AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tempérance de Paladines

avatar

Messages : 15
Expérience : 33

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]   Jeu 28 Jan - 12:29

Une belle journée de printemps, cela fait maintenant un an que le cataclysme a eu lieu n'est-ce pas ? Pourtant, pour la demoiselle cette année aura était monotone. Vu son caractère effacé et son savoir-faire, cela a été une chance dans son malheur finalement. Puisque sa famille est à moitié détruite et que ce qu'il en reste est ailleurs où la rejeter, elle a dû apprendre à la dure la vie sans avoir un écu devant soi ou presque. Finalement, elle a trouvé un travail dans une auberge qui a réussi à redresser la barre au fur et à mesure au milieu des ruines fumantes de Beau-Château. Son propriétaire est persuadé que la jouvencelle était une servante qui a profité de l'attaque du dragon pour partir loin de ses maîtres avec quelques affaires, s'ajoutant un nom au passage et personnellement, il aurait fait la même chose si on exclut le nom pompeux qui lui vaudra des problèmes.

Ainsi, Tempérance a vendu la plus grande partie de ses affaires pour subsister et mettre quelques menues monnaies de côté, réserve qu'elle a agrandie en travaillant comme elle le faisait avant. Si l'on exclut le minimum de luxe dont elle jouissait, finalement, il n'y avait pas de grands changements. Chaque soir de dur labeur, elle se consolait une fois ses mains lavées en allant caresser sa robe de mariée en soie, d'un blanc impeccable, en lisant son livre de fables sur les guerrières de la rose chevauchant leurs pégases ou en se disant qu'elle trouvera bientôt son mari.

Il y a peu de temps une étrange rumeur est venue jusqu'à elle. Vesperia, cela n'avait aucune importance pour elle si ce n'est qu'elle a appris qu'un étrange guerrier aux cheveux blancs, portant une tenue de cuir rouge et noir et manient une épée double sy trouvait. Des personnes réunissant ces trois caractéristiques ne devaient pas être légion bien au contraire, elle avait économisé dans le seul fin espoir que ce jour n'arrive finalement, elle va pouvoir trouver son futur époux, celui à qui elle est promise depuis bien des années, destinées même !

Portant une tenue de voyage rustique, mais que ses formes mettent en valeur, entre autres par un décolleté pas très honnête elle est allé trouver un chef de caravane. Liquidant tout ce qu'il lui restait en argent pour payer le voyage et attendant que ce convoi parte elle a rendu son tablier, ses affaires étant déjà chargés dedans. L'aubergiste ne pouvant pas laisser une pauvre demoiselle aussi naïve et timide voyager seule, ce serait un crime de la laisser sans protection et pourtant il sait qu'elle n'a pas l'argent pour engager un gardien digne de ce nom...

C'est qu'entre en scène un homme qui semble si bon, le cœur sur la main au point qu'il lui aurait donné la bonne déesse sans confession ! Il est tout naturel de confier à un étranger d'aussi bonne éducation une douce et fragile enfant n'est-ce pas... Enfin soit, ils étaient réunis avant le départ pour le convoi, sans un sourire de la demoiselle qui n'en avait jamais offert au moindre client de toute manière... D'ailleurs, cette beauté d'allure froide avait attiré bien plus de clientèle que le gérant ne voulait l'admettre. Elle se tient devant lui, portant une tenue de voyage qui ne semble de toute évidence pas à sa taille et qui laisse montrer de manière si insolente certaine de ses formes, ce qui ne déplaît pas à ces messieurs, bien plus à leurs dames. Elle lui tend sa main après une révérence digne des bonnes manières de la haute société.

"Je suis Tempérance de Paladines sir."

_________________


Dernière édition par Tempérance de Paladines le Ven 29 Jan - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]   Ven 29 Jan - 2:41

Le mage blanc est assis à un banc dans un coin d’une auberge dans les ruines de Beau-Château. Il inspecte les lieux, ses yeux bleus perçant les moindres détails des lieux, mais surtout, jugeant silencieusement les gens s’y trouvant. Il fit une grimace de dégout à un gros homme poilu, avant de subtilement verser sa bière dans sa flasque d’alcool vide. Il en aurait peut-être besoin plus tard. Le temps et l’acier de sa flasque alternerait son goût, mais ce dernier était horrible de toute façon : les bons alcools vieillis étaient devenu rares après le cataclysme. Au comptoir, le propriétaire de l’auberge lui jette un regard. Gry lui sourit et le salue de la main. Dans quelques instants, il irait rencontrer sa jeune protégée et se préparer à son voyage avec le reste de la caravane. Puis, lorsque les yeux de l’homme se détournent finalement en souriant, le blondinet lâche un soupire de désagrément et reprend sa grimace.
Finalement, une frêle silhouette fait son apparition dans la salle, titubant sous le poids de son paquetage. Il y a de tout, des branches, des pots, des flasques, des boites ficelés à des chandelles, des tapis et des vêtements, roulés et reliés à des cordes et plusieurs petits sacs de cuir. Et par-dessus le tout, écrasant la masse d’objets sur le dos de la pauvre Ludwig Hermes, une grosse chaise de bois sombre, finement sculptée. Ludwig dépose son paquetage et s’écrase sur un banc en face du mage blanc. Ce dernier lui accorde à peine un regard :
 
-Tu as les fleurs bleues Hermes?
-Oui mon seigneur. Les fleurs empoisonnées des forêts à l’Ouest. Quatre sacs au complet mon Seigneur.
-Excellent.
-Mais mon seigneur, vous ne m’avez pas dit de porter des gants pour les recueillir. Mes doigts ont pris une couleur mauve…
-Je ne l’ai pas dit car cela me semblait évident Hermes. Nous allons tuer des gens avec ces fleurs, leur essence est un poison qui est létal à tous les animaux sur terre. Réfléchis un peu voyons!
-Je ne pensais pas être un animal mon seigneur.
 
Gry lui fiche une gifle en arrière de la tête. Ludwig encaisse le coup sans se plaindre. Il est rendu habitué :
 
-Je te charge comme un mulet et tu es plus idiot qu’un singe! Je veux cette fleur car elle affecte les humains aussi, c’est évident!
-À ce sujet mon seigneur… N’aurais pas pu laisser mon paquetage ici même, alors que je partais chercher vos plantes? C’est que votre trône est lourd mon seigneur.
-Tu ne réfléchis donc pas Hermes? Si tu avais laissé nos précieuses récoltes ici, qu’aurais-je donc fais s’il m’était venu l’idée de partir marcher et explorer les lieux quelques peu? Nous nous serions fait voler!
-Vous auriez pu amener avec vous le…
-Et risquer de me blesser le dos? Quelle ingratitude de ta part Hermes. Pas la moindre once d’inquiétude envers ma santé.
-Pardonnez-moi seigneur…
 
Le mage blanc se lève et s’étire, se tenant le bas du dos. Ah, il n’était pas habitué à s’asseoir sur un banc aussi peu confortable aussi longtemps. Il s’apprête à quitter les lieux, lorsque la petite main de son laquais lui tire la manche.
 
-Mon seigneur, pardonnez mon cerveau de singe, mais pourriez-vous me refaire un résumé du plan prévu?
-[Soupire] Vraiment Hermes? Tu me déçois beaucoup aujourd’hui, mais soit. Il n’est pas facile de comprendre mon génie d’une première écoute. [Tousse et s’éclaircit la gorge] Nous allons escorter une dame jusqu’au nouveau royaume de Vesperia. On voulait s’y rendre de toute façon. Elle ne nous paye pas, mais l’argent n’est pas le but de ce voyage. Cette fille, je l’ai déjà vu avant, j’en suis certain. C’est une noble. Alors soit je gagne sa confiance et elle me doit la vie à fin de ce périple, ce qui me met dans une bonne situation avec sa famille ou son époux, soit elle me récompense en me donnant son corps en cadeau, ce qui m’irait bien aussi.
-Mais on n’a plus une seule pièce pour simplement payer le chef de caravane.
-En effet. Mais je connais ce dernier, il s’appelle Boris Galio. Nous avons grandi ensemble à Toriel au nord. Il a vachement peur de moi, alors il va gentiment coopérer. Ensuite de quoi, rendu un peu avant le désert de Ravey, la caravane va probablement s’arrêter pour boire au Ruisseau du Maréchal. On remonte la rivière, on place les quatre sacs dans la rivière en amont, et on laisse les fleurs infuser son poison dans l’eau. Reviens à la caravane, tout le monde est malade, et je suis le seul avec l’antidote. Je sauve la fille, puis je te sauve toi.
-Pardonnez-moi mon seigneur, mais je dois aussi boire du ruisseau empoisonné?
-Évidemment Hermes! Sinon nous serions beaucoup trop suspects! Ne t’inquiètes pas, je te sauverais avant que tes entrailles se relâchent.
-C’est bien généreux mon seigneur. Donc nous allons créer un faux danger et en sauver la dame. Mais que se passera-t-il si on se fait vraiment attaquer par des brigands?
-Il y aura quelques gardes avec la ligne de caravanes, et rendu au désert de Ravey, nous n’aurons plus besoin d’eux. Il n’y a pas de brigand dans le désert. Surtout pas proche de Vesperia, ils craignent ces lieux comme la peste depuis peu. Bon, maintenant que c’est dit, enfile des gants, tu vas faire peur à la dame avec tes doigts mauves.


Le duo se lève de table, Hermes poussant grognement aigu sous l’effort de sa charge. Gry garde un sourire et va serrer la main du propriétaire de l’auberge. Puis, les deux partenaires quittent les lieux et sortent rencontrer la fameuse jeune dame.
Hermes ne bronche pas, mais le mage blanc à bien de la difficulté à rester en place devant la jeune femme. Elle possédait des courbes qui enflammaient ses sens. Elle ne lui avait pas semblé aussi belle avant, quoi qu’elle ne devait alors être âgée que de 10 ans. Certes, il avait bel et bien 9 ans de différence dans leurs âge, mais ce n’est pas le genre de chose qui empêcherait Gry de la faire sienne. D’après lui, quand une femme était mur, elle le faisait sentir, et les vêtements de cette dernière criaient à l’abordage. Le blondinet savait par contre qu’il ne pourrait pas la posséder tout de suite, tel n’était pas le but de ce voyage, mais il se promit qu’un jour, il la kidnapperait à son époux et la garderait en otage telle une femme trophée.
Elle lui tend la main, et Gry la soulève avec révérence, déposant un baiser sur sa main. Il note aussitôt le manque de douceur du bout de ses doigts. Une joueuse de luth, ou une archère pour passer le temps? Il lui sourit, s’inclinant à son tour.
 
-Ma douce Tempérance, je suis le seigneur Filorness, et je serais votre protecteur au cours de ce voyage. C’est un honneur de finalement vous rencontrer, votre beauté à sut laisser des rumeurs flotter jusqu’à mes oreilles, et j’ai dû répondre à l’appel de la juste cause.
 
Gry jette un regard à sa droite rapidement, et voit Boris le chef de caravane nourrir un cheval avec douceur. Gry plisse les yeux et dépose un second baiser sur la main de Tempérance avant de lâché celle-ci :
 
-Pardonnez-moi ma dame, mais je dois parler avec le chef de Caravane. Je ne saurais vous laisser seule trop longtemps, alors mon bon serviteur Hermes va s’occuper de vous garder compagnie. Puissiez-vous lui pardonner son manque de courtoisie, je peux vous assurer qu’il n’a que de bonnes intentions et qu'il est très doux.
 
Hermes était rendue bien habituée à être nommée au masculin. Plus de 5 an passé avec Gry, et ce dernier n’avait toujours pas réalisé qu’elle était une fille. Elle fit une petite courbette devant Tempérance, passant proche de la frapper au visage avec le dossier du siège en bois qu’elle devait transporter pour le mage blanc.
De son côté, Gry avance vers Boris. Ce dernier se retourne et le voit. Le temps semble se figer pour lui, alors que les souvenirs de son temps au village de Toriel lui reviennent en mémoire, et la vengeance que le blondinet avait exercée sur lui pendant longtemps après avoir été déclaré béni par la déesse. Le mage blanc lui fait un sourire de reptile :
 
-Hey Galio, tu te souviens de moi?

Boris ne put s'empêcher d'uriner dans son pantalon.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Tempérance de Paladines

avatar

Messages : 15
Expérience : 33

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]   Ven 29 Jan - 15:27

Alors que les mots du si charmant à ses yeux Gry, glisse sur l'air comme de belle et enjôleuse note d'un air enchanteur à ses oreilles, les joues de la belle enfant s'empourprent légèrement. Malgré son statut, il est évident que pour éviter tout incident la jouvencelle était tenue à l'écart du plus d'hommes possible, cela était d'autant plus frais pour les plus jolie garçon et ceux à la langue de miel. Car, si la tête de Tempérance dit non, il en est d'un tout autre refrain de son cœur et surtout de son corps en fleur prêt à recevoir tout l'amour qu'il mérite. Si bien, qu'elle aurait presque pu se laisser aller à l'un de ses tout premiers sourires depuis une bonne décennie, mais malheureusement les affaires du noble l'on envoyer un peu plus loin, un peu trop tôt pour cela.

Se retrouvant avec le serviteur, qu'elle pense également à tort être un homme, elle l'observe un instant. Avant le cataclysme, elle n'aurait même pas laissé un regard rester sur lui, pas par dédain, mais à cause de sa place. Mais entre-temps elle a passé une bonne année dans un niveau de vie bien plus modeste et a appris l'importance d'avoir des alliés puisque des amis sont trop rares. Du coup voyant ses mains légèrement mauves et se disant que le travail aux ateliers de teinture et vraiment ingrat et qu'elle espère que le bon monsieur qui semble effectivement un peu niais, mais gentil est mieux traité. Évidemment, rien ne peut retirer cela à la peau, surtout qu'en réalité elle se trompe... Mais au moins elle peut l'aider autrement. Ou pas, ce n'est pas son serviteur et lui offrir quoi que ce soit serait une ingérence dans les affaires d'un autre noble sans son accord.

Restant avec un air désolé du manque de manœuvre qu'elle peut se permettre, finalement elle préféra ne rien faire, mais se promettait qu'elle essayerait ce qui ne voulait pas vraiment dire qu'elle trouverait vraiment une manière de le faire. Ce qui n'aidait pas d'ailleurs, ce fut que son esprit fut aussi entaché par des pensées parasites créées par le beau visage, les manières sublimes et l'enchantement créer par un homme sur le faible esprit d'une demoiselle en pleine puberté, sachant garder son sang-froid, mais n'étant pas moins sujettes aux caprices de dame nature.

Finalement, elle n'eut pas la moindre conversation avec le domestique, surtout pour éviter de lui avoir des ennuis, il a dû le comprendre s'il est moins idiot que son seigneur le pense. Si bien que vint le moment de rejoindre celui-ci et la caravane. Bien qu'elle reste avec un visage froid, elle n'est pas bonne comédienne, ainsi difficile de comprendre ce à quoi son esprit est occupé alors qu'elle reste trop près de lui pour que ce soit naturel, bien qu'elle ne s'en rende même pas compte elle-même.

Accrochée à son bras, comme une dame l'est à un protecteur, et ce même si lui-même n'a pas présenté celui-ci ce qui serait étrange, elle se rend compte que ses courbes sont une gêne dans cette posture. Elle a même peur que le fait que son poitrail serre autant le bras du pauvre Gry, le bout celui-ci ne se retrouve privé de liquide vital, en réalité cela n'arrivera pas, mais elle n'a pas la science médicale suffisamment poussée pour le savoir.

"Seigneur de Filorness."

Le "de" étant présent pour appuyer inutilement son respect pour lui, alors qu'elle a un air légèrement timide qui prouve que ce n’est en rien par flagornerie.

"Pourrais-je avoir l'outrecuidance de vous demander une faveur ?"

Le laissant répondre par l'affirmative, car, toute autre réponse serait effronté en public, bien que ça ne l'oblige en rien à répondre par l’affirmative à celle-ci.

"Je souhaiterais, vous emprunter ce bon Hermes, pour me rendre présentable avant notre arrivée à Vesperia. Si cela vous convient bien évidemment ?"

Avant d'être un homme, enfin, elle le pense, Hermes est avant tout un serviteur. En plus, son instinct lui dicte à tort où a raison, que celui-ci n'est pas une menace. Il est bien évident qu'elle ne peut et ne veut se présenter à son futur époux puant la sueur, dans une tenue de simple voyageuse et sans un minimum de maquillage ou de préparation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]   Mar 2 Fév - 3:13

Boris recule de quelques pas, une goutte de sueur au front. Gry garde son grand sourire et, hoquetant quelque peu, le chef de caravane articule :
 
-Comment oubliez? Tu m’as brisé le bras gauche. J’ai encore de la difficulté à l’utiliser.
-Je crois aussi me souvenir que tu le méritais amplement, en me tabassant tous les matins avec ton petit bâton de bois préféré. Et la déesse voulait te voir punit pour que tu apprennes ta leçon.
-Et passer chaque année à craindre d’avoir des serpents dans mes bottes le matin.
-Ce n’est arrivé que trois fois, je crois que tu as une mauvaise compréhension des probabilités mon ami.
 
Le mage blanc sourit à Boris et passe à côté, s’approchant de son cheval. Il va pour lui caresser le museau, mais la bête lui jette un regard noir et tente de la mordre. Gry recule sa main rapidement avec une grimace. Il regarde avec méchanceté le cheval avant de se retourner et de reprendre son sourire devant Boris.
 
-Je vais voyager avec la ligne de caravanes. La Déesse veut que je défende une dame à bord. Mon bon serviteur et moi-même voudrions que tu nous laisses un chariot pour moi et mes compagnons.
-Oui, la Déesse… Et j’imagine que vous ne voulez pas payer pour ce luxe?
 
Gry ne fait que garder son sourire. Boris comprends le message. Pendant un mince instant, il reprend courage. Il ouvre la bouche, se préparant à répondre à la négative à son bourreau, le cœur pompant à toute vitesse. Mais au même moment que le vent quitte ses poumons, le mage blanc le regarde avec des yeux vides de toute humanité, perdant son sourire, si bien que Boris ne fait que sortir un petit son aigu de sa gorge, terrorisé sur place. Gry respira deux bons coups par ses narines :
 
-Tu sens horriblement mauvais mon ami. Arrivé à la Rivière du Maréchal, tu devrais te laver. Surtout, met bien tout ton corps sous l’eau, question d’enlever toute la crasse.
 
Satisfait de sa rencontre, Gry retourna voir Tempérance et Hermes. Il put voir de loin que ce dernier n’avait toujours pas mit de gants, et il mit tous ses efforts à empêcher une grimace d’agacement de lui monter au visage. Il voulait absolument garder son masque souriant devant la jeune femme. Lorsque celle-ci lui saute au bras, Gry fait un petit pas vers l’arrière de surprise. Étant assez maigre et peu musclé, le mage blanc préférait séduire les femmes en respectant une certaine distance. Ses bras squelettiques n’étaient pas la partie la plus séduisante de son corps, contrairement à son visage d’ange. Mais elle ne semble pas en être déranger, et Gry se voit envahit d’un désir excitant extrêmement puissant, qu’il réprime avec difficulté alors que Tempérance lui demande :
 
-Seigneur de Filorness. Pourrais-je avoir l'outrecuidance de vous demander une faveur ?
-Évidemment ma douce Tempérance.
-Je souhaiterais, vous emprunter ce bon Hermes, pour me rendre présentable avant notre arrivée à Vesperia. Si cela vous convient bien évidemment ?
 
L’imagination de Gry partait dans tous les sens, salivant à l’idée de la jeune femme nue, se changeant en une autre tenue… Et soudainement, son cerveau fit un déclic. Non, il devait rester concentré sur sa tâche. Et tout cela ne lui inspirait pas confiance. Il chercha un moyen d’exprimer ses craintes à Tempérance sans perdre son effet charmeur :
 
-Douce Tempérance, bien que je sois tout à fait prêt à donner ma vie pour vous, la situation idéale serait que nous évitions le plus possible de risquer nos vies dans ce voyage. Et je crains que si vous devenez ne serait-ce qu’un tant soit peu plus belle que vous ne l’êtes déjà, vous attirerez sur la caravane tous les brigands sans-valeurs de Gorah.
 
Sentant venir la déception de la jeune femme, Gry renchérit immédiatement :
 
-Pour être honnête, mon imagination serait comblé de vous voir encore plus présentable que vous ne l’êtes déjà, alors si tel est votre désir, je souhaiterais que vous vous changiez dans notre caravane, mais que vous ne vous montriez à personne d’autre qu’à Hermes et moi, jusqu’à ce qu’on arrive au désert de Ravey. Maintenant, suivez-vous je vous prie, ma douce Tempérance.
 
Gry guide Tempérance jusqu’à un grand chariot de bois, recouvert d’un toit de de cuir et de toile rouge, formant une sorte de hutte sur roues. Devant le chariot, un siège de conducteur, lié à deux poneys marron, tachetés de blanc. La ligne de caravane est composée d’environ cinq de ces chariots de luxe, de 3 charrettes destinées aux transports de bien et de quatre chevaux, chevauchés par des gardes. Une énorme caravane se tenait à la fin du carrelage, entassant dans son ventre plus d’une dizaine de pauvres âmes. C’était là le système de transport des gens pauvres, la plupart fuyant avec leurs maigres possessions loin de la famine grandissante de Haut-Le-Fort sous la prise de contrôle plus ou moins récente d’une princesse Thémis.
Le conducteur du chariot à la toile rouge regarde avec confusion Gry, qui saute à bord. C’est un homme entre deux-âges, le crâne dégarnit et à l’œil un peu fou :
 
-Que faites-vous?
-Nous prenons possession de ce chariot. Ordre du Chef de Caravane.
-Mais nous avons payé pour ce…
-Vous serez rembourser à la fin du voyage, et en gentilhomme, je vous donnerais même une compensation pour votre bonne volonté. Vous arriverez à Vesperia plus riche qu’à votre départ. Maintenant je vous prierais de prendre vos choses et de faire place.
 
L’homme sembla accepter ce marché, et il partit sous la toile parler avec deux vieilles femmes. Une, couverte de verrues, grommela son désaccord, mais elle finit aussi par quitter le chariot. Sous la « tente », il y avait deux longs bancs et beaucoup d’espace pour les pieds. Du moins, jusqu’à ce qu’Hermes y dépose son énorme paquetage, dans un son infernal. Gry lui jette un regard noir, et Hermes se dépêche de rendre les lieux plus confortables. Il retire d’ailleurs un tapis de velours bleu, possédant un emblème de la lettre F, brodé en son centre, qu’il dépose entre les deux bancs. Il s’agissait d’un bien précieux que Gry Filorness s’était fait faire il y avait de cela deux ans, et qu’il transportait partout avec lui, en même temps que son trône de bois noir, au grand déplaisir de son serviteur.
Le mage blanc fit un sourire satisfait, qu’il dévoila à Tempérance :
 

-Cela vous convient-il ma dame?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Tempérance de Paladines

avatar

Messages : 15
Expérience : 33

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]   Mer 3 Fév - 3:37

Ainsi la jeune femme avait fait sa demande et effectivement s'il ne pouvais pas éviter de l'entendre sa réponse, bien que négative semble bien sage à bien y réfléchir. Il est vrai qu'elle a eu quelques échos de ce qui arrivait aux pauvres femmes qui n'avaient pas le temps de boire leurs fioles de poison à temps lors de prise de ville, de château ou de caravane... Ou celle qui n'avait pas la force de protéger leur pureté au prix de leurs vies également. Le fait qu'il pense que se rendre plus belle serait créer un immense appeau à dégénérés est tout de même un compliment indirectement, enfin elle l'a pris ainsi en tout cas.

"Je comprends, vous êtes bien plus sage que je ne puis l'être puisque je manque de ce genre d'expérience."

Oui, forcement elle n'a jamais réellement voyagé ou alors c'était avec son père et une solide escorte qui aurait fait peur a n'importe qu'elle bande de brigands et de toute manière personne n'aurait été assez idiot pour s'attirer le courroux de riches nobles à cette époque à moins d'être particulièrement stupide ou désespéré.

"Puisque je ne peux souiller la vue d'un gentilhomme avec mon corps encrassé, je ne me changerai qu'une fois arrivée. Je vous remercie d'avoir écouté la folle requête d'une femme qui manque de votre bienveillante sagacité."

Une fois arrivé jusqu'à un chariot, il fait sortir la plèbe qui était installée dedans. Sans entendre la discussion qui se fait, elle comprend, ou plutôt pense que ce n'était que quelques parasites cherchant à profiter de place qui avait l'air libre. Mais bon, de toute évidence, ils ont eu la décence de partir sans faire d'esclandre une fois qu'il leur a gentiment demandé de faire place pour une dame. Bien entendu, elle n'avait rien entendu de cet acabit et c'était contenté de l'imaginer comme si cela ne pouvait être que la seule manière possible de voir cet éventement et son dénouement.

Puis vient le temps de s'installer dans la caravane elle-même. Gry à même à ses yeux le bon goût de rendre celle-ci plus présentable bien que le rang de nobles n'a plus grande valeur, cela est tout de même plus agréable. Elle se laisse vaguer à une pensée imbécile, se sent de nouveau femme de la haute société. En fait elle récent cela bien plus maintenant, au côté du seigneur de Filorness, que jamais. Finalement elle se dit que troquer le luxe pour un peu de dignité et de reconnaissance n'est pas si mal.

Si cela lui convient ?

"Votre bon goût est des plus exemplaire, j'admire votre souci du détail."

Les yeux pétillants d'un certain respect éludent sans le moindre mal le moindre soupçon d'ironie, elle ne ment pas où alors aurait-il fallu qu'elle soit une excellente actrice, ce qu'elle n'est pas de toute évidence. C'est la première fois qu'elle voit un jeune homme et s'il est un exemple de courtoisie et de bonne manière, elle se dit que finalement elle n'a rien à craindre de son mariage à venir. Son futur mari doit bien approcher de cette excellence qu'elle contemple à cet instant.

Néanmoins, un petit doute s'installe dans son cœur, une fois encore son esprit dit non là où son corps serait bien disposé à laisser ses pulsions casser son masque de froideur. Mais à ce moment précis, des réminiscences de paroles de son père la rappellent à l'ordre, si elle devait se laisser aller, elle finirait dans un lieu qui serait encore moins enviable que celui où elle a vécu une année durant. Bien qu'elles ne soient plus fondées, les menaces de son paternel continuent à vaciller au-dessus de sa tête comme le couperet d'un bourreau attendant la moindre incartade. L'amour n'entre jamais en compte dans un mariage entre nobles, elle n'avait rien choisi et elle ne peut que se contenter de suivre cette voie.

Une voix forte, comme un ogre, puis une secousse... La caravane démarre.

"Cette ville n'est plus que l'ombre d'elle-même... Vous qui êtes assez courageux pour voyager, vous avez dû voir si cette situation est aussi véridique ailleurs ?"

Alors qu'elle dit cela d'un air aussi neutre qu'habituellement, elle regarde le paysage urbain, en sachant que des jours durant elle n'en rêveraient pas. Certainement des villes ou villages étapes, mais pas de grande civilisation avant longtemps. Mais cela ne l'inquiète pas, elle se sent en sécurité avec Gry et son serviteur en guise de chevalier protecteur... Et puis le cortège a aussi sa propre force de protection.

Le temps passe, le paysage change et finalement la rivière est en vue. L'avantage d'avoir de l'eau a profusion, le désavantage que c'est forcement l'itinéraire qui sera surveillé par les coupes jarret pour la même raison. Quand elle travaillée, le fait d'être crade pouvait encore passer, mais avec des journées de voyage ponctuées que de pauses plus ou moins rares cela devient de plus en plus insoutenable. Même sa volonté à des limites si bien qu'une fois le ravitaillement en eau fait, elle se rend à l'évidence. Si elle ne se lave pas, elle va devenir folle, c'est parfaitement insensé, mais plus elle y pense et plus c'est inconfortable. Ainsi c'est d'un air gêné alors qu'une fois elle est seule avec Gry et Hermes.

"Je suis malheureuse de constater que mon égoïsme va primer sur ma résolution à suivre vos consignes. Ainsi je vais vous prendre au mot quant à la demande que je vous avais faite au tout début. Je vous emprunte votre loyal serviteur un tout petit instant."

Ce n'est pas par autorité qu'elle ne lui laissera pas vraiment le temps de refuser ce qu'elle vient d'énoncer, mais bien qu'elle soit certaine qui ne reviendra pas sur ses paroles énoncées bien avant et qu'elle ne souhaite pas lui faire perdre son temps. Ainsi elle sort, profitant une des haltes qu'ils effectuent. Elle ne va pas loin, elle a juste besoin de récupérer sa malle étant un chariot plus loin, une bassine et une outre d'eau. Elle n'a pas eu droit à de l'eau chaude depuis un an, alors ce n'est pas le manque de celle-ci qui va l'arrêter de toute manière. Donc, avec l'aide de l'homme efféminé, ou d'un homme de la caravane si celui-ci ne la suit pas, elle remonte avec ce dont elle a besoin et remercie les bras vaillants ayant porté ce qu'il y a à porter.

Ainsi, elle met par la suite en chantonnant discrètement de bien piètres vêtements, laissant ceux réservés pour sa rencontre avec son futur époux de côté ainsi que ses atours en or des fous provenant des terres neutres, un linge qu'elle imbibe d'eau après avoir rempli la bassine à ses pieds d'eau avec le contenant en cuir. Avant de commencer, elle se demande si c'est bien prudent de se changer dans la même pièce, enfin en quelques sortes, qui accueille deux hommes... Mais le serviteur aux cheveux de feu n'est pas à ses yeux une source de danger et le bien trop merveilleux gentilhomme ne saurait avoir la bassesse de profiter d'elle c'est évident. Elle lance un regard au bien élevé et charmant homme qu'elle pense avoir comme compagnie et il n'a rien fait pour défaire cette image de toute manière. Elle attend qu'il détourne le regard et ne fasse plus attention à sa présence, après tout, il n'aurait pas l'indélicatesse de profiter de ce moment pour observer son intimité n'est-ce pas ?

Le jeune serviteur, qui en réalité est une servante, mais personne ne la remarqué, est mis à contribution pour aider à la toilette complète, à mettre et ajuster les habits a la coupe grossière d'un bleu clair terne est délavée qui a surement bien des années d'usage. La seule chose qui sauve les apparences est que les reprises pour effacer les trous qu'elle aurait pu avoir son discret ainsi que l'ajout d'une paire de longs gants blancs pour rendre cela un minimum élégant et encore.

Pas a un seul moment elle ne vérifiera si Gry laisse son regard vagabonder, candide enfant, de toute manière dans son for intérieur même si elle l'avait vu la contempler, elle aurait fait semblant de rien... Ou du moins, aurait essayé, n'est-il pas agréable de se faire belle pour être admiré de beaux hommes ? Une fois prête, mettant un peu de parfum aux notes florales pour égayer sa journée et oublier l'odeur qu'elle avait quelques instants avant, elle se tourne vers l'autre personne de sang bleu de la carriole. Bien que son vêtement soit simple, il a aussi bien du mal à retenir les courbes de la demoiselle qui est bien plus ronde qu'elle ne le devrait, surtout au niveau du poitrail et des hanches. C'est plus la carrure d'une femme de petite vertu que celle d'une élégante membre de la haute société... Mais on ne choisit pas son corps n'est-ce pas ?

"Est-ce à votre goût ? J'espère que vous me pardonnerez de réserver mes plus beaux atours pour mon fiancé et d'oser présenter à vos yeux un habit aussi simple."

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gry Filorness

avatar

Messages : 28
Expérience : 47
Age : 21

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: -2
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]   Mer 3 Fév - 5:18

Il y avait longtemps que Gry n’avait pas eu autant de succès avec une femme. Enfin, avec autre chose qu’une femme de la nuit. Malheureusement, Tempérance était promise à quelqu’un d’autre, qui pouvait probablement devenir un allié puissant, alors Gry ne pouvait lui sauter dessus. Il pouvait seulement espérer que lorsqu’il lui sauverait la vie au ruisseau, elle ne tomberait encore plus pour lui et quitterait son époux promis pour devenir sienne. Après quoi il jouerait avec elle jusqu’à ce qu’elle n’éprouve plus rien pour lui, après quoi il s’en débarrasserait d’une manière adéquate.
 
-Votre bon goût est des plus exemplaires, j'admire votre souci du détail.
 
Bien qu’il ne réponde pas par autre chose que son sourire habituel, ce compliment avait fait chaud au cœur de Gry. Personne ne comprenait jamais ses excentricités. Pourquoi s’intéresser à l’art? Pourquoi épuiser son serviteur à transporter des meubles? Il n’y avait que les gens éduqués, d’intelligence supérieurs tels que des nobles qui pouvaient comprendre son besoin. Et Tempérance était une de ces personnes, ce qui remplit Gry de satisfaction, à l’idée de ne pas être le seul de ce genre.
Soudainement, la caravane commença à avancer en avant, et Gry prit les reines, s’asseyant sur le siège avant du chariot, dirigeant les chevaux. Ludwig Hermes reste à l’intérieur, alors que le mage blanc scrute l’horizon et salut les chevaliers qui trottinent à ses côtés avec un sourire.
 
-Cette ville n'est plus que l'ombre d'elle-même... Vous qui êtes assez courageux pour voyager, vous avez dû voir si cette situation est aussi véridique ailleurs ?
-Oh si, j’ai vu. Je peux vous assurer qu’Haut-Le-Fort est devenu la pire région de Gorah après le cataclysme, le reste est assez bien. Tout cela à cause d’incompétents tentant de prendre contrôle de la région. Un leader, un vrai, n’aurais jamais laissé une telle chose se produire. [Pause] À ce sujet, Ashenwall se porte bien, spécialement aux alentours de mon château.
 
Bon, il ne possédait pas réellement de château, mais qu’est-ce qu’une gamine de 16 ans sans expérience pouvait bien en savoir? Il pouvait aussi bien déclarer être prince d’un royaume de l’autre côté de la mer, qu’elle l’aurait aussi bien cru. Et il n’avait pas mentit sur toute la ligne: bien que toute trace de noblesse avait pratiquement disparu de Gorah, rien n’était aussi terrible ailleurs que depuis ces derniers temps à Haut-Le-Fort. Gry se promit que lorsqu’il dirigerait son propre empire, il n’en perdrait pas le contrôle comme la princesse l’avait fait à Haut-Le-Fort.
 
Le temps passe, et après seulement quelques heures, s’ennuie et laisse les contrôle des chevaux à Hermes, jusqu’à ce que le ruisseau arrive en vue. Les chevaux étaient épuisés et allaient se désaltérés avant les hommes, ne risquant pas l’empoisonnement prochain…
Le ruisseau du maréchal était le dernier point d’eau claire avant de rentrer dans le désert de Ravey, qui bloquait la route entre Haut-Le-Fort et Vesperia. Il existait d’autres sources d’eau dans le désert, mais il fallait alors bouillir l’eau car elle était stagnante et porteuse de bactéries, ce qui rendait la tâche bien longue pour une caravane qui voulait abreuver plus d’une dizaine de chevaux. Le ruisseau du maréchal était donc l’emplacement de repos idéal.
Le coin étant assez fréquenter par les brigands, les gardes de la caravane étaient aux aguets. On commençait à détacher les chevaux des charrettes, les rapprochant lentement du ruisseau. Gry sauta sur le sol et détacha les liens d’un des deux chevaux, lorsque la voix de Tempérance s’éleva de l’intérieur :
 
-Je suis malheureuse de constater que mon égoïsme va primer sur ma résolution à suivre vos consignes. Ainsi je vais vous prendre au mot quant à la demande que je vous avais faite au tout début. Je vous emprunte votre loyal serviteur un tout petit instant.
 
Quoi? Elle comptait se changer? Gry pria à la déesse qu’elle n’ait pas eu l’idée de se baigner nue dans la rivière, le genre d’idée idiote qui lui assurerait de se fasse kidnapper. Gry jeta un regard sérieux à Hermes, qui hocha de la tête. Excellent. Bien que le blondinet ne respecte aucunement son serviteur, ils avaient développé avec les années des signaux silencieux et Gry fut heureux de voir qu’Hermes avait compris son désir.
Hermes allait accompagner la jeune femme pendant que lui partait empoisonner le ruisseau.
 
Ainsi donc, Hermes s’occupa de Tempérance, qui partit chercher ses choses dans une charrette à l’arrière. Aussitôt partis, Gry se propulse dans la caravane, arrachant des valises les quatre sacs remplies de fleurs empoisonnées. Il reprit pied à terre et apporta les deux chevaux au ruisseau. Il s’avança avec ses équidés vers l’avant du ruisseau, où Boris le chef de caravane surveillait son cheval. Ce dernier l’interpella :
 
-Tu ne fais pas boire tes chevaux?
-Ils ont mauvais caractère, ils se chamaillent avec les autres bêtes. Je les amène un peu à l’écart.
 
Et ainsi donc, avec ses quatre sacs et ses deux bêtes, il disparut dans la forêt… Aussitôt légèrement hors de vue, il abandonna un cheval et sauta sur l’autre, gambadant à toute allure vers la source du ruisseau. Il ne restait que peu de temps. Il devait agir rapidement, car le poison des fleurs ne voyagerai pas plus vite que le courant du ruisseau. Il lui fallait calculer le temps que prendraient le poison à arriver et le temps que prendront les chevaux à boire. Si le poison empoisonnait un cheval, Boris le remarquerait probablement. Non le mieux, ce serait que le poison arrive après… Heureusement pour Gry, il était assez intelligent, et ce n’était pas son premier empoisonnement de masse. Il retira donc les quatre sacs de toiles et les déposa dans le creux du ruisseau, coincés entre des roches. Il savait que l’essence mortelle saurait passer à travers le tissu fin et se rependre dans l’eau, la rendant mortel pour toute chose vivante pour deux ou cinq heures.
Une fois sa tâche terminé, il s’apprêta à ressauter sur son cheval, lorsqu’un bruit attira son attention.
Merde, quelqu’un l’avait suivi.
 
Sortant des branches, un gamin de 6 ans, avec des yeux énormes et un ventre d’une maigreur cruelle, l’interrogea avec un sourire :
 
-Dis monsieur, pourquoi tu mets des sacs dans l’eau?
-[Souriant] Bonne question mon petit. J’en ai une autre pour toi. T’es-tu aventuré seul jusqu’ici? Tu es très courageux!
-Oui monsieur! Ma sœur est resté à abreuver les chevaux, et j’avais des fourmis dans les jambes à ne rien faire et…
 
Gry déposa sa main sur son tome de lumière et posa son autre main sur le front du gamin, lui envoyant des dizaines de décharges lumineuses sur le crâne. Le garçon tomba inconscient sur le sol.
Le mage blanc le regarda un instant, le regard vide, puis il plongea sa main ganté dans le ruisseau, en tirant une fleur bleue toute mouillée d’un des sacs. Il ouvrit de force la mâchoire du gamin et plaça la fleur dans sa gorge, avant de refermer le tout.
 
Sans un regard en arrière, il sauta sur sa monture et rejoignit la caravane. De retour, il descendit de son cheval, et reprit le second qu’il avait abandonné là. Sortant de la forêt, il vit Boris ramener ses chevaux vers sa caravane, alors que quelques personne préparaient leurs gourdes et contenant d’eau pour les remplir avant le voyage dans le désert. Un timing parfait pour son plan. Gry eu un sourire, qui ne se laissa pas perturber par une jeune femme qui l’arrêta pour lui demander s’il avait vu son petit frère Jeremy. Il promit de l’aider à le retrouver, et lui suggéra de s’hydrater pour avoir les idées plus claires.
 
Au même moment, au chariot de Tempérance et Hermes, la première s’exclame :
 
-Est-ce à votre goût ? J'espère que vous me pardonnerez de réserver mes plus beaux atours pour mon fiancé et d'oser présenter à vos yeux un habit aussi simple.
 
Tempérance réalisa rapidement que le Gry qu’elle espérait trouver à la sortie du chariot n’était pas là, mais bien quelques mètres plus loin, ramenant lentement ses deux chevaux, tout en discutant avec une autre jeune femme.
Hermes regarda la noble fille un moment. Bien que Gry ne veuille le croire, elle était assez intelligente, et apprenait rapidement. Et dans un tel moment, elle sut ce que son maître attendait d’elle :
 
-Je suis certain que mon seigneur vous trouverait à son goût en toute circonstance ma dame. Il n’est point du genre à sous-estimer la beauté d’un joyau, même s’il n’est pas poli.
 
En fait, elle ne faisait que répéter des paroles que Filorness avait lui-même dites à une autre femme, dans un autre village, à une autre époque…
Le blondinet fini par revenir, et il fit un sourire au duo :
 
-Pardonnez mon absence. Le périmètre est sécurisé. Par contre, je crains devoir m’absenter encore quelques moments, jusqu’à ce que la caravane se remette en mouvement. En effet, un garçon a disparu, et bien que mon devoir soit d’être à vos côtés, je ne peux m’empêcher de craindre qu’un malheur ne soit arrivé à ce pauvre enfant de la déesse. Entre temps, vous devriez vous désaltérez à la rivière. Hermes rempliera votre outre d’eau. J'espère qu'il ne vous ennui pas ma douce Tempérance. [Clin d’œil] Je vous promet de m'occuper de vous bientôt.
 

Gry planifiait partir quelques minutes dans la forêt, loin du ruisseau, sous prétexte de chercher l’enfant, et reviendrait peu après, lorsque les premiers symptômes auraient commencés. Une grande faiblesse, les cellules du corps qui se détachent et se décomposent alors que le cerveau est encore en vie… Il s’occuperait de Tempérance et d’Hermes, et le plan pourra alors finir en réussite totale, pouvant même s’enfuir avec un chariot et deux chevaux gratuitement, alors que le reste de la caravane mourrait en silence, sans le précieux antidote qu’il gardait dans ses poches.

Carte du voyage:
 
[La suite de ce RP ce fait ici: http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t654-la-mort-invisible-pv-gry-filorness#3211 ]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org/t615-vous-allez-me-det
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le danger n'est pas toujours là où on l'attend [PV : Gry Filorness]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Haut-le-Fort :: Ruines de Beau-Château-