AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elézim Luville

avatar

Messages : 117
Expérience : 247
Age : 20
Localisation : Ravey

Feuille de personnage
Écus: 393
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Jeu 14 Jan - 21:12

« Du rhum des femmes et la gueule de bois . . . »


Le temps c’était nettement rafraîchi, en effet la nuit commençait bel et bien à tomber. J’avais des courbatures un peu partout, pourquoi ? J’avais passé deux jours entiers à chasser ici et là pour une connaissance. Si on peut appeler ça une connaissance. Et ce soir, je comptais bien me reposer et faire un peu la fête. La taverne était enfin en vue. Des rires, des voix, beaucoup de voix, et des chants. Je poussais la porte de la taverne, une ambiance comme jamais m’accueillait, la taverne était bien remplie.

Je m’approchai du tavernier.

« Salut patron, je te ramène la viande pour ce soir, j’espère que tu vas tenir parole. »

Le tavernier me regardait avant de rigoler. Je posais deux-trois oiseaux sur le comptoir et j’enchainais.

« Le reste est devant la porte de derrière. Deux chevreuils, des rongeurs et un cochon sauvage. »

« Merci petit, t’as bien mérité ta soirée, tu peux boire  et manger à l’œil ! Aller tiens ! »


Il me donnait une pinte, sans doute la première d’une longue série. Après deux trois gorgées bien méritées, je me levais et cherchais une table ou m’installé.

« Y’a du monde ce soir tavernier, c’est bon pour les affaires. »

Je rigolais et le tavernier m’accompagnait. Les serveuses couraient un peu dans tous les sens, avec tout ce monde il y avait de quoi, mais elles n’étaient pas stressées pour autant, on pouvait voir une certaine joie sur leurs visages. Et puis, comment ne pas admirer ces femmes dans de tels vêtements ? Je regardais autour de moi, et je pouvais sentir que mon nez allait faire des siennes, je prenais ma pinte et allais m’asseoir au fond de la salle avant qu’un flot ne coule, à la seule table où il y avait encore de la place, et un jeune homme aux cheveux blancs y était déjà installé.

« Bien le bonjour étranger puis-je me joindre à votre table ? »

Je n’attendais évidemment pas une réponse de sa part, et m’asseyais en face de lui.

« Désolé de m’incruster comme ça, mais comme vous pouvez le voir, la salle est rempli, et puis le repos est ce pour quoi j’ai travaillé si dur ces derniers jours. C’est agréable de voir autant de monde souriant vous ne trouvez pas ? »

Une chanson que je connaissais passait à ce moment, et je la repris en chœur avec les clients de la taverne.

« Du rhum des femmes et d’la bière nom de dieu.
Un accordéon pour valser tant qu’on veut !
Du rhum des femmes, c’est ça qui rend heureux !
Que l’diable nous emporte on n'a rien trouvé d’mieux ! 
Oooooh on n'a rien trouvé d’mieux !»

Je me retournais vers mon nouveau compagnon de beuverie.

« J’en oublie les politesses. Je me nomme Elézim Luville, et vous ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cross

avatar

Messages : 16
Expérience : 27

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Sam 16 Jan - 22:46

Chapitre 3 : Premier soir à la taverne


Après plusieurs jours de marche, j'arrivais enfin dans ce qui me semblait être la contrée de Ravey. Tout ce sable qui m'entourait me laissait supposer qu'il s'agissait des fameuses terres arides décrites dans les livres. Néanmoins, cela n'empêchait pas les hommes d'y vivre, car j'arrivais assez rapidement dans un village. Je réalisais qu'il s'agissait du premier village que je visitais depuis mon départ... Je n'avais vécu depuis tout ce temps qu'à l'extérieur. Cela me ferait grand bien de dormir dans un lit... Je pouvais voir un panneau sur lequel était marqué « Dissri ». J’étais arrivé à destination. Est-ce qu'ici je pourrai trouver ma place comme il me l'a dit...? 

Il faisait déjà nuit, et je ne savais pas où aller. Mais alors que j'errais dans les rues, je vis des gens entrer dans un bâtiment qui semblait animé. Peut-être était-ce une auberge? Je décidais d'y entrer, peut-être pourrais-je me payer une chambre pour la nuit grâce à l'argent que m'a donné Reginald avant mon départ.

Une fois à l’intérieur, je ne comprenais pas trop ce que voyais. Autour de moi, je pouvais voir un grand nombre de personnes, essentiellement des hommes. La plupart buvait et riait, certains chantaient et dansaient, d’autres faisaient tout à la fois. Les femmes présentes ici semblaient servir ces gens, et elles portaient toutes des tenues très… Mignonnes. Je ne savais pas si j’étais dans une auberge, mais je me sentais très mal à l’aise, ainsi je décidais donc de faire demi-tour. Cependant, au moment où je m’apprêtais à ressortir, deux femmes se sont approchées de moi.

« Ooooh qu’il est mignon ce petit! Tu es nouveau ici?
- Viens suis-nous, on va t’installer!
- M-Merci mais je-! »

Rien à faire, les deux femmes m’ont pris les deux bras. J’étais gêné et je voulais sortir d’ici, mais… Je dois avouer que cela ne me déplaisait pas comme situation. Elles m’emmenèrent jusqu’à un comptoir où se trouvait un homme.

« Qu’est-ce que vous m’emmenez là? Un gamin?
- Hé hé, n’est-il pas trop mignon? Il était à l’entrée.
- On voyait bien qu’il hésitait à entrer, donc on l’a fait venir!
- Euh… Excusez-moi monsieur, est-ce que je suis bien à l’auberge?
- L’auberge? T’es sérieux petit? C’est la taverne ici! dit-il en riant.
- La… Taverne? Et euh, on peut dormir ici?
- C’est vrai que certains clients finissent par s’endormir ici! répondit-il en riant de plus belle. Allez tiens, un verre de lait pour toi, tu m’auras bien fait rire. Profite de la soirée et amuse-toi bien! »

Immédiatement après ça, une des filles prit le verre, et elles m’emmenèrent ensuite à une table à laquelle se trouvait déjà deux personnes.

"Nous vous laissons le petit à votre table, soyez gentil avec lui!"

Les deux filles partirent et me laissèrent, avec mon verre de lait et ces deux inconnus. Les deux hommes avaient des cheveux blancs. Ils étaient tout deux assez étranges, l’un d’entre eux cachait son nez avec ses deux mains, et l’autre faisait un sourire extrêmement flippant. C’était une situation très inconfortable, je buvais mon verre de lait pour oublier cela. Puis après coup, je me disais que peut-être je pourrais trouver un intérêt de cette soirée finalement.


Dernière édition par Cross le Dim 17 Jan - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerdris Daedran
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 100
Expérience : 262
Age : 24
Localisation : Là ou la mort rode

Feuille de personnage
Écus: 538
Réputation: -1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Dim 17 Jan - 13:26

Combien de temps cela faisait-il déjà maintenant ? En vérité, Aerdris n'en avait pas la moindre idée, au final ne restait plus que le décompte des verres, du passages des serveuses aux formes généreuses et guère masquées, pour indiquer au serpent blanc que le temps existait encore bel et bien, que le monde tournait encore et toujours malgré le temps infini que durait cette veille.

Pour la millième fois, le mercenaire se maudit d'avoir accepté cette mission fort décevante. Pourquoi avait-il bêtement craqué lorsque les serveuses étaient venues prendre sa commande, se penchant beaucoup trop pour que ce fut involontaire, s'arrangeant dès lors pour déconnecter suffisamment longtemps l'esprit d'Aerdris pour qu'il accepte bêtement ce contrat.

Et quel contrat inhabituel, protéger une caisse jusqu'au retour de son propriétaire, une mission indigne d'une fine lame comme le serpent blanc, et surtout qui se révélait s'étendre toujours plus, rongeant peu à peu la patience de l'ashenvan. Lui qui s'était toujours imaginé comme un rock capable de tenir devant tous les champs de bataille, allait-il craquer bêtement en surveillant simplement une foutue boite ?

Évidemment, ce n'était pas une bête attente de quelques heures qui aurait raison de l'esprit d'acier du bretteur, mais en vérité cela faisait déjà deux jours que le mercenaire était de garde dans la taverne. Hormis les quelques heures de sommeil grappillées par ci par là, Aerdris se retrouvait vissé à cette fichue table, à supporter les braillements incessants de la faune locale, la chaleur difficilement tenable des lieux, autant dû à la foule mouvementée, qu'à l'emplacement de la taverne, la région désertique de Ravey, une horreur pour un natif des terres glaciales du nord.

Aussi, lorsqu'un autre foutu voyageur apparut et décida de s'arroger une place sur la table du serpent blanc, celui-ci fut à deux doigts de lui enfoncer les yeux dans les orbites, surtout lorsqu'il n'attendit nullement de réponse à ses questions et s'installa, et pire, se lança dans une diatribe sur le bonheur de la présence d'autrui. Heureusement, l'ancien soldat parvint à se calmer, et afficha son plus beau et, éventuellement, glauque sourire qu'il gardait en réserve. A nouveau, Aerdris se transforma en poupée figée, gardant le même sourire inquiétant, tout en conservant ses paupières closes.

"C'est un évident plaisir Elézim. Je me présente, Aerdris Daedran, et mon plaisir se concentre plus sur ma possibilité de conserver un espace vitale appréciable, sauf si les serveuses fort charmantes de ces lieux désirent s'y inviter."

Le message était clair, et même si le chasseur, du moins ce que supposait le mercenaire étant donné la tenue et l'équipement de son interlocuteur, persistait à rester alors il comprendrait nettement que la discussion était inutile.

C'est alors que deux sublimes serveuses apparurent, faisant s'envoler une partie de l'énervement de l'ashenvan, qui réapparut immédiatement lorsque les deux créatures repartirent directement après avoir déposé un très jeune homme à leur table. Sur le coup, Aerdris hésita à dégainer son katana et tuer le plus de monde possible avant de mourir, puis, lorsque le garçon attrapa un verre de lait, le serpent blanc éclata de rire puis déposa ses deux mains sur la table, croisa ses mains et y déposa son menton. Le mercenaire ferma alors à nouveau ses paupières, son large et étrange sourire toujours aussi figé sur son visage, et regarda le curieux nouveau venu.

"Il est étrange qu'ils laissent entrer un honnête jeune homme comme toi." La voix était à la voix moqueuse et réconfortante, impossible de définir la part exacte de chaque. "Je suis curieux, que fait un étrange client comme toi par ci ? Dis moi que c'est pour profiter du charme des serveuses, que je regagne confiance en ces nouvelles générations décevantes qui peuplent nos terres dévastées."

Alors, une autre charmeuse serveuse apparut, et vint s'assoir juste à côté d'Aerdris, qui commençait à être bien connu dans le bar, et la charmante rousse fixa tour à tour les différents protagonistes.

"Alors Aer, tu as ramené toute la famille avec toi cette fois-ci ?"

Passé la surprise, le serpent blanc observa avec plus d'attention le chasseur qui s'était invité à sa table. En vérité, même si jamais au grand jamais il ne l'aurait avoué, l'inconnu avait un extrêmement léger air de ressemblance avec le mercenaire, largement amplifié il est vrai par la couleur de cheveux des deux hommes. Toutefois, Aerdris en avait marre d'être de mauvaise humeur, aussi décida-t-il de jouer le jeu.

"Il est vrai, Mia. Je dois sortir mon frère qui est veuf depuis peu, et le gosse là, c'est un orphelin qu'il a recueillit. Une vraie réunion de famille." Et le serpent blanc fit un clin d’œil discret à l'attention du jeune homme. La serveuse elle sembla compatir fortement et se serra un peu plus contre le mercenaire.

"ô c'est horrible. Les filles et moi seront là pour vous divertir, il ne faut jamais rester seuls lorsqu'on a l'âme en peine." Impossible de dire si Mia était réellement dupe, néanmoins, elle n'hésita pas même une seconde pour appeler une autre serveuse et lui expliquer rapidement la terrible "perte" du dénommé Elézim. Celle-ci prit alors le chasseur dans les bras et s'assit sur ses genoux.

De son côté, Aerdris se retint difficilement d'éclater de rire, se contentant de profiter de la proximité avec sa serveuse préférée et de quelques clin d’œils paillards en direction du jeune garçon. Il restait à espérer que les deux hommes se laisseraient aller au jeu. Soudain, un problème plus urgent balaya toutes les pensées que pouvaient avoir l'ancien soldat, sa chope était vide, l'horreur de la situation n'échappa nullement à Mia qui tendit alors son décolleté. Et Aerdris y déposa, avec la rapidité de l'habitué, quelques écus, la bière ne tarderait pas. Et pas que pour une personne.

_________________




Dernière édition par Aerdris Daedran le Mer 27 Jan - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donovan Ravenclaw

avatar

Messages : 15
Expérience : 3

Feuille de personnage
Écus: 4
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Mar 26 Jan - 19:47

Encore une nuit chaude comme temps d’autre du coté désertique de Ravey, ou plutôt ce qui était Ravey, car il ne restait que des ruines, et le royaume en lui même n'était qu'un camp de réfugiés rebâtissant ce qui pouvait l'être. La nuit arrivant, alors que je rentrais d’une mission pour ma reine, je décidais de faire un arrêt dans la taverne du village le plus proche.
 
Je n’étais pas entré dans l’établissement que, déjà, on pouvait entendre le chahut habituel qui règne dans ce type d’établissement. Soupirant légèrement, je poussais la porte et y pénétrais, saisis de suite par la chaleur des lieux un cran plus élevé que dehors. Me dirigeant au comptoir, je commandais une pinte et échangeais les dernières nouvelles avec le tavernier. Rien de bien intéressant au final, mais la communication était la base, toujours se tenir au courant de se qui se passe.
 
Les gens me regardaient bizarrement, et le tavernier me fit d’ailleurs remarquer une table ou se trouvait deux jeunes hommes, qui comme moi portent le cheveu blanc, chose pourtant peu courante. Ils semblaient bien s’amuser en tout cas, entourés de charmantes créatures usant de leurs atouts généreux pour prélever un maximum de pièces, pratique courante en ce genre de lieu. Chose étonnante, un gamin se trouvait parmi eux, et visiblement c’était la seule table où l’on pouvait trouver encore une chaise libre.
 
D’humeur bavarde, je m’avançais vers eux, chope à la main avec un léger sourire amusé, les dévisageant tour à tour, des inconnus pour le moment, on verrait bien la suite.
 
Le plus âgé était d’apparence agile, ce n’était le genre de taureau qui rentre dedans pour écraser son ennemi, il devait plus compter sur sa dextérité, l’air qu’il affichait était indéfinissable, probablement le genre de personnage avec qui on ne savait à quoi s’attendre, ce qui n’était pas très rassurant et même dangereux, mettant mal à l’aise le lambda qui ne sait pas. En tout cas à ses mains on devinait un usage régulier de l’épée qu’il porte au côté.
 
L’autre jeune homme quant à lui semblait manier l’arbalète, un jeune homme aux airs de bonne disposition et aimant communiquer, un joyeux drille qu’il fallait savoir éviter si on tient à son calme, mais bon, en temps arbalétrier il devait probablement connaitre la discrétion, présentement une serveuse s’occupait de lui, qu’il découvre donc la vie ce jeune.
 
Le dernier, le gamin, avait tout l’air d’être un magot, mais de quel genre ? Si il mettait le feu à la taverne ce serait du propre, Surtout qu’à cet âge on ne maîtrise pas toujours correctement ses pouvoirs. Enfin, la question et aussi que fait un enfant dans ce genre de lieu ? Je souriais intérieurement, moi-même je fréquentais ce genre d’endroit pour le plaisir de voir les voyageurs, ou bavarder avec les habitués en fait.
 
« Holà, il semble que le sort est décidé de faire un simulacre de réunion de famille, en tout cas il semble qu’il ne reste de la place qu’ici, puis je prendre siège parmi vous ? »
 
La situation était pour le moins amusante, trois hommes à l’apparence inhabituelle, un gamin, une taverne, voilà qui était pour le moins original, mais les tavernes sont un lieu de rencontre après tout, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elézim Luville

avatar

Messages : 117
Expérience : 247
Age : 20
Localisation : Ravey

Feuille de personnage
Écus: 393
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Mer 27 Jan - 15:36

« La boisson coule à flot. . . »


Alors que je me présentais à mon nouveau compagnon de beuverie, les serveuses nous amenaient un enfant, pardon un garçon, qui devait avoir la quinzaine. Que faisait-il dans un lieu comme celui-ci ? Drôle choix pour passer une soirée, surtout à cet âge. Nous devions être gentils avec lui. Soit, mais je n’avais pas le temps de répliquer que : L’homme aux cheveux blancs entamait une petite histoire.

J’étais son frère, et veuf depuis peu, et le petit garçon un orphelin que j’avais recueilli, ces mots avaient eu pour effet que les serveuses viennent s’agglutiner autour de notre table. L’une d’entre elles c’était assise sur mes genoux. Bingo, mon nez repartait de plus belle, je m’empressais de cacher cela à la vue de tous. Je ne voulais pas qu’on voie mon point faible

Je redressais la tête, visiblement, il voulait jouer.
Tête de Furuichi en répondant à Aerdris:
 
« T’étais pas obliger de leur dire dans quelle situation je suis ! Et puis, cet enfant était seul quand je l’ai trouvé dehors dans le froid. »

J’attrapais la tête du nouveau venu.

« N’est-ce pas, euh . . . Mince, son verre est vide. »

Aussitôt un nouveau verre de lait était servi pour le jeune garçon. Ainsi que les nôtres, le jeune garçon rougissait * c’est-y pas meugnon tout ça *, Je pouvais boire et manger à l’œil ce soir, il fallait en profiter ! Les boissons coulaient à flots, et plusieurs minutes passaient avant qu’un nouvel individu ne vienne s’ajouter à la fête. Et surprenant que cela puisse paraître, lui aussi avait les cheveux blancs !

« Holà, il semble que le sort ait décidé de faire un simulacre de réunion de famille, en tout cas il semble qu’il ne reste de la place qu’ici, puis-je prendre siège parmi vous ? »

Je regardais l’homme aux cheveux blancs, puis celui déjà assit, de son nom Aerdris. Quant au jeune homme, son nom était Cross. Nous avions échangé nos noms pendant que nous buvions. Je lui souriais.

« Trois albinos en un endroit, quelle coïncidence ! Prend place, et que la boisson coule ! »

L’ambiance à l’intérieur était de plus en plus festive et bruyante. Que fêtions-nous ? A la fois tout et rien. Faut-il une raison pour festoyer ?

« Je me nomme Elézim, et voici Aerdris et Cross. »

Je buvais mon verre d’une traite. Mon 2eme, euh, non mon 1er. En fait, je n’en avais plus aucune idée. Je me contentais de boire mon verre qui n’était jamais vide. Mais étonnement je tenais bien l’alcool. Néanmoins, il fallait faire attention, je n’avais pas envie de m’endormir sur la table. Je commandais donc à manger pour la table. Si on se contente de boire, pour sûr que la fin de la soirée se terminerait sous la table en position latérale de sécurité. 

« Alors messieurs, que faîtes-vous ici dans cette taverne ? »

On avait tous nos raisons d’être ici, ennuyeuses ou non. Mais il me tardait de savoir ce pour quoi ils étaient assis à cette table, dans quelle optique ? Sans doute l’alcool avait attisé ma curiosité. A ce moment, quelques serveuses étaient montées sur une petite scène, le spectacle allait commencer !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cross

avatar

Messages : 16
Expérience : 27

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Dim 31 Jan - 15:02

Je buvais tranquillement mon verre de lait. Je sentais le regard des autres sur moi, se demandant probablement ce que je faisais ici, mais je commençais étrangement à m'y accoutumer. En les écoutant parler, j'ai appris que l'homme au nez s'appelait Elezim, et l'homme au sourire s'appelait Aerdris. Les deux hommes semblaient connaître pas mal de personnes ici. D'autres serveuses virent nous revoir, Aerdris commença à discuter avec elle pendant qu'Elezim cachait encore une fois son nez.

« Alors Aer, tu as ramené toute le famille avec toi cette fois-ci?
- Il est vrai, Mia. Je dois sortir mon frère qui est veuf depuis peu, et le gosse là, c'est un orphelin qu'il a recueilli. Une vrai réunion de famille, répondit Aerdris.
- T'étais pas obligé de leur dire dans quelle situation je suis! Et puis, cet enfant était seul quand je l'ai trouvé dehors dans le froid, continua Elezim. N'est-ce pas, euh... Mince, son verre est vide.
- Oh, c'est horrible, reprit la serveuse. Les filles et moi seront là pour vous divertir, il ne faut jamais rester seuls lorsqu'on a l'âme en peine. »

Hein? Sur le coup, je ne comprenais pas ce qu'il racontait, je ne répondais rien. Mais assez rapidement, j'ai fini par comprendre que ce regard était celui de la malice. Aerdris s'amusait des serveuses afin qu'elles soient compatissantes. C'était une idée qui ne me déplaisait pas. Je tentai de faire un visage triste, visiblement cela avait fonctionné car juste après les serveuses nous rapportèrent de nouvelles boissons. Je fis un grand sourire à la serveuse, autant jouer la comédie jusqu'au bout. Je regardais les deux hommes, qui semblaient amusés par ma prestation. Je me présentais à eux, leur donnant mon nom et leur faisant croire que j'étais un mage blanc. Je buvais tranquillement, quand soudainement un autre homme aux cheveux blancs vint nous parler.

« Holà, il semble que le sort est décidé de faire un simulacre de réunion de famille, en tout cas il semble qu'il ne reste de la place qu'ici, puis-je prendre siège parmi vous?
- Oh, c'est toi grand-père! Viens avec nous! »


L'homme n'avait pas l'air très content du rôle que je lui avais attribué, et je pouvais voir Elezim et Aerdris pouffer de rire. Quant à moi, je prenais de plus en plus goût à la comédie. L'homme, qui s'appelait Donovan, s'assit à notre table et but avec nous. L'ambiance était festive, on buvait, on s'amusait, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu de bon temps comme ça. Elezim commanda à manger pour la table, puis se retourna vers nous.

"Alors messieurs, que faites-vous dans cette taverne?"

Mais alors que j'allais lui répondre, l'attention de toute la table s'était tournée vers quelque chose derrière moi. Je me retournais, et pouvais voir que les serveuses étaient montées sur une scène. Qu'est-ce qu'il se passait? En tout cas, je compris qu'il me faudrait attendre avant de reprendre cette discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerdris Daedran
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 100
Expérience : 262
Age : 24
Localisation : Là ou la mort rode

Feuille de personnage
Écus: 538
Réputation: -1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Lun 1 Fév - 16:43

« T’étais pas obliger de leur dire dans quelle situation je suis ! Et puis, cet enfant était seul quand je l’ai trouvé dehors dans le froid. »

Etrangement, le prénommé Elézim semblait entrer dans le jeu tout en exprimant en même temps les doutes qu’il pouvait ressentir. A moins que ce ne fut de la gêne. Dans tous les cas, le chasseur joua le jeu, et poursuivant les simagrées en prolongeant l’histoire inventée de toute pièce par un Aerdris satisfait de la prestation de son confrère aux cheveux blancs comme la neige.

« Voyons mon frère, laisse-moi exprimer la souffrance qui nous fait sortir afin d’oublier tout ce malheur qui nous accable. »

Alors Mia plaça un léger baisé sur la joue du mercenaire, qui ne put empêcher un large sourire emplir son visage. Néanmoins, la serveuse ne sembla pas le voir le moins du monde, ou l’ignora allégèrement, et s’en alla chercher les boissons commandés par le serpent blanc. Au final la situation était plutôt bénéfique.

Toutefois, alors même que le serpent blanc commençait à sortir de sa réserve crée par la frustration de sa mission, un nouveau larron décida de se joindre à leur table, s’arrogeant d’emblée la dernière chaise restée libre. Et pour couronner le tout, l’individu se payait aussi le luxe de posséder une chevelure blanche, à croire que la chose devenait à la mode dans la région.

« Holà, il semble que le sort est décidé de faire un simulacre de réunion de famille, en tout cas il semble qu’il ne reste de la place qu’ici, puis je prendre siège parmi vous ? »

L’homme était visiblement plus âgé, largement capable d’être le père des individus se trouvant tout autour de la table, enfin surtout du gosse qui sirotait son verre de lait, après tout il pouvait être le vrai. Toutefois Cross, comme se prénommait l’enfant, démenti immédiatement la chose en appelant l’homme grand père, avec un grand plaisir, comme cela pouvait aisément se lire sur son visage. Ainsi le gosse n’était pas si muet, ou si naïf qu’il pouvait sembler l’être. Surtout qu’il n’avait jamais démenti l’idée qu’il soit un gosse de la rue adopté.
 
« Ma foi, paternel. » Le mot était fortement appuyé pour indiquer à cross qu’il jouait son jeu, adressant même un clin d’œil à ce dernier dans le même temps. « Pourquoi nommer une si fier tablée simulacre, nos relations sont donc si terrible ? »
 
Restait à voir si le nouveau venu jouerait le jeu, dans tous les cas l’amusement serait bien assez agréable même avec un individu bougon. Toutefois la soirée n’en serait que meilleure si l’homme d’un âge difficilement devinable décidait de mettre de côté le rôle ingrat de doyen pour profiter de la situation. Le nouveau venu n’eut pas le temps de répondre que déjà Elézim revenait se mêler de la discussion en posant franchement la question que chacun devait se poser, ou pas une taverne étant une taverne après tout.

« Alors messieurs, que faîtes-vous ici dans cette taverne ? »

Chacun allait partir de sa petite réplique, plus ou moins honnête, lorsqu’un spectacle commença, mettant un terme temporaire à toute tentative de discussion. Après tout ce dernier consistait en une très belle danse effectuée par les serveuses et leurs tenues affriolantes, qui devenaient subitement bien futile avec leurs mouvements de jambes. Le plaisir des yeux se prolongea ainsi plusieurs minutes supplémentaires, laissant à chaque participant de la table le temps de préparer sa réponse à la question hautement symbolique du chasseur.

Dès que le spectacle se conclut, sous les applaudissements acharnés de la plupart des spectateurs, Aerdris attrapa le petit coffre qu’il conservait jusqu’ici à ses pieds et l’abattit sur la table.

« Voilà ce que je fais ici blanco. Je suis payé pour conserver cette saloperie jusqu’au retour de son propriétaire. » Et la boite disparut à nouveau sous la table. « Première fois que je suis payé pour rester aussi longtemps dans une taverne, comme quoi plaisir peut rimer avec travail. » En vérité la situation devenait sévèrement ennuyante, et maintenant le serpent blanc profitait de la venue de ses nouveaux « amis » pour oublier un peu le foutu boulot qu’il avait accepté.

Et enfin Mia revint avec les verres commandés par le mercenaire, quatre belles chopes, la serveuse en avait rajouté une en observant l’arrivée du nouveau. Et c’était pour ça qu’Aerdris l’avait choisi comme serveuse préférée du lieu, belle et intelligente, une bonne chose.

« Merci ma jolie. Ramène donc un autre verre de lait, je pense que ça sera utile bientôt. » Elle acquiesça et repartit aussitôt. Alors le serpent blanc attrapa une belle pinte et la plaça droit devant le jeune homme qui s’était attablé avec eux. « Maintenant tu vas me boire ça mon ami, je ne sais pas quel âge tu as mais il est plus que temps de passer à autre chose que du lait. »

Aerdris se demandait comment allait réagir Cross, mais aussi les deux autres. Après tout le gosse pouvait pas être si jeune vu les regards qu’il portait sur les serveuses.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elézim Luville

avatar

Messages : 117
Expérience : 247
Age : 20
Localisation : Ravey

Feuille de personnage
Écus: 393
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   Dim 20 Mar - 10:11

« Compagnons de beuverie ! »


Le spectacle avait été splendide, les danseuses, superbes. Et les boissons coulaient à flots dans la taverne. En somme, une super soirée qui s’annonçait splendide par les temps qui courent. Les applaudissements laissèrent place à la rigolade et aux chants, sauf à notre table où la discussion se recentrait sur ma question précédemment posée. Aerdris, qui a vu d’œil était un habitué des lieux, était ici pour affaires, enfin, quelles affaires rondement menées. Il était chargé de surveiller un petit coffre qu’il gardait sous la table, et ceux depuis maintenant quelques jours. Et même s’il mangeait et buvait à l’œil, on pouvait voir que cette soirée lui permettait de se libérer d’une chose terrible : l’ennui et la monotonie.

C’est alors qu’une des serveuses, Mia, apportait quatre pintes à la table. Alors que j’engloutissais une cuisse de poulet. Aerdris la fit repartir chercher un verre de lait pour le jeunot. Mais un instant après être repartie, ce cher mercenaire, plaça devant Cross une des pintes de bière.

« Maintenant, tu vas me boire ça mon ami. Je ne sais pas quel âge tu as, mais il est plus que temps de passer à autre chose que du lait ! »

Je regardais la scène un petit instant afin d’analyser la situation. Avant de pouffer de rire, je passais mon bras sur les épaules de Cross avant de lui dire :

« Aller, il est temps de passer du côté obscur de la vie d’adulte. Tu connais la chanson ? Du rhum, des femmes et d’là bière nom de dieu ! »

Même si je ne regardais pas vraiment le jeune homme, je pouvais presque sentir une certaine gêne. Ce qui me donna encore plus envie de voir quel effet allait avoir cette bière sur lui. Je lui conseillais d’ailleurs de manger quelque chose, sinon on pouvait tout de suite lui dire bonne nuit et au dodo, car une pinte peu en cacher une autre, ou quelque chose comme ça. J’attrapais l’une des chopes et levais mon verre à la veuve et l’orphelin. Je crois bien que c’était mon quatrième verre. Mais au bout d’un certain moment, le compte est faussé.

« Diantre ! Je me doute que c’est fait pour attirer la clientèle, mais ces serveuses sont vraiment mignonnes dans leur tenue ! Tu ne penses pas Cross ? Je crois que celle-là te fait de l’œil d’ailleurs. »

Je pointais au loin une des serveuses qui regardait dans notre direction, ou plutôt dans celle de notre jeune ami.

« Tu devrais aller faire plus amples connaissances ! Aller messieurs, encourageons-le ! »


A ces mots je replongeais dans ma chope. Pour donner l’exemple. La bière ça se déguste, mais il faut parfois sauter le pas pour affronter la réalité. Nous étions là pour nous amuser, et le petit Cross n’allait pas échapper à la règle. Pour son plus grand bonheur, ou le contraire, la soirée allait décider de cela.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du rhum des femmes et puis la gueule de bois . . . [PV Cross, Aerdris, Donovan]
» Du rhum des femmes et d'la bouffe nom de dieu
» Du Rhum, des femmes, de la bière nom de Dieu !
» Quand on a la Gueule de Bois - Léane
» J'ai une gueule de bois qui intéresserait un sculpteur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Ravey-