AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   Jeu 4 Fév - 5:31

Gry Filorness et Ludwig Hermes, voyageant ensemble, comme d’habitude. Hermes croulant sous le poids de ses sacs qui occupent un volume dans l’espace quatre fois plus important que sa propre personne, comme d’habitude. Gry qui avance léger comme l’air, encourageant Hermes à avancer plus vite à coups d’insultes, certaines plus créatives que d’autres, comme d’habitude.
Et comme d’habitude, ils ne sont pas là pour rien.
 
-Ah Hermes, peux-tu sentir cet air particulier? Nous approchons de la mer du Sud! Respire un bon coup Hermes!
-[Tentant de respirer à travers ses poumons écrasés sous le poids de son paquetage] Je le… sens… mon seigneur…
-Ah courage Hermes, nous arrivons bientôt au village de Onoir. Ma mère m’a dit que c’était ici qu’elle était née. C’est exactement le genre d’endroit pour en apprendre plus sur elle… Et sur son foutu grimoire de prophéties!
-[Cherchant encore un peu d’air] Bien… penser… mon… seigneur… vous être… vraiment…
-Tes palabres incompréhensibles commencent vraiment à me taper sur les nerfs Hermes. Es-tu vraiment épuisé d’une si petite marche? Regardes moi, je suis frais comme bon matin!
-Je vous ai aussi… transporté sur mes épaules… Pour la moitié du chemin… mon seigneur.
-J’avais mal à la cheville Hermes. Tu devrais savoir qu’il est dangereux de forcer les muscles qui sont dans un état fragile. Et avec tout ton gabarit, une masse sur ton dos de plus ou de moins, ça ne fait pas une grande différence. C’est des mathématiques Hermes, ça s’appelle la relativité.
 
La jeune fille androgyne ne sut que répondre à cela. Heureusement pour elle, son calvaire allait bientôt finir, alors que le village d’Onoir se découpait devant eux en sortant des bois. Le village était composés de huttes de tailles diverses, majoritairement de bois, et le tout était bâti autour d’un petit lac central. Le campement avait autrefois une muraille de défense, mais cette dernière semblait majoritairement brisée, brûlée et recyclée à d’autres fins. Probablement construite à l’époque en prévision de l’invasion d’Ashenwall, le bois avait ensuite servit à reconstruire quelques habitations. Devant le lac, une maison semblait plus grande que les autres, et un drapeau décoloré et non-reconnaissable y flottait sur le devant. Gry y reconnu là la maison du maire, ou du moins, de la personne d’importance du village, pouvant le guider dans sa recherche.
Mais aussitôt le pas fait sur le route de terre-battue, aussitôt un frisson parcours le dos du mage-blanc. Sa mère lui avait raconter qu’il s’agissait d’un lieu sombre et généralement peu ouvert aux étrangers, que c’était dans ce village qu’elle avait passé sa jeunesse et appris ses premières magies obscures et ses premières malédictions. Mais alors que le duo s’avançait dans le village, le silence de mort commença à se faire perturbant.
 
-Je pensais qu’on serait mal accueilli, pas qu’on ne serait pas accueilli du tout. D’une certaine façon, c’est pire.
 
Le vent soufflait fort, alors que plus aucune montagne ne les séparait de la mer et de sa puissante haleine salée. Des pancartes grinçaient sous la pression, du vieux bois criait à l’agonie… Mais ce qui perturbait le plus le silence humain, c'était le fracas et les grincements provenant du paquetage d’Hermes. Dans ses sacs se frottaient deux objets métalliques dans une sonnette aiguë insoutenable. Finalement, comme invoqué par les sons du pauvre serviteur, un homme sorti de sa demeure pour les regarder. Il avait les yeux creux et injectés de sang, et ne semblait ne pas s’être lavé depuis une ou deux éternités.
 
-Partez d’ici, ou vous allez le regretter!
-Tu vois Hermes? C’est de ça dont je parlais! Une bonne vieille accueille pleine d’hostilité! [Ce tournant pour gueuler à l’homme] Ne vous inquiétez pas! Vous n’êtes pas le seul à ne pas vouloir entendre ces horribles sons provenant de mon serviteur! Je vous comprends parfaitement! Mais nous venons en amis, et déposerons notre paquetage!
-Vous ne comprenez pas! Vous allez mourir ici!
-[De retour vers Hermes] Tu vois Hermes? C’est une joute vocale. Observe bien comment je détourne sa menace de mort… euh, euhm! [Vers l’homme] C’est toi qui va mourir, pauvre imbécile!
-[Un long silence] Je sais. Croyez-moi, je sais…
 
Après quoi, l’homme rentra chez-lui, l’air triste. Un grand sourire de fierté s’afficha sur le visage du blondinet, content de l’effet de sa réplique. Hermes pour sa part trouvait la réaction de l’homme curieuse, mais n’en fit pas de commentaire à son maître.
En silence, ou presque, ils continuèrent leur route jusqu’à la large maison au drapeau décoloré. Sur le chemin, ils purent apercevoir des gens à l’autre côté du lac, les observant de loin. Des silhouettes noires et non reconnaissables, qui semblaient les épiés, alors qu’ils progressaient telle une fanfare dans les profondeurs du village malade.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   Dim 7 Fév - 10:55

Suite à l'attaque contre les Ellès, Arialas avait prit la direction de Vesperia. Puisqu'elle partait de la plage et souhaitait se rendre aux quais de l'autre pays, quoi de mieux que de longer la mer? Ce fut donc ce qu'elle fit. Les pas de la guerrière la menèrent donc à Haut-le-Fort. Dans un sens, ce n'était pas un mal de passer par là – la femme ne se souvient pas avoir déjà mis les pieds dans ce territoire. Bien sûr, elle avait participé à la conquête... Mais elle ne s'en souvenait plus. Elle décida donc d'y faire une halte, autant par soucis de provisions et de repos que dans le but d'une visite.

Ce fut un petit village du nom d'Onoir qui l'accueillit. Malheureusement, elle apprit bien vite que son souhait d'obtenir de l'eau fraîche ne serait pas comblé. En effet, les réserves du village diminuaient rapidement, car la mort rôdait dans ce liquide si précieux à la préservation de la vie. Oui c'était bien cela – l'eau était empoisonnée. La cause? Inconnu. Les villageois restaient enfermés chez eux, espérant une aide miraculeuse – la déesse. Quelle plaie quoi... Arialas soupira à la nouvelle. La femme avait déjà eue affaire à ce genre de problème il y avait quelques mois, elle décida donc d'essayer d'aider. Après tout, l'on pouvait dire qu'elle en connaissait beaucoup sur le sujet – et puis, elle avait décidée de fonder un ordre de chevalier visant l'aide de chaque habitant de Gorah, autant commencer par là.

En se promenant dans le village, autant à la recherche d'indice que de possibles compagnons – parce que seule, elle risquait d'y passer une éternité et le temps était compté pour les habitants d'Onoir, il fallait donc se dépêcher – elle croisa deux idiots qui parlaient bruyamment et semblait ne rien savoir de la situation. Clairement, ils ne venaient certainement pas de ce village. En tout cas, ils ne semblaient pas mal en point comme les autres, donc espérer de l'aide de leurs parts était possible. Arialas les interpella donc.

- Hey vous! Ça ne vous dirait pas de faire une bonne action? Aidez de pauvres gens dans le besoin...

Tout en parlant, la borgne alla à leur rencontre. Une fois proche d'eux, elle jeta un regard bizarre au plus jeune... qui ressemblait étrangement à une fille à le voir de proche? Dans tous les cas, ce fut le lot de bagages qui l'intrigua grandement. Le petit – ou la petite – portait tout, alors que le blondinet était clairement bien portant et ne levait pas le petit doigt. Un noble, très probablement... Pauvre enfant. Ce duo était définitivement des plus étranges – Arialas se demanda d'où ils arrivaient comme cela. En tout cas, ils semblaient plutôt insouciants... Elle en regretta presque de les avoir dérangés. À voir son allure et sa façon d'agir avec le petit, cet homme ne semblait pas du tout du genre bon samaritain – c'était peine perdue. Alors qu'elle s'apprêtait à rebrousser chemin, ils finirent par répondre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   Jeu 11 Fév - 2:01

Dans ce village de la région de Haut-Le-Fort, Gry découvrit une des rares choses qui le terrifiait sur cette terre. Arialas Ishtarian, l’ange sanguinaire d’Ashenwall. Qu’est-ce qu’elle venait faire à Onoir, il ne pouvait commencer à imaginer. Mais ce n’était pas ce qui se jouait dans sa tête en ce moment. Beaucoup de choses se déroulait dans la tête du petit mage blanc, terrifié sur place, mais très certainement pas la réponse à qu’est-ce que l’ange de la mort venait foutre à se présenter devant lui. Elle avait un œil de moins que la dernière fois qu’il l’avait vu, mais il la reconnu instantanément.
Gry l’avait rencontré alors qu’il était officié dans l’armée de Galdion, durant une des rencontres régulières d’officiers du royaume. Beaucoup de légendes se jouaient à son sujet, et elle n’était pas très populaire à cause de son manque d’émotions. Les autres officiers étaient des gens intelligents, qui ne sautaient pas dans la bataille et savaient communiquer entre eux pour monter les échelons et gagner en influence en accumulant de petites fortunes. Arialas avait toujours été là par obligation, sans le moindre désir de forger des liens avec les autres officiers. Son manque d’émotion et ses statistiques de combat impressionnantes terrifiait à l’époque Gry. Il ne savait pas comment réagir avec quelqu’un qui n’a pas peur de la mort et qui semblait avoir fermé les portes de son esprit à autrui. Tout son charisme et son intelligence ne servaient à rien. Si elle prenait la décision de le tuer, il ne pourrait pas s’en sortir par des palabres, des mensonges ou même, un marcher plus qu’honnête. Elle n’écoutait pas la raison. Son regard vide de vie avait terrifié le blondinet, plus encore que les autres officiers. Lorsque des citoyens se faisaient tuer par les troupes de Gry, il devait toujours inventer une bonne excuse, mais lorsqu’Arialas le faisait, on lui pardonnait. C’était une petite casualité bien mineure en échange de la légende terrifiante qu’était l’Ange Sanguinaire d’Ashenwall.

Cependant, quelque chose semblait différente avec cette Arialas. Déjà, elle lui avait adressé la parole, ce qui représentait aussi la première fois que Gry entendait sa voix. Il fallait aussi dire que Gry avait appris à prendre confiance en lui à travers ses voyages avec Hermes à travers Gorah, et c’est tout cela qui l’empêcha de trembler de terreur et de garder son sang-froid et son éternel sourire au visage. Certaines choses le laissaient perplexe. Premièrement, l’énorme Naginata qu’elle portait, plutôt qu’une épée, et deuxièmement, le bandeau qu’elle portait à l’œil. Elle lui semblait beaucoup plus vulnérable et humaine qu’autrefois…
Et que faisait-elle à Haut-Le-Fort!? Gry était certain que les gens devaient le détester par ici… à moins, bien évidemment, si elle s’était refait une vie, vivant au travers de gens qui n’ont jamais vu son visage… Ce qui n’était pas le cas du mage blanc. Il ne savait pas comment réagir. Devait-il lui démontrer du respect? La traiter en égale? Il ne voulait pas se faire détester par la femme la plus mortelle qui connaisse…
Alors il agit comme n’importe qui agirait devant une femme aussi dangereuse :

-Miss Ishtarian, c’est un honneur de vous revoir par ici. J’imagine que vous ne vous souvenez pas d’un maigre officié tel que moi, mais je vous ai toujours… euh… admirée. [Donne un petit coup de coude à Hermes]
-Hum! C’est un vrai honneur, miss Ishtarian.
-Nous serions enchanter de pouvoir aider. Malheureusement, nous n’avons pas grand-chose à donner pour les gens dans le besoin. Nous ne gardons que ce qui est nécessaire.

Hermes, mettant tous ses efforts à rester droit avec son lourd paquetage n’était pas d’accord avec les dires de Gry, mais il se garda bien de répliquer.

-Par contre, je suis béni par la déesse, et ma présence à souvent de quoi rassurer les gens. Je suis bien prêt à faire ce qui m’est possible pour aider.
-Mon Seigneur Filorness se donne toujours corps et âme pour le bien de Gorah.

Gry était tout à fait incapable de décider s’il était incroyablement chanceux ou malchanceux d’être tombé sur l’Ange Sanguinaire d’Ashenwall dans ce trou perdu. Pouvait-il retirer quoi que ce soit de cette rencontre? Réussirait-il à travers tout à trouver des informations sur sa mère?
Réussira-t-il à garder sa tête sur ses épaules.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   Mar 16 Fév - 1:31

Le blondinet la connaissait donc? Malgré des propos plutôt... téteux, celui-ci gardait le sourire. Étais-ce un moyen de cacher une certaine peur? Dans tous les cas, il semblait au courant de sa réputation – selon ses dires, ils avaient été compagnons d'armes. Arialas décida donc de ne pas éclaircir la situation et de profiter un peu de sa renommée. S'il était vrai qu'il l'admirait – tout autant que s'il en avait peur – il serait plus enclin à accepter d'aider. Par la même occasion, cela amènerait l'aide du... de la... de l'esclave. Elle s'approcha donc un peu d'eux, tendant la main au seigneur, ignorant consciemment son second – elle se discréditerait immédiatement de s'intéresser à celui-ci... Celle-là... Enfin bref. Bien sûr, l'homme n'eut d'autres choix de répondre à la poignée de main, à laquelle la guerrière mis un peu plus de force qu'à l'habitude, question de lui envoyer un avertissement.

- Je vois que je n'ai pas à me présenter et ce n'est pas plus mal, mais ne vous inquiétez pas seigneur Filorness, je ne vous demande ni argent ni bien physique. Voyez-vous, l'eau du village serait empoisonnée selon les dire d'un herboriste et je fais route vers Vesperia. J'imagine que vous comprenez parfaitement où je souhaite en venir... Parcourir le désert sans eau mène à une mort certaine. Bien sûr, une récompense en pièce sonnante sera offerte au valeureux héros... Alors cela fait d'une pierre deux coups.

Elle lui rendit ensuite son sourire, mais si le sien sonnait beaucoup moins sympathique – cela ressemblait plutôt à un rictus en fait. Depuis le grand cataclysme, elle avait peut-être pratiquée la gentillesse, mais son sourire... Eh bien il faisait aussi peur qu'avant. Il y a des choses qui ne se changent pas si facilement il faut croire. Arialas avait bien un certain charisme, mais il n'était pas que positif... Son charisme venait plutôt du fait qu'elle semblait invincible et qu'il valait mieux s'en faire une alliée qu'une ennemie. Haussant un sourcil – le gauche bien sûr, le droit était invisible sous son cache-oeil – elle reposa sa question, sous une autre formulation.

- Vous ne refuserez certainement pas quelques piécettes de plus, n'est-ce pas? Surtout des écus obtenus aussi facilement, en sauvant la vie d'un village entier. Pensez à la réputation que cela vous apporterait, seigneur.

Arialas se tourna ensuite vers le malheureux porteur de sac, tout de même intriguée. Elle le pointa au blondinet.

- J'imagine que sous cette pile d'objet se trouve un humain?

Elle n'ajouta rien d'autres, attendant déjà la réponse – est-ce qu'elle pouvait compter sur leurs aides – et espérant avoir quelques informations sur le compagnon. Déjà, un sexe serait bien, un nom encore plus. Interpeller quelqu'un en disant chose n'était pas des plus intéressantes. C'était très malpoli et surtout... très imprécis. Au moins, elle avait pu avoir le nom de famille du blondinet grâce au semblant de loque humaine qui le suivait. Lorsqu'elle fut certaine que le duo allait lui porter main forte, elle se mit immédiatement en route vers le point d'eau supposément poison, question d'y récolter quelques informations. Déjà, savoir si la cause était criminelle ou naturelle...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   Mer 17 Fév - 1:35

Si un humain se trouve sous cette pile d’objets? C’est là une forme d’humour de la part de l’Ange Sanguinaire? Un sarcasme? Riait-elle d’Hermes, ou était-elle fâchée de l’utilisation que Gry faisait de son serviteur? Le mage blanc ne pouvait savoir, mais une chose paraissait évidente : Elle lui avait communiqué des phrases et des mots qu’il comprenait. Elle voulait passer un marcher, signer une entente, discuter d’un plan, d’une transaction, forger un partenariat, concrétiser un échange, bref, tous ces synonymes qui inspire une grande vérité à Gry Filorness :
Il peut rationnaliser avec Arialas! Elle n’est plus un mur infranchissable!

Malgré son enthousiasme, il ne pouvait se permettre d’abuser de cette occasion, mais il devait avouer qu’à l’instant présent, il jubilait de l’intérieur. Oh oui, le monde Après-Cataclysme était une beauté! Un monde où il pouvait discuter de façon intelligente avec des êtres de légendes et côtoyer des gens peu importe leur stature. Gry à un énorme sourire au visage lorsqu’il répond :

-Ah, mon cher serviteur Hermes se trouve sous ce paquetage. Nous cherchions justement à déposer le tout dans un lieu sécuritaire. Et bien qu’il s’agisse d’une triste vérité, je ne peux que suivre le guide du bon voyageur : où malheurs rodent, les voleurs aussi. Mais maintenant qu’on nous a aperçus avec nous, je ne crois pas qu’on risque grande chose. [Se tournant vers Hermes] Prépare le camp Hermes.
-Ici, au milieu du village? Avec le feu de camp et tout?
-Mon cher Hermes, on ne va pas profiter de l’hospitalité de gens malades quand même, nous allons dormir à l’extérieur.

C’était surtout parce qu’il ne savait pas encore si le virus attraper de par l’eau du Lac était contagieux ou non, mais Gry avait appris dans sa vie que de nombreuses choses pouvaient se faire passer sur le dos de la « courtoisie ». Et il était vrai que personne ne voudrait voler les biens de deux compagnons de l’Ange Sanguinaire d’Ashenwall. Cependant, Gry ignorait qu’Arialas avait pour la majeure partie perdue sa réputation et n’était pas vraiment connu à Onoir.
Ainsi donc, Hermes déposa son paquetage au centre du village, et commença à sortir les objets habituels pour dresser le camp… Ou en fait, assez inhabituels. Elle déroula sur le sol un énorme tapis bleu, à la lettre « F » stylisée et cousu en or en son centre. Il faisait 2m de rayon, et au centre de ce cercle, Hermes déposa la chaise/trône de bois sculpté de Gry. L’effet était saisissant, tel un drapeau de conquête planté dans le village. Bien que personne n’ose s’approcher de la scène, les gens regardaient de loin avec curiosité cette foire qui venait s’installer dans leur village malade.

-Miss Ishtarian, je dois cependant refuser votre offre d’écus. Aider les gens sera pour moi récompense suffisante, de même que de savoir que vous pourrez vous rendre à Vesperia avec assez d’eau enlèvera un poids de ma conscience.

Hermes n’en cru pas ses oreilles. Gry ne refusait jamais de l’argent. Il était du genre à toujours à profiter le plus possible d’une entente ou d’un marcher. Et voilà qu’il descendait l’offre de la femme à la baisse! Hermes, qui n’avait pas reconnu l’Ange Sanguinaire d’Ashenwall se posa de nombreuses questions sur l’identité de la femme. Une ancienne conquête? Une dame de royauté? Elle était loin de se douter qu’on parlait d’une tueuse dont le seul nom terrorisait Gry.
Finalement, un homme dans la trentaine s’approcha du petit campements, meublé d’une chaise, de couvertures, d’une table de chevet et d’un tas d’outils de cuisine et de fabrication de potions. Il avait l’air épuisé, et il venait de la direction de la maison au drapeau délavé.

-Bonsoirs voyageurs. Je suis le chef d’Onoir dans ces temps difficiles.
-Vous n’êtes pas un peu jeune pour être chef? Les peuples du Sud ont souvent du sang plus âgé à la tête des villages.
-Mon père était l’ancien chef, il est mort du poison qui vogue dans les eaux de notre lac. Je suis l’herboriste du village. Je ne crois pas que ce lieux soit un bon endroit pour vous ravitailler et établir votre… camp?
-Ne vous inquiétez pas jeune chef, nous comptons rester et vous aider avec votre problème. Mon camp deviendra un lieu de soins et d’apothicairerie. Je suis moi-même un expert de la faune et de la flore. Pourriez-vous me parler des symptômes et de la source du poison?
-Voilà bien le problème. J’ai été incapable d’en trouver la source moi-même. Les gens ayant bu de l’eau sont faibles, ont une vision trouble, de la confusion, perdent du poids à un rythme effréné, vomissent, ont des attaques cardiaques, tombent inconscient et ne se réveillent pas… Et le pire reste qu’ils urinent sans arrêt et crève de soif… Et on ne peut pas les aider à ce sujet.

En effet, ça n’aidait pas beaucoup. Gry avait de nombreuses idées de qu’est-ce qui aurait pu causer cela. Il s’agissait de symptômes assez générales, et ça ne lui permettait pas d’identifier la source du problème, seulement d’en écarter quelques-unes. Arialas en saurait-elle plus que lui à ce sujet? Difficile à croire venant d’une guerrière, mais on ne sait jamais. Le blondinet avait espérer pouvoir régler le problème en quelques secondes ou minutes, puis être vu en héros, mais la tâche qui l’attendait ne semblait pas facile…

-Ils urinent beaucoup vous dites? [Ce tournant vers Ludwig] Hermes, fais le tour du village et demande à tout le monde un échantillon d’urine. Nous allons devoir faire des tests…
-Quels genre de test mon seigneur?
-[Ce tournant vers le chef d’Onoir] Combien d’habitant dans le village?
-Cent treize.
-Hermes, tu vas devoir boire 113 échantillons d’urine et tu en noteras le gout dans un cahier.

Tout le monde regarde Gry avec confusion. Était-il cruel à ce point avec son serviteur? Hermes regarda Arialas et le chef du village avec confusion :

-Heum… Vous êtes certain monseigneur Filorness?
-Hum? Bien sur mon cher Hermes. Tu as amplement le droit d’écrire dans un de mes cahiers.
-Je veux dire pour le…
-Médecine d’Ashenwall, Hermes. Fais-moi confiance. [Se tournant vers le chef d’Onoir] Oh, juste pour être certain : vous savez qu’on ne doit pas boire d’une source d’eau stagne? Il faut faire bouillir l’eau du lac avant de la boire, autre truc du guide du bon voyageur.

Et avec cette phrase, le chef du village perdu tout espoir de voir son village sauver par le Seigneur Filorness.

[Les symptômes d'inspire des symptômes graves de Diabète de Type 1 ]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   Mer 17 Fév - 12:16

Après avoir fait quelques pas en direction de la source d'eau – quatre pour être exacte – Arialas s'arrêta précipitamment, entendant le chef du village et le noble discuter de choses plus ou moins étranges... En soupirant, elle revint sur ses pas, décidant de venir en aide au pauvre Hermes qui semblait totalement désemparé. Posant une main sur l'épaule du serviteur, elle haussa un sourcil en direction du blondinet. Elle s'adressa bien entendu à tous et personne à la fois, essayant simplement de redonner un peu d'espoir au chef du village – et éviter à Hermes de boire l'urine de toutes ces personnes inutilement.

- Je crois que par échantillon, le seigneur Filorness parlait bien sûr d'un échantillon de la source d'eau causant tout ce raffut, n'est-ce pas?

Tout à coup, elle commençait à regretter amèrement d'avoir demandé de l'aide à des étrangers – le sort semblait s'acharner contre elle. Elle se sentait presque dans une garderie... Tout de même, cela allait potentiellement poser problème. La guerrière avait eu affaire à ce type de problème auparavant, mais deux détails ce distinguait. Un, la cause avait été des plus simples à déterminée. Deux, elle était accompagnée d'un mage blanc spécialisé dans les soins – qui avait même eu la gentillesse de sacrifier son corps pour la science, buvant de la dite eau. Au moins, plusieurs infectés étaient encore vivant et ils avaient pu avoir quelques indications de la part du botanique. S'approchant donc de ce dernier, tout en gardant un oeil sur l'idiot de service, elle tenta de rattraper le coup et d'économiser un peu de temps.

- Bien entendu, le magnifique duo de tête en l'air plaisantait en disant s'installer à cet emplacement. Vous allez voir, ils peuvent remballer ce campement plus vite que la lumière, ce qui sera fait immédiatement. D'ailleurs, quel meilleur emplacement pour celui-ci que sur le bord d'un lac? C'est décidé, l'on va tous se rendre à cette magnifique source d'eau, nous trouverons bien plus aisément la cause en se trouvant proche de celle-ci. Bien sûr, monsieur le chef de village, vous allez nous accompagner pour s'assurer qu'on... que le seigneur Filorness ne se perde pas. De plus, vous pourrez nous en apprendre un peu plus en chemin.

Dans l'état où se trouvait Hermes lors des voyages – ensevelit sous une tonne de bagages – il ne leur serait pas tellement utile. En posant le tout près du lac, au moins, il pourrait apposer sa patte à l'édifice. Une tête de plus, cela ne pouvait pas faire de mal... Surtout lorsque l'on regardait celle du blondinet. D'ailleurs, n'avait-il mentionné le fait de la connaître de l'armée de Galdion? Pourtant, il n'avait pas du tout l'allure d'un soldat, loin de là. Bizarrement, elle avait l'impression qu'il serait plutôt une menace pour ses alliés que pour ses adversaires s'il devait tenir une arme. Arialas décida donc d'amorcer une discussion avec ses compagnons temporaires.

- Alors, Hermes semble posséder une très bonne force physique, mais qu'en est-il de vous? En tant que... officier, il me semble que vous devez avoir quelques atouts dans votre manche, je me trompe?

Étudier ses alliés autant que ses ennemis était le premier devoir d'un bon soldat. La connaissance était une chose bien importante dans ce monde, tout comme la puissance physique. Allié les deux et cela rendait quelqu'un proche de l'invincibilité. Souhaitant fonder son propre groupe, la guerrière se devait encore plus de jauger le plus de personnes possibles, questions d'éliminer les menaces et surtout, dans l'espoir de trouver des perles rares pour rejoindre sa future ordre de chevalerie. Bien sûr, le Filorness semblait bien loin d'être le candidat idéal pour cela, mais son petit esclave personnel pouvait faire un bon ajout, alors pourquoi pas? De toute façon, elle n'avait plus vraiment le choix d'endurer sa présence, alors ce n'était pas comme si elle perdait son temps sur une cause perdue... En faite si, c'était réellement le sentiment qui l'habitait dans le moment – elle vivait l'une des plus grandes pertes de temps de son existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   Mer 2 Mar - 8:26

Le mage blanc s’offusqua à la remarque de la femme. Ça ne lui dérangeait pas d’obéir à un supérieur, mais il n’aimait pas qu’un supérieur lui ordonne de se départager d’un bien. On pouvait lui demander d’accomplir tout plein de choses honteuses et Gry accepterait de les accomplir, mais qu’on lui vole ses possession ou qu’on réclame une réquisition de ses biens, c’était bien une frontière qu’il avait de la difficulté à accepter que l’on franchisse.
Évidemment, dans la situation actuel, Arialas ne lui a rien demandé mais… Elle a tenté de changer l’ordre de Gry envers Hermes. Et Hermes était une possession bien précieuse du blondinet. Il n’aimait pas qu’on lui vole son bien et qu’on le force à faire des choses autre que ce que lui désir. Spécialement que dans ce cas, elle déformait un ordre qu’il savait bon pour la mission.

-Erreur. Je ne parlais pas d’un échantillon de l’eau causant tout ce raffut. Je ne demanderais jamais à mon précieux Hermes d’accomplir ce qui est techniquement un suicide en buvant de cette source d’eau empoisonné.

Mais avant même qu’il puisse expliquer pourquoi il avait donné l’ordre de boire de l’urine à son serviteur, Arialas le gèle sur place de son regard mortel. Aussitôt, Gry perd toute confiance en lui : qu’est-ce qu’il lui a pris de s’opposer à l’Ange Sanguinaire? Autant laisser Hermes se suicidé que de crever tous les deux! Le mage blanc avala un peu de salive, tendu. Et lorsqu’Arialas leur demanda de ramasser leur campement et de se déplacer, ils s’activèrent en vitesse. Même Gry y mit du sien, chose qui ne s’était pas produit depuis des années. Par contre, pour Hermes, il avait accompli cette tâche des centaines de fois, et le tout fut replacer dans une boule de bagages à une vitesse quasi surhumaine. Au milieu de ce ménage, le blondinet trouva quelques instants pour murmurer à l’oreille de Ludwig Hermes :
-Quand tu auras le temps, goutte l’urine de 5 malades et de 5 personnes en santé et note les différences.

Gry se refusait à changer de plan, même s’il condamnait Hermes à accomplir sa tâche en secret. La femme androgyne ramassa le paquetage et, pendant le voyage, Arialas interrogea Gry :

-Alors, Hermes semble posséder une très bonne force physique, mais qu'en est-il de vous? En tant que... officier, il me semble que vous devez avoir quelques atouts dans votre manche, je me trompe?
-Et bien, vous avez peut-être entendu parler du siège de Belmort. J’étais l’officier en fonction menant le siège à la ville fortifiée.
-Oh, j’ai entendu parler de cela… C’était un…
-Un massacre total? Oui, bon, la mort est une triste chose, mais c’était la guerre. J’avais pour mission de conquérir la forteresse avec le moins de pertes possible. Galdion n’aimait pas prendre de prisonniers. J’ai simplement fait de mon mieux.
-Vous avez fait un peu trop bien. Pas un seul survivant, et pas une seule perte du côté de Galdion… Attendez! [Le chef d’Onoir à une soudaine réalisation] N’était-ce pas Galdion en personne qui à mener l’assaut sur la forteresse? Il a conquis le tout avec une dizaine d’hommes! Je me souviens, c’est même pour cette raison que j’en ai entendu parler!
-Je…
-Si c’était Galdion aux commandes, qu’avez-vous bien pus accomplir?

Et voilà, on repartait. Encore on attribuait à autrui ses victoires. Le poing de Filorness se ferma avec une intensité toute particulière. Il était en une rage folle. Et il n’avait pas en situation de pouvoir saouler ses problèmes au loin. Il eut besoin de toutes ses forces pour maintenant sa colère et ne pas frapper le jeune homme au visage.
Belmort, mille combattants pour tenir la ville. Officier à la tête de ses troupes, une centaine d’hommes, avait réussi à complètement couper les ravitaillements ennemis. Gry était le meilleur officier quand venait le temps de piller, organiser ou bloquer des voyages de caravanes. Par de brillantes stratégies et manigances, il avait fait croire à l’ennemi qu’ils subissaient un siège, les enfermant chez eux, à se nourrir de leurs réserves. Il avait positionné ses hommes autour de la ville, pour leur faire croire qu’ils étaient entourés. Au départ, Gry n’avait l’intention que de s’amuser là quelque temps pour profiter le plus possible de son pillage facile de caravanes. Il s’attendait à ce que les mille hommes descendent de leur muraille pour venir les attaquer à 10 pour 1… Mais la situation était mauvaise à Belmort, malades et manquant d’eau, ils étaient presque tous mort de soif lorsque Galdion arriva. Gry avait expliqué la situation à un commandant, qui avait répéter le message à Galdion, qui entra dans la ville et put éliminer ce qui restait des survivant avec une poignée d’homme de sa garde. On avait fait parvenir le message qu’il avait conquis Belmort et ses mille soldats avec seulement dix des siens. Le nom de Gry s’était effacé de la légende. Certes, il n’avait jamais pensé que la maladie rodait à Belmort, il voulait simplement s’amuser à piller des biens, mais c’était quand même sa planification parfaite, bloquant toute les caravanes apportant des soins avec efficacité, qui avait mené à cette victoire « facile ». Techniquement parlant, il avait conquis Belmort par son intellect seul, à dix pour un, et si Galdion ne s’était pas pointer sur les lieux, c’est lui qui serait entré dans la cité cette journée-là.
Certes, on l’avait par la suite qualifié à la gestion de siège, une belle promotion, et ses troupes ont dut se déplacer pour défendre des points stratégiques… Bien que l’emploie avait été important pour la victoire territoriale d’Ashenwall, ça avait représenté une période très ennuyante pour le blondinet : plus de pillage, plus le droit de profiter des populations locales…

-Disons que… C’était un travail d’équipe. J’avais un travail à effectuer, et ce dernier à mener à la victoire. Si vous penser que Galdion est entré là avec dix hommes et qu’il en a tué mille, c’est que vous ne comprenez pas la moindre chose à la guerre. Ce qui ne m’étonne guère de vous, vu vos fortification inadéquates, mais je suis certain que Miss Ishtarian ici comprend ce que je veux dire. Si une personne peut bien comprendre, c’est elle.

Définitivement, le jeune chef du village d’Onoir ne savait pas qu’Arialas était l’Ange Sanguinaire d’Ashenwall, alors il ne put que regarder la femme avec un regard confus. Pendant ce temps, Hermes se prépare à replacer le campement. Sentant que la colère était encore bien présente en lui, Gry tenta aussitôt de se changer les idées et de la même façon, changer le sujet de la conversation :

-Sur une autre note, je peux dire que l’empoisonnement est très certainement criminel. Je connais la végétation aussi bien que vous-même, alors vous devriez en être arrivé à même conclusion que moi. Rien de cette puissance n’a pu se forger soit même dans la nature sans un catalyseur. Spécialement pas au Sud d’Haut-Le-Fort. Peut-être aux Elles, mais certainement pas ici. Je ne comprends pas pourquoi vous hésiter à accepter cette idée. Vous avez-vous-même dit que malgré vos connaissances d’herboriste, vous n’avez pas réussi à identifier la source du problème. Je ne peux pas croire que vous n’avez pas envoyé quelqu’un nager au fond du lac et observer de plus prêt. Quelqu’un de déjà contaminer, évidemment.
-Il y a en effet quelqu’un qui a eu le courage de la faire, lorsqu’on ne pensait pas les symptômes aussi persistants… Il est mort peu après. Mais oui, il a confirmé qu’il n’y avait rien de différent : il avait habitude de souvent prendre des nages dans l’eau du lac. Si quelqu’un pouvait trouver la source du problème, c’est bien lui. Mais rien, invisible.
-Exactement, ce qui exclut donc la possibilité qu’une chose soit tombé par hasard dans le lac, car si tel était le cas, il y aurait aussi eu quelqu’un pour reprendre la chose du lac par la suite. Bref, quelque chose a été mis, puis retirer par un individu.
-Et si le poison était juste trop petit  pour les yeux du nageur ou s’était complètement dilué dans l’eau?

Gry se tourne vers Hermes, qui le regarde en retour avec un visage de pure innocence. Le blondinet lâcha un juron :

-Non Hermes. As-tu vu l’état du village? Il n’y a aucune chose aussi petite sur tout Galdion qui puisse avoir un tel effet. Je connais trois choses dans la vie mon cher Hermes, et je ne me trompe jamais sur ces trois choses : les plantes et le militaire. Tu peux me faire confiance sur ses choses.

Tous le regardèrent, complétement décourager. Il ne s’agissait que de deux choses, pas de trois… Pour la deuxième fois, après avoir eu l’air assez intelligent avec ses réflexions, les espoirs du groupe en l’utilité de Gry se dissipaient en une seule phrase idiote. Ce dernier resta là, regardant ses compatriotes avec un sourire idiot au visage, plein de confiance en lui.
Pour ce qui est de la troisième chose, bien qu’il ne l’ait pas exprimé à voix haute, Gry Filorness était un génie absolument incontesté quand venait le temps de penser comme un criminel. Trouver un coupable serait du jeu d’avant. Il en était certain.
Les trois autres du groupe, pas autant.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête] Lac Empoisonné (Avec Arialas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Haut-le-Fort-