AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les sept jours du Talion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 23

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Les sept jours du Talion   Sam 14 Nov - 23:24

Jour 0 – Flashback – Première rencontre avec Galdion

Shill Ishtarian était mort depuis sept jours maintenant, mais Arialas ne s'en était toujours pas remise. Après la mort de sa mère, c'était désormais son père qui perdait la vie, faute d'un assassin! Depuis ce jour, elle n'avait cesse de blâmer son incompétence. Depuis son plus jeune âge, elle s’entraînait sans relâche. Pourtant, elle n'avait rien pu faire, rien du tout... L'assassin était si fort, si habile, c'était un miracle qu'elle s'en soit sortie indemne – et cela seulement parce que l'homme n'avait esquissé aucun mouvement violent envers elle. Sa cible étant abattue, il était reparti comme il était venu. Le monde de la femme venait désormais de s'écouler, comme un château de cartes au vent. La douleur au fond de son cœur était si intense qu'elle doutait d'y survivre. Elle n'avait désormais plus aucune raison de vivre. C'était du moins ce que croyait la femme à ce moment, mais elle ne s'était jamais autant trompée – un tout autre destin l'attendait.

C'est lors de cette septième journée de deuil qu'un message lui parvint, le message le plus inattendu du monde. Galdion lui-même l'invitait à rejoindre son armée! C'était du moins ce que disait le message, savoir si c'était le souverain lui-même qui l'avait écrite était une autre chose. Une autre information s'y trouvait, l'assassin de son père serait un soldat d'un pays voisin! Cette seule lettre venait soudainement de redonner un sens à sa vie – la vengeance. C'était un sentiment tout nouveau pour Arialas, qui n'avait encore jamais connue de combat réel, qui n'avait jamais rien tuée de sa vie, même pas une mouche. Elle savait se battre, là n'était pas la question, elle n'avait seulement jamais vue la mort et le danger de proche, excepté lors cette tragique journée. Elle qui était encore si joyeuse, si heureuse de vivre il y avait seulement quelques jours ne vivait désormais plus que pour ce sentiment nouveau et ignoble qu'était la vengeance.

Bien sûr, Arialas Ishtarian se rendit à l'emplacement indiqué sur le papier, armée de son armure de cuir, de son épée, une dague et un mini bouclier au poignet. Une fois sur place, un homme la prit en charge, lui faisant une visite guidée des lieux importants, sois l'armurerie, l'hôpital, le camp d'entrainement, etc. Bien sûr, elle se fichait bien de tout cela, elle avait récupérée la maison de son père à sa mort, ainsi que les mannequins de bois et tout ce genre de trucs. Son père était un mercenaire reconnu, il était plutôt bien équipé. Il y avait une enclume à la cave, même si la femme ne savait pas s'en servir. Son but au sein de l'armée était d'aider son pays et d'obtenir vengeance, certainement pas de se faire des amis. Du coup, ses interactions avec les autres soldats se trouvèrent limités au stricte minimum.

La journée passa rapidement, entre les visites et les explications sur son rôle, les buts, etc. Le lendemain matin, un messager vint à nouveau la chercher, très tôt le matin. Par chance, Arialas avait appris à se lever aux aurores pour s’entraîner avec son père, elle était donc déjà debout, habillée et rassasiée. Il la trouvait à genoux, en train d'adresser une prière pour l'âme de son défunt paternel. Cette fois, l'homme ne livrait pas un message, mais une invitation – Galdion lui-même souhaitait la rencontrer! Bien sûr, la jeune femme était au courant de la proximité entre le souverain et son père, mais elle se s'attendait pas à ce que celui-ci lui porte une attention particulière. La mercenaire n'avait rien fait qui puisse attirer le regard du grand homme. De toute façon, c'était une invitation qui ne se refusait pas, elle devait donc y aller et voir par elle-même ce qu'il en retournerait. Elle se mit en route sans attendre.

Ses premiers pas dans la salle d'audience se firent hésitant, elle se sentait intimidée par l'endroit et surtout par la présence de l'homme devant elle. Suivant le protocole, Arialas s'arrêta à bonne distance, posant un genou à terre, main droite sur le coeur et tête baissée. Elle n'eut pas à se présenter, l'un des gardes le faisant à sa place. Comme réponse, Galdion leurs demandèrent de sortir, souhaitant être seul avec la femme. Il se leva ensuite de son trône, offrant sa main à son invité pour la relever. Redressée, la première réaction de la nouvelle recrue fut de jauger le souverain, c'était la toute première fois qu'elle le rencontrait, après tout. Son père en avait dit beaucoup de bien, d'ailleurs. Ses premières impressions furent amplement positives, l'homme se tenait droit, fier. Il semblait à la fois noble et puissant. Une grande sagesse et une encore plus grande détermination brillait dans ses yeux. Le charisme qui se dégageait de ce corps était purement impressionnant. Connaissant sa place, la jeune femme s'abstient de parler, son père l'avait bien éduquée après tout. Ce fut donc Galdion qui prit la parole le premier. Il marchait de long en large, tout en parlant, sans détour inutile. L'heure n'était pas au flafla.

- L'annexion des Ellès n'a bien sûr pas fait l'unanimité, mais il a permis à Ashenwall de s'en sortir, devenant même plus puissant du même coup. J'ai un rêve, un rêve d'envergure, que je compte bien réaliser. Le monde du moment tombe en ruine, dans la décadence. Cela peut paraître hautain, mais je recherche le pouvoir, la puissance. Pour mon plan, j'ai besoin de toute l'aide, car mon but final sera d'unifier le monde sous une même bannière. Peut-être qu'à ce moment, et à ce moment seulement, les humains oublieront leurs différences et pourront vivre en paix, loin de toutes ces guerres. Cela est certes prétentieux de vouloir arrêter la guerre par la guerre, mais c'est la seule option possible.

Le souverain regarda ensuite Arialas directement dans les yeux, qui baissa le regard par réflexe. Soutenir son regard pourrait passer pour de la provocation, ce n'était pas du tout son but. Elle avait grandi en apprenant des principes de fidélité, être fidèle à son pays principalement. Jamais elle n'oserait s'opposer aux hautes sphères du pays des neiges, c'était impensable dans sa tête de jeune adulte. Plus surprenant encore fut la réaction du dit souverain, qui posa un genou au sol, prenant l'exacte même posture que la femme, un peu plus tôt – qui faillit tomber à la renverse de surprise. Quel drôle de phénomène, cet homme. Bien sûr, il ouvrit ensuite immédiatement la bouche, pour dire des paroles que se souviendra longtemps la femme.

- Votre père était un brave homme, jamais je n'aurais été en mesure de le remercier à sa juste valeur et encore moins maintenant. Je regrette profondément sa mort, jamais je n'ai vu d'homme plus fidèle à ses principes que lui. À travers ses yeux, j'ai pu observer vos progrès, vos prouesses. Vous êtes promise à de grandes choses, accomplissez-les avec moi.

La jeune femme avait déjà prévue de rejoindre les rangs de l'armée, mais maintenant sa conviction n'en était que plus grande. Galdion lui avait laissée une si bonne impression qu'elle ne doutait plus de faire la bonne chose en s'engageant. C'est avec une confiance absolue en son souverain qu'elle ressortit du palais, toujours chamboulée par les événements. Le roi venait réellement de s'agenouiller devant elle? Que pouvait-il bien voir en Arialas, qu'elle-même ne voyait pas, pour croire autant en elle? Après, tout cela était possiblement qu'une mise en scène, simplement pour avoir sa fidélité, mais elle en doutait fortement. Galdion n'était pas comme cela, il lui offrait l'assassin de son père sur un plateau d'argent! Comment dire non à cela? C'était impensable qu'il aille fait cela avec une arrière pensée, n'est-ce pas? N'est-ce pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les sept jours du Talion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les sept jours du Talion
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» La danse des sept voiles...
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [commentaires]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Ashenwall :: Ruines d'Olfren-