AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Terre promise ? [Harmonie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Terre promise ? [Harmonie]   Ven 4 Sep - 12:24

Les flocons de neige se posaient délicatement sur le tapis de neige revêtant le sol tandis que le petit groupe duquel Camille était à la tête marchait inexorablement vers un endroit où ils pourraient se poser. La fatigue commençait à se faire sentir malgré les nombreuses pauses qu’avait pu prendre le groupe au long de son périple. Les hommes peinaient à porter leurs armures tandis que les enfants, malgré toute leur bonne volonté, ne parvenaient plus à garder leur sourire. Les femmes quant à elles se montraient les plus courageuses, ne pouvant pas céder devant leurs enfants et leurs maris qui assuraient leur protection. Chacun faisait de son mieux, mais leur résistance arrivait à leur terme. Camille le savait, s’il ne parvenait pas à trouver un village dans lequel s’installer quelques temps afin qu’ils puissent récupérer de leur périple, la maladie et la mort commencerait à frapper les plus jeunes et les plus faibles d’entre eux.

Cela faisait maintenant plusieurs semaines que le groupe marchait en direction de ce qu’il espérait être un endroit accueillant. Mais tout au long de leur route les réfugiés n’avaient rencontré que désolation et mort. Partout le dragon avait frappé, personne ne fut épargné par sa colère destructive. Pour autant, aucun n’homme n’était parvenu à s’élever contre le règne de Galdion. Aucun homme ne s’était montré digne du pardon de la déesse. La colère que nourrissait Camille lui permettait de tenir face à tous les événements qu’ils avaient dû subir. Par respect pour ses hommes et leurs familles, il ne pouvait pas les laisser tomber, tandis qu’eux-mêmes n’avaient jamais posé la faute de leur exil sur ses épaules. Tous savaient bien que sans son acte désespéré, ce ne serait pas une quinzaine d’âme, mais plusieurs centaines qui seraient actuellement sur les routes, cherchant désespérément un nouveau foyer. Mais cette idée ne suffisait pas à apaiser ses ressentiments. Il se devait de survivre et traquer jusqu’au dernier les responsables du cataclysme. Le flamme de la vengeance dévorait son âme, plus qu’il ne l’aurait pu l’imaginer dans ses pires cauchemards.

Alors que Grégoire, le second de Camille, lui fit signe que le groupe devait s’arrêter pour reprendre des forces, celui-ci les convainquit de continuer encore un peu, ayant aperçu quelques minutes plus tôt des fumés s’élever au loin. Bien que la taille du village vers lequel il se dirigeait lui était inconnu, ils pourraient peut-être trouver un lit pour la nuit, ainsi que de la nourriture en échange d’un peu de travail. Pour Camille, peu importait d’où venait l’argent, tant que les femmes ne vendaient pas leur corps. Pour autant, tuer et voler avait déjà fait partie de ses attributions. Qu’importe la raison, quand il s’agit de survivre, il faut être prêt à tout. Peut-être était-ce celui se trouvant à la frontière, ou peut-être que le groupe l’avait déjà passé.

Lorsqu’ils arrivèrent à bon port, il vit quelques hommes mal équipés se rapprocher d’eux. Camille se présenta alors et leur demanda de passer la nuit en échange d’une quelconque aide qu’ils pourraient apporter. Ils avaient de l’argent, mais pas assez pour loger tout le monde, et les hommes ne pouvaient plus se permettre de passer une autre nuit à la belle étoile. La discussion semblait mal partie et bien que Camille comprenne que son groupe semble menaçant, il suffisait de regarder leurs tenues et leur tête pour comprendre dans quel état ils se trouvaient. Mais il était hors de question de rester encore une fois à l’extérieur et même si pour cela il devait se battre. Balayant du regard les personnes qui se trouvaient devant lui, il décompta une vingtaine d’hommes en état de se battre, dans dix armés. Il leur serait facile de les maîtriser, ou de les tuer. Son regard se fit plus sérieux, tandis qu’il apposa sa main sur le pommeau de son arme.

« Je ne crois pas que vous compreniez la situation, nous dormirons ici ce soir, que vous le vouliez ou non. »


Dernière édition par Camille De Songefeu le Dim 13 Sep - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harmonie M. Pleader

avatar

Messages : 11
Expérience : 15

Feuille de personnage
Écus: 36
Réputation: +2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Terre promise ? [Harmonie]   Sam 5 Sep - 18:41

    - Bois ça, tu te sentirais mieux après.

Harmonie se trouvait au chevet d’une petite blonde de huit ans à peine. La jeune fille avait été brûlée de l’épaule au poignet lors de l’effondrement de sa maison, détruite par les flammes destructrices du dragon. Dix jours au bas mot qu’elle souffrait, sa plaie ne cicatrisant pas malgré les bandages et les soins de ses parents. Harmonie n’avait aucun talent en médecine, et ne se contentait que de reproduire à l’identique les gestes des parents de la gamine, en bandant régulièrement ses plaies. La mixture qu’elle lui avait donnée ne lui permettrait que de mieux dormir, pas de guérir. Mais au moins, le sommeil lui évitera des heures de souffrance pendant la nuit.

Elle avait parcouru plusieurs kilomètres depuis le Grand Cataclysme. Le village dans lequel elle se trouvait actuellement n’avait rien de bien moderne, de vulgaires tentes et abris en bois montés à la va-vite, mais c’est tout ce qui pouvait ressembler à un village en ce moment. La moitié Sud d’Ashenwall avait été ravagée, les gens gisaient un peu partout, tentant tant bien que mal de guérir leurs corps et leurs âmes. Des gangs s’étaient créés, non pas parce que le crime était devenu profitable, mais parce que c’était le seul moyen de survivre. Piller ce qu’il restait aux autres, parce que nous n’avions plus rien. Ces gangs se créaient par anciennes affinités, n’épargnant personne : des femmes, des enfants et des vieillards avaient été aperçus en train de combattre des êtres isolés pour lui voler le peu de nourriture qu’il avait réussi à sauver du feu. Harmonie soupira, s’asseyant autour d’un feu de camp en compagnie des survivants. Le silence était pesant, tous fixaient le feu qui crépitait.

    - Vous croyez qu’elle va s’en sortir ?

La Princesse des Neiges fixa un instant le feu, silencieuse. Comment annoncer aux gens qu’elle n’en savait rien, qu’elle était toute aussi impuissante qu’eux en ces temps troubles ? Les pauvres se raccrochaient aux souvenirs, et Harmonie était un brin d’herbe auquel ils avaient pu accrocher leurs ongles. Elle avait été pendant des mois entiers l’héroïne d’Ashenwall, se battant pour la veuve et l’orphelin. Mais l’ennemi avait un nom, un visage, une consistance. Comment se battre contre le chao ? Comment réussir à vaincre le désespoir et la désolation ? Elle serra légèrement les dents. Elle avait vécu des épreuves, tout au long de sa vie. Des épreuves que nul n’a jamais endurées. Mais elle avait toujours réussi à trouver une solution rapidement, parce qu’elle avait toujours un but, un objectif, quelque chose de concret à faire. Là ? Elle n’avait rien, et la seule solution qu’elle envisageait semblait improbable. Parce que ce qu’il manquait au pays, en ce moment, c’était un gouvernement, une force centrale pouvant lever des fonds, envoyer des gens, avoir les informations. Ashenwall était devenu une terre gelée de non-droit, où régnait la loi de la jungle.

    - Il faut y croire, en tout cas.

Elle tourna la tête vers l’homme qui venait de lui demander et lui adressa un sourire réconfortant. C’est tout ce qu’elle pouvait faire pour le moment. Si elle ne pouvait être leur héroïne, au moins pouvait-elle être leur espoir.

Mais à peine eût-elle le temps de retourner à la contemplation du feu que des voix se firent entendre, à l’extérieur du campement. Elle se leva, reboutonnant la cape bleue nuit sur ses épaules, ses cheveux volant derrière elle. Elle n’entendit que la fin de la conversation, où un homme devant plusieurs autres menaçait implicitement un des soldats du campement.

    - Sinon quoi ?

Elle s’avança, éclairée par la faible lueur de la torche. Elle n’était pas réellement le chef de ce campement, mais elle était ce qui se rapprochait de la plus en forme du pays, malgré quelques problèmes de puissance actuels. Et puis, elle avait vite remarqué qu’elle était écoutée par une très grande majorité des habitants du pays. D’ailleurs, le soldat lui adressa un sourire à son arrivée. Un rapide coup d’œil aux hommes derrière l’orateur lui permit de jauger de leur état.

    - Il fait peut-être sombre, mais il ne me semble pas que vous soyez tous en pleine forme. Vous voulez vraiment tenter l’affrontement ?

Elle avait perdu tout sourire et toute bienveillance. Elle était agacée de toutes ces confréries qui se disaient bandits et menaçaient tout le monde sous l’unique raison qu’ils avaient faim et qu’ils étaient fatigués, usant de l’intimidation pour arriver à leurs fins. Tout le monde était fatigué, et tout le monde avait faim. Ils ne prévalaient sur personne. Alors, ses yeux bleus plongèrent dans le regard de leur chef de file, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Terre promise ? [Harmonie]   Dim 6 Sep - 13:51

Poussé dans ses derniers retranchements, le groupe n’avait d’autre choix que de s’abaisser à de telles mesquineries : s’attaquer à un village de paysans fait de vieillard, d’hommes affaiblis, de femmes et d’enfants. Cependant, s’ils ne parvenaient pas à convaincre ce gens de les accueillir durant la nuit, le sort qui leur était réservé n’était autre que la mort, cela ne faisait aucun doute. A la vue de la réaction de Camille, ses cinq hommes s’approchèrent de lui, puis tout en formant un arc de cercle dans son dos, ils se préparèrent eux aussi au combat. Les paysans semblaient effrayés, mais Camile et ses hommes l’étaient également. Cependant, ils ne pouvaient pas se permettre le luxe de le montrer, contrairement à leurs ennemis. L’armure du De Songefeu lui semblait lourde, plus lourde que jamais elle ne l’avait été et il devait en être de même pour ses hommes.
 
Quel gâchis, se disait Camille, alors que son interlocuteur ne semblait pas consenti à céder. Mais alors qu’il s’apprêtait à dégainer son épée, sa main saisissant le bouclier placé dans son dos, une jeune femme surgit d’une chaumière empêchant ainsi un bain de sang d’arriver. Des traits lisses et fins, une peau pâle, des yeux d’un bleu profond, ainsi qu’une magnifique chevelure qui lui tombait jusqu’en bas du dos. Une jeune femme qui ne semblait pas être, comme la plus part de ces hommes, une simple paysanne. Camille hocha la tête et fit un sourire forcé, en signe de politesse, mais rapidement les traits de son interlocutrice se firent méfiant, agacés, comme pouvait aussi en témoigner son discours provocateur.
 
« Comme je l’ai dit à cet homme – Camille pointa alors du doigt le vieillard – mon groupe et moi ne survivrons pas une nuit de plus à l’extérieur, donc si nous n’avons pas le choix, oui, ce sera l’affrontement. »
 
Le ton se fit sec, Camille puisant dans ses réserves pour ne montrer aucun signe de faiblesse à l’égard de la jeune femme tandis qu’elle sondait son regard. Une interrogation lui vint cependant à l’esprit, fut-elle avant le Grand Cataclysme à la botte de Galdion et de sa famille ? Quoi qu’il en soit, le soldat n’avait pas le temps de confirmer cette hypothèse et même si c’était le cas il ne pouvait sacrifier toute sa famille pour une vengeance personnelle.
 
« Nous ne demandons pas grand-chose : un toit, un peu d’eau et un peu de nourriture. En échange nous nous engageons à vous aider autant que possible. Nous sommes des soldats entrainés, donc les travaux manuels ne sont pas un problème, de même la femme de Grégoire – qu’il désigna de son regard – s’y connait un peu en médecine. »
 
En réalité, elle n’était pas médecin, mais herboriste. Cependant grâce à sa connaissance des plantes, Anne avait acquis de solides bases dans le domaine. Ainsi Camille espérait pouvoir convaincre la jeune femme qui semblait plus censée que son homologue masculin. L’esprit de Camille commençait à être confus, épuisé par les affrontements des jours précédents. Combien de fois déjà avaient-ils dû se battre contre des pillards qui pensaient avoir l’avantage du nombre ? Mais même si cela représentait un risque, Camille devait jouer le tout pour le tout. Sa volonté ne le tiendrait bientôt plus longtemps debout, ses blessures ayant peu à peu raison de lui. Sous son armure coulait le sang de ses précédents combats. Mais grâce à ses relations avec ses anciens maîtres, Camille avait appris l’importance des apparences et du bluff. Relâchant le pommeau de son arme, en signe de bonne volonté, il fixa la jeune femme dans l’attente d’une réponse.


Dernière édition par Camille De Songefeu le Sam 12 Sep - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harmonie M. Pleader

avatar

Messages : 11
Expérience : 15

Feuille de personnage
Écus: 36
Réputation: +2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Terre promise ? [Harmonie]   Ven 11 Sep - 14:01

[Elle resta impassible durant le discours sensé de l’homme en face d’elle. Le camp ne lui appartenait pas, elle n’était arrivée que bien après sa « création », mais elle savait que chacune des personnes présentes suivraient son avis sans rechigner. Elle les jaugea du regard, tiquant sans le montrer à l’allusion des connaissances en médecine de la suite de l’homme. Pouvaient-ils réellement faire la fine bouche quand on sait la souffrance dans laquelle se trouvait une gamine dans une tente, à quelques mètres de là ? Harmonie l’avait endormie : à aucun moment elle ne l’avait soignée. Elle plissa légèrement les yeux.

    - Baissez vos armes. Et suivez-moi.
    - Mais Princesse, vous leur laissez leurs épées ?
    - Le fait que la demande vienne d’eux et que nous acceptons ne fait pas de nous des personnes de confiance.

L’homme ne pipa plus mot. Peut-être en faisait-elle trop. Après tout, qu’Ashenwall lui ait fait confiance avant le cataclysme n’obligeait personne à la suivre après le cataclysme. D’autant que beaucoup semblaient confondre son surnom et sa fonction. Le fait d’être une princesse, en l’occurrence, n’a rien de noble, de royal ou de puissance. Ca durera le temps que ça durera, mais tant que son influence pouvait aider des gens, alors elle l’utiliserait, quite à ternir sa propre réputation.

    - Restez-là.

Elle les intima de ne plus bouger pendant qu’elle allait prévenir le reste du groupe. L’entreprise ne prit que quelques secondes. Il y eut des contestations, bien sûr, mais l’argument de la jeune femme ayant des connaissances, même éloignées, en médecine, permit de calmer tout le monde, directement. Les yeux des parents de la jeune fille s’embuèrent. J’espérai au fond de moi, plus que quiconque, que cet homme ne mentait pas dans l’espoir d’obtenir ce qu’il voulait. Tout le monde finit par accepter ces quelques réfugiés supplémentaires. C’est toujours compliqué d’accepter des nouvelles personnes dans un groupe en ces temps, mais la situation l’obligeait. Harmonie se dirigea de nouveau vers les nouveaux et leur dit d’approcher, les faisant s’assoir d’un côté du feu, dans un silence religieux, tous n’osant pas les regarder mais ne pouvant s’empêcher de lancer des coups d’œil. Elle se tourna vers ce qui semblait être le chef du groupe, lui tendant sa main, écartant sa cape et laissant entrevoir son bâton de mage. Elle ne l’avait pas fait exprès, mais se dit que, finalement, montrer aux potentiels ennemis qu’ils n’étaient pas sans défense n’était peut-être pas plus mal.

    - Je m’appelle Harmonie. Harmonie Pleader. On va vous fournir à manger, à boire et un feu, au moins pour cette nuit. J’ignore ce qu’il se passera demain, mais sachez que vous êtes en sécurité dans ce groupe, si tant est que vous vous engagez à respecter toutes les personnes ici présentes.

Elle attendit que l’homme se présente à son tour, serre sa main et s’engage à ne pas créer de vagues. Elle ne souriait pas, aux aguets et prête à en découdre si tout cela n’était qu’une ruse de mauvais goût. Elle ne serait rassurée que lorsque ces gens se seraient engagés – même si, évidemment, ce ne serait que des mots.

    - Et nous ne courrons pas après les remerciements et les récompenses pour aider ceux qui en ont besoin, mais… Nous aurions besoin de vous. Vous avez évoqué des connaissances en médecine, même minces, d’une des vôtres. Dans la tente là-bas se trouve une enfant, gravement brûlée au bras. Vous pensez pouvoir y jeter un coup d’œil ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Terre promise ? [Harmonie]   Dim 13 Sep - 13:33

Camille n’eut pas à attendre bien longtemps avant que la jeune femme ne lui réponde, demandant au groupe de baisser leurs armes et de la suivre. Camille fit signe à ses hommes d’obtempérer, puis ouvrit la marche. Ses pas se firent moins assurés qu’auparavant, sa démarche chancelante n’étant pas passée inaperçu auprès de ses hommes, mais ils savaient que l’aider le desservirait plus qu’autre chose, espérant simplement que Camille tiendrait jusqu’à ce qu’ils puissent s’isoler dans l’endroit que leur offrirait la jeune femme pour la nuit. Contre toute attente, celle-ci les laissa porter leurs armes. Dans le cas contraire, Camille aurait refusé de la suivre, mais le fait qu’elle ait fait preuve d’assez de discernement pour prendre une telle décision surpris le lieutenant. Elle était jeune… mais loin d’être démunie. Alors qu’elle s’approcha de la foule formée par les habitants, la chef du village demanda à Camille et ses hommes d’attendre. Lorsqu’elle leur apprit que le groupe allait rester ici durant la nuit, il y eut quelques contestations, qui se turent aussi tôt lorsqu’elle mit sur la table les connaissances d’Anne. Ce n’était pas la première fois que l’herboriste sortait le groupe d’une mauvaise posture, depuis le début de leur exode, Camille avait utilisée à maintes reprises ses talents afin de convaincre ses interlocuteurs de les héberger pour un temps. Les regards se tournèrent alors vers le groupe, sans pour autant oser fixer les yeux des soldats. La jeune femme se retourna, puis tendit la main à Camille tout en soulevant légèrement la cape grâce à son bras, laissant subtilement apparaître un bâton de mage. De toute évidence, cette mise en garde lui était destinée. Elle était armée et dans la capacité de se défendre efficacement contre eux. Qu’importait, Camille n’avait pas l’intention de nuire à ces gens, mais il prendrait soin de donner cette information à son groupe lorsqu’ils se seraient installés.

La jeune femme se présenta sous le nom d’Harmonie Pleader, puis leur expliqua que le village leur fournirait de l’eau, un feu ainsi que de la nourriture. Ils seraient en sécurité dans leur groupe tant qu'ils respecteraient leurs règles, de plus, elle ne pouvait leur assurer pouvoir leur offrir l’hospitalité le lendemain. A l’entente de ces mots, les visages du groupe se décrispèrent, soulager de pouvoir enfin s’offrir une nuit de repos, mangeant à leur faim et buvant à leur soif. Il ne s'agissait là que d'une seule nuit, mais c'était déjà ça. Camille sourit en signe de remerciement puis serra la main d’Harmonie.

– Je m’appelle Camille De Songefeu, ancien lieutenant dans une ville se situant à l’est près de la mer.

Harmonie ne lui rendit pas son sourire, faisant comprendre à Camille qu’elle ne baisserait pas sa garde. Lorsque leurs mains se séparèrent, la jeune femme pointa du doigt une tente, expliquant qu’à l’intérieur se trouvait une enfant, gravement brûlée au bras. Elle leur avait dit que le village ne demandait rien de leur part rien en échange du logis qu’il leur offrait, mais cette fillette nécessitait de toute évidence des soins et Camille ne pouvait pas se permettre de refuser la requête d’Harmonie. Il demanda alors au groupe de suivre les villageois et de s’installer là où on leur ferait de la place. Puis il appela Anne et lui expliqua rapidement la situation. L’herboriste accepta d’aller regarder l’enfant. En fonction de l’état de ses brûlures, il se pouvait qu’elle puisse faire quelque chose pour elle. Camille décida d’accompagner son amie afin de s’assurer que tout se passe bien. D’un pas plus lent qu’à son habitude, il se dirigea vers la tente, puis y entra. Dans celle-ci se trouvait une petite fille, la pauvre ne devait pas avoir plus de huit ans et dormait allongé sur un lit. Sur son bras était appliqué un tissu humide, probablement afin de ralentir la progression de la brulure, en vain. Anne s’approcha d’elle, puis souleva le chiffon afin d’observer la brûlure. Le bras de la jeune fille n’était pas beau à voir, sa peau ressemblait à de la chair calcinée, rougeâtre par endroit, marron à d’autres. Une odeur désagréable se dégageait tandis que de nombreuses cloques étaient apparues au niveau de son épaule et de son bras. La gamine devait souffrir le martyr et à la vue de cette vision Camille ne put s’empêcher de grimacer. Sans perdre plus de temps, Anne sorti de son sac un pot contenant un liquide.

– Il s’agit d’une décoction d’écorce de Bouleau et d’Aulne, c’est efficace contre les douleurs et ça favorise la cicatrisation, mais il me faudrait quelque chose de plus efficace pour vraiment la soigner. Dans les bois il devrait y avoir du Lys, si vous arrivez à en trouver et que vous pouvez m’en ramener plusieurs fleurs, je pourrai les broyer et appliquer la mixture sur les brulures. Ce serait le plus efficace.

Sans perdre de temps, Harmonie requit l’aide de quelques villageois, leur demandant d’aller dans la forêt à la recherche de la fameuse plante. Pendant ce temps Camille profita d’une chaise posé contre la toile de la tente pour s’assoir, puis il fit signe à Anne de s’approcher de lui, pour qu’elle puisse changer ses bandages et panser ses plaies.

– Harmonie, pourriez-vous sortir s’il vous plait ? En attendant que les hommes ramènent les fleurs, j’ai moi-même besoin de quelques soins. Vous n’avez rien à craindre pour la fille, Anne ne me laisserait même pas l’approcher si elle pensait que je serais capable de lui faire du mal. Dit-il alors que sa vue commençait à se flouter.

Camille le savait, il ne pouvait pas tenir plus longtemps, la douleur se faisant trop forte, trop oppressante. Pour autant, le soldat ne voulait pas que la jeune femme voit dans quel état il était. Montrer des signes de faiblesse était déjà de trop, il n’était pas nécessaire de montrer à quel point Camille était affaibli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Terre promise ? [Harmonie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Terre promise ? [Harmonie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La rhétorique de la peur ( Libre )
» La Campagne Fragments de Réalités : "La Terre Promise" (Q2)
» ۞ VERS LA TERRE PROMISE: ESCALE A HURINDAÏ
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Ashenwall :: Forêt gelée d'Ashenwall-