AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Portés disparus [Arialas & Ulrich]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Jeu 24 Sep - 21:37

Par cette douce journée d’été à Ashenwall, Arialas et Camille marchait paisiblement en direction de l’ouest. Leurs pas étaient lents, tout particulièrement ceux de Camille. Les yeux levés aux ciels, il regarda la mer des nuages troubler la quiétude du ciel bleuté tandis que se pas suivaient ceux d’Arialas. Depuis quand Camille ne s'était pas senti aussi détendu ? Les mois qui suivirent le grand cataclysme lui avaient paru être une longue et épuisante course contre le temps. Luttant chaque jour contre la faim, contre la soif, contre la mort. La dernière fois où il avait pu se sentir aussi apaisée n'était plus qu'un vague souvenir. De même que celui où il se trouvait aux côtés de quelqu’un auprès duquel il pouvait se permettre de fermer les yeux, sans ressentir cette peur le ronger peu à peu. Quand les températures ne baissaient pas au point qu’il puisse neiger en pleine saison estivale, le temps était agréable en ces terres. Une petite brise soufflait la plus part du temps et les rayons du soleil étaient doux, tel un drap qu’on poserait sur sa peau. Tout le contraire de celui de Ravey, bien que Camille soit nostalgique de son pays. L’ouest du pays était la seule région un peu près tempéré, contrairement au reste des plaines et des montagnes où un froid permanent régnait, été comme hiver.
 
Le groupe se dirigeait vers un village se situant à la frontière avec les Ellès. Jamais Camille n’était allé aussi loin vers l’intérieur de Gorah. La nature, les arbres, les animaux,… tout l’environnement changeait peu à peu alors que leurs pas les portaient vers ces terres fertiles, où la vie devait être bien plus simple et paisible que dans le désert Raveyien. Dans ce village les attendait une femme, une mère dont l’enfant avait disparu et qui en avait appelé à l’aide d’aventuriers afin de l’aider à le retrouver. Camille savait au fond qu’il y avait peu de chance de le retrouver. L’enfant s’était probablement perdu, ou peut-être s’était-il retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Dans tous les cas, retrouver un enfant dans une telle conjoncture n’était pas chose aisée. Les gamins enlevés pour être vendus n’étaient pas non plus des cas isolés.
 
Après quelques heures de marches, zigzagant dans les bois au gré des aléas du chemin de terre, le duo aperçu enfin leur destination. Situé dans une zone d’échange près de la frontière, ce hameau profitait des marchands passant par sa route pour s’enrichir. Ainsi il était assez important, bien que trop petit pour être considéré comme une ville. Mais sa position compliquait déjà la tâche ardue qui attendait le duo. Une zone commerciale comme celle-ci, où s’effectuaient beaucoup d’échanges et de nombreux passages de convois… Plus Camille y réfléchissait, plus ma situation lui paraissait compliqué. Finalement, le repos n'avait été que de courte durée. Mais rien n’était jamais perdu avant même d’avoir essayé. Camille observa alors attention avec le village, comme pour tenter d’en comprendre son fonctionnement.
 
– Cette quête ne me dit rien qui vaille Ari. Dit-il d’un air lassé. Retrouver un enfant dans une telle zone… J’espère que la femme et les habitants pourront nous en dire plus…
 
Son regard se fit vide, perdu dans ses pensées. Quand Arialas eut fini de lui répondre, il reprit sa marche, la menant cette fois-ci vers leur destination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Ven 25 Sep - 7:38

Cela faisait déjà plusieurs jours qu'Arialas et Camille erraient ensemble, proposant leurs aident à tous ceux qui semblait en avoir besoin, enchaînant les petits boulots. Ce fut tout à fait par hasard si le duo entendit parler de cette femme, qui recherchais son enfant disparu. D'un commun accord, ils conclurent d'au moins aller voir de quoi il en retournait, même si la quête s'annonçait des plus ardus. Cela ne leur prit que quelques heures de marche avant d'arriver en vu du village, où les attendaient la dite femme. Prenant une légère pause, le petit groupe en profita pour regarder les alentours, se donnant une idée de la zone de recherche à couvrir. Puis, Camille fit par de ces doutes envers leurs chances de réussir de la quête. Même si ses paroles étaient plus que sensée, Arialas ne pouvais envisagée l'idée de l'échec avant d'essayer. Plus que pour le simple fait d'aider, celle-ci s'imaginais être à la place de cette pauvre femme et cela la chagrinais beaucoup. Bien sûr, l'idée de devenir une maman ne l'avais encore jamais effleurée avant cela, surtout dans ce monde empli de violence. Pourtant, Arialas se trouvais dans la fleur de l'âge et si elle désirais avoir un enfant un jour, c'était le moment d'y penser sérieusement. Dans tous les cas, une chose était sûre et certains: elle souhaitant cette du plus qu'elle le pouvais.

- Même si cette mission est effectivement perdue d'avance, j'ai bien l'intention de faire mon possible pour rentre le bonheur à cette mère, ne serais-ce qu'en lui fournissant une épaule pour pleurer.

Alors que jusqu'ici s'était Arialas se trouvais devant, ce fut maintenant Camille qui ouvrais la marche lorsque le duo se remit en marche en direction du village. Une fois arrivés à destination, ils se dirigèrent immédiatement vers l'habitation de la malheureuse. Cognant à la porte de la demeure, ce fut une femme à peine plus âgée qu'Arialas qui vint leur ouvrir. Faisant signe aux deux compagnons d'entrer, celle-ci leur dit de se mettre à l'aise alors qu'elle allais chercher des boissons ainsi que des biscuits. Une fois tout les trois assis confortablement dans le salon de la dame, cette dernière leur disant qu'ils manquaient encore une personne, qui devait les rejoindre avant de qu'elle ne donne plus de détails, ne souhaitant pas répéter deux fois alors qu'il était déjà si difficile de parler de la disparition de son tendre enfant. Justement, l'on cognais à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrich Tyamath

avatar

Messages : 9
Expérience : 14

Feuille de personnage
Écus: 67
Réputation: 0
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Ven 25 Sep - 16:55

Ca fait un moment maintenant que je suis descendu de ma montagne et mon exploration du monde pour le moment n'est pas vraiment des plus joyeuses. Destruction, chaos, bandits bref, un joyeux paysage post-apocalyptique. En plus il parait que c'est comme ça dans tout le continent ! Comme quoi j'aurais dû me décider à partir en voyage avant, y aurait eu plus de choses à voir... Bref avec mon manteau de fourrure, mon bonnet et mon pantalon, je longe un peu les villages frontaliers en coupant à travers les bois. S'éloigner des routes n'est pas prudent ? Bah j'étais bûcheron avant, c'est con mais je me sens plus dans mon élément ici que sur une route totalement à découvert et ou le vent bons gèle sur place. En plus j'ai encore ma bonne vieille hache avec moi suspendu à ma ceinture. Jusqu'à présent elle a toujours coupé que du bois, mais si faut faire une transition pour passer aux crânes... On y arrivera sans souci ! Ouaip je m'inquiète pas sur le fait d'arriver à me défendre pour survivre, ce qui est pénible en revanche c'est de trouver à manger. Même sans être chasseur j'arrive à me débrouiller mais bon, pas la grande vie quoi. J'ai encore de quoi me payer l'auberge quand j'arrive dans un village mais bon. Sans plus d'argent, je vais vraiment morfler quand viendra l'hiver. Je survivrais pour sûr ! Fais bien moins froid ici qu'en montagne, mais ça restera vraiment pénible. Ptêtre temps de trouver un job... Par contre je me vois mal vendre du bois, j'ai pas de camp de base ou de charrette. Trop d'effort pour rien. Hm je verrais ce qu'on propose au prochain village.
Le hameau paumé qui me sert de halte suivante n'avait rien d'intéressant en lui même, mais au moins j'y ai appris que j'aurais plus de chance au suivant. Un gros village avec pas mal de passage, de quoi me trouver un convoi pour n'importe quel partie du pays, voir du continent même ptêtre. Pour le coup cette idée m'excite assez j'avoue ! Du coup ma marche se fait rapide et je cours même par moment, histoire d'être sûr d'arriver avant la nuit. Le soir même je squatte dans la taverne locale avec un bon verre de rhum, balançant ce qu'il me reste d'économie. Bah ouais je vais me trouver un job à coup sûr ici je le sens, alors pas la peine de faire autant attention que d'habitude. Malgré la tragédie, les gens du coin ne se laissent pas abattre et semblent décider à continuer à vivre, surtout maintenant que le tyran n'est plus. Vrai que le dragon avait fait pas mal de dégât, mais qu'il avait au moins réglé ce souci là... Ok mon prochain verre est à la santé du lézard ! J'en ai bavé à cause de toi fichu cracheur de feu c'est sûr, mais c'est grâce à toi que je me suis enfin lancé dans cette nouvelle vie après tout. Après ça je me mets à discuter avec les locaux sur ce qu'il y a à faire dans le coin. C'est plutôt calme apparemment en ce moment, pas de grosse caravane, juste les petits marchands qui font le tour des villages voisins. Pas pour moi ça j'imagine, ça m'arrange pas. J'aurais ptêtre dû attendre un peu avant de vider les 3/4 de ma bourse... En revanche la bonne nouvelle c'est qu'un gros convoi devrait passer en ville normalement la semaine prochaine. Ah c'est bon ça, juste à trouver de quoi m'occuper d'ici là. J'ai pas à chercher loin pour ça non plus d'ailleurs, vu que le gérant qui vient de me rencarder me balance alors une autre info.
- Un môme égaré ?

Ouch dur... La mère qui cherche du monde pour l'aider à la retrouver, mais si elle s'est vraiment paumée depuis deux jours toute seule dehors... Peur qu'elle soit déjà congelée à jamais quelque part, où déjà dans l'estomac de bestiaux. Le gars dit rien mais vu sa mine basse, je vois bien qu'il pense pareil. La mère en revanche semble y croire encore, disant que sa fille est vivante, qu'elle ne se serait jamais perdue toute seule et qu'elle a probablement été enlevée. Hm ça se tiens aussi j'imagine, même si le coin a été épargné par les bandits pour le moment il semblerait. ... Bon j'ai rien de particulier à faire, elle est désespérée et elle est prête à payer. J'imagine que je peux chercher quelques jours. J'en parle au gérant et il me sourit en me disant que je suis un bon gars et qu'il préviendrait la mère. Je vois bien qu'il y croit pas, dur de croire aux miracles ces derniers temps après tout. Moi ? Je crois plus en la chance qu'aux miracles. J'en ai eu beaucoup depuis le cataclysme pour m'en sortir, alors pourquoi pas elle après tout. Puis qui sait si je la retrouve, ptêtre que la mère est jeune et super sexy et qu'elle sera très reconnaissante ! ... Ouais bon là par contre ça serait un miracle hahaha. 
 Le lendemain donc, direction la baraque de la dame en détresse. Hm j'ai traîné et j'aime moyennement ça, mais ça faisait tellement longtemps que j'avais pas aussi bien dormi. ... Non rien à voir avec l'alcool ! Oh je suis un bûcheron montagnard moi, même si j'en ai pas à l'air. Je suis un gars solide on me saoul pas comme ça. Bref quand je toque à la porte et qu'on vient m'ouvrir, je suis frais comme un gardon et souriant. Bon je suis le seul visiblement dans le coin, la femme venant m'ouvrir et les deux autres derrière ayant plutôt des têtes de fin du monde. Oh les gars, la fin du monde c'est fini hein, faut passer à autre chose. J'y perds du sourire pour un air un peu plus neutre, mais pas de quoi me déprimer pour autant.
- Bonjour madame. J'm'appelle Ulrich, je viens donner un coup de main pour vos recherches pour votre petite. J'peux entrer ?

Elle me regarde un moment de la tête au pied, puis ouvre completement la porte pour me laisser entrer rejoindre le reste de la troupe. Apparemment je suis pas le seul avec du temps à perdre en cas désespéré. Plus on est de fou plus on rit j'imagine, je le suis sûrement un peu aussi pour être là. Entre la borgne et l'autre couvert de balafre, j'ai plus l'impression de rentrer dans un bar mal famé ou une cache de bandit que dans la maison d'une honnête femme au foyer après tout. .. En tout cas la dame m'invite à m’asseoir avec eux ce que je fais, les saluant quand même une nouvelle fois de la tête. Je me suis présenté à l'entrée et je sais qu'ils m'ont entendu, pas la peine d'en rajouter une deuxième couche. Voyons à présent dans quel histoire je m'embarque. 


Dernière édition par Ulrich Tyamath le Mar 29 Sep - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Lun 28 Sep - 13:08

Suivant les traces d’Arialas, les deux partenaires ne perdirent pas de temps et se dirigèrent directement vers la chaumière de leur commanditaire. La jeune femme toqua à la porte de la petite maisonnette qui leur faisait face. Cette famille vivait sobrement en comparaison de certaines autres. Il n’était pas rare de voir de petits manoirs dans des villages tels que celui-ci. Après quelques secondes, une femme à la mine épuisée leur ouvrit la porte, les invitant à rentrer d’un geste de la main.
 
– Bonjour madame, je m’appelle Camille De Songefeu et voici Arialas Ishtarian.
 
– Bonjour, je suis soulagé que des personnes aient enfin répondu à mes appels… Mais entrez donc et installez-vous, je vous préparer du thé.
 
La pauvre était dans un sale état. Les cernes qui bordaient ses yeux montraient toute l’ampleur de sa détresse, ainsi que ses gestes vifs et imprécis. Camille et Arialas entrèrent dans la petite pièce qui faisait office de salon. Un canapé, une table basse, une armoire à deux corps et une cheminée, aucun superflu. Puisque qu’elle était la seule à avoir demandé de l’aide pour retrouver sa famille, Camille en vint à la conclusion que son mari devait soit être mort sous le règne du tyran, soit lors du grand cataclysme, ou bien encore était-ce simplement un homme qui n’avait pas de réelle préoccupation pour les progénitures qu’il laissait derrière lui. Quoi qu’il en soit, elle devait se trouver bien seule face à un tel bouleversement. Comme de nombreuses autres personnes en ce monde dévasté. La femme revint quelques minutes plus tard, une théière entre les mains. Puis elle repartit chercher trois tasses afin de leur servir le thé. Mais alors que Camille pensait que la troisième tasse était pour elle, la femme informa le duo qu’elle attendait un dernier aventurier pour l’aider à retrouver son enfant.
 
C’est à ce moment-là que quelqu’un cogna à la porte. La femme se leva alors et alla ouvrir à leur dernier invité. Ce dernier se présenta sous le prénom d’Ulrich, l’informant qu’il était là pour l’aider à retrouver son enfant. Après quelque secondes, elle fit entrer ce dernier homme dans le salon et referma derrière lui. Ulrich semblait gêner par la présence de notre duo ce qui surprit Camille puisque jamais il n’avait fait une telle impression à une personne. Malgré ses cicatrices qui pouvaient le confondre avec un criminel, ses manières étaient celles d’un noble, comme le lui avaient inculqués sa famille adoptive. Leur hôte invita le dernier arrivant à s’assoir puis commença à raconter son histoire.
 
– Je m’appelle Anna Elthbringer. Cela fait quatre jours maintenant que ma fille a disparu sans laisser de trace. J’ai essayé de la chercher dans tout le village, mais rien… aucune trace d’elle… Elle s’appelle Emma et n’a que 9 ans…
 
Cette femme faisait preuve d’un courage qui touchait Camille. Pas une seule fois elle ne se laissait en proie aux larmes et au désespoir.
 
– J’ai bien essayé de chercher de l’aide, mais personne n’a rien fait…. Ils sont tous trop occupé à gérer leurs affaires pour s’occuper d’une petite fille… Je vous en prie, retrouver la, elle est tout ce que j’ai…
 
– Nous ferons tout ce que pourrons pour la retrouver madame.
 
– Je vous donnerez tout ce que j’ai s’il le faut. Dit-elle alors que les premières larmes commencèrent à couler. Mais retrouvez-la. Ramenez moi ma fille.
 
Le visage de Camille se fit aussi réconfortant que possible, tandis qu’il s’approcha de la femme pour apposer sa main sur épaule, tentant de lui donner un peu de réconfort pour l’apaiser. Mais il savait bien que la seule chose qui pourrait le faire, serait de ramener sa fille vivante au près d’elle. La femme continua à leur donner des détails quant à l’apparence de sa fille, puis après une heure de discussion, elle les salua et leur invita à revenir pour l’informer de la situation, quelque soit la vérité que les aventuriers aient à lui dire.
 
Une fois la porte refermé, Camille laissa s’échapper un soupir, puis se tourna vers Ulrich il lui tendit la main.
 
– Je suis Camille De Songefeu.
 
Arialas se présenta à son tour, puis Camille continua.
 
– Je pense que le mieux pour commencer ce serait d’interroger les personnes du coin… Mais lesquelles ?  Elle peut avoir été enlevée, elle peut s’être simplement perdue… Mais dans tous les cas quelqu’un doit bel et bien avoir vu cette petite fille partir. Il faut juste qu’on parvienne à retrouver cette personne.  Peut-être devrait-on se séparer pour couvrir le maximum de terrain… Mais si l’un de vous d’eux à une meilleure idée pour nous faire avancer, je ne dis pas non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Mar 29 Sep - 7:37

Le troisième arrivant était un jeune homme dans vingtaine répondant au nom d'Ulrich. Lorsque celui-ci se déplaça au salon, il sembla surprit d'y voir le duo. Lorsqu'il fut assis, la femme commença alors à leur raconter l'histoire de la disparition de sa jeune fille, se présentant sous le nom d'Anna. La jeune fille, quant à elle, se prénommais Emma. Arialas ne put s'empêcher de noter la ressemblance de leurs prénoms respectifs. Bien sûr, le récit de la femme toucha profondément Arialas, qui ne peut s'empêcher de regarder Camille et de se demander ce qu'elle ferais à la place de cette pauvre mère. Probablement que l'Ange Sanguinaire prendrait le dessus et que quiconque se mettrais en travers de son chemin le regretterais amèrement. Cette pensée l'amusa, de toute façon elle ne désirais pas d'enfant mais elle aiderais certainement cette femme à retrouver le sien.

Lorsque le petite réunion fut terminé, les deux hommes furent les premiers à sortir. Alors que venais le tour d'Arialas, celle-ci s'arrêta à côté de la femme, mis sa main sur son épaule et parla sans la regarder, le regard dur.

- Peu importe ce qu'il m'en coûte, je jure de retrouver votre fille, souffla-t-elle de façon à ce que seule la principale intéressée ne l'entende.

Se remettant en marche, Arialas put voir Camille lui lancer un drôle de regard, ce demandant ce qu'elle faisais. Quand la porte fût refermée, les deux partenaires de longue date se présentèrent au nouveau venu.

- Moi c'est Arialas, ravie de te rencontrer.

Même si elle essayais plus d'être polie que d'autre chose, Arialas se dit que c'était tout de même vrais. Après tout, un homme qui perdais son temps à chercher une pauvre enfant perdue ne pouvais pas avoir un mauvais fond, du moins l'espérais-t-elle. Puis, Camille exposa son plan au groupe. L'écoutant à peine, la jeune femme était déjà en route pour la maison la plus près. Cognant à la porte, ce fut un homme plutôt âgé qui vint ouvrir.

- Bonjour monsieur! Je recherche une fillette de neuf ans nommée Emma, disparue il y a de cela quelques jours. Je me demandais si vous n'aviez pas de possibles informations à me donner. La dernière fois que sa mère la aperçue, elle portais une belle robe bleue...

Arialas continua longtemps à décrire l'enfant, espérant que cela ferais décliquer le vieil homme sur une certaine information en sa possession – ses efforts furent vain. Remerciant tout de même le gentil monsieur, elle passa à la maison suivante, et ainsi de suite, répétant inlassablement les même paroles, changeant seulement la formule de politesse du début. Bien déterminée à retrouver cette fillette, elle ne ménagea pas ses efforts et oublia rapidement ses deux alliés. Qu'ils sois en train de se soûler entre homme à la taverne la plus proche ou qu'ils sois eux aussi à la recherche d'information ne lui faisais ni chaud ni froid. Avec ou sans aide, Arialas retrouverais la jeune fille d'Anna, morte ou vivante. Celle-ci continua donc encore et encore à cogner aux portes, sans se découragée de ses nombreux échecs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Mer 21 Oct - 13:48

A peine Camille eut le temps d’exposer son idée que la manie de sa compagne refit son apparition. Sans même l’écouter jusqu’au bout, elle se dirigea vers la chaumière la plus proche et frappa à la porte. Camille vit alors un vieillard lui ouvrir, même s’il ne put les entendre il comprit qu’Arialas lui posait des questions à propos d’Emma. Soupirant, Camille se dit que la mère devait déjà avoir parcouru en long et en large les rues du village à la recherche de sa fille avant de demander de l’aide. Ainsi, il serait fort probable que les efforts d’Arialas soient vains. Mais malgré ses réticences, il ne stoppa pas Arialas. Si elle ne trouvait rien, il aurait vite fait de lui dire que c’était évident, et dans le cas contraire, il ne pourrait que la remercier – et se féliciter de ne pas avoir réfléchi avant d’agir – pour sa persévérance. Ulrich, après l’avoir écouté suivit l’exemple d’Arialas et commença à frapper aux portes. Ainsi Camille se retrouva seul, sans savoir par où commencer. Levant les yeux aux ciels, il les ferma puis expira profondément. Réfléchissant à toutes les possibilités qui venaient à lui, il se dirigea vers la sortie du village afin de se poser quelques instants. En traversant les rues boueuses du village, il ne put s’empêcher de balayer du regard les ruelles qui se présentaient à lui. Plus par acquis de conscience que dans un réel espoir de trouver quelque chose, il se dirigea ensuite vers un arbre près de la route et s’assit sur le collet d’un arbre.

– Anna doit déjà avoir demandé à tous les habitants du coin ainsi que les gens de passage s’ils avaient des informations sur sa fille. Et si ce n’est pas le cas, Arialas et Ulrich auront tôt fait d’en trouver. Il faut donc que je recherche ailleurs…

Dans le flot d’idées et de pensées qui affluèrent alors, Camille opta pour un autre angle d’attaque du problème. Le village était trop petit pour posséder de « vrais » mauvais quartier. Ainsi les brigands n’y vivaient surement pas, mais possédaient probablement des camps dans la forêt. Camille savait qu’il n’avait presque aucune chance de trouver ces camps sans quelqu’un d’aguerri dans la traque, ou disposant de sorts en ce sens. En plein jours, les routes étaient plutôt en sécurité, traversés par les charrettes des commerçants ainsi que des mercenaires payés pour les défendre. Mais peut-être existait-il des routes peu fréquentés et fréquentables. Bien évidemment, les gens du coin devaient connaître ces dernières, à l’inverse des marchands venant d’autres régions et se faisant ainsi facilement détrousser. Leur témérité ainsi que leur avidité leur desservant ainsi –  l’objectif étant d’arriver le plus rapidement possible afin de perdre moins d’argent –  et servant au contraire les intérêts des brigands.

Se relevant, il décida donc de se diriger vers la taverne, afin de demander quelques informations sur les routes du coin à éviter. Ce lieu de rencontre était selon Camille la meilleure source d’information dans des endroits comme celui-ci. Beaucoup de marchands y faisaient halte afin de se restaurer, et divulguaient ainsi quelques informations au rythme des gorgées d’alcools. Retraversant le village, il alla en son centre – prenant soin d’emprunter l’axe principal qui traversait le village – et y vit un bâtiment plus important que les autres et également très vivant. De l’extérieur, il vit par une fenêtre la salle de l’auberge, une salle était pleine de vie, le  brouhaha qui en sortait donnant au tout un aspect jovial. Arrivé devant la porte, Camille rentra et se dirigea directement vers le comptoir. Un comptoir où il espérait trouver des réponses à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Ven 23 Oct - 2:18

Après plusieurs minutes d'acharnement totalement vain, Arialas se dirigea vers la taverne pour étancher sa soif naissante. En chemin, elle croisa quelques enfants se lançant une balle. Elle s'arrêta un instant les regarder, le sourire aux lèvres. Ils étaient tellement mignons. C'est alors qu'elle entendit l'un des enfants mentionner le nom d'Emma – la fillette qu'ils recherchaient – de manière triste. Le jeune garçon, d'après ce qu'elle en comprenait, était triste de ne plus pouvoir jouer avec la fillette disparue. Malgré le peu d'espoir d'apprendre quelque chose, elle s'approcha et s'accroupit au niveau de l'enfant, un magnifique sourire sur le visage. Sur le coup, le petit eut un mouvement de recul en voyant sa naginata ainsi que son bandeau, mais écouta tout de même ce qu'elle avait à lui dire.

- Salut, j'ai entendue par inadvertance le nom de Emma. Vous la connaissiez? J'aimerais avoir quelques informations si tu veux bien.

Malgré qu'elle n'avait pas vraiment le tour avec les enfants, celui-ci lui fit confiance – elle n'avait pas l'air dangereuse comme ça, tout sourire. Il commença par lui dire qu'ils se voyaient en cachette, car la mère de la petite avait peur des inconnus, surtout des garçons. Il croyait donc que celle-ci les avaient surpris, tous les deux ensembles et avait punis sa fille en l'empêchant de le revoir – et très probablement de sortir pendant quelques jours puisqu'il ne l'avait même pas revu de loin. Il n'était donc pas au courant de sa disparition... Cela ne faisait que confirmer l'inutilité de l'interrogatoire. Arialas soupira alors que le garçon continuait.

- On jouait à cache-cache dans la forêt, c'est moi qui comptait. J'ai trouvé tout le monde sauf elle, elle avait dû rentrer chez elle car depuis ce jour on ne l'a pas revue. La veille, sa mère semblait en colère et nous avait grondé de ne plus l'approcher.

La petite avait donc disparus dans la forêt? C'était toujours une piste envisageable au moins. C'était déjà mieux que rien. Arialas lui demanda la direction du dernier endroit où elle avait été aperçue avant de remercier l'enfant en lui tapotant un peu la tête et reprit son chemin vers la taverne – sa soif ne l'avait pas quittée, bien entendu. En y arrivant, elle se dirigea rapidement vers le tavernier, sans se soucier des clients. Commandant un verra, elle s'assit à une table vide et attendit. Le regard perdu dans le vague, elle se demanda un moment comment retrouver ses deux compagnons. Lorsque sa boisson arriva, elle en but quelques gorgées en réfléchissant aux paroles du petit. Est-ce qu'Emma c'était faite enlever ou c'était-elle perdue? Dans les deux cas, il était surement possible de trouver des indices à l'endroit que lui avait indiqué son interlocuteur.

Calant le reste de sa choppe, Arialas se leva, prête à partir à la recherche de ses partenaires. Elle souhaitait absolument évitée de perdre son temps au maximum, pressée de retrouver la fillette – ou du moins ce qui en restait. Cette dernière pensée la déprima un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Dim 1 Nov - 20:21

S’asseyant au comptoir, perdu dans ses pensées, Camille ne remarqua même pas que sa partenaire se trouvait dans la pièce. Le regard vide, il fut interpellé par une serveuse qui lui demanda ce qu’il souhaitait boire.
 
– Une bière. Lui répondit nonchalamment Camille.

 
Quelques secondes à peine eut-il commandé sa boisson qu’il sentit une main se poser sur son épaule. Se retournant, il vit Arialas souriante.
 
– Tu as trouvé quelque chose ? Le visage interrogateur, il espérait ne pas se tromper.

La jeune femme pouvait être certes heureuse de le revoir, mais quelques heures loin de lui ne lui aurait pas valu un tel accueil. L’Ishtarian lui redit alors ce que venait de lui faire partager des enfants. Eux ainsi qu’Emma jouaient dans la forêt avant que celle-ci en disparaisse. Ainsi, ils disposaient là d’une piste solide, ou tout du moins le duo savait où chercher. Camille retrouva un brin d’espoir à l’annonce de cette nouvelle. Chercher une gamine dans une telle situation s’était au premier abord avéré une mission impossible pour lui. Mais avoir déjà des pistes d’où se trouvait la jeune fille avant sa disparition changeait la donne. Ainsi peut-être s’était-elle tout simplement perdue dans la forêt. Dans le pire des cas – si elle avait été enlevée par des brigands – ils pourraient rechercher plus spécifiquement des groupes se situant dans ladite zone.
 
Buvant rapidement la pinte qu’il venait de commander, Camille attendit que sa femme en fasse de même puis ils sortirent tous deux de la taverne. Se dirigeant vers la forêt, Camille attrapa la main de sa compagne, puis se cala à sa vitesse de marche. Le soldat, bien plus grand qu’elle marchait naturellement plus vite, bien qu’avec le temps elle se soit habituée à son rythme.
 
Sur le chemin qui traversait le village, le couple aux abords de ce dernier. Là, Camille s’arrêta, regardant Arialas d’un regard inquisiteur.
 
– Tu sais où on va ensuite ? Car la forêt, c’est assez vague comme indication. Donc avant de s’y diriger à l’aveuglette…
 
Si la jeune femme ne connaissait pas la localisation précise, peut-être pourraient-ils demander aux enfants de leur montrer le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Dim 8 Nov - 0:51

Alors que la femme s'apprêtait à quitter la taverne, elle aperçut son compagnon assis un peu plus loin. Arialas se dirigea donc vers lui pour lui faire part de sa découverte. Heureuse de trouver Camille aussi rapidement, ainsi qu'heureuse de lui fournir des informations, elle lui offrit un magnifique sourire. Voyant la pinte pleine devant celui-ci, elle s'en commanda une et entreprit ensuite de lui raconter les détails. Le visage de son interlocuteur sembla s'éclairer, lui aussi semblait enfin heureux d'avoir une piste. Lorsqu'ils eurent tout les deux terminés leurs boissons, le duo se mit en route vers la forêt. Une fois à l'orée, l'homme s'informa qui une destination précise était prévue.

- Le petit m'a mentionné un grand arbre au Nord-Ouest... Ils se tenaient dans les alentours. Il ne savait pas, par contre, où se trouvait la petite Emma avant de disparaître.

C'était bien maigre comme information, bien sûr. L'enfant n'avait pu lui fournir de distance ou autres, ils devront donc avancer jusqu'à trouver un plus gros arbre que les autres... Mhum... Ce n'était pas gagné. Malgré tout, ils se mirent en marche, n'ayant pas espoir de trouver de meilleures pistes. Camille, marchant plus rapidement, fut le premier à apercevoir ce que le petit groupe assuma être le fameux point de départ de leurs recherches. Arialas s'adossa à l'arbre, en examinant les alentours. Ne voyant rien de spécialement attirant, elle reporta son attention vers son partenaire pour le questionner pour la suite.

- Qu'est-ce qu'on fait maintenant? On continu les recherches ensemble, on cherche Ulrich ou on se sépare pour couvrir chacun un côté?

Bien sûr, dans un sens, elle se fichait bien d'Ulrich. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid de le retrouver ou de le laisser chercher seul. Seulement, ne sachant vraiment pas trop comment s'y prendre pour la suite, Arialas souhaitait se fier sur Camille. Elle écouterait donc son avis et ferait ce que lui croyait être le mieux, sauf s'il demandait d'abandonner les recherches. Coûte que coûte, elle tenait absolument à retrouver cette fillette. Avant de lui laisser le temps de parler, elle ajouta une dernière parole, l'implorant du regard.

- Je vais tout faire pour la retrouver, je n'abandonnerai pas.

Elle souhaitait bien sûr simplement lui faire comprendre sa détermination. Camille le comprit et lui donna son propre point de vue, sur la suite des événements. Arialas l'écouta attentivement, réellement intéressée – pour une fois – par les paroles de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Dim 15 Nov - 16:42

La jeune femme rassura Camille en lui expliquant que les enfants jouaient près d‘un grand arbre se situant au nord-ouest la dernière fois qu’ils avaient vu leur petite camarade. Bien que ce soit encore vague, c’était mieux que rien, se dit le soldat. Main dans la main, les deux compagnons s’enfoncèrent dans la forêt. La flore Ashenwall différait fortement de celle de Ravey. En ces terres froides proliférait un très grand nombre d’espèce, la plus part étant des conifères. Camille ne savait pas pourquoi il y avait tant de sapins en ces terres et il n’en avait que très rarement vu avant de venir vivre en ces terres, mais revoir ainsi un tel paysage aux côtés de sa bien-aimée lui rappela un souvenir. Camille se souvenait encore de la première fois qu’il en avait vu un, lors de ces voyages à Ravey. Il n’était alors âgé que d’une dizaine d’année et c’était sa première excursion vers les terres intérieures du pays du désert. Pour rejoindre les terres intérieures, le convoi dût passer par le Nord du pays, longeant ainsi le fleuve qui faisait office de frontière naturelle entre son pays et celui des glaces. Et bien que l’est de Ravey soit partiellement boisé, jamais le jeune garçon n’avait vu de tels spécimens. Camille se souvenait encore du sourire que ses parents portèrent alors devant tant d’innocence. Une innocence qu’il abandonna quand son père mourût. Une vérité qui le rappela à la triste réalité.
 
Serrant légèrement sa poigne, perturbée momentanément par cette douloureuse vérité, Camille continua sa route aux côtés de sa compagne. Lâchant sa prise afin de se mouvoir plus facilement dans la forêt, les deux partenaires s’enfoncèrent dans la forêt à la recherche d’un arbre plus grand que les autres. Il devait soit s’agir d’une espèce différente des espèces locales, soit d’un arbre plus vieux que les autres. Leur progression se faisait lente, surtout pour Camille qui de par sa grande taille devait se faire acrobate, slalomant entre les buissons, les branches et les troncs. Cependant au bout d’une quinzaine de minute, il fit signe à Arialas de venir vers lui.
 
– Je crois avoir trouvé l’arbre dont tu parlais !
 
Tandis que Camille en fit le tour, scrutant le sol et l’horizon à la recherche du moindre indice, Arialas s’adossa au tronc du feuillu, observant les alentours elle aussi à la recherche de traces.
 
– Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? On continu les recherches ensemble, on cherche Ulrich ou on se sépare pour couvrir chacun un côté ?
 
Camille prit un temps pour réfléchir à cette hypothèse. La sort de leur compagnon de l’intéressait guère, mais le choix restait cornélien. Si la petite fille avait en effet été enlevée, il devait donc s’agir d’un groupe de brigand et Camille doutait du sang froid d’Arialas, sa compagne lui ayant déjà prouvé maintes fois qu’elle perdait rapidement patience. Elle paraissait affectée par le sort de cette fille – tout comme lui – mais cette dernière mit un terme à ses doutes. Les dernières paroles d’Arialas ne vinrent que réconforter son choix, bien qu’il soit touché par le courage dont elle faisait preuve.
 
– Je pense qu’on devrait continuer ensemble. Si jamais on tombe contre le groupe qui est responsable de ça, on risque de devoir agir vite et seul ça risque d’être difficile. En plus, pour se retrouver dans cette forêt… c’est quasiment impossible. Il soupira.
 
Ne restait plus maintenant qu’à décider par où ils allaient commencer. Sur le sol de nombreuses traces étaient encore présentes, protégées par les arbres des chutes de neiges journalières. Cependant, Camille ne parvenait à distinguer celles des différents enfants. De plus, certaines semblaient s’éloigner puis se rapprocher, comme s’ils avaient joué à chat ou à cache-cache. Mais alors qu’il scrutait le sol à la recherche d’indice, il repéra une trace unique qui s’éloignait à l’opposé du village, ponctuée ci et là de traces de petits animaux.
 
– Que dirais-tu de commencer par ça ? Il pointa alors la trace. Suivons-la, elle semble différente des autres qui restent plutôt groupées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Lun 16 Nov - 11:22

Camille sembla hésiter un moment avant de répondre, envisageant les possibilités. Il choisit finalement de rester avec la femme, délaissant leur autre compagnon. Du même coup, il démontra sa conviction qu'un groupe était en cause. Comment pouvait-il en être sûr? Arialas n'en avait aucune idée, mais elle lui faisait amplement confiance – elle ne discuta donc pas. De toute façon, il avait raison. L'homme regarda ensuite les traces, en choisissant une qui s'éloignait, seule. La pointant du doigt, il proposa de commencer les recherches de ce côté. Cela semblait être en effet la seule piste et une très bonne d'ailleurs. C'était décidé, le couple allait s'enfoncer dans la forêt, à la suite de ces traces. La femme entreprit de lui prendre la main, avant de commencer la marche.

Le duo ne marchèrent que quelques minutes à peine, suivant les traces bien visibles, avant d'en apercevoir d'autres – plus grandes. Ils semblaient donc être sur la bonne voie, confirmant de un leur destination et de deux, l'hypothèse d'un groupe. La petite avait vraisemblablement été réellement enlevée, mais dans quel but? Si cela aurait été pour une rançon quelconque, ils seraient depuis longtemps déjà au courant, cela devait donc être autre chose. Avait-elle vue ou entendue quelque chose qu'il ne fallait pas? Dans ce cas, ils l'auraient simplement tuée sur place, non? Il ne restait donc que trois options valables. Un, ils souhaitaient en faire l'une des leurs, les enfants étant beaucoup plus facilement manipulable. Deux, ces hommes étaient affamés et souhaitait simplement de la viande fraîche... Dans ce cas-ci, elle serait probablement déjà morte. Trois, ils étaient en manque de sexe depuis trop longtemps. Bien sûr, Arialas espérait le cas un, les deux autres faisant trop mal pour les imaginer. Pour les brigands aussi, d'ailleurs. S'ils avaient touché à un seul cheveux de la fillette, la guerrière savait déjà pertinemment qu'elle ne pourrait pas se contrôler. Elle marmonna un mot, un seul, entre ses dents serrées avant de reprendre la route.

- Salauds.

Après quelques autres minutes de marche, le duo du s'arrêter à nouveau – les traces avaient disparue. Ils n'étaient désormais plus sous le couvert des arbres et la neige avait dû recouvrir toutes les traces. Pas de chance pour eux... Arialas en profita donc pour souffler un peu, en réfléchissant. Elle n'était pas restée longtemps dans la taverne et avec sa course dans la ville, puis la marche en forêt, elle commençait à faiblir un peu. Elle était certes forte et rapide, mais l'endurance n'était pas l'une de ses qualités premières. En soupirant, elle réitéra sa question d'un peu plus tôt, relâchant du même coup la main de son amoureux pour se placer face à lui.

- Qu'est-ce qu'on fait, maintenant?

Ils devaient tout de même trouver une solution rapidement, le soleil allait se coucher d'ici quelques heures. Rendu là, il sera trop tard pour continuer les recherches et ils devront se trouver un abri de fortune, diminuant du même coup les chances de retrouver la petite vivante. Arialas serra les poings. Elle savait que s'aventurer au hasard était bien pire que réfléchir calmement à la suite, mais elle se sentait impuissante et n'aimait pas cela du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Dim 14 Fév - 0:28

Alors que le duo réfléchissait sur la marche à suivre, un messager surgit un trombe des buissons, recherchant un dénommé Camille. Selon les quelques bribes que put entendre la femme, une situation urgente attirait l'attention de son compagnon ailleurs – des connaissances de celui-ci était en danger. Bien sûr, le gentil guerrier voulait voler à leurs secours et Arialas ne l'empêcha pas – elle terminera cette quête seule s'il le fallait. Un dernier baiser et l'homme disparu, la laissant se débrouiller seule. Peu de temps après, alors que l'homme devait être arrivé hors de porté de voix, deux brigands sortirent de nulle part – ils devaient les suivre depuis un bon moment et avait attendu que le groupe se sépare pour s'attaquer à ce qu'ils croyaient être le maillon faible, la femme. Elle avait deux choix: sois elle résistait et elle ne saurait peut-être jamais où se trouve le campement, sois elle se laissait capturer, ce qui posait un risque au niveau de sa sécurité. Elle choisit finalement la deuxième option, refusant de perdre sa seule chance de mettre la main sur la petite.

Après une longue marche, son arme confisquée et les mains attachées, le petit groupe arriva finalement à l'entrée d'une grotte. L'intérieur était entièrement sombre – peut-être que les brigands souhaitaient se reposer un peu? Allumant une torche, ils entrèrent et marchèrent un bon moment dans un labyrinthe de roche, ressortant finalement dans une grande clairière, au centre des rocheuses. De chaque côté, des murs de roches – une forteresse naturelle. Bien sûr, cette clairière comportait quelques cabanes de bois et s'avérait être le camp recherché... Voilà pourquoi personne n'avait mis la main dessus – il devait être le camp de bandits le mieux dissimulé dans tout Gorah. Du même coup, Arialas se demanda comment elle allait bien pouvoir réussir déjà à s'enfuir, puis à retrouver son chemin dans cette montagne rocheuse... Zut, elle avait peut-être pas fait le bon choix... En tout cas, elle eut amplement le temps de réfléchir à tout cela dans la prison du village miniature.

La première étape était déjà de trouver la fillette. Au final, elle eut ces informations sans problème...En effet, le garde eut la gentillesse de lui dire qu'ils la gardait vivante pour le moment, attendant le moment où la nourriture viendrait à manquer... Ce qui sera d'ici peu puisque le dernier arrivage était de petite taille... Les salauds! Ne pouvant rien faire de plus pour l'instant, Arialas cracha au visage de son gardien. De type rancunier, cette action eut finalement l'avantage de lui régler un problème – l'homme ouvrit violemment la porte de la cellule, bien déterminé à se venger de l'affront, quitte à contredire les ordres et tuer la prisonnière. Profitant de la rage de son adversaire, elle retourna son élan contre lui, le projetant contre le mur. Elle-même enragé suite à la révélation de son opposant, elle n'eut aucune pitié et brisa la nuque de l'homme, lui faisant ensuite les poches. Maintenant, il était clair que la petite n'était plus de se monde – comment allait-elle bien pouvoir annoncer cela à la pauvre mère? Et surtout, comment lui dire qu'elle avait été dévorée sans gêne?

Perdant totalement son sang froid, Arialas alla récupérer son arme et élimina un à un les adversaires qui se présentait à elle. Par chance, le groupe était plutôt restreint – ou beaucoup étaient absents – car il n'y avait pas tant d'ennemis et la guerrière n'allait certainement pas s'en plaindre. Suite au carnage, elle fouilla pour ramasser tous les écus qu'elle pouvait trouver. Par hasard, elle tomba sur une pile d'ossement, dont certain avait encore de la chair. Les chances que ces petits os appartiennent réellement à Emma était faible, mais elle décida de les apporter quand même, question de lui offrir un réel repos.

De retour au village, elle offrit les ossements à la pauvre mère en pleur, l'aidant à creuser une tombe. Bien sûr, elle choisit d'omettre les détails du pourquoi – la femme ne voulait certainement pas le savoir de toute façon. Il y avait aussi une autre chose de certain – Arialas n'avait pas réussit sa mission, la fillette était bien de retour, mais pas vivante. De toute façon, il serait totalement sans cœur de demander de l'argent à une personne en deuil. Sortant un sac récupéré sur l'un des corps, elle sépara l'argent trouvée dans le campement en deux portions égales, jetant l'un des deux sacs à Anna – c'était une bien maigre compensation pour la perte de son enfant, mais au moins, cela allait lui permette de prendre congé pendant quelques jours, le temps de vivre son deuil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Déesse
PNJ
PNJ
avatar

Messages : 96
Expérience : 191

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 0
Rang du personnage: S

MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   Dim 14 Fév - 0:28

Le membre 'Arialas Ishtarian' a effectué l'action suivante : Lancer de dé

'Quête' :

Résultat : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepopeedesheros-rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Portés disparus [Arialas & Ulrich]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Portés disparus [Arialas & Ulrich]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les disparus du 12 janvier
» 700 haïtiens déporté en 5 jours
» Portée des armes
» Boutons Disparus OO"
» Gronde la Tempête au-dehors... [Orme Aryssie & Ulrich Andersen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Ashenwall :: Forêt gelée d'Ashenwall-