AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Flashback - Un passé trouble sur des eaux agitées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Almir Sretan

avatar

Messages : 17
Expérience : 40
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 4
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Flashback - Un passé trouble sur des eaux agitées   Ven 15 Jan - 15:46

Je me réveillai au beau milieu de ce que je reconnus comme la calle sombre, puante et collante d’un navire mal entretenu. Immédiatement, je sentis une douleur lancinante à l’arrière de mon crâne. J’y passai la main, et je la vis bientôt poisseuse de mon sang. D’après ce que je sentais, la plaie n’était pas très étendue ni excessivement profonde, mais la douleur que je ressentais n’était pas des plus agréables.
 
Je me relevai sur mes coudes dans un premier temps, puis me mis prudemment debout. Le navire tanguait sous mes pieds, toutefois, habitué que j’étais aux aléas des voyages en mer, cela ne représentait aucun problème pour moi. Je sentais les vagues autour de la coque, mais j’entendais surtout les cris qui venaient du pont, au-dessus de moi. Mon cœur se mit à battre à toute allure. Je tâchai de faire le point sur ma situation, mais la peur et l’incompréhension que je ressentais rendaient difficile tout raisonnement censé.
 
Voyons voir. La dernière chose dont je me souvenais précisément était d’avoir décidé de partir pour une petite excursion en mer ce matin. J’avais l’intention de me relaxer une heure ou deux. Ce qui était censé être un moment agréable en solitaire s’était brusquement transformé en une entrevue déplaisante avec une multitude de personnes dont la présence était loin de me ravir. Je suppose qu’on peut considérer ceci comme un euphémisme pour exprimer le fait que je m’étais fait enlevé par une bande de forbans sans foi ni loi. J’essayai de me rassurer et de reprendre le contrôle de moi-même en prenant la chose de la manière la moins dramatique possible comme j’ai toujours aimé à le faire, mais je fus vite rappelé à la réalité lorsque les portes de la calle s’ouvrirent brusquement.
 
Les rayons du soleil m’aveuglèrent un instant avant d’être dissimulés par la silhouette massive d’un homme qui descendait les escaliers qui l’amenaient jusqu’à moi. Mon rythme cardiaque se mit à accélérer une nouvelle fois. Je sentais le sang me battre les tempes en même temps que ma gorge s’asséchait. Je compris que je n’avais guère que deux options. Attendre patiemment la suite des évènements, ou prendre en main la situation. Le sabre qui pendant à la taille de l’homme qui descendait me dissuada d’en venir à cette deuxième possibilité, car je savais que sa main serait bien plus leste que la mienne et qu’il n’aurait sans doute aucun problème à me tailler en pièces. J’étais loin d’être sans défense, j’étais doté d’une force physique plus qu’acceptable, mais c’était sans doute aussi le cas de cet individu. Il disposait également d’un avantage sur moi du fait qu’il était armé.
 
Chaque pas que l’homme faisait le rapprochait de moi et me rapprochait de l’attaque cardiaque. Je n’avais jamais été préparé à ce genre de situations. Je connaissais mes capacités ; les quelques bagarres avec les jeunes de mon village ou les autres pêcheurs constituaient mes seules expériences guerrières. J’étais totalement pris au dépourvu par la situation que j’étais en train de traverser, je me réveillais après je ne sais combien de temps passé évanoui, je n’avais aucune idée d’où je me trouvais ni de ce qui allait m’arriver. Je perdais complètement mes moyens, je me sentais absolument sans défense, le contrôle de la situation m’échappait totalement ; je détestais ces sensations.
L’homme à l’accoutrement singulier et à la dentition  à l’état douteux, dévoilée par un rictus mauvais, me fit comprendre que je ne m’étais pas trompé ; j’étais bel et bien tombé entre les mains de pirates. Je déglutis lorsqu’il se présenta à moi, et me détestais de me montrer si impressionnable. Il semblait s’amuser de mon appréhension, car un nouveau sourire édenté s’étendit sur ses lèvres.
 
- Alors c’est toi la nouvelle recrue ? Ahaha, je sais pas ce qu’on va pouvoir faire de toi, t’as pas l’air très vaillant.
 
Je restai silencieux. La crainte et la colère s’entremêlaient d’une manière inquiétante à l’intérieur de moi. Mon sang chaud d’habitant de Ravey se mêlait à la peur glacée qui me tenait les entrailles. J’étais partagé entre vouloir défendre mon honneur, et l’appréhension de d’être blessé voire tué s’il s’avérait que mon adversaire avait le dessus.
 
- T’as perdu ta langue ?
 
Dans un autre contexte, le ricanement mauvais et narquois qu’il laissa échapper m’aurait peut-être fait sortir de mes gonds mais je décidai de jouer la carte de la prudence. Je ne m’étais pas encore tout à fait remis de mes émotions. Plus la conversation durerait, plus je serais à même de reprendre mes esprits.
 
- Où suis-je ?
- T’es à bord du « Rapace », mon gars ! Considère ça comme un honneur, t’as été choisi comme nouveau membre d’équipage.
- Un honneur ? répondis-je d’un ton que je tentais de rendre sarcastique.
- Ouais, pour un trouillard et une larve comme toi, c’est même bien plus qu’un honneur.
 
J’avais imaginé beaucoup de choses dans ma vie, mais manquer de répartie face au trait d’esprit d’un pirate aux capacités mentales que j’estimais réduites n’avait jamais été l’une d’entre elles. Je me trouvais réduit au silence, mais bouillant de colère. Je l’entendis une nouvelle fois ricaner, et ne pus me contenir cette fois-ci.
 
Pris dans un tourbillon d’émotions, peur, incompréhension, colère, et appréhension, je ne pus retenir mon poing. Il s’écrasa sur le visage de mon adversaire. Affaibli comme je l’étais, je n’avais pas la force que j’avais espérée. Le pirate encaissa mon coup et alors que je m’apprêtai à lui en asséner un deuxième de mon poing gauche, je le vis se jeter sur moi, m’attraper par la taille et me jeter au sol. Le choc contre le bois de la cale me coupa le souffle. Avec lui au-dessus de moi, je tâchai tant bien que mal de me protéger le visage avec mes avant-bras. Je sentais les coups pleuvoir mais l’adrénaline qui me possédait désormais me poussait à continuer de me défendre. Je m’évertuai à essayer de le déséquilibrer en imprimant des mouvements de hanches que je voulais violents. Je n’avais toutefois pas de grand succès. Il était plus lourd, plus fort et plus expérimenté que moi ; mes tentatives de me libérer se soldèrent par un échec.
 
J’essayai de l’attraper à la gorge avec mes mains, mais ce faisant, je libérai une partie de mon visage. Ni une ni deux, le forban en profita pour m’asséner un coup au niveau de la mâchoire. J’en restai sonné. Pendant un instant, je perdis toute force. Le temps que je reprenne mes esprits, il était trop tard. Le laps de temps qui s’était écoulé était très court, mais cela avait constitué une ouverture pour mon adversaire qui entreprit de m’envoyer une nouvelle volée de coups.
 
Je ne me souviens plus lequel d’entre eux eût raison de ma résistance, tout ce que je sais, c’est que je perdis connaissance et que soudain, tout devint noir autour de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Flashback - Un passé trouble sur des eaux agitées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu en eaux troubles
» [Flashback] Les cicatrices d’un passé douloureux
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Autres :: Chroniques-