix de marchandise, n’est-ce pas rajouter un mal à un mal?
-Plutôt combattre le feu par le feu non? Justice, karma et tout ça?

Les soldats se retourne pour une troisième fois pour regarder Hermes, le regard encore plein de questions, et elle, encore de répondre en haussant les épaules :

-On à essayer de libérer ces gens, mais le plan à mal tourné. Mon seigneur et moi n’étions pas là à la réunion secrète pour acheter des esclaves.
-Pourquoi ne pas avoir averti les gardes qu’une telle rencontre avait lieu? Nous aurions été plus efficaces.

Elle hausse de nouveau les épaules. Le seul qui pourrait répondre à cette question est Gry, mais il était trop occuper à se disputer sur qui était le plus valeureux entre lui et le marchand d’esclaves.

-Et moi je vaux plus que toi et pour preuve, j’ai une troupe de soldats qui sont venus juste pour me libérer, même s’ils doivent te tuer au passage.
-Ouais, à cause des mensonges de ton serviteur!
-Très bien, on va demander à une tierce-personne. [Se tournant vers Merry avec son sourire le plus charmant] Pardon, jolie damoiselle! Qui est l’homme le plus valeureux à vos yeux? Je sais que je suis moins musclé, mais je suis plus beau non?
-Tu influence son jugement en la draguant!
-Tu penses? Et toi tu ne penses pas que tu l’influence? Elle a peur de dire moi parce qu’elle ne veut pas que tu me coupe la tête de jalousie.
-Bel essai, mais je ne laisse pas tomber le couteau avant de savoir ce que je mérite!
-Bravo pour la crise existentiel Yan, mais les femmes aiment les hommes confiant. Et à ce sujet, je pense être nettement supérieur. [Se tournant de nouveau vers Merry] Dites, jolie dame, pourriez-vous vous pressez de me libérer de cette homme, son dialecte commence à être sérieusement ennuyant.
-Moi, ennuyant? Tu as bien ris à mes blagues tout à l’heure pourtant!
-La vantardise est un art que tu ne maîtrise pas Yan, mais là, pas du tout.

Un des soldats s’adossa contre un arbre, posant sa main sur son front, exaspéré.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux "bonnes" personnes. [Avec: Merry Palend]
» [Délire] Les petites conversations de deux admins un peu bizarres (déconseillé à Gray)
» Faith ✝ "Si j’avais un pistolet et deux balles dedans, avec toi, Hitler et Ben Laden dans une pièce, je te tirerais deux fois dessus."
» Soirée entre deux bonnes vieilles amies [Pv Charlotte]
» [Jour 5] Une soirée... explosive [pv Recall et une ou deux autres personnes si vous voulez]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Haut-le-Fort :: Ruines de Beau-Château-