AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Requiem Aviaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 23

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Ven 6 Nov - 21:47

Peu de temps après s'être retournée, Arialas sentit un mouvement dans son dos puis un bras qui l'enlaçait. Pourquoi faisait-il cela? Pourquoi ne la laissait-il donc pas tranquille? Et depuis quand, surtout, Meltiel était aussi téméraire avec elle? Il semblait si gêné au départ... Du moins quand celui-ci avait vu les seins de la femme d'un peu trop près. Il se mit ensuite à parler, rompant le silence du moment. La signification réelle de l'amitié? C'était quoi ce concept idiot encore? Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire d'amis? Ce n'était une chose importante pour elle. Il resserra ensuite son étreinte, au grand dam de la femme. Elle n'avait l'envie, ou plutôt pas la force, de bouger et de le repousser. Il ajouta finalement un dernier mot avant de se taire pour de bon, un mot qui avait de moins en moins de signification pour elle. L'espoir dont elle avait fait preuve en rencontrant Camille s'évaporait à chaque parcelle d'images de son passé. La guerrière décida finalement de ne rien faire et profita du moment, la chaleur humaine lui faisait grand bien même si elle ne souhaitait pas se l'avouer.

Après un moment sans bouger, le mage blanc finit par s'endormir, c'est du moins ce que croyait Arialas. Incapable de dormir, elle se leva et déposa délicatement la couverture sur les épaules de son compagnon, qui ne fit aucun mouvement. La femme partit ensuite en direction de la maison du maître, pour aller lui expliquer la situation au plus vite et avoir les informations qu'elle désirait tant. Après quelques minutes de marche à peine, elle se remémora la prise d'otage dont avait été victime son partenaire et retourna donc au campement – elle ne voudrait pas avoir sa mort sur la conscience. Peut-être n'était-il qu'un idiot, mais un gentil idiot. Par contre, ils n'avaient clairement aucun point en commun, comparativement à ce que celui-ci semblait croire.

De retour sur place, Arialas jeta un bref coup d’œil à l'homme, question de s'assurer de sa sécurité, avant d'aller s'asseoir devant le feu. Sortant ses provisions, elle but un peu d'eau tout en mangeant quelques noix. En un sens, elle était heureuse de ce qu'elle venait d'accomplir. Par contre... Elle avait encore tuée et pas qu'un peu – cinq hommes avaient péris de ses mains aujourd'hui. Elle n'avait même pas pris la peine de savoir leurs motivations avant de les tuer tous de sang froid... Peut-être que certains d'entres eux agissaient sous la peur et n'était pas réellement méchant? Après tout, cela ne servait à rien de penser à cela, si elle se mettait en quête de détruire la méchanceté en ce monde, elle devrait commencer par elle-même...

Arialas finit finalement par s'endormir devant les flammes, toujours perdue dans ses pensées. Ce fut Meltiel qui la réveilla le lendemain, alors que le soleil était quand même haut, plus que d'habitude du moins. Voyant cela, elle se leva rapidement et ramassa ses choses avec empressement – ils avaient déjà perdu beaucoup de temps. Pourquoi ne s'était-elle pas réveillée plus tôt? Et lui, cela faisait longtemps qu'il était debout? Ils devaient absolument retourner voir Libra le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 27
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Lun 9 Nov - 4:44

La jeune femme ne tenta pas une seule seconde de se défaire de mon étreinte, cela me surprit dans un premier temps, puis je me dis que je devais avoir fait la bonne chose pour une fois. Est-ce que je m'étais trompé ? Elle ne me détestait peut-être pas autant que je me l'imaginais. J'étais exténué et je m'endormis donc rapidement la tête emplie de question à propos de la femme qui était maintenant dans mes bras. Je sentis vaguement un mouvement qui vient perturber mon sommeil ne mit attardant pas, je ne bronchai pas tentant de regagner le pays des songes le plus rapidement possible, une longue marche nous attendait demain, je me devais de ne pas ralentir le groupe. Je repensais aux paroles de la guerrière, étions- nous réellement si différent ? Les images de notre affrontement avec les brigands de la mine des Sagittaires refirent surface, il était vrai que je n'étais pas une représentation du parfait combattant, comme elle l'était, mais nous étions tous les deux des êtres vivants en quête de réponse à mon sens s'était un lien beaucoup plus fort que la simplement ressemblance physique ou technique. Je me remémorai également des paroles beaucoup plus anciennes, elle avait fait mention de mes mains immaculées et des siennes qui étaient souillées par le sang, mais ses mains qu'elle croyait inoffensives l'étaient-elles seulement ? Sans son intervention, j'aurais sans aucun doute enlevé la vie à cet homme et certainement à quelques autres une fois au camp avant de quitter ce monde.

Au matin, je trouvai ma compagne assise près du feu qui brûlait toujours d'une flamme faible. J'en conclus que c’était elle qui m'avait réveillé lorsqu'elle s'était déplacée, elle semblait être resté debout une bonne partie de la nuit si le feu brulait toujours. Je décidai donc de ne pas la réveiller tout de suite, si elle dormait encore c’était qu'elle en avait grand besoin, car à l'habitude elle était toujours la première debout. Je me mis donc en quête de notre premier repas de la journée, les provisions de Libra touchant à leur fin, je m'aventurai dans le boisé qui entourait la rivière en quête de petits animaux ou de quelques fruits frais. En réalité, j'espérais être en mesure de mettre la main sur un lapin ou autre petit mammifère, histoire dans mettre plein la vue à Arialas et de lui prouver une fois pour toutes mon utilité. Je marchai une bonne partie de l'avant-midi sans rien voir, j'en conclus que la meilleure solution était la confection d'un piège, je confectionnai donc une sorte de collet à l'aide de l'un de mes lacets de chaussure et je l'accrochai à une branche, laissant la boucle reposée au sol dans l'espoir de prendre au piège l'une des pattes de l'animal qui passerait par là. J'étais conscient du temps que cela pouvait prendre pour porter ses fruits, je me dirigeai donc vers la rivière pour me laver. La fraicheur de l'eau me fit le plus grand bien, au même titre que ma baignade improvisée de la veille, cette aventure ne datait pas d'hier et mon corps commençait à ressentir les effets de nos marches incessantes et de nos campements de fortune. J'allais avoir besoin très bientôt besoin de reprendre des forces, mais pour le moment nous devions rejoindre la maison du maître et cette trempette m'y aiderait sans aucun doute. Quand je sortis finalement de l'eau, je m'allongeai dans l'herbe pour laisser à mon corps le temps de sécher, j'en profitai pour regarder les nuages. Il m'avait toujours intrigué de quoi était-il fait ? pourquoi n'était-il pas toujours là ? Je me posais beaucoup trop de questions, en permanence, et ma rencontre avec la jeune amnésique ne m'avait pas aidé à diminuer mes interrogations, ayant plutôt l'effet contraire.

Je m’habillai tranquillement et entrepris d'allais jeté un coup d'œil à mon piège. Une fois sur place et à ma grande déception, il était toujours vide, j'entrepris de reprendre mon lacet et de retourné au camp, la journée était déjà bien avancée et si la jeune femme s'était réveillée durant mon absence j'allais avoir droit à toute qu'un sermon sur la sécurité et mon incompétence face au danger. Je relaçai donc ma chaussure et rentra au campement. Le feu était maintenant totalement éteint et ma coéquipière toujours endormie, je la réveillai tranquillement, jugeant que si je la laissais dormir plus longtemps elle allait m'en vouloir de ne pas l'avoir réveillé plutôt, si ce n'était pas déjà le cas. Cela ne faisait pas encore deux minutes qu'elle avait ouvert les yeux qu'elle était déjà prête à repartir, je comprenais son empressement, mais il était important de se mettre quelques choses sous la dent. Je sortis donc quelques bais que j'avais ramassés lorsque je marchais, telle une poule sans tête, à la recherche d'une proie. J’en tendis la moitié à la jeune femme.

- Je ne compte pas m'opposer à notre départ imminent, mais prend au moins quelques bais pour la route, histoire de ne pas marcher le ventre vide.

Je ressortit encore une fois mon sourire idiot que ne voulais strictement rien dire, quand la guerrière pris sa part avant de mettre les voiles. Je rassemblai mes affaires en vitesse et la rejoignis rapidement, mon estomac criait famine, je sortit donc ma portion de fruit et commença à l'engloutir. Soudainement entre deux bouchés, tout devint clair, je ne le compris pas sur le moment, mais je ne pus m'empêcher d'ouvrir la bouche.

- Je ne souhaite pas réellement revenir en arrière, mais j'ai enfin trouvé les bons mots pour t'expliquer ce que pense.

De ma position, je n'étais pas en mesure de voir l'expression de la jeune femme et j'entrepris donc de poursuivre mon discours. J'étais convaincu que si cela ne lui plaisait pas, j'allais sans doute en être informé assez rapidement.

- Je me suis rendu compte que depuis le début, je voyais que ce qui nous différenciait l'un de l'autre pour justifier ce sentiment que je ressens au plus profond de moi... l'amitié. Cependant, nous avons beaucoup en commun. Nous vivons sur la même terre, nous respirons le même air, nous partageons  le même ciel... peut-être que si nous commencions à regarder ce que nous avons en commun au lieu de ne garder en tête que ce qui nous sépare... nous... tu vois ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 23

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Lun 9 Nov - 21:48

Alors qu'elle était finalement fin prête, Meltiel refila une poignée de baies à Arialas, prenant même la peine d'ouvrir la bouche pour inciter la femme à accepter. Elle les accepta, mais ne fit que les ranger dans une poche et s'élança vers leur destination. Le petit mage ne mit que quelques secondes à ramasser ses choses puis la rejoignit sur le chemin. Bien sûr, elle marchait devant. Au bout d'un petit moment à peine, son compagnon se mit à nouveau à parler, l'avertissant d'abord qu'il avait enfin trouvé les mots qu'il cherchait. Ne pouvait-il donc pas simplement se taire et avancer un peu plus vite? Dans tous les cas, elle écouta, mais ne prit pas la peine de se retourner, continuant la marche au même rythme. Sa première phrase était déjà des plus bizarres... Utiliser les différences pour justifier une amitié? D'habitude, n'étais-ce pas grâce à des ressemblances que l'on se faisait des amis? Et pourquoi voulait-il d'elle comme amie? L'eau empoisonnée lui avait certainement brouillé quelques cellules... Le reste n'était pas tellement mieux non plus. Qu'est-ce que cela changeait au final, ces ressemblances minables? Dit comme ça, même un insignifiant poisson leur ressemblait. Certes, c'était aussi une façon de voir les choses d'une manière semblable à la femme, tout ce qui vit à une âme et mérite le respect, même les petits écureuil. La dure loi de la jungle plaçait l'humain comme grand prédateur, mais ceux-ci n'était roi que par leur grande cruauté. Aucun autre être vivant sur cette planète ne tuait par plaisir, ils tuent pour se défendre, se nourrir, mais jamais par simple plaisir. Les humains n'étaient que des êtres abjects.

Meltiel enchaîna ensuite en parlant que si nous regardions nos ressemblances, au lieu des différences, il se pourrait qu'il arrive... qu'il se passe quoi? Il ne fit jamais sa phrase, répétant une seconde fois le mot nous avant de lui demander si elle comprenait. Une seule chose était claire – elle ne comprenait pas du tout. Ressemblance, différence, elle se foutait bien de tout ça. Qu'est-ce que cela changerait entre eux de savoir qu'ils respiraient le même air? Rien du tout, c'était simplement un fait et un fait très logique d'ailleurs. Lui qui disait avoir trouvé les bons mots, il n'en était rien, selon Arialas. Un peu découragée, elle ne prit même pas la peine de se retourner et continua son chemin vers la cabane. À bon rythme, ils seraient capables d'y arriver vers le milieu de la nuit, peut-être un peu avant. Elle ne souhaitait pas s'arrêter de nouveau dans un campement de fortune, mais doutait que le mage blanc accepte de marcher de nuit. Par accès de conscience, elle prit tout de même la peine de lui répondre, avant d’enchaîner sur sa question.

- Si tu le dis... Mais très sincèrement, je m'en fout de tout ça. Que tu me ressembles ou non, montre-toi simplement utile. D'ailleurs, selon mes calculs, nous pourrions arriver à la cabane de ton maître vers le milieu de la nuit, peut-être moins si on accélère un peu. Marcher un peu de nuit pour rejoindre notre destination nous sauverait beaucoup de temps, tu crois être capable de tenir?

Pour la peine, Arialas ralentit et se tourna vers lui, avançant maintenant de dos. Le chemin semblait en ligne droite pour un bon moment, obstrué par aucun arbre ni autre végétation – elle devrait donc s'en sortir sans problème. La femme planta donc son œil dans ceux de l'Oiseau Indigo, attendant sa réponse. Elle espérait de tout cœur un oui, qui lui permettrait dès l'aurore de ramasser ses si précieuses informations. Bien sûr, s'il souhaitait faire une autre nuit dehors à la place, elle resterait avec lui, elle ne partirait pas seule, mais cela, elle se priva bien de le dire. Dans un sens, pour garder une certaine fierté déplacée et pas du tout en lien avec un fichu campement et d'un autre, car elle doutait qu'en lui laissant le choix, il serait encore plus porté par une autre nuit à la belle étoile. Elle attendit donc sa réponse, croisant intérieurement les doigts, mais s'il disait non, elle ne pourrait lui en vouloir, ne pouvant comprendre à quel point elle attendait ces informations avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 27
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Mar 10 Nov - 6:13

La jeune femme sembla m'écouter, elle ne prit cependant pas la peine de se retourner pour me répondre. Elle me signala que cela ne lui importait peu, faisant encore une fois mention de mon utilité au sein de notre groupe. Elle n'avait pas totalement tords, je devais... je pouvais faire plus pour notre groupe, il était stupide de rechercher des points communs pour savoir si oui ou non notre amitié était possible, quand nous risquions chaque jour notre vie. Cette amitié ne serait donc pas possible avant que ce monde dans lequel nous vivons se stabilise, pour l'heure je devais tout faire en mon pouvoir pour me rendre utile en vue de cet objectif. Elle enchaîna en s'informa si je pouvais ou non supporter une marche soutenue jusqu'à la maison du maître quitte à faire un bout de chemin pendant la nuit. Je n'en avais pas vraiment envie, mais je n'avais également pas l'envie de passer une nuit de plus à la belle étoile, je pris quelques instants pour considérer la question. La guerrière se retourna marchant à reculons, elle plongea son regard dans le mien en attente d'une réponse. Je pouvais voir la détermination dans ses yeux, je savais qu'elle bouillait d'impatience d'obtenir les informations que le vieux lui avait promises.

J'avais pris ma décision, nous marcherions sans nous arrêter, peu importe le temps que cela nous prenne. J'accélérai considérablement ma cadence de marche dépassant Arialas qui attendait toujours ma réponse, sans me retourner je lui lançai.

- Je n’ai pas l'intention de marcher pendant toute la nuit, il va falloir accélérer !

Laissant échapper un rire chaleureux, bien entendu j'étais bien conscient que ma compagne possédait une endurance et une vitesse beaucoup plus importante que moi. Elle me rattrapera sans peine, je ralentis alors légèrement le pas pour être en mesure de pouvoir conserver le rythme durant le reste du voyage. La journée était belle, il était aisé de marcher sous ce beau soleil. La forêt semblait déjà reprendre vie, la flore recommençait légèrement à reprendre de la verdure, il nous était également possible d'entendre divers petits cris d'animaux. La faune et la flore semblaient de nouveau être paisibles, je retrouvais la forêt de mon enfance. Soudain un petit couple d'écureuils sortit du boisé se mettant sur notre route, je m'arrêtai immédiatement regardant la réaction de ma coéquipière. J'étais au courant de son amour pour ce petit animal, je la laissai donc profiter de cette rencontre inattendue. D'une voix très faible pour ne pas effrayer nos deux petit inviter, je dis à la jeune femme.

- Je crois que nous avons réussi, les animaux reviennent peu à peu dans la région. Je suis très content que Libra t'ait choisie, tu as fait un travail impeccable !

Quand le petit duo poilu nous quitta, notre propre duo reprit la route, il n'y avait plus une minute à perdre. Le soleil descendait à vue d'œil, mais nous approchions de notre but. Heureusement pour moi qui avait de plus en plus de mal à tenir le rythme, pour ça par Arialas ne semblait pas fatigué porté par sa soif de réponse, je pouvais la comprendre et donc pour elle, je franchisais mètre après mètre, non pas sens effort. Quand la cabane du maître apparut finalement dans notre champ de vision, la lune était déjà haute dans le ciel. Est-ce qu'il était sage d'entrer dans la maison qui semblait déjà endormie ? Je ne savais pas comment j'allais pouvoir convaincre la jeune femme d'attendre au matin, j'en conclus donc que mon maître par sa grande puissance était déjà au courant que nous étions en route, avec un peu de chance, il savait déjà que nous étions ici. Une fois près de l'habitation, j'ouvris la porte sans annoncer notre présence. Une fois à l'intérieur, une bougie s'alluma subitement, nous laissant entrevoir le visage de mon maître assied à son bureau, il prit la parole.

- Félicitation, j'ai eu vent de votre réussite !

Décidément, je n'étais pas le seul mage ici ayant des talents de dramaturge. Cette petite mise en scène m'avait fait sursauter, je m'attendais à tout sauf à cela. En reprenant mon souffle, je me retournai vers ma compagne sans dire un mot.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 23

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Mar 10 Nov - 9:16

Alors qu'elle attendait la réponse de son compagnon, celui-ci se mit soudainement à courir, la dépassant rapidement. Sans ralentir, Meltiel lui lança quelques paroles, disant qu'il souhaitait arriver avant la nuit. Sur le coup, Arialas resta un moment figée, interloquée. Que faisait-il? De un, il avait déjà oublié que c'était dangereux pour un mage de soin de marcher devant? Et de deux, d'où lui venait soudainement cette énergie? Il avait bien sûr toujours été téméraire, mais pas à ce point. Surement avait-il hâte, lui aussi, de revoir le vieux Libra. Clignant quelques fois des yeux, la femme reprit ses esprits et s'élança à la suite de l'homme.

- Hey!

Pour une rare fois, elle souriait – riait même – en écho à Meltiel. Cela ne prit que quelques secondes avant qu'elle n'arrive à sa hauteur, ralentissant elle aussi. Pour le reste du chemin, Arialas décida étonnamment de le faire aux côtés de son partenaire. Après plusieurs minutes de marche, une surprise surgit des buissons – deux mignons petits écureuils! Jetant un regard à l'Oiseau Indigo, tout sourire, elle l'aperçut s'arrêter lui aussi. S'approchant à petit pas, elle sortit quelques baies qui lui avaient été données plus tôt – elle n'avait rien d'autre sous la main – et en lança devant le couple miniature. Une voix retentit alors, montrant son enthousiasme face aux retours des animaux... et la félicitant sur son travail. Travail impeccable... Pas du tout. Encore une fois, le tout avait fini dans un carnage sans nom. Elle n'avait aucune raison valable de tuer tous ces gens, ils suffisaient de condamner la mine et de leur faire un peu peur. Son sourire et sa bonne humeur d'un peu plus tôt disparurent rapidement. Elle laissa échapper le reste des baies au sol. La chute de petits fruits effraya les tourtereaux qui décampèrent, le duo en firent donc de même, reprenant la route.

La nuit tombait rapidement et Meltiel semblait de plus en plus à avoir de la difficulté à avancer. Par soutient morale, Arialas ralentit le pas, question de rester à sa hauteur. Finalement, ils arrivèrent enfin à la cabane perdue. Elle laissa passer le mage devant, étant le disciple. Il ouvrit donc la porte et entra, sursautant lorsque le maître alluma une bougie tout en parlant. Refermant la porte, elle aperçut son compagnon tourné vers elle, qui la regardait sans mot. Il avait eu trop peur pour parler ou il attendait quelque chose? La femme fit quelques pas dans l'habitation, s'approchant du vieil homme – en contournant la statue humaine figée à l'entrée. Elle eut à peine le temps d’entrouvrir la bouche qu'une voix autre que la sienne résonna.

- Demain. Pour le moment, vous devez être épuisés, allez vous reposer.
- Mais nou-
- Patience.

Arialas serra les poings, se retenant de laisser éclater sa fureur. Attendre, encore et toujours, elle n'avait pas le temps pour ça! Rapidement, elle se dirigea vers son lit, se délestant de son équipement. Sans plus de cérémonie, elle se mit au lit, espérant voir le temps passer plus rapidement. Elle mit longtemps à s'endormir et se réveilla dès les premières lueurs de l'aube, affamée. Elle n'avait rien mangée de la journée d'avant, finalement. Se levant, elle ramassa un bout de pain en attendant que se réveil les deux hommes.


Dernière édition par Arialas Ishtarian le Lun 16 Nov - 13:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 27
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Mar 10 Nov - 16:02

J'étais resté immobile à la suite de mon sursaut, laissant ma coéquipière faire sa demande auprès du maître. Le vieux sage ne tarda pas à la convaincre qu'il valait mieux attendre au lendemain, elle n'était pas d'accord, mais reteint sa colère, acceptant la décision de Libra. La guerrière se dirigea directement au lit, prenant soin de retirer son équipement. Je pouvais ressentir ce qui semblait être une pointe de déception dans l'air, déception qui se cachait derrière cette fureur. Je comprenais sa rage, nous avions marché pendant plusieurs heures sans dormir, n'y nous arrêter pour arriver et devoir encore attendre, cependant cette nuit nous aurions droit à un bon lit, s'était déjà une petite victoire en soit. Je suivis donc ma compagne et m'allongea sur ma couche, je n'eut même pas le temps de poser la tête sur l'oreiller que j'étais emporté dans le monde des songes.

Un puissant sentiment de fierté bouillait en moi, j'étais fier de ce que nous venions d'accomplir. Je comprenais également de plus en plus, le personnage qu'était Arialas. Un être qui a tout perdu pour qui vivre représente en quelque sorte un fardeau, elle représente ce que j'étais avant son intervention en Ashenwall... La personne que j'étais avant de comprendre qu'il me restait mes souvenirs, le souvenir de mes parents de leur amour... Tant que ce souvenir vivrait, je ne serais jamais seul. Elle n'avait plus rien étant amnésique depuis l'avènement du grand cataclysme, je me devais de l'aider comme elle l'avait fait sans même sens rendre réellement compte. L'ensemble de mon sommeil fut accompagné par les images de notre première rencontre et de cette mission que nous venions de mener à bien.

Quand, je me réveillai la jeune femme était déjà debout assise à la table, une miche de pain à la main. Cette fois la logique avait été respectée, je ne pus m'empêcher de sourire bêtement à cette pensée. Pour sa part, mon maître était toujours endormi ce qui n'était pas étonnant, il s'était couché beaucoup plus tard qu'à son habitude et dormirait probablement durant une bonne partie de l'avant-midi. Je me dirigeai donc vers un bol ampli d'eau déposé sur une petite table non loin de la jeune femme. Je m'aspergeai une première fois le vissage avant de prendre la parole d'une voix faible pour ne pas réveiller le maitre.

- Tu as réussi à dormir ? Moi, j'ai dormi comme un bébé, un vrai bon lit ça change de nos petits campements de fortune, n'est-ce pas ?

Je n'attendais pas réellement une réponse de la part de la jeune femme, mais je lui prêtai quand même une attention distraite, continuant ma petite routine du matin. Je m'aspergeai encore une fois avant de m'essuyer avec le linge qui reposait sur un support non loin de la bassine. Je me dirigeai ensuite vers la table m'emparant l'un des pains que le maître avait disposés à notre intention, prenant une première bouchée. Je pris de nouveau la parole.

- En y repensant bien, il est vrai que les victimes de cette mission auraient pu être évitées... mais tu n'as rien à voir avec ce carnage, tu n'as fait que ton devoir. Libra t'avait demandé de me protéger ce que tu as fait, je ne suis le seul responsable si je n'avais pas été fait prisonnier tout cela aurait... Soit cela ne mène à rien d'utiliser le ''si'' ainsi...

Je me levai sans attendre la réponse de ma compagne, laissant également le reste de mon repas sur place et me dirigea vers l'extérieur. J'avais grandement besoin d'un bain de soleil pour ne pas sombrer dans la mélancolie. J'eus à peine poussée la porte que je sentais déjà les rayons de l'astre sur ma peau. Je dirigeai mes pas vers le petit endroit qu'utilisait le maître pour accueillir ses invités lors de la bonne saison. Il s'agissait de quatre chaises disposées en cercle autour d'un petit foyer de pierre. Je pris place à l'une d'elles, me laissant tomber sur la vieille chaise de bois, je tournai les yeux vers le ciel, prenant au même moment une grande inspiration.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 23

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Mer 11 Nov - 5:50

Ce fut finalement Meltiel qui se leva le premier entre les deux hommes. Celui-ci se mit à jouer avec de l'eau, lui posant en même temps deux questions. Arialas ne répondit pas, ne se souciant pas vraiment du jeune homme, c'était le vieux qui l'intéressait dans le moment. Il vint ensuite s'asseoir, mangeant lui aussi une bouchée. Il se mit ensuite à parler, en écho aux pensées de la femme, la veille. Pourquoi devait-il encore insister? Ne pouvait-il pas simplement se taire? Elle ne souhaitait plus entendre parler de ses meurtres, du passé ou du présent. Il devait bien être en mesure de le comprendre... Avant qu'elle ne puisse dire un mot – ou plutôt pousser un soupir – le mage blanc sortit de la demeure. La femme, n'attendant qu'une chose, ne le suivit donc pas. De toute façon, elle ne souhaitait pas lui parler, ni entendre encore plus de remerciement, louange ou toutes autres trucs de ce genre. Elle n'avait rien fait d'exceptionnel, un point c'est tout. Terminant son bout de pain, elle se leva à son tour, mais entreprit de fouiner dans les possessions du maître.

Après quelques minutes de recherches, elle trouva finalement ce qu'elle recherchait – un sac de sel. Avant de n'avoir le temps de le prendre, un bruit se fit entendre. Arialas se retourna vers la source. Libra venait de se lever, se préparant un café avec son déjeuner. Voyant son attention portée vers lui, celui-ci lui fit signe de la rejoindre. Rapidement, elle retourna s'asseoir à la table, oubliant son idée première. Le vieil homme savait très bien ce qu'elle voulait savoir et donc elle ne prit pas la peine de poser de questions, attendant qu'il ouvre la bouche le premier. Par chance pour la femme, cela ne tarda pas. Il coupait temps en temps ses paroles, prenant de grandes gorgées de son chaud liquide.

- Premièrement, sache que je suis fier de vous avoir choisi pour épauler mon disciple, vous avez fait un travail excellant. Pour ce qui de votre récompense, la voici. Votre mère ce nomme Missari Uchimika, Ishtarian est le nom de votre père. Nous vivions dans un petit village au Nord de la capitale de Ravey, Dissri. L'objet dont je vous ai parlé, qui nous a conduit à fuir, ce trouve caché dans une grotte ou des ruines et il est de petite taille, c'est tout ce que je sais. Elle ne m'a jamais montré l'objet, ni l'endroit précis de sa cachette. Comme je l'ai mentionné avant votre départ, elle était partie à Ashenwall avec votre père, un certain... Shill Ishtarian il me semble. Ils se sont établis à Oguld, quelque part au Sud-Est de la capital si mes souvenirs sont bon. Cela fait une bonne vingtaine d'année que je n'ai plus de nouvelles après tout... Je ne sais pas du tout ce qui est arrivé à votre famille après cela, ni même s'ils sont toujours vivants. Tout ce que je peux ajouter, c'est que vous apprenez la voie des armes depuis le plus jeune âge, avant même vos cinq ans. Je suis désolé, c'est bien peu, mais c'est tout ce que je peux vous apprendre.

Sur ces paroles, il se leva – ayant terminé son déjeuner – et alla fouiner dans un coffre, au fond de la pièce. La femme, quant à elle, resta assise à digérer les informations, pour être sûre de ne rien oublier. Arialas avait désormais une piste – légère, mais une piste quand même – sur ses origines et ceux de ses parents. Du coffre, le vieil homme sortit deux sacs, qui semblait avoir été préparé d'avance. Il revint ensuite vers la jeune femme et lui refila l'un des deux, avant de rejoindre la porte, tenant toujours le second sac. Selon le son, ceux-ci contenaient des piécettes, leurs récompenses probablement. Alors qu'il traversait le cadre de la cabane, elle se leva et se dirigea vers l'étagère d'un peu plus tôt, celle contenant le sac de sel. Le ramassant prestement, elle emboîta le pas au vieux maître. Elle aperçut celui-ci s'asseoir un peu plus loin, aux côtés de Meltiel. C'est sans son arme – ni son bandeau – qu'elle se dirigea vers la forêt, équipée seulement d'un grand sac – contenant divers objets, dont le fameux petit sac de sel. À l'orée de la forêt, Arialas entendit soudainement Meltiel crier, en même que des bruits de course. Que voulait-il encore? Elle soupira en se retournant. Celui-ci tenait la naginata dans ses mains. La femme lui lança un regard interrogateur.

- Retourne auprès de ton maître, je n'ai pas besoin de toi, laisse-moi seule.

Sur ses paroles, elle se retourna, sans même récupérer son arme et fit quelques autres pas en direction des profondeurs de la forêt.


Dernière édition par Arialas Ishtarian le Lun 16 Nov - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 27
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Mer 11 Nov - 10:54

Nous allions encore avoir droit à une magnifique journée ensoleillée cela ne faisait aucune doute. Le ciel était d'un bleu azur clair presque immaculé, il n'y avait que quelques nuages qui venais ajouter une touche de blanc par si par là. J'adorais être ainsi en plein air, ne rien faire... me contenter d'être assied là à observer le ciel ne me dérangeait pas. Je me perdis même dans mes pensées, pensant à ce qui m'attendait pour l'avenir... où j'allais bien pouvoir diriger mes pas désormais ? Le désir d'aider brûlait toujours en moi bien sûr, mais il y avait plus... beaucoup plus. Je ne pouvais plus supporter d'être qu'à un seul endroit à la fois, je devais trouver une solution, une solution à ma condition de simple petit mage blanc. Je repensai à mon désir de créer un hôpital pour aider le peuple de ma terre natale, cette idée se transforma peu à peu en moi... Pourquoi ne pas créer une série d'hôpitaux. Il est vrai que cela ne réglait totalement mon problème, mais comme ça je serais en mesure, par le biais de mon infrastructure, d'offrir de l'aide, et ce dans l'ensemble de Gorah simultanément. J'étais bien conscient qu'il s'agissait d'un projet fou, mais il avait du potentiel, je choisit donc de ne pas l'écarter le plaçant dans mes futurs projets à développer.  

Un bruit de porte me réveilla de mes songes éveillés, en me tournant, je reconnut le maître qui s'avançait vers moi un petit sac à la main. Il prit place à ma droite et plongea son regard dans le mien. Avant même qu'il ne prenne la parole, je connaissais déjà la raison de sa venue. Il voulait sans aucun doute connaître les détailles de notre périple ce n'était certainement pas Arialas qui allait lui fournir ses informations, il s'était donc tourné vers moi, malgré ma fâcheuse tendance pour l'exagération. Comme pour appuyer mes pensées, il prit la parole.

- Je voulais savoir Meltiel, outre le succès de cette mission, comment ses passés votre voyage ? Est-ce que les évènements m'ont donné raison de faire appel à cette guerrière plutôt qu'à n'importe quel autre soldat ? Je voudrais également que tu prennes ceci d'une part pour te remercier de ton aide et d'un autre pour t'aider dans ton voyage à travers Gorah, tu sais Meltiel... tu es comme le fils que je n'ai jamais eux...

Au même moment Libra me tendit le petit sac qu'il avait en main, je pouvais lire la fierté dans ses yeux. Il y avait également une pointe de tristesse, probablement à l'idée que je devrais encore une fois quitter la maison, les adieux n'avaient jamais été ma tasse de thé, mais le vieux était encore pire que moi, il redoutait plus que tout le moment où il fallait pousser la porte. J'entrepris de lui répondre.

- Je ne peux...

Soudain, je vis Arialas sortir de la petite chaumière un sac à la main, je remarquai à ma grande surprise qu'elle n'était pas armée. Où pouvait-elle bien aller ainsi et surtout sans arme ? Je me levai brusquement sous les yeux stupéfaits du vieil homme. Je partis en direction de la maison dans l'intention de récupérer la Naginata de ma partenaire sur le chemin, je criai quelques mots à mon interlocuteur.

- Je suis désolé, je reviens très bientôt attend moi !

J'entrai en trompe dans la maison, agrippant rapidement l'arme et ressortant aussitôt. Je suivis les pas de la jeune femme, l'arme entre les mains. Il me prit un quelques minutes pour la rattrapée vue son avance. Je finis par me résoudre à crier pour signifier ma présence.

- Attends-moi !!!

Elle se retourna me lançant un regard interrogateur, j'étais de plus en plus perdu, pourquoi ce regard se n'était pas claire que je voulais seulement qu'elle ne parte pas désarmé et surtout sans dire au revoir ? Elle me lança une phrase me sommant de retourner auprès de mon maître et de la laisser seule. C’est à ce moment que je remarquai que la jeune femme n'avait pas remis son bandeau laissant pour la première fois ses deux yeux découverts, il était d'un mauve hypnotique. Je ne pus m'empêcher de me perdre dans ce regard, j'étais bien conscient que mon petit tour de magie sur son œil droit ne lui avait pas redonné la vue, mais il avait eux le mérite de la rendre beaucoup plus charmante. Il n'était pas question que je reparte sans qu'elle ne soit prise sa naginata, cependant pendant que j'étais occupé par mes pensées, elle s'était déjà remise en marche. Je la rattrapai encore une fois, prenant cette fois l'initiative.

- Je crois que tu oublies quelque chose !

Je lui fis une petite démonstration maladroite de mes talents d'escrimeur, frôlant la catastrophe à plusieurs reprise. Je finis par planter le manche de l'arme dans la terre et repris encore une fois la parole.

- Prend ta naginata avec toi et je te laisserai tranquille, je tant donne ma parole.

Je lui fis un grand sourire preuve de ma sincérité, elle soupira et empoigna l'arme avant de reprendre sa marche. Pour ma part, je retournai auprès du maître comme je lui avais promis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 23

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Mer 11 Nov - 12:17

Les paroles de la femme n'eurent pas l'effet escompté sur le jeune mage, qui la suivit après quelques secondes d'hésitant. Selon lui, elle oubliait quelque chose... Quoi encore. Se retournant, Arialas l'aperçu en train de faire des mouvements bizarres avec son arme, manquant à plusieurs reprises de s'auto-attaquer. Une chance qu'il n'était pas guerrier celui là. Elle leva les yeux au ciel de découragement tandis que Meltiel plantait sa naginata dans le sol. En soupirant, elle ramassa son arme et la réajusta sur son dos, regardant son compagnon s'éloigner, s'assurant qu'il était bel et bien repartit avant de reprendre la route. Quel phénomène celui-là, décidément. En marchant, elle finit par éclater de rire, elle n'avait jamais rencontrée d'être aussi original que celui-ci, du moins pas à sa connaissance.

Après quelques minutes de marche, la femme arriva finalement à sa première destination, la rivière. Elle commença par s'hydrater, testant du même coup la qualité de l'eau. Selon toute logique, il ne devait pas y avoir de problème, l'eau circulait rapidement, le poison devait être parti depuis longtemps. Tout de même, il restait un risque que la contamination ait reprise, malgré les précautions prises à la grotte. Le liquide froid fit beaucoup de bien à sa gorge, qui commençait à être plutôt sèche. Étant maintenant certaine de la qualité, Arialas sortit quelques gourdes de son sac – la sienne ainsi que trois du vieux maître – et les emplirent. Elle en profita aussi pour se nettoyer un peu le visage, profitant surtout de la froideur pour se rafraîchir les idées. Une fois le tout effectué, les contenants d'eau rangés, elle reprit la route.

Cette fois, elle longea un moment la rivière, examinant la végétation alentour. Elle descendait le courant et s'approchait donc légèrement de l'arrière de la cabane de maître Libra – à peine de quelques pas, certes, mais c'était tout de même cela. Après quelques minutes supplémentaires, Arialas repéra finalement ce qu'elle recherchait – un arbre pas trop petit, mais pas du tout imposant pour autant, extrêmement affecté par le poison. Celui-ci semblait presque sur le point de tomber tout seul... La femme entreprit donc de le pousser au sol – elle n'eut presque pas d'énergie à fournir! - et sortit une corde de son sac. L'enroulant autour de l'arbre, elle le tira jusqu'à l'arrière de la maison, de façon à ce que les deux hommes assis devant ne la voient pas. Le chemin en pente aidant grandement le travail, de même que la taille très raisonnable de l'objet. La grande force physique d'Arialas y était aussi pour beaucoup. Malgré tout, elle mit un peu plus d'une heure pour le trajet de retour, alors que l'aller n'avait duré que quelques minutes.

Laissant le bois sur place, la guerrière ne récupéra que la corde, la remit à sa place et retourna dans les profondeurs de la forêt. Le plus facile était fait, il restait maintenant le compliqué... Arialas soupira avant de reprendre ses recherches. Cette fois, elle mit beaucoup plus de temps à trouver ce dont elle avait besoin, c'est-à-dire quelque chose à manger, des fruits plus précisément. Elle mit finalement la main sur un pommier et un peu plus loin, plusieurs types de baies. Elle en mit le plus possible dans son sac, en profitant aussi pour se reposer un peu, en mangeant quelques-uns sur place. Étendue sur le dos, elle regarda un moment le ciel. Un petit lapin finit par s'approcher d'elle, la femme étant restée assez longtemps immobile pour rendre l'animal un peu téméraire. Tout doucement, elle approcha sa main et câlina un instant la bête. Non vraiment, elle ne pouvait faire mal à ce genre de petite boule de poil toute mignonne... C'était juste impensable, malgré toutes ses bonnes volontés. Libra devras se passer de son aide pour avoir de la viande, le sel ne lui sera finalement d'aucune utilité.

Après cet instant de bonheur, Arialas reprit le chemin de la demeure. Le soleil amorçait déjà sa descente, le duo devra donc attendre le lendemain pour repartir. Tant pis, elle avait réussi à faire une bonne récolte, même si elle ne s'était pas procurée de viande. Lorsqu'elle arriva en vue de l'habitation, la femme put voir les deux hommes, toujours là où elle les avait laissés, mais devant un feu allumé. Elle leur fit un signe de la main avant d'entrer dans la maison et délaisser son sac, laissant une note sur le bureau du maître, expliquant ce qu'elle avait fait pour lui. En effet, lorsqu'il avait, avant la quête, parlé de sa vieillisse et tout, la guerrière s'était mise en tête de l'aider d'une manière ou d'une autre. Elle avait donc été chercher de quoi boire, manger et se réchauffer pendant quelques jours, question qu'il économise ses forces au maximum. Peu de marchand devait passer dans un coin aussi perdu après tout. Elle ramassa ensuite son bandeau, l'enfila, reprit son arme près du lit avec son sac d'écus et sortit rejoindre le duo autour du feu. Meltiel semblait se demander ce qu'elle avait bien pu faire de sa journée, mais elle préféra se taire – elle ne souhaitait pas que celui-ci apprenne sa gentillesse à l'égard de son maître adoré. Elle aimait bien mieux qu'il garde en tête l'image de la guerrière surpuissante, que celle d'une jeune femme qui n'arrivait même pas à lever le petit doigt envers un animal et qui était serviable. En un sens, sa fierté l'en empêchait. Elle mangea donc en silence.

Une fois le repas terminé, elle se leva et remercia Libra pour son hospitalité ainsi que le bon souper et se dirigea à l'arrière de la maison. Maintenant qu'elle avait reprit des forces, Arialas alla bûcher son arbre traîné avec autant de misère. Elle alla ensuite directement au lit, ne prenant même pas la peine de regarder si les deux hommes étaient toujours devant le feu. Cette journée d'effort l'avait totalement vidée, elle s'endormit immédiatement. Le lendemain, elle se leva tout de même à l'aube, mais ses bras la faisait légèrement souffrir, il y avait longtemps qu'elle n'avait pas autant forcée tout de même. Tout comme la journée d'avant, elle alla s'asseoir à la table et mangea un déjeuner, pour être prête à reprendre la route le plus tôt possible.


Dernière édition par Arialas Ishtarian le Lun 16 Nov - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 27
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Jeu 12 Nov - 8:37

J'étais directement retourné voir mon maître, je l'avais déjà trop fait attendre, maintenant que la femme était armée, je pouvais rester auprès de Libra l'esprit en paix, personne n'était à la hauteur de la guerrière. Je ne m'étais pas vraiment éloigné et donc je fus vite de retour sur ma chaise, une fois assied, je lui adressai la parole en premier.

- De quoi nous parlions déjà... oui, l'argent que tu souhaites me donner... maître vous êtes loin d'être le plus riche des hommes, je sais que votre cœur est au moins aussi grand et vaste que ce ciel au-dessus de nos têtes, mais au risque de vous attristez, je vais refuser votre argent... Je me sentirais mal de vous prendre quelques choses qui pourraient vous servir plus à vous qu'à moi...

Mon maître resta silencieux un moment, je pouvais voir la tristesse dans ses yeux et sur son visage. Il ne faisait aucun doute que mes paroles le touchaient profondément, il savait qu'il ne pouvait se permettre de me faire ce don, mais il y tenait tout particulièrement. Il sembla se résigné et repris la parole, changeant de sujet, je savais que i n'allait pas en rester là, mais je ne pouvais pas vraiment faire plus.

- Et ton voyage ?

Je pris quelque instant pour me remémorer les évènements des derniers jours et lui répondis.

- Très exténuants, nous avons marché... marché et marché encore. Arialas n'est pas la plus bavarde des femmes et dès le début de notre voyage un froid s'est installé entre nous, cependant je crois que plus nous avancions plus on se comprenait mutuellement et plus cette distance qui nous séparait avant diminuait. Je la considère maintenant comme une amie, pour sa part, elle ne semble pas m'apprécier, outre mesure, mais elle accepte ma présence.

Un sourire satisfait apparu sur le visage du vieil homme, il était vrai qu'il avait brillamment joué ses cartes. Il avait réussi à rétablir l'équilibre de la nature dans sa forêt et était même parvenu à créer le lien qu'il avait prédit entre moi et la jeune femme. Je commençais à voir clair en son jeu, il semblait nourrir le désir secret que moi et Arialas entretenions le même lien que celui-ci entretenait avec la mère de la Ashevante. Je n'en comprenais pas l'intérêt, mais je n'avais aucune raison d'empêcher son souhait de devenir réalité. J'appréciais déjà beaucoup la compagnie de la jeune femme, part contre, convaincre cette dernière qu'il était dans son intérêt de devenir mon ami allait être une entreprise bien hasardeuse pour le vieux, elle ne savait même pas ce que l'amitié signifiait réellement et même quand je lui est proposer de le lui faire découvrir, elle n'avait montré aucun intérêt. Mon maître m'avait écouté avec attention et attendait la suite, qui ne viendrait jamais, mon regard s'était perdu dans les nuages. Il attendit quelques minutes par respect et ouvrit de nouveau la bouche.

- Et si je t'apprenais à faire mon fameux ragoût au lapin et légume du potager ?

Ma réponse fut immédiate, une bonne dizaine de mouvements de tête positifs. Mon maître laissa échapper un petit rire au vu de mon grand enthousiasme à l'idée d'apprendre sa fameuse recette secrète. Il était bien entendu au courant de mon intérêt pour sa formule culinaire, mais avait toujours refusé de me la transmettre, pourquoi aujourd'hui ? J'oubliai vite cette question beaucoup trop impatiente de me mettre au fourneau. Mon maître prit alors la parole pour me donner les instructions.

- Commence par allumer le feu, nous cuisinerons dehors ce soir, il va également te falloir quelques carottes, des radis, une pomme de terre et de la viande de lapin... Je crois que tu connais déjà l'emplacement de mon jardin, pour la viande, j'ai fait sécher celle d'un lapin que j'ai capturé quand vous étiez partie cela fera l'affaire, il ce trouve dans le garde-manger. L'ingrédient final est du sel de mer, tu le trouveras dans un petit sac dans la maison... J'allais oublier ! N'oublie surtout pas la marmite et rempli la bien d'eau, je t'attends ici.

Je partis au pas de course en quête de tout les ingrédients nécessaires, je commençai par les légumes les ramenant directement auprès du foyer. Je repartis en quête de petit bois pour le feu, revenant immédiatement pour l'allumer à même le foyer à l'aide de ma pierre de silex. Je repartit pour prendre la viande, la marmite et le sel, mes bras étaient beaucoup trop chargés et je ne voyais pas le petit sac décrit par le maître, je décida donc de seulement partir avec la marmite pleine d'eau et la viande. Je déposai la marmite sur le feu pour faire bouillir l'eau comme me l'indiqua Libra et je repartit chercher le sel. Après plusieurs minutes de recherche, je ne trouvais toujours pas ce fameux sac, je retournai donc bredouille autour du feu. Informant le maître du problème auquel nous étions confrontés, il me dit que l'ingrédient n'était pas obligatoire et qu'il devrait aller en chercher d'autres dès que possible. Je me mis donc à la confection du fameux plat suivant de façons méthodiques les instructions du vieux mage. Quand la recette fut finalement achevée, le soleil était déjà sur son déclin, nous étions maintenant près à manger quand la jeune femme vint nous rejoindre autour du feu, je lui tendis une assiette un sourire fier sur le visage. Une fois le repas terminer, elle se contenta de remercier Libra pour tout et partie, je ne sais où. Je ne la suivis pas, cette journée riche en apprentissages m'avait épuisé, je ne souhaite que partir au lit. Je raccompagnai le maître à l'intérieur et me coucha immédiatement. Je me réveillai un peu après l'aube, Arialas était déjà à la table en train de prendre se petit déjeuné, je me débarbouilla et alla la rejoindre immédiatement. Prenant également mon petit déjeuner, j'ouvris la bouche.

- Qu'est-ce que tu es partie faire hier ? Je craignais jamais te revoir... du moins ne pas te revoir pour te dire au revoir.

Je pris quelques instants pour réfléchir, essayant de me convaincre que ma décision était la meilleure. Cela faisait longtemps que j'y songeais, ma place était ici, je devais m'occuper du maître, je pourrais voyager et mettre en place mon réseau d'hôpital plus tard, pour l'heure le maître avait besoin de moi.

- Je crois que ma décision est prise, je vais rester ici avec Libra, il a besoin de mon aide... je crains donc que ce soit un adieu pour nous...

J'entendis soudain un craquement, me retournant, je vis le vieux magicien lutant pour se redresser, il me cria ensuite dessus.

- IMBÉCIL ! Je suis vieux, pas mort... va vivre ta vie et ce n'est pas maintenant que tu as trouvé quelques à même de te protéger des autres, mais également contre toi-même que tu ma rester ici à jouer les vieux garçons, je refuse que tu restes ici !

Je voyais à l'expression de mon maître que ce n'était pas sa pensée véritable, il ne souhaitait simplement pas me voir gâcher ma vie ici pour lui. Il considérait probablement avoir très bien vécu et ne se permettait tout simplement pas le droit de m'empêcher de vivre ma propre jeunesse comme lui l'avait vécu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 23

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Ven 13 Nov - 1:46

Lorsque le jeune mage blanc finit par se lever, Arialas avait presque déjà terminée son déjeuner. Le temps qu'il se frotte un peu le visage et se serve, la femme était déjà debout, ramassant ses possessions. Alors qu'il ouvrait la bouche pour la première fois, exprimant ses doutes de la veille, elle comprit immédiatement que celui-ci souhaitait rester ici. Sous la surprise, elle échappa son arme, dont elle était en train de s’équiper alors que Meltiel enchaînait déjà. Le bruit du choc du réveiller le maître, car il se redressa soudainement, sermonnant son disciple. Un sourire se dessina sur les lèvres de la guerrière, qui trouvait cela amusant de voir un homme dans la vingtaine se faire sermonner de la sorte. Doucement, elle reprit sa naginata au sol, s'assurant de sa condition, avant de rejoindre son compagnon. Passant son bras par-dessus l'épaule du jeune homme, elle tourna son visage vers le vieux Libra, un sourire narquois aux lèvres.

- Ne vous inquiétez pas, je prendrai soin de votre petit pigeon.

Arialas lui tapota ensuite l'épaule, signifiant qu'elle était prête à partir et qu'il devrait se hâter un peu.  La suite s'annonçait en effet épuisante, faisant un détour vers Ashenwall pour aller cueillir Camille, avant de se diriger vers Ravey, à la recherche d'informations. Meltiel semblait comprendre la hâte de la femme, si tel était le cas, il se hâtera surement, non? Elle se dirigea ensuite vers la sortie, question de laisser les deux hommes en paix pour leur au revoir. Après tout, peut-être étais-ce même des adieux... En ouvrant la porte, elle se retourna et planta son œil valide dans ceux du vieux. Elle s'inclina, prenant exemple sur les manières plus nobles de son partenaire amoureux, en réitérant ses remerciements, principalement pour les informations. Puis, elle quitta la demeure et alla s'asseoir devant les cendres du feu de la veille.

Pour faire passer le temps, Arialas entreprit d'aiguiser et d'astiquer son arme, tout en réfléchissant à sa prochaine aventure. Enfin, elle aurait des réponses, des réponses que même ses souvenirs ne serait à même de lui dire. Et elle reverrait Camille de Songefeu, après plusieurs longues semaines d'absences. Lorsque Meltiel finit par sortir de la demeure, la femme était rendue debout, à s’entraîner au combat de corps à corps contre un adversaire invisible. Elle manqua d'ailleurs de peu de donner un coup de pied au pauvre mage blanc, lorsque celui-ci s'approcha, n'ayant remarquée sa présence qu'au dernier moment. La guerrière était dans un état limite de transe lorsqu'elle s’entraînait un minimum sérieusement. Reprenant son souffle et vérifiant une dernière fois qu'elle n'oubliait rien, le duo put finalement prendre la route en direction des terres de glaces, Ashenwall. De nouvelles aventures attendaient nos héros là-bas, mais cela fait partie d'une autre histoire qui sera racontée en temps et en lieu.


Dernière édition par Arialas Ishtarian le Dim 15 Nov - 0:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 27
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Sam 14 Nov - 23:17

Durant mon discours ma compagne avait échappé son arme pour une raison qui m'était inconnue. Après le discours de Libra, elle l'a ramassa s'assurant de sa condition, elle s'approcha ensuite de moi amorçant un geste pour passer son bras par-dessus mon épaule. Je tentai de l'esquivé, mais en vins la femme était beaucoup trop rapide pour moi, elle me prit donc la tête. Je me débâtis un peu en protestant.

- Non, mais oh !!!

La guerrière ne sembla même pas m'entendre, je fis donc le mou, débité face à ma très faible force physique. Elle allait bien finir ma me relâcher un jour... ou pas ? Elle prit alors la parole, rassurant mon maître au sujet de ma sécurité. Depuis quand avait-elle décidé de me protéger ? J'avais manqué un épisode ? Aux dernières nouvelles, elle m'informait qu'elle n'était pas en mesure de protéger... qu'elle ne pouvait que tuer. Depuis quand avait-elle changé d'avis ? Certes se n'était pas pour me déplaire, elle avait enfin compris mon point de vue ou du moins l'avais adopté sans réellement le comprendre. Elle me tapota ensuite l'épaule avant de sortir de la petite chaumière.

Je pouvais peut-être repartir finalement, de toute façon mon maître était beaucoup trop têtu pour que je gagne contre lui et donc s'il souhaitait mon départ, je ne souhaitais pas gaspiller inutilement mon énergie. Après tout, je ne souhaitais pas réellement rester ici, j'avais tant à voir dans le monde extérieur, je ne souhaitais pas perdre Libra comme j'avais perdu mon père et ma mère. Il était vrai qu'il ne risquait rien ici à l'exception des dommages du temps et malheureusement avec mes pouvoirs actuels, il m'était impossible de guérir les méfaits du temps sur le corps humain. Le choix était maintenant clair, j'allais accompagner Arialas dans sa quête, mais je restais là sans rien dire. Mon maître était maintenant debout, il entreprit de se rapprocher lentement de moi et brisa ce silence qui devenait de plus en plus lourd. Au même moment, j'aperçus le petit sac d'or qu'il m'avait offert la veille, il le glissa subtilement dans mon sac de voyage, décidément je ne pouvais gagner face à son entêtement. Je choisis donc de fait comme si je n'avais rien vu.  

- Je ne souhaite pas vraiment te voir partir, tu sais ? Je réagis ainsi pour ton bien... Alors qu'est-ce que tu attends pour prendre tes choses et la rejoindre ?

Je me levai en silence rassemblant lentement, mes affaires. Quand j'eut terminer, je lançai un regard dans la direction de mon maître, je pouvais voir des larmes prendre forme sous ses yeux... Quand, je disais que les aux revoirs se n'était pas notre fort, je ne plaisantais pas. Je me rendis jusqu'à la porte, toujours en silence, ma main sur la pogner. Je fermai les yeux pour m'imprégner de l'énergie des lieux une dernière fois. Je relâchai la pogner, je retournant brusquement vers le vieil homme, le bras vers l'avant levant le pouce vers le ciel.

- T'inquiètes pas pour moi papy, je vais te rendre fier... Tu verras bien !

Lançant un clin d'œil, avant de me retourner et d'ouvrir la porte. Cette façon de parler était très vulgaire et je ne l'utilisais que très rarement, cependant je savais que cela allait rassurer le maître. En effet, je l'utilisais que très rarement, car elle sortait bien malgré moi dans les situations où j'étais en plein contrôle de la situation, ce qui n'arrivait que très rarement. J'entendis la voix de Libra raisonner derrière moi, lui prêtant attention, sans toutefois m'arrêter.

-Je suis déjà fier de...

J'avais passé la porte avant qu'il ne soit fini, mais j'avais compris le sens de sa phrase. Une larme tomba sur ma joue, m'empressant de l'essayer, je me dirigeai vers la guerrière qui s'entrainait contre l'air. J'oubliai de lui signifier ma présence et je vis son pied arriver très près de mon visage, elle arrêta toutefois son geste au dernier moment. Mon aventure avait failli s'arrêter avant même de commencer, c’était un départ à ma hauteur, je devais l'avouer. Je fis donc un signe de tête à la jeune femme pour lui signifier que j'étais près maintenant. Jetant un dernier regard derrière moi, je me mis en marche vers l'inconnu. J'ignorais si j'allais remettre les pieds un jour dans cet endroit, mais une chose était sûre se n'était pas la dernière fois que je voyais le vieux maître.

_________________


Dernière édition par Meltiel Wälle le Sam 14 Nov - 23:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Déesse
PNJ
PNJ
avatar

Messages : 96
Expérience : 191

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 0
Rang du personnage: S

MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   Sam 14 Nov - 23:17

Le membre 'Meltiel Wälle' a effectué l'action suivante : Lancer de dé

'Quête' :

Résultat : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Requiem Aviaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Requiem Aviaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La grippe aviaire touche Haiti
» The requiem of death (Finisss)
» Requiem du Guerrier [Ombre]
» The Book. [Eva, Sonata, Requiem]
» REQUIEM V.2 ◑ « Flesh & Blood. // I'm Alive. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Les Ellès :: Les plaines-