AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Aventure] Problème Frontalier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Raclaw Leonheart

avatar

Messages : 30
Expérience : 46
Age : 19

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 1
Rang du personnage: D

MessageSujet: [Aventure] Problème Frontalier.   Dim 20 Sep - 13:08

Cela faisait deux jours que Raclaw marchait dans la neige et le froid. Il avait réussi à trouver une cape enmitouflante dans un village. Elle lui tenait plus ou moins chaud. Enfin au moins il parvenait à avancer sans trop de problème. Au bout d'un troisième jour de marche il arriva dans un village à proximité de la fameuse forêt gelée. 


Il s'y dirigea et arriva dans un village remplit de maison construite en bois parfaitement lisse et très clair. Il avança jusqu'au centre du village mais il ne vit personne. Rien pas un bruit, pas un mouvement n'était perceptible. Il observa attentivement les alentours. Des maison, des echoppes. Un cimetière dont certaines tombes semblait récentes en raison de la terre fraîchement retournée. Il cria.


-il y a quelqu'un ?


L'écho lui répondit , et le vent emporta le son.


-Je ne suis pas la pour vous faire du mal. Je suis la pour vous aider.


Toujours rien, il désespéra et commencea à se retourner pour partir lorsqu'il entendit une voix rauque derrière lui.


-Vous êtes vraiment la pour nous aider?


Raclaw se retourna et vit un viel homme vêtu d'habits d'hiver tenant  une canne dans sa main droite, derrière lui de hommes et des femmes méfiants armés de fourche, de pioche , de bêches, de faux et autre arme de fortune. il sourit et e s'approcha a pat lent pour se retrouver devant le viel homme. Il degaina son sabre ce qui fit reculer la foule et le planta dans la neige. Il sourit aux habitants.


-oui je suis la pour vous aider à régler cette histoire de bandit. Alors si vous m'expliquier la situation en détail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Mar 22 Sep - 7:05

Suite à leur aventure pour retrouver un tigre légendaire, Arialas avait choisie de suivre Camille. C'était donc ensemble qu'ils s'arrêtèrent dans un petit village, à la recherche d'un boulot, au moins pour subvenir à leurs besoins quelques jours. Se séparant, ils convinrent de se rejoindre à l'auberge le soir venu. Arialas partit donc vers une taverne assez miteuse, l'enseigne tellement sale qu'elle n'arrivais même pas à en lire le nom. Commandant une bière, elle s'assit au bar et écouta les racontars autour d'elle. Rien ne venant attirer son attention, elle se décida à demander au barman si il avait des informations sur un possible travail. L'homme ne prit même pas la peine de lui répondre et désigna simplement un autre homme, assis tout au fond. Se levant, elle alla le rejoindre et s'assit à sa table, sans même demander la permission. Elle lui expliqua la situation. L'homme, qui était dans la fleur de l'âge, lui dit justement qu'il était à la recherche de fier guerrier pour aider son village, en proie à des bandits. Quand Arialas lui fit part de son intérêt, il se mit à rire. Jamais une femme ne serais capable de l'aider, selon lui. Se retenant de lui trancher la tête devant son impertinence, elle repartie en direction de l'auberge, se détendre un peu avant l'arrivé de Camille.

Le soir venue, elle lui parla de la mission de l'homme, un truc avec des bandits et des enlèvements, c'est ce qu'avec retenue Arialas. Elle se retint de lui parler de l'impolitesse dont il avait fait preuve, mais la légère colère qu'elle ressentait contre l'homme devait se faire sentir dans sa voix. Comme elle si attendait, son partenaire d'aventure accepta, une mission d'aide lui faisait bien sûr plaisir autant qu'à elle. Ils décidèrent de partir vers le village, à l'aube le lendemain.

Le lendemain, bien sûr, l'homme les accompagnèrent, question de leur montrer le chemin et pour q'ils n'ai aucun problème à rentrer au village. Au moins, celui-ci ne fit pas d'autres commentaires, surement rassuré par la présence assez imposante de Camille. Le fameux village se trouvais à peine à quelques heures de marche, le groupe y arriva rapidement. En arrivant, ils virent un vielle homme parler un autre plus jeune. Celui-ci semblais être la pour la même raison qu'eux. S'approchant des deux hommes, Arialas s'inclina.

- Bonjour, je suis Arialas Ishtarian et voici Camille de Songefeu. Nous sommes ici pour aider avec cette histoire de bandit. Cette homme là nous à recruté, termina-t-elle en pointant dédaigneusement le fameux recruteur.

Se redressant, elle examina le plus jeune des deux hommes. Pendant ce temps, l'homme rencontré à la taverne, qui se nommais Elnyr, rassura les villageois qui acceptèrent de baisser leurs armes.

- Et si l'on allais à une place plus confortable pour discuter?


Dernière édition par Arialas Ishtarian le Mer 23 Sep - 4:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Mer 23 Sep - 1:35


Cela faisait maintenant quelques jours que Camille marchait dans les forêts enneigées d’Ashenwall en compagnie d’Arialas. Le soldat avait proposé à son ancienne partenaire de fortune de le suivre et le chemin qu’il avait décidé de prendre se révèlerait long et difficile à traverser.
 
Après des recherches infructueuses, le duo décida de faire halte dans un petit village, afin de chercher de travail en échange d’un peu d’argent. Alors que Camille avait fait chou blanc, Arialas était parvenu à trouver une aventure intéressante. Un homme venant de l’est d’Ashenwall, d’un petit village à la frontière avec les terres neutres recherchait des soldats –  ou tout du moins des gens savant se battre – afin de l’aider à défendre son hameau contre un groupe de brigands. Depuis la chute de l’empire, ce genre de groupuscule pullulait, surtout dans des territoires isolés comme celui-ci. Il n’était pas rare que des villages entiers disparaissent de la carte. En ces temps difficiles, les hommes tendaient facilement à abandonner toute humanité, pour ne se concentrer que sur eux-même et leur propre bénéfice, au détriment de toute moralité. Le soir même, Camille rencontra donc l’homme en question. Il lui expliqua de quoi retournait la mission, une requête qui semblait tout à fait honnête. Pourtant, bien que cela corresponde à la volonté d’Arialas, Camille put ressentir un léger ton d’amertume dans sa voix. Son regard froid en disait lui aussi long sur le comportement qu’avait dû avoir le milicien. Camille ne prêta pas attention à la tension qu’il régnait. Scrutant les yeux de sa partenaire, il ne vit pas d’opposition envers la quête qu’on leur proposait là.
 
Le lendemain, les trois soldats se mirent en route vers l'est, en direction du village. Pour cela, il fallait traverser les montagnes de Gorah. Cette chaîne de montagne coupait littéralement Gorah, entre l’est désertique et l’ouest fertile et agréable à vivre. Seules les côtes, ainsi qu’un couloir formé par un fleuve permettaient de passer en toute tranquillité vers ces terres. Mais un tel détour signifierait trop de temps perdu et la requête de l’homme ne pouvait attendre aussi longtemps. Loin d’être au bout de ses surprises, Camille prit toute la conscience de la rudesse du climat d’Ashenwall. Le froid et le vent était encore plus insupportables que dans les plaines. Le blizzard était courant, et les nuages accrochés aux montagnes empêchaient le soleil salvateur de réchauffer la terre. Heureusement pour eux, il existait un sentier serpentant dans la montagne, qui permettait de passer les pics rocheux sans trop perdre de temps. Pour autant, le chemin n’était pas sans danger, la route circulant au bord des flancs abrupts de la montagne, les marcheurs pouvaient à tout moment sombrer dans le vide et perdre la vie.
 
Après quelques heures de marches ainsi que quelques frayeurs, le groupe était enfin parvenu à destination. A quelques centaines de mètres de là se trouvait un hameau, accroché aux flancs rocailleux de la montagne. Quand ils parvinrent enfin à l’entrée de celui-ci, ils virent un vieil homme parler un jeune homme qui ne devait pas avoir la vingtaine. S’approchant d’eux, Arialas présenta le duo aux deux hommes, puis elle leur expliqua la raison de leur présence, pointant du doigt l'homme qui leur avait proposé ce travail. Sans perdre plus de temps, la guerrière proposa au groupe de s’installer plus confortablement, afin qu’ils puissent discuter de quoi retournait la mission. Mais alors qu’ils se dirigeaient vers une chaumière, un homme fit une apparition inopinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 26
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Mer 23 Sep - 6:19

Après avoir quitté la terre qui m'avait vue naitre et grandir, j'avais choisi de poursuivre mon chemin toujours vers l'Est en quête de personne dans le besoin. Bien rapidement, je me rendis compte que le climat d'Ashenwall était loin d'être aussi clément que celui du pays Des Ellès. Il n'avait fallu que quelques kilomètres de plus vers l'Est pour que ma chemise ne me protège nullement contre ce mistral qui souffle constamment sur les pauvres voyageurs qui dirigent leurs pas vers les terres d'Ashenwall. Heureusement pour moi, mes nombreuses années à étudier le corps humain et les diverses façons de le soigner, m'avait appris à augmenter drastiquement la température corporelle dans un but de le purifier par la transpiration. Je n'aurais jamais pensé que mes apprentissages pourraient servir à un usage personnel un jour, mais en cette froide journée j'étais plutôt fière de mes acquis.

Depuis, que j'avais quitté la verdure le temps me semblait figé. Je ne pourrais vous dire depuis combien je marche dans ce sable blanc que l'on surnomme neige. Tout à coup, un cri porté par le vent me parvint à l'oreille. J'étais heureux d'avoir enfin trouvé un village, mais il ne fait aucun doute que quelqu'un avait besoin de mon aide. Je pris mes jambes à mon cou et je courus sillonnant les arbres jusqu'à la source de cet appel à l'aide. Finalement, arrivé sur place je vis une femme faiblement vêtue incliner au-dessus de ce que me semblais être un enfant. Probablement, alerté par le brut de mes pas dans la neige, elle se tourna dans ma direction et une larme à l'œil me dit.


- Je vous en supplie sauver ma fille !?!

Je pris alors une grande respiration et m'approchèrent des deux étrangères. Il ne me prit que quelques instants pour voir les maux qui tourmentaient cette jeune fille en plus d'être tout comme sa mère faiblement vêtus, je décelai de nombreuses ecchymoses sur l'ensemble de son corps. Sans mots, j'appliquais mes paumes sur le front de la petite. Dans un premier temps, j'ai alors commencé par augmenter la température de son corps pour éviter tout risque une hypothermie. Par la suite, je me suis attaqué aux différentes hémorragies internes. Je venais à peine de terminer mes soins qu'elle ouvrait ses grands yeux marron. Je dis donc à la mère.

- Voilà, elle est hors de danger. Mais vous pouvez m'expliquer d'où venaient toutes ces marques présentes sur le corps de votre fille ?

Elle m'expliqua alors qu'elle venait d'un village un peu plus loin à l'est qui était à la frontière du royaume de Ashenwall et des terres neutres. Son village doit faire face à des vagues de plus en plus persistantes de la part d'un groupe de brigand qui n'hésite pas à capturer femme et enfant. Elle m'avoua qu'elle et sa fille avaient été enlevées par ce groupe, mais par miracle elles avaient réussi à s'enfuir, mais pas sans en payer le prix. Je venais de trouver ma prochaine destination, il ne fait aucun doute que ce village aurait besoin de... la femme coupa le fils de mes penser.

- Je suis sincèrement désolé, mais nous devons continuer notre route. Nous devons rejoindre mes parents à la capitale, et ce avant que la nuit tombe. Je vous remercie sincèrement pour votre aide et pourrais-je avoir le nom de notre bienfaiteur ?

Je lui répondis presque instantanément.

-Je vous en pris, je n'ai presque rien fait. Je ne vois aucun problème à votre départ rapide, le sort qui permet à votre fille d'être bien au chaud ne durera pas jusqu'à la tombée de la nuit de toute façon et l'on m'attend en d'autres lieux . Pour ce qui est de mon nom, je vous prierais de ne pas parler de à vos connaissances, mais si toutefois l'envie est trop forte vous n'aurez qu'à leur dire que petit oiseau indigo vous a monter la voit !

Je partit sans même lui laisser la chance d'insisté on m'attendait et je ne pouvais attendre plus longtemps. Grâce à un rythme de marche rapide et soutenue, j'arrivais en vue du village en une dizaine d'heures. Rien ne me confirmait que s'était le bon village, car pris par mon discours héroïque j'avais oublier comme un pur imbécile de lui demander où se trouvais exactement son village. Part contre, il s'agissait du dernier village avant les terres neutres et donc j'en suis venu à la conclusion que c’était lui. Il s'agissait donc d'un village à flanc de montage assez imposant. Quand je ne fus plus qu'à quelques mètres des portes du village, j'aperçut un jeune homme qui fessait face à  plus vieux. Soudainement, deux autres personnages sortis d'entre les chaumières et le jeune homme dégainèrent son épée. Il fait aucun doute un et un fond deux, il n'y avait pas de temps à perdre au pas, j'accélérai le pas pour ne pas arriver trop tard. Par contre, dans mon empressement, je ne remarquai pas les escaliers qui reliaient le sentier que j'avais emprunté au village qui se trouvait en contrebas. En moins de temps qu'il en faut pour dire ''zut'' j'étais au beau milieu de la place centrale du village sur le dos et couvert de neige. Quand, je repris mes esprits, je me rendis bien compte que les trois individus n'étaient pas les fameux brigands étant donné qu'il se dirigeait avec quelques villageois vers ce qui semblait être une chaumière. D'un bon, je me redressais et dit bêtement.


- Bonjour, on me surnomme l'oiseau indigo. Je suis un mage blanc et je suis ici pour vous aider dans votre combat contre les brigands !         
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raclaw Leonheart

avatar

Messages : 30
Expérience : 46
Age : 19

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Mer 23 Sep - 19:38

Le viel homme allait expliquer la situation. Raclaw quand un grand homme brun et une femme avec des cheveux mauves et un bandeau sur l'œil arrivèrent accompagné par ce qu'il semblait être un villageois. Ils se présentèrent comme être Arialas Ishtarian et Camille de Songefeu venu pour aider également les habitants de ce village à la demande de l'homme qui les accompagnaient. La dénommé Arialas proposa alors de se mettre dans une chaumière pour discuter au chaud.


Ils commencèrent à s'y diriger accompagner du viel homme et du recruteur de Arialas. Quand tout à coup un jeune homme brun avec un collier autour du coup vint rejoindre le groupe et en se présentant comme l'oiseau indigo. Raclaw le salua.et l'invita à les suivre. Le viel homme ouvrit alors au bout de quelques minutes de marches une chaumière et y fit entretien tout le petit groupe et les invita à s'installer autour d'une table. Raclaw se présenta alors.


-Bon moi je me suis pas présenté je suis Raclaw Leonheart des Elles co ni aussi sous le nom de "Sabre noir". Bon maintenant que les présentations sont faites, vieil homme. Racontez nous l'histoire des bandits.


Tout en demandant ça il enleva sa cape devoilant ses vêtements noirs et son baudrier ou pendant son katana. Le vieil homme se leva alors et commencea à expliquer.


-Bien. Alors comme vous le savez depuis un moment des bandits viennent piller notre village. En fait ils ne font pas que ça ils enlève aussi des femmes et des enfants.


-Pour empêcher toute contre attaque ou résistance j'imagine.


-Exactement. Mais en fait ce ne sont pas de simples bandits. En fait il y a quelques mois un guerrier tyrannique et avide de pouvoir nommer Darian à réussi à vaincre les différents chefs des trois grands clans de brigands des alentours. Cet acte à donc fait z'u ir les trois clans qui viennent piller à tour de rôle.le village en répartissant les otages dans les trois camp. Voilà pourquoi nous avons besoins d'aventuriers pour nous aider.


Raclaw pensa à ce qu'il avait entendu. Cette affaire était plus grosse que ce qu'il n'y paraissait. Cela risquait d'être compliqué. À moins de concevoir un plan ingenieu.
Raclaw leva la tête et regarda les trois autres Aventuriers.


-L'affaire ne semble pas aisé. Quelqu'un a un plan ingenieu? Car il en faut un et il faut aussi connaître les compétences de chacun. Pour ma part je suis un bretteur qui utilisé le Katana.et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Mer 23 Sep - 22:38

Alors que la petite troupe étaient en chemin vers un endroit plus chaud, un individu un peu bizarre arriva en trombe devant eux. S'il voulais une arrivée remarquée, c'était fort bien réussi. D'après les dire du nouveau venu, il était là pour aider les villageois, lui aussi... Arialas soupira, ils devront supporter ce boulet pendant toute la durée de la mission? Zut alors. Les prochains jours ne s'annonçaient pas une partie de plaisir. Tournant la tête vers Camille, elle chercha à croiser son regard, espérant y trouver un peu de réconfort après ses deux rencontres exaspérante en deux jours. Au moins, l'autre homme qui semblais être là pour la quête semblais un peu plus sérieux, et pas très bavard d'ailleurs puisqu'il ne s'était même pas présenté. Superbe équipe, un grognon et un boulet. Espéront que les premières impressions sont trompeuse.

Une fois bien installés dans une petite chaumière – où était l'alcool? - l'inconnu daigna enfin se présenter. Il avait l'air pressé d'avoir les informations et de se lancer dans l'aventure qui les attendaient. Changeant déjà d'idée, Arialas se dit qu'il était finalement loin d'être grognon, mais plutôt stupide sur les bords. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de se présenter? Et ce surnom, Sabre Noir, cela venais d'où? Peut-être qu'il n'avais jamais tuer personne, que son beau katana à la ceinture était décoratif. Elle ne put s'empêcher de sourire à cette idée. Après tout, il n'avais pas l'air bien fort, cela ne l'étonnerais pas si son sabre n'avais jamais toucher du rouge.

- Moi je suis l'Ange Sanguinaire, c'est bien plus classe tu ne trouve pas? Demanda-t-elle, moqueuse.

À force de l'avoir entendue, et de s'être rappelée de quelque-uns de ses actes, Arialas se disais qu'accepter son surnom était un bon début vers l'acceptation de son passé. Après tout, peut-être que le simple fait de le prononcer pourrais lui sauver des batailles, quelques fois. Et s'était quand même classe, selon elle mais si c'était un peu trop négatif. Respirant un bon coup pour se calmée, elle écouta ensuite l'histoire du vieil homme. C'était pratiquement la même histoire que leur avait raconté Elnyr, leur recruteur. Tournant la tête vers le dit homme, elle ne put s'empêcher de serrer les poings. Un sexiste, un boulet, un vieux et un bavard, voila avec quoi Camille et elle se retrouvait coincés. À la fin de l'histoire, le dénommé Raclaw se tourna vers eux et demanda si quelqu'un avait un plan. Puis, il crut les surprendre en leur disant qu'il se battait avec un katana. Bravo champion, avec un katana à la ceinture et un surnom pareil, Arialas avait des doutes que son arme de prédilection sois un lance-pierre... Exaspérée, à bout de patience par tous ces gens qui frôlaient l'idiotie autour d'elle, elle se leva et dégaina la naginata de son dos, avant de la plaquer sous le nez de Raclaw.

- Tu voit sa? C'est une arme, cela sert à se battre. Je ne traîne pas un machin aussi lourd dans le simple but de m'en décorer le dos.

Se tournant ensuite vers Camille, elle s'approcha du bouclier dans son dos et donna de léger coup dessus.

- Ça, sa sert à se défendre. Ce merveilleux bouclier dans une main, et la belle épée que tu apercevoir à sa ceinture dans l'autre. Qu'en déduis-tu?

Prenant le temps de ranger sa naginata avant de poursuivre, elle se dirigea ensuite vers le dernier mais non le moindre, le mage de l'équipe.

- Finalement, si tu aurais écouté les présentations, il nous as dit être un mage blanc. Je te présente donc l'oiseau indigo, mage blanc, son arme à peu d'importance... Il fait de la magie, c'est ce qui est important ici.

Arialas, ajoutant les gestes au paroles, désigna le jeune magicien d'un grand mouvement de bras théâtrale. Retournant s’asseoir, elle jeta un regard de découragement au pauvre vieil homme qui comptait sur eux pour la suivie de son village, mais aussi à Camille qui semblais être le seul normal dans cette troupe.

- Pouvons-nous maintenant laisser tomber les trucs superflu et se concentrer sur la mission? Je ne crois pas que nous ayons autant de temps à perdre. Tu veut un plan? On les tues tous, easy. Plus de problème après sa.

À bout de salive, Arialas décida de se taire pour le reste du briefing, ne souvenais pas d'avoir déjà autant parlée en aussi peu de temps. Se relevant, elle se mit à fouiner dans  les affaires du vieil homme pour trouver un peu d'alcool, question de se réhydrater un peu avant de partir en guerre contre ces bandits. Elle espérait en finir au plus vite. Ne trouvant rien à son goût comme boisson, elle sortie et se rendit dans la taverne la plus proche, question de boire un bon verre et de de possiblement avoir des indications sur l'endroit où se trouvais les fameux brigands. Arialas comptait se mette en chasse la journée même, pas question d'attendre le lendemain. Si les deux autres avaient décidés d'aider les villageois, ils devaient bien avoir un minimum de technique, à quatre personnes ils ne devraient avoir aucun problème à boucler tout sa au plus vite. Ne trouvant aucun informations pertinentes dans cette taverne, elle termina son verre et partie en direction de la sortie du village.


Dernière édition par Arialas Ishtarian le Jeu 24 Sep - 4:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Jeu 24 Sep - 1:05

A son plus grand regret, le village ne se trouvait pas plus bas, aux pieds de la montagne, mais sur son flanc. Le froid qui y régnait était toujours aussi rude et inconfortable. Cela faisait déjà quelques mois que Camille acceptait sa situation, une situation qui tirait peu à peu sur ses nerfs. L’homme qui vint se présenter à eux – s’effondrant quelques secondes auparavant sur le sol gelé – le fit sous le pseudonyme de l’oiseau indigo, un mage venu en ces terres pour répondre à la requête d’aide des villageois. Ainsi, ils seraient quatre dans cette aventure, quatre personnes… Une aventure qui de toute évidence s’annonçait longue. L’un des sourcils de Camille ne put s’empêcher de se lever devant le ridicule d’une telle scène. De plus, il n’aimait guère que quelqu’un ne se présente qu’avec un surnom. En plus d’être impoli, cela laissa planer le soupçon sur son identité, mais peut-être avait-il ses raisons. Suivant le vieillard, Camille entra dans une chaumière suivit d’Arialas et de ses deux partenaires de fortunes. L’intérieur était à l’instar de ce qu’il avait pu voir jusqu’ici : sobre. Les personnes vivantes en ces contrées éloignées ne disposaient que de peu de richesse, éloignée du commerce établi dans les grandes plaines. Mais alors qu’on aurait pu croire que cette région isolée serait épargnée par les conséquences de Grand Cataclysme, c’était tout le contraire. Dans les terres, des milices se formaient peu à peu, permettant à certains hameaux, villages et villes de se protéger. Au contraire, de petits bourgs perdus comme celui-ci ne pouvait se permettre un tel luxe. Tout au plus pouvait-il compter sur la générosité de groupe comme celui de Camille, contre quelques maigres récompenses qui n’en valaient pas la chandelle.
 
Une fois installé au tour d’une table, le premier arrivant se présenta sous le nom de Raclaw Leonheart. Originaire des Ellès, il se désigna également comme étant le « sabre noir ». Un bien jeune homme pour un tel surnom. Un surnom auquel ne put s’empêcher de réagir Arialas, provoquant Raclaw en lui donnant le sien. Derrière cet acte se révélait un certain agacement envers le jeune homme, mais surtout, un grand pas pour elle, qui pour la première fois, acceptait de porter ce nom. Une fois les présentations faites, Raclaw demanda au vieillard de leur expliquer la situation. Celui-ci approfondit ce que leur avait dit leur commanditaire, ajoutant qu’un homme répondant au nom de Darian était parvenu à vaincre les chefs de trois autres clans et à les unifier sous son joug. Ainsi, les otages, s’ils étaient encore en vie, devaient être retenus dans les camps de ces trois groupes. Une tâche qui se révélait être peut-être plus facile que prévue. Camille eut alors une idée, qu’il se permettrait d’exposer quand la situation sera plus propice.
 
Une fois terminé, Raclaw demanda à ses coéquipiers s’ils avaient une idée en tête, leur proposant dans un premier temps de faire part de leurs compétences et de leurs armes. Sans qu’il n’ait le temps de réagir à cette question pour le moins évidente, Arialas se leva, puis posa devant-elle sa naginata lui expliquant non sans lassitude qu’elle ne portait pas une arme si encombrante pour le plaisir. Elle se tourna alors vers Camille, puis tout en donnant un léger coup sur le bouclier de son partenaire afin de le faire résonner, elle répéta ses dires, ainsi que pour l’arme qu’il portait à la ceinture. Pour sûr, Camille n’aurait pas adopté ce ton, mais les réponses à ses questions étaient évidentes, s’il s’était donné la peine d’observer les personnes avec qui il travaillerait pendant quelques temps. Enfin, elle présenta à nouveau le mage blanc, puis se rassit à sa place. Passablement agacée, elle exposa son idée simplement, tuer tous les ennemis qui leur barreraient la route. Mais même si l’idée d’une attaque simple pouvait être alléchante, Camille se permit d’exposer la sienne.
 
– Nous ne connaissons pas encore les forces en présences ici. Donc avant de se faire, je pense qu’aller rapidement observer les camps nous en apprendrait beaucoup. Ensuite, en fonction de ce qu’on verra, on pourra agir.
 
Camille avait en réalité une autre idée en tête. Mais avant de la partager avec des personnes qu’il ne connaissait pas et dont il ne pouvait prédire le comportement, il décida d’en discuter avec Arialas une fois la réunion terminée. A peine eut-il fini de s’exprimer, qu’Arialas se leva à nouveau et commença à fouiller dans les boissons du vieillard. Sa mine décrépite parla pour elle. Devant l’absence de boissons à sa convenance, elle sortir de la maison, probablement afin de se diriger vers une taverne dans laquelle elle pourrait épancher sa soif. Devant l’impatience de sa partenaire, Camille écouta rapidement les arguments de chacun, puis, une fois terminé, il se dirigea vers la seule taverne du village. Une fois entré, il balaya la salle du regard afin de la trouver. Rien, Arialas était déjà partie. Camille sortit alors de la taverne, puis il posa son dos contre l’une des poutres qui formait le bâtiment, afin de rapidement réfléchir où la jeune femme avait pu aller. Au bout de quelques minutes, il décida d’aller à l’entrée du village. Le hameau était petit, composé que de quelques chaumières accroché ci et là sur les flancs de la montagne. En regardant en contre bas, on pouvait apercevoir les immenses plaines qui formaient les terres neutres. Des plaines qui se désertifiaient une fois passé le fleuve.
 
Parvenu devant le portique qui faisait office d’entrée, Camille aperçu la jeune femme installé sur une pierre. S’approchant d’elle, il s’assit à ses côtés observant la vue magnifique qui leur était offerte.
 
– Il vaut mieux y aller prudemment, je pense. Histoire de ne pas trop se risquer. On ne sait pas de quoi ces deux-là sont capables.
 
Camille remplit alors ses poumons, inspirant profondément l’air frais de la montagne. Puis, tout expirant lentement, il baissa les yeux.
 
– En fonction de ce qu’on pourra voir de leur camp, on pourra se décider à attaquer ou non. Cependant, je pense qu’ils doivent être nombreux et bien armés et j’ai peut-être une idée qui pourrait nous aider à nous débarrasser d’eux en un minimum d’effort. Le tout serait d’arriver à les monter les uns contre les autres. Leur chef, Darian, a tué les autres chefs de clan. Pour autant, une certaine amertume doit régner entre eux, ainsi qu’envers leur nouveau chef. Si on parvenait à mettre un peu de poudre sur le feu, ils pourraient faire le travail à notre place. Qu’en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 26
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Jeu 24 Sep - 6:50

J'étais encore un peu sous le choc de mon arrivée digne des acrobates du meilleur cirque de tout Gorah. Après m'être brièvement présenté, encore une fois sous mon pseudonyme, je pris le temps de regarder l'ensemble des personnes autour de moi. Je vis, dans un premier temps, un vieillard qui était probablement un membre éminent de ce village possiblement leurs chefs ? Ensuite, je vis un autre homme qui était probablement natif de ce village ou des environs à en juger par son accoutrement. Il y avait ensuite une femme, probablement une aventurière au vu de l'énorme battons surmonté d'une lame plutôt impressionnante qu'elle portait dans son dos. Prêt d'elle, un solide guerrier  épée au ceinturon et bouclier au dos me regardait d'un regard vide, je ne pourrais dire se qu'il pensait de moi dans l'instant. Finalement, mon regard se posa sur le dernier membre du groupe. Le jeune homme qui m'avait alerté par son geste et par le fait même entraîner cette misérable chute. Il était relativement jeune, très fort probablement était-il mon cadet. Il portait fièrement à la ceinture ce qui me sembla être un Katana.


Lors que mes observations furent terminées, je me rendis compte que le groupe avait continué sa route vers la chaumière sans m'attendre. En quelques pas rapide, je n'eu aucun problème à les rattraper et nous entrâmes tous ensemble dans la demeure. L'ensemble de la troupe ce mit alaise autour d'une table des plus traditionnelle. Pour ma part, j'avais remarqué en entrant un énorme pilier au centre de la pièce central qui servait probablement de support à l'habitation. Je choisit donc de mit appuie pour écouter ce que les autres avaient à dire sans vraiment souhaiter participer activement à la discutions. Au même moment, le jeune homme au Katana rompit le silence pour se présenter et demander au vieil homme de nous parler plus en détail de la raison de notre présence en ces lieux. Part contre avant, même que le vieil homme est en mesure de prendre la parole, la femme guerrière ce présenta sous le pseudonyme de l'Ange sanguinaire, pas très rassurant tout ça. Ensuite, le vieil homme enchaina ne me donna gère plus d'information que l'avait fait la dame que j'avais aidée plutôt dans la forêt. Excepté une histoire de conflit entre bandes ennemies qui s'était soldé par l'union de trois groupes sous la bannière d'un seul et même homme un certain Darian. Je me dis que s'était mieux que de n'avoir aucune nouvelle information et ferma mes yeux pour songer à une façon concrète d'aider ces gens. C'est alors que Raclaw  interrompit encore une fois le silence, décidément il ne pouvait s'arrêter pendant plus deux secondes, il demanda si quelqu'un avait un plan et enchaina avec une question qui me troubla légèrement il nous demanda nos compétences respectives... Dans un premier temps, je m'étais déjà présenté comme étant un mage blanc et pour ce qui était des deux autres je crois que leurs armes parlaient d'elle même.


C'est alors que la femme du groupe prit la parole. Je pus identifier au ton de sa voix qu'elle en avait assez de perdre son temps et des questions idiots. Elle répondit très brusquement aux questions de Raclaw en présentant non seulement ses compétences, mais également la mienne et celle de l'homme au bouclier. Cette petite crise de sa part me permit d'identifier son arme comme étant un Naginata, maintenant que j'étais plus prêt cela ne représentait plus un mystère pour moi. Me remémorant, les récits que mon père me lisait sur le peuple lointain et légendaire qui étaient à l'origine de sa création. Par contre devant la scène,  je ne pus m'empêcher de sourire du coin des lèvres en me disant que décidément cette mission ne sera pas ennuyante. J'en profitai également pour jeter un coup d'œil à cet homme au bouclier, encore une fois impossible de lire en lui. Il était décidément très calme de nature pour rester aussi calme et passible devant un tel spectacle. La guerrière finit par donner mes suspicions et demander de laisser le superflu pour se concentrer sur le combat à venir et elle proposa même de fondre sur eux tel que le ferais un fauve. Pas si bête comme idée, mais elle n'avait probablement oublié de prendre en considération le facteur du nombre. Heureusement pour moi l'homme au bouclier enchaina en exposant cette variable et proposa une mission de reconnaissance avant toute chose.


- Je suis d'accord avec vous, l'observation semble de mise avant de ce lancer dans un combat qui pourrait être perdu avant même d'avoir commencer.


Je n'avais aucunement peur de me lancer tête baisser dans un combat perdu d'avance. Depuis la mort de mes parents ainsi que de notre reine bien aimée, je n'avais plus rien à perdre. Par contre, je m'inquiétais pour la vie des autres membres du groupe. Principalement, le plus jeune qui ne semblait pas avoir vu beaucoup de bataille. J'étais pour ma part loin d'être un expert en combat, n'aillant jamais pris les armes du moins pas pour autre chose que la chasse. Je n'avais, cependant, pas peur du sang ou de me mettre en danger pour sauver la vie d'autrui. Soudain, je vis la femme sortir de la maison et quelques instants après l'homme au bouclier ce qui me fit penser que je ne connaissais pas encore leurs noms. Cela pourrait être pratique vu que nous allions probablement faire équipe pour un certain temps du moins. Je n'avais pas trop d'espoir pour connaître le nom de la femme connaissant déjà son pseudonyme surtout que je m'étais également présenté seulement sous le mien. Je m'excusai auprès des gens encore présents et sortis.



- Je m'excuse, je dois aller prendre l'air... et Raclaw j'espère que tu es prêt pour cette mission ça ne risque pas d'être de tout repos et la vie de ces paysans sont entre nos mains, je compte sur toi. J'ai cru remarquer que l'Ange Sanguinaire ne te porte pas dans son cœur, je suis convaincu que tu peux changer son opinion à ton égard...aller on ce vois plus tard.


Je sortis par la suite avec la ferme intention de retrouver mes deux autres camarades, si l'on pouvait les affublés de ce qualificatif dans les circonstances. Je finit par les trouver tous deux assied un prêt de l'autre sur un rocher à l'entré du village. Il se connaissait vraisemblablement avant de s'embarquer dans cette mission et je ne pus m'empêcher de me demander s'ils n'étaient pas en train de comploter, j'allais devoir rester sur mes gardes et les surveiller de plus près. Je m'empressai alors de leur crier en m'approchant toujours davantage.


- HEY !? OH !? Excusé moi entre mon arrivé des plus catastrophiques et  la cette réunion si nous pouvons appeler ça une réunion, j'ai totalement oublié de vous demander vos noms.


Au même moment, j'utilisais mon pouvoir pour augmenter légèrement leurs températures corporelles. J'avais remarqué à l'intérieur que l'un comme l'autre portait des vêtements complètement imbibés d'eau et recouverts de neige, surement en raison d'un long voyage sur les terres gelées d'Ashenwall. Je me dis donc que cela ne leurs fera pas de mal, surtout que la raison primaire de ma présence ici était d'aidé pourquoi pas les aidés eux en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raclaw Leonheart

avatar

Messages : 30
Expérience : 46
Age : 19

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Jeu 24 Sep - 17:24

À peine Raclaw avait-il dit son nom et son surnom que cette fille nommé Arialas commencea à se moquer de lui. Il ne releva pas et attendit. Puis elle recommencea quand il demanda les compétences de chacun. Elle commencea qlui montrer son arme et à lui parler comme à un gamin. Il ne réagit pas et la laissa finir. Camille fit alors une remarque intéressante sur les données inconnues comme le nombre de soldats adversaire empêchait de faire àgir le groupe.


Le mage nom de l'oiseau indigo semblait également d'accord. Tout comme Raclaw qui acquiesça. Juste après Arialas sortit faire on ne sait quoi après avoir fouiller des étagères. Camille la suivit quelques minutes plus tard. Il ne restait plus que le vieil homme sur sa chaise et le villageoi avec le mage. Ce dernier fit d'ailleurs remarquer à Raclaw, il lui dit Je ça allait être dur et que il pouvait sûrement faire changer l'opinion de Arialas à son sujet. Il le regarda et se leva. 


-Oui je sais. Mais pour l'info générale j'ai vu plus de batailles que tu ne le pense et je sais me batrre. Donc t'en fais pas pour mon efficacité. Bon je sors moi. Je pars en reconnaissance.


Raclaw prit sa cape et s'emmitoufla dedans avant de sortir dans le froid. Il commencea à marcher vers un des camps de bandits. Au bout de dix minutes de marches une tempête de neige se leva.cela reduisit sa visibilité, il avançait à rhytme réduit etarriva près d'une colline surplombant une plaine enneigée. Il entendit du bruit et se mit alors à terre. Il avança aplat ventre jusqu'au bord de la colline. Et la il vit un camp composé d'une vingtaine de tentes,bpuis dehors des hommes armes devant quelques tantes près de quelque feu de camp. Raclaw en compta une dizaine dehors mais il devait au moins y en avoir le triple ou le quadruplé dans les tentes. 


Il se releva et se redirigea vers le village et arriva sur la place ou trônait un arbre. Il grimpa en haut de l'arbre et sortit son katana pour commencer à d'aiguiser avec une pierre faite pour ça. Il aperçut plus loin les trois autres de son groupe.  Sauta alors de l'arbre et se dirigea vers eux.
Il les atteints et s'arrêta devant eux.


-Heu camille c'est ça ? Je reviens d'un des camp et ils sont une trentaine ou une quarantaine las bas. Mais je n'ai pas vu leur chefs ni les otages avec la tempête. Voilà bon je m'en vais.


Raclaw se retira  et remonta en haut de l'arbre pour continuer à l'entretenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Ven 25 Sep - 1:28

Lorsqu'Arialas arriva à l'entrée principale du village, celle-ci décida de s'asseoir un moment, pour réfléchir à ses prochaines actions et voir si ses compagnons allaient la rejoindre. Comme pour confirmer son pressentiment, Camille arrive peu de temps après. S'assoyant près d'elle, il lui fit part de son plan. Faire entre-tuer les bandits, c'était tout de même pas bête comme idée. Seulement, ils y avaient trop peu de chances de réussir à faire combattre les clans les uns contre les autres, mais si au moins ceux-ci tuait leur chef du moment, cela ferais un ennemi de taille en moins. Passant sa main droite dans ses cheveux, Arialas leva la tête vers le ciel avant de répondre à son compagnon de longue date.

- Cela peu être possible mais il faut garder en tête qu'ils ne feront certainement pas une bagarre général. Ces brigands semble quand même plutôt organisé mais si cela pour nous permettre d'au moins ne plus avoir Darian dans nos pattes, nos chances de réussite de la mission augmenterais déjà grandement. Par contre...

Avant de ne pouvoir terminé sa phrase, Arialas se fit interrompre par le mage blanc, qui arrivais en criant. Se retenant de se boucher les oreilles, elle porta son attention sur ce dernier. Pendant que celui-ci demandais leurs noms, une vague de chaleur envahie son corps – probablement grâce cet homme devant eux. Finalement, il n'était peut-être si inutile le petit magicien, en espérant qu'il pouvais faire autre chose que de la chaleur. Malgré que, faire cramer quelques brigands ne serais pas de refus non plus mais la magie ne faisait pas de mal à une mouche, d'habitude. Se levant, Arialas tendit la main au jeune homme.

- Tu sais, c'est très impoli de demander un nom alors que tu ne donne toi-même qu'un pseudonyme – et tu connais déjà le mien. Je vais quand même te répondre, je me nomme Arialas Ishtarian, origine d'Ashenwall... je crois.

Alors qu'elle mentionnais sa patrie d'origine, elle eut soudain un doute. Elle avait toujours assumé qu'elle venais d'Ashenwall, avec son surnom, l'endroit de son réveil après le cataclysme et son corps qui semblais être habitué au climat, mais étais-ce vraiment le cas?

- Je... Non désolé laisse tomber.

Arialas allais parler de sa conditions particulières à son nouveau camarade mais changea d'idée et retourna s'asseoir en s'excusant. Légèrement mal à l'aise, elle évita son regard par la suite. Détestant rester immobile trop longtemps, elle se releva subitement, en faisant part de son envie de s’entraîner un peu, après tout ils iraient aux combats bientôt. N'ayant jusque-là jamais eue de partenaire d'entrainement, elle proposa à Camille de l'accompagner, juste à la sortie du village – pour ne pas trop déranger les villageois. Acceptant, le duo s'éloigna et sortirent leurs armes. Est-ce que le jeune mage blanc les suivirent ou pas, Arialas ne s'en soucia pas. C'était officiellement la toute première qu'elle utiliserais cet arme pour vrai, contre un adversaire vivant. Au début, ses mouvements furent hésitant, d'une part elle ne voulais pas blesser son partenaire, et de l'autre elle ne savait pas trop comment gérer un combat avec une arme de moyenne portée. Arrivant finalement à vider son esprits, Arialas put enfin montrer tout son talent avec cette arme nouvelle, talent qui était bien infime. Même si elle l'aurais voulue, elle ne croit pas qu'elle aurait été capable de ne serais-ce qu'égratigner Camille. Rangeant son arme après plusieurs minutes d'échauffement, Arialas s'inclina pour saluer son adversaire, et lui sourit.

Rejoignant l'Oiseau Indigo, le dénommé Raclaw sauta devant eux, et s'adressa à Camille avant de repartir subitement dans son arbre. Était-il vraiment humain? Il parais que l'homme descend des singes... En voila la preuve vivante pensa Arialas, amusée. Puis, regardant le soleil, elle commença à se demander comment avais bien pu faire cet homme-singe pour aller au camp de bandit aller-retour aussi rapidement. Quelques choses clochaient, c'était certains... Soudain, les paroles de Raclaw lui rappela quelques choses: lors de son bref passage à la taverne du village, elle avait entendue des hommes discuter d'un petit attroupement de villageois d'ici et des villages voisins, tout prêt de la sortie du village. Ces hommes étaient armés, et comptait terminer le travail des quatre guerriers, si ceux-ci échouait, question d'en ramasser tout le mérite car même en cas d'échec, plusieurs brigands auraient le temps de mourir sous leurs coups. Le fameux bonhomme nommé Sabre Noir avait donc dû confondre ses hommes avec leurs cibles, bonjour le boulet quoi... Bien sûr, celui-ci était parti avant même qu'elle ne puisse lui expliquer sa méprise. Éclatant de rire, elle raconta la situation à Camille, assez fort pour que le mage l'entende aussi, même si cela n'était pas son but premier. Une fois remise de ses émotions, son malaise envers le ce dit mage la reprit. Prétextant une envie subite, elle s'éclipsa, suivit de Camille qui la connaissais trop bien pour ne pas remarquer que quelque chose n'allais pas. Bien sûr, leur destination fut la taverne. Prenant place au bar, ils commandèrent chacun quelques choses à boire. Plongeant son regard dans celui de son partenaire, Arialas chercha à y savoir son opinion sur le fameux oiseau indigo. Ouvrant la bouche, elle se décida à parler à Camille.

- Je n'arrive pas à bien cerner nos nouveaux compagnons de route, ce Raclaw à juste l'air un peu stupide sur les bords mais le mage... Il ne m'inspire pas vraiment confiance. Il à l'air gentil mais il nous cache clairement des trucs, son nom entre-autres.

Prenant un gorgée du liquide si réconfortant qu'était l'alcool, elle écouta la réponse de l'être dont l'opinion comptait le plus à ses yeux. Lorsque le silence fut de retour, Arialas prit sa tête dans ses mains. Hésitante, elle se décida à poser la vraie question qui lui trottait dans la tête depuis leur rencontre avec leur deux nouveaux camarades.

- À ton avis, est-ce que je devrais leur dire pour... ma mémoire?

Tout en parlant, elle releva la tête et regarda à nouveau Camille, en se mordant la lèvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Dim 27 Sep - 16:51

A son ébauche de plan, la jeune femme nuança ses propos, lui expliquant qu’il serait difficile de cause un conflit généralisé entre les trois camps. Ceux-ci paraissant plutôt organisé, ni l’un ni l’autre ne pouvait réellement juger de l’influence de Darian. Mais Camille n’eut pas le temps de réfléchir à ses propos que leur quatrième partenaire vint les interrompre dans leur discussion.

– HEY !? OH !? Excusez-moi entre mon arrivé des plus catastrophiques et cette réunion, si nous pouvons appeler ça une réunion, j'ai totalement oublié de vous demander vos noms.

A peine eut-il fini de parler que Camille sentit le froid disparaître peu à peu. De toute évidence cela devait s’agir d’un sort du mage, un sort très pratique même. Camille qui devait supporter ce froid depuis son arrivé il y a plusieurs mois de cela pouvait enfin l’oublier, un luxe que le jeune homme n’aurait pas cru possible. Arialas se leva, puis tout en agitant la main répondit au mage blanc la même chose qu’il l’aurait fait lui-même.

– Tu sais, c'est très impoli de demander un nom alors que tu ne donnes toi-même qu'un pseudonyme et tu connais déjà le mien. Je vais quand même te répondre, je me nomme Arialas Ishtarian, origine d'Ashenwall... je crois.

Sur ces derniers mots, son doute se fit sentir tandis qu’elle ravala ses paroles. A cause de son amnésie, Arialas ne pouvait affirmer que sa patrie d’origine était bel et bien Ashenwall. La jeune femme semblait hésiter à confier sa situation à leur nouveau partenaire de voyage et décidant finalement de ne rien lui dire, retourna s’assoir aux côtés de Camille pour se relever quelques secondes plus tard et proposer à Camille un petit entrainement. Jamais Camille n’avait encore pu tester les compétences de sa partenaire de lui-même et il accepta l’occasion en or qui se présentait à lui.

– Avec plaisir, ce sera un bon échauffement pour les combats qui nous attendent. Voulez-vous nous suivre ? Proposa-t-il au mage blanc tout en fixant son regard.

Le duo s’arrêta ainsi aux portes du village, l’endroit qu’Arialas avait choisi pour effectuer leur petite séance d’entrainement. Se plaçant devant elle à quelques mètres de distance, il s’équipa de son épée courte et de son bouclier, puis se mit en garde, laissant Arialas débuter les hostilités. La jeune femme disposait d’une naginata, une arme à moyenne voir longue portée, très efficace contre les armes de courtes portées et peu maniables comme les claymores, mais assez faible contre les soldats portant une bonne armure. Camille para les coups de son opposantes à de multiples reprises grâce à son bouclier. Normalement, il aurait dû revêtir une armure lourde, armure qu’il avait décidé d’abandonner au début de son voyage car trop lourde et encombrantes pour parcourir de telles distances sans consommer de grandes quantités d’eau et de nourriture. La tempête faisait rage alors que le premier choc des armes sonna le début du combat.

De toute évidence, le niveau qu’elle lui montrait-là était à des années lumières que lors de leur combat contre les brigands. Au bout de quelque minute, la jeune femme stoppa ses attaques et salua Camille tout en lui souriant. Les craintes de Camille s’étaient révélées juste, c’était bel et bien le choc de la prise de conscience de ses actes qui avaient causé l’amnésie d’Arialas. Mais cette amnésie, cette perte de mémoire n’était que partielle et dans une situation de vie ou de mort comme celle de leur dernier combat, ses souvenirs étaient de nouveau accessibles. Mais que deviendrait Arialas si elle parvenait à retrouver l’intégralité de sa mémoire ? Une question qui tourmentait Camille bien plus qu’il ne le laissait transparaître. D’un sourire forcé, il remercia à son tour sa partenaire puis replaça son bouclier et son épée à leur place. Raclaw apparu subitement devant lui, lui indiquant qu’il venait de revenir d’une petite séance d’observation et qu’il était parvenu à identifier une trentaine d’ennemi, sans pour autant trouver leur chef. Avec la tempête qui faisait rage, Camille doutait des observations de leur compagnon de route. Tout au plus pouvait-il confirmer qu’il avait vu des hommes. De plus il ne devait s’être écoulé qu’une vingtaine de minute depuis leur départ de la chaumière du chef du village. Ainsi, Camille ne pouvait même pas être certain que son informateur avait bel et bien vu les bonnes personnes. Pensée qu’Arialas partageait puisqu’elle ne put s’empêcher d’éclater de rire et d’expliquer la situation à voix haute. Camille eut un sourire en coin, laissant s’échapper lui aussi son amusement de la situation. Reprise de ses émotions, Arialas montra un tout autre visage. Gênée, mal à l’aise, la jeune s’éloigner de ses deux compagnons, semblant se diriger vers la taverne. Mais avant de la suivre, Camille demanda au mage son nom, prenant soin de donner le sien avant de se faire, puis quand son interlocuteur lui eut répondu, il suivit les pas d’Arialas afin de voir ce qui n’allait pas.

Une fois parvenu à rattraper sa coéquipière, tous deux entrèrent dans un bar puis s’installèrent au comptoir afin de commander une bière. Arialas plongea alors ses yeux dans ceux de Camille et lui fit part de ses doutes concernant leurs deux partenaires. Le premier, le soldat lui paraissait simplement un peu simplet, ce que Camille pensait aussi. Mais autour du deuxième planait une aura mystérieuse inconfortable. Pour-sûr se présenter à de nouvelles personnes par son pseudonyme n’était pas la meilleure chose à faire pour installer une ambiance de confiance, même si son petit tour de magie d’après était le bienvenu.

– Cet oiseau indigo s’appelle Meltiel Wälle et oui je suis d’accord avec toi. Mais je ne pense pas qu’ils soient tous deux une menace.

Les événements qui suivraient donner rapidement raison ou tort à Camille. Mais là n’était pas la seule préoccupation d’Arialas. La jeune femme demanda à Camille son opinion, sur la question de sa mémoire. Elle hésitait ainsi à leur faire partager ce qu’elle considérait comme une faiblesse. Camille prit un temps de réflexion pour répondre à sa question, car il s’agissait là d’une chose importante pour Arialas. Lâchant sa pinte, il apposa sa main sur le genou de sa partenaire et lui répondit franchement.

– Je ne pense pas que leur dire change vraiment grand-chose pour le bon déroulement de tout ça. C’est surtout pour toi. Est-ce que tu penses que ça t’aidera à aller de l’avant ? Si oui, alors dis-leur.

Camille n’avait pas de bonne réponse à donner à son amie. Tout juste pouvait-il l’aider à se décider de ce qui était utile ou non de dire. Mais alors que son sourire vint accompagner ces quelques mots, Camille vit du coin de l’œil Meltiel s’approcher d’eux.

– Mais à propos de ces doutes que nous avons concernant cet oiseau indigo, pourquoi ne pas lui demander de parler un peu plus de lui, mmh ? Dit-il tout en le regardant d’un air curieux. Par exemple, d’où viens-tu et que recherches-tu ? Veille bien à tes réponses, Meltiel, car la confiance est quelque chose d’important et de rare.

Son ton inquisiteur n’était pas simplement là pour essayer d’intimider le jeune homme. Camille et ses expériences avec les mages ne furent jamais très bonnes et il se méfiait donc très facilement de ceux de leur espèce, qu’ils soient blancs ou noirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 26
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Lun 28 Sep - 0:03

Il ne me fallut que très peu de temps pour que la réponse de la femme me parvienne. En ce levant et en me présentant sa main, elle mentionna l'impolitesse dont j'avais preuves en leurs demandant leurs noms, quand je me présentais seulement sous mon pseudonyme. Par contre, elle accepta tout de même de se présenter et voilà comment je fis la connaissance d'Arialas Ishtarian de Ashenwall. Au même moment, je pris sa main mit un genou à terre, comme me l'avais appris mon père, et tout en lui embrassant la main lui dit.


- C'est un honneur pour moi de faire votre connaissance Dame Arialas.


Par contre, au moment même où mes lèvres touchaient sa peau, elle ajouta une dernière chose. Cette dernière intervention me laissa croire qu'elle n'était pas convaincue de sa terre mère, au plus profond de moi, je me demandais comment tout ça pouvait être possible. Pour rien au monde, je n'oublierais le pays Des Ellès. J'allais ouvrir la bouche pour en savoir plus, elle avait sans aucun doute piqué ma curiosité, mais elle me coupa s'excusa et me demanda de laisser tomber. J'avais certes une envie insatiable d'obtenir les réponses aux questions qui tournaient en boucles dans ma tête. Cependant, quand mon regard se posa sur elle, je remarqua que son regard était fuyant et qu'elle était un peu mal à l'aise, j'ai donc décidé de ne pas donner suite à mes interrogations ne jugeant pas le moment opportun pour le faire. Pour ce qui est de l'homme, je n'eut aucune réponse ce qui ne me surpris pas d'outre mesure. 


À peine quelques instants après m'avoir répondu, Dame Arialas qui s'était rassise se leva d'un bon demandant à son coéquipier s'il voulait s'entraîner un peu avec elle. Ce dernier accepta et me proposa même de les accompagner. J'étais quelque peu inquiet, est-ce que s'était un piège ? Je choisis de prendre le risque n'ayant rien à perdre. Je l'ai suivi donc, quelque peu en retrait du village, à l'endroit que la jeune femme avait choisi. Probablement pour ne pas déranger les habitants. Il n'était pas question pour moi de m'approcher trop prêt et encore moins de participer. Je me contenterai donc de prendre appui sur un arbre à quelques mètres de la zone d'entrainement des deux aventuriers.  Ne connaissant rien au combat à l'arme blanche et encore moins à leurs utilisations, je décidai de ne pas tentait d'analyser les forces de l'un ou l'autre des combattants et de seulement profiter du spectacle. En effet, s'était la première fois pour moi que j'observais un combattant utiliser une naginata et je dois avouer que Dame Arialas m'impressionna par sa grâce et son élégance, on aurait dit qu'elle exécutait une chorégraphie digne d'une des plus belle danse du pays. Après quelques minutes de combat, ils arrêtaient et se saluais, soudainement, Raclaw fit une apparition éclair et donna des informations à l'homme au sujet de la troupe de bandits. Dame Arialas n'eut tôt fait de remettre en question les dires du jeune homme ayant entendu certaines rumeurs au sujet de paysans postés à l'entrer du village. Mais surtout en raison de la rapidité avec laquelle le jeune homme aura réalisé l'aller retour entre le village et ce campement. Je ne pus m'empêcher de sourire devant cette scène des plus ridicule, au même moment mon regard croisa celui de l'homme, dont le nom restait un mystère, je vis pour la première fois l'ombre d'un sourire. Quand le silence retomba, je vis la jeune femme s'éloigner subitement prétextant une envie pressante. Je fis un pas dans sa direction dans le but de m'excuser, si j'avais fait quelque chose qui lui aurait déplu, ayant senti son inconfort en ma présence. C'est alors que l'homme au bouclier se plaça devant moi, il se présenta sous le nom de Camille de Songefeu et me demanda mon nom. J'avais donc enfin eu l'ensemble des réponses à ma question, je ne souhaitais pas cacher mon nom plus longtemps.


- Sache que je considère n'avoir aucun nom, toutefois tu sembles tenir à connaître le nom que mes parents m’ont donné, Meltiel... Meltiel Wälle, voilà comment on m'appelait avant cette journée ensoleillée d'automne.


Il semblait satisfait de la réponse et suivit les pas de la jeune fille vers ce qui me semblait être la taverne. C’était la première fois, depuis ce triste jour, que j'entendais mon nom, il fit remonter en moi une vague d'émotion incontrôlable, tel un tsunami. Je ne pus m'empêcher de repenser au cadavre ensanglanté de ma mère et à cette triste journée d'automne. Tournant la tête vers le ciel, une larme s'échappa de mon œil et roula sur ma joue pour terminer sa course sur mes lèvres. Depuis le jours ou mon maitre m'avais recueilli, je n'avais jamais eux le temps de même penser à ce jour, pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi à la simple prononciation de mon nom ? Je ne voulais plus y penser, j'essuyai mes yeux, pour ensuite diriger mes pas vers la taverne. Lorsque je fis éruption dans celle-ci, il ne fallut que quelques instants à Camille pour me remarquer. Il s'empressa de me submerger de question à propos de moi et de mes aspirations. Je n'avais pas l'âme à répondre à de telle question, mais je fis un effort pour le bien de l'esprit de groupe.


- Je suis originaire du pays Des Ellès. Ce que je recherche ? Je recherche, la raison pour laquelle les dieux on choisis de m'épargner quand l'ensemble des personnes chères à mon cœur mourrait autour de moi. Je recherche la raison de mon impuissance dans temps...je ne souhaite simplement aider le plus de personne possible avant que mes paupières ce ferme. Ma vie n'a plus aucune attache, Meltiel est mort ce jour automne avec tous les autres. Je suis tel l'oiseau rédempteur recueillant les gens dans le besoin sous ses ailes, les protégeant sans craindre la mort... Je suis l'oiseau indigo !


Au même moment, mon regard devint livide, je n'aurais jamais cru pouvoir dire autant de chose à de pure inconnu et maintenant que c’était chose faite, je ne pouvais faire demi-tour. Je saisis une chope que l'aubergiste transportait, probablement pour un autre client, et la calla d'un trait. Je déposai ensuite le vers sur le bar et me tourna pour me diriger vers la porte.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raclaw Leonheart

avatar

Messages : 30
Expérience : 46
Age : 19

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Lun 28 Sep - 13:03

Marre, marre ,marre. Raclaw sur son arbre entendait le rire de sa compagnonne. Il aiguisait toujours son sabre en ruminant. Bon ok il s'était trompé mais c'était pas une raison pour se foutre de lui. Il en avait vraiment marre qu'on le prenne pour le dernier du groupe goût ça a cause de présentation et d'une erreur a cause de la tempête de neige. Franchement. Il ruminant toujours lorsqu'il vit passer sous lui le mage blanc et les deux autres qui se dirigèrent vers l'auberge. 


Il sauta alors de son sabre qu'il avait rengaine et partit près d'une des sorties du village. Pourquoi? Pourquoi était t'il toujours traité comme un incompétent et un gamin. Certes il était plus jeune mais ça ne voulait rien dire. Il savait se battre et était compétent dans pas mal de domaines. Il ne savait d'ailleurs pas d'où il tenait toutes ces connaissances et compétences mais un jour peut être le saurait t'il.


Alors qu'il ruminait à une entrée du village il vit alors deux silouhettes s'approcher. Il se cacha et écouta. Une voix d'homme se fit entendre.


-Bon il est trop d'y aller. Darian nous a demander de rapporter le butin donc on y va


-ok


-bon ils sont ou ces villageois?


Raclaw aperçut alors deux hommes en vêtements de fourrure ayant chacun une haché au foureau. Ils était à pu près de la même taille que lui. L'un était plus age que l'autre. Il ne savait pas ce qu'il venait faire mais nul doute que c'était des bandits. Il suffit alors de derrière un muret et se plaça devant eux en dégainant.


-Bon bon. Messieurs les brigands. Je vais vous demander de déposer vos armes et de me suivre.


Les deux hommes interpelés le regardèrent avec étonnement avant de dégainer.


-Ha ouai et t'es qui pour nous donner des ordres.


-Ça vous n'avez pas besoin de le savoir.


-Tant pis tu mourras ainsi.


L'homme se jeta sur Raclaw et tenta de lui porter un coup qu'il esquiva aisément avant de te tourner sur lui même et de trancher la gorge du bandit qui mourut en s'étouffant dans son propre sang qui rougit alors la neige. Puis Raclaw fonça vers le deuxième et le désarma avant de lui porter un coup de pommeau extrémement violent sur l'arcade qui s'ouvrit.


-Voilà bon toi tu vas venir avec moi.


Il rengaina son arme et jeta celle du bandit au loin et le traîna jusqu'à la porte de l'auberge pour l'ouvrir et jeter le brigand au milieu. L regarda ses compagnons et leur dit alors.


-Messieurs et madame j'ai trouver une personne sûrement plus à même de nous renseigner sur nos ennemis.


Il s'assit alors sur une chaise en laissant le reste à ses compagnons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Mar 29 Sep - 1:55

Bien entendu, Arialas ne croyais pas non plus que leurs deux nouveaux compagnons d'aventures soient des menaces. À la rigueur, peut-être ceux-ci serait une nuisance à leur duo, surtout le magicien qui ne semblais pas savoir se défendre. Ensuite, Camille répondit à la question de jeune femme mais avant de n'avoir l'occasion de continuer la discutions, le fameux oiseau indigo fit son entré. Pour le bien de leur groupe, Camille invita celui-ci à raconter son histoire. Le jeune mage se rapprocha du couple, à contre-cœur. Lorsque celui-ci parla, ce fut au prix d'un grand effort. Arialas l'écouta attentivement, touchée non pas tant par les paroles de Meltiel mais plutôt par sa force. Elle finit par détournée le visage, réfléchissant à sa propre faiblesse. Peut-être pourrais-t-elle apprendre certaines choses de ce petit magicien finalement. Lorsque celui-ci eut terminé de parler, il eut clairement l'air de regretter d'avoir autant parlé et sauta sur la choppe que le tavernier, de l'autre côté de son comptoir. Le calant d'une traite, Meltiel la déposa sur le comptoir et amorça un mouvement pour sortir. Sans prendre le temps de réfléchir, Arialas s'élança vers lui pour le retenir, arrivant à attraper son bras juste avant que celui-ci n'atteigne la porte. Lorsqu'elle lui parla, sa voix était douce et empreinte d'une légère tristesse. Le mage blanc avait été honnête, alors elle aussi le serais. Aucune hésitation de transparaissait dans sa voix.

- Je suis amnésique, j'ai perdue tout mes souvenirs lorsque le monde est devenu comme il est aujourd'hui. L'ange Sanguinaire était mon surnom lors de mon passage dans l'armée de Galdion... Mes mains sont tachés de sang de centaines, peut-être même de milliers de gens et jamais je n'aurai assez de temps à vivre pour expié tout mes pêchés.

Devenant silencieuse, Arialas en vint réellement à se demander combien de pauvres gens avait pu périr sous sa lame. Combien de temps avait-elle passée dans l'armée de cet homme? Avec la rapidité et la force qu'elle avait démontrée, cette fameuse fois contre les brigands, certainement plusieurs années... Cinq ans? Dix ans? Peut-être même quinze? De tout façon, qu'est-ce que cela changeait, au final? Que ce sois un dix ans ou seulement un an, c'était déjà beaucoup trop.

Alors qu'Arialas relâchais Meltiel, trop perdue dans ses pensées pour se souvenir de sa présence, Raclaw rentra dans l'auberge à toute vitesse, lançant un pauvre bandit à moitié conscient. Ce dernier percuta la jeune femme au passage, l'entrée de la taverne n'étant pas des plus grande. Perdant pied, elle tomba sur le mage blanc, le faisant tomber à son tour. Celui-ci s'étant retourné durant la conversation, Arialas se retrouva étendu par-dessus l'homme, ses seins près de son visage. Rougissante, elle se releva en vitesse, évitant à tout prix le regard de l'Oiseau Indigo. Lançant un regard noir vers Raclaw, elle serra les poings de colère – déjà qu'elle n'aimais pas tant Meltiel, Arialas avait quand même pris son courage et essayer de lui parler, lui révélant même sa plus grande faiblesse. Puis, immédiatement après, sa. Se mordant le pouce pour essayer d'atténuer sa rage envers le malheureux incidents, et surtout envers cet être, Raclaw, qui semblait être sur son chemin seulement pour lui pourrir la vie, Arialas passa sa colère sur le pauvre bandit au sol, lui assénant un bon coup de pied dans les côtes. Croisant ensuite le regard du tavernier, elle put remarquer qu'il n'était pas trop en accord avec son attitude violente. Se retournant pour partir, elle changea d'idée et donna un second coup à l'homme au sol, au ventre cette fois.

- Je vous attend dehors, les interrogatoires c'est pas mon fort de toute façon, grommela-t-elle les poings toujours serrés.

Sans un regard ni un mot de plus, Arialas sortit de la taverne, avant que ce ne sois le propriétaire qui s'en charge. Même si la tempête faisait toujours rage, elle n'en ressentait pas du tout le froid, encore trop en proie à ses émotions. La colère descendait peu à peu mais la gêne par contre restait. Décidément, cette quête s'annonçait être un événement atroce.

Après quelques minutes à tourner en rond en ce demandant quoi faire, Arialas se rendit à la sortie du village, à l'endroit où Camille et elle s'étaient entraînés un peu plus tôt et se mit à faire de profonde entaille dans les arbres, avec sa naginata. Elle avait, encore plus qu'avant, hâte que le reste du groupe sois prêt à prendre la route, pour terminer cette mission au plus vite et surtout pour ne pas rester plus longtemps à ne rien faire. Que pouvais bien penser ses compagnons à propos d'elle maintenant? Décidément, elle n'aidais pas du tout sa cause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Mer 30 Sep - 14:28

Le jeune Meltiel ne semblait pas très enchanté à l’idée de répondre aux questions de Camille et ce n’est qu’après avoir fini son déluge d’interrogations que ce dernier se rendit compte des yeux rouges de Meltiel. Dissimulant sa surprise devant lui, il écouta avec attention les réponses qu’il leur donna. Une réponse qui laissa transparaître toute la culpabilité et le malaise de ce dernier. La culpabilité du survivant, de celui qui est resté alors que les autres sont partis. Cette culpabilité Camille la connaissait bien. En tant que soldat et plus précisément en tant que lieutenant, nombreuses ont été les fois où il dut assister à la mort de ses frères d’armes tandis que lui ne pouvait se faire. Lui devait rester derrière et diriger ses troupes, même si la colère et la frustration l’avait parfois poussés à outre passer cette règle. Mais Camille avait aussi appris avec les années à accepter cette culpabilité et plutôt que de sentir coupable, à honorer la mémoire des morts à travers sa vie.

La voie qu’avait trouvée ce jeune homme pour guérir ses blessures était celle de la bonté. Soigner et aider toute personne qui se trouvait sur son chemin. A travers ses paroles transparaissaient une profonde blessure, Camille en déduisit alors qu’il devait parler de ses proches. Ainsi se présenter par un pseudonyme n’était pas pour lui un manque de respect, mais plutôt une décision qu’il avait adopté. Celle de tourner une page sur ce qu’il était – n’étant pas capable de se pardonner – et de renaître sous les apparences d’un oiseau protecteur et bienveillant. Mais bien que Camille comprenne son idée, il ne pouvait l’accepter. Lui s’était également battu contre la mort, la tristesse, la colère ne pouvait pas imaginer pouvoir tourner la page sur ce qu’il était. Ses souvenirs, son passé, ses décisions. Tout ça l’avait irrémédiablement mené jusqu’à ce jour et le mèneront jusqu’à demain. Enterrer son identité de la même manière qu’on s’enterrerait soi-même n’était pas la bonne solution. Il refusait de l’accepter. Mais tourmenter encore plus cette âme en peine n’aurait été que pure méchanceté et Camille garda pour lui sa frustration.

Se rendant compte de ce qu’il venait de faire, Meltiel attrapa à la sauvette une pinte qui passait devant lui. Puis après l’avoir bu d’une seule gorgée – ce qui était déjà un exploit en soi – il se dirigea vers la sortie. Arialas se leva alors et arrêta les pas de ce dernier. Elle lui fit à son tour part de son histoire. Une histoire comme une autre dans le monde de Gorah, une histoire qui se répétait bien trop dans la bouche des hommes et des femmes de cette terre. C’était à ce moment-là que Raclaw fit son entrée. Claquant la porte de l’auberge, il balança dans l’entrée un brigand qui atterrit directement sur Arialas, ce qui la fit basculer sur Meltiel et les fit tomber tous deux. Alors qu’il s’installa confortablement dans l’attente de commentaire de ses trois partenaires, Meltiel se trouvait alors sur le sol, la tête entre les seins d’Arialas qui se trouvait allongé sur ce dernier. Une vision qui mit aussitôt Camille en colère, qui se retint d’intervenir pour ne pas rendre la situation encore plus compliquée qu’elle ne l’était déjà. La jalousie, cela faisait très longtemps que Camille n'avait pas ressenti un tel sentiment. Arialas se releva rapidement, puis donna un premier coup au brigand qui l’avait propulsé sur l’oiseau indigo. Laissant exprimer sa colère, elle lui assena un deuxième coup dans les côtes, puis informa le groupe qu’elle les attendrait dehors et sortit aussitôt. Camille se leva alors, puis tout en se baissant aida le jeune Meltiel à se relever. Toujours sans un mot, le visage sévère, il releva le brigand et prit une chaise pour l’installer plus dignement.

– Je vous préviens, je tolèrerai pas violence dans mon établissement ! Dit le propriétaire qui se trouvait encore debout près de Meltiel, une chope vide sur son plateau.

– Ne vous inquiétez pas, aucune violence physique ne sera faite ici.

Il se plaça alors aux côté de l’homme blessé et observa ses côtes.

– Je ne peux pas voir votre blessure, mais vu la force qu’Arialas a mis dans son coup de pied, ça devrait bientôt empirer dangereusement.

L’homme grommela alors, faisant mine de résister. Mais habitué aux combats et loin d’être idiot, il ne pouvait qu’acquiescer les dires de Camille.

– Plus tu nous donneras d’information à propos de ton groupe, plus vite nous pourrons te soigner.

– Si je parle ils me tueront ! Et ce n’est pas quatre aventuriers perdus ici et ces villageois qui vont pouvoir me protéger de Darian !

– Si tu nous aides à nous débarrasser de votre chef, Darian, alors il ne pourra pas te tuer.

– Si ce n’est pas lui ce seront ses hommes qui le feront !

Camille posa alors ses doigts sur les côtes fracturés de l’homme, ce qui le fit gémir aussitôt. Le tavernier ne semblait pas d’accord avec la scène qui se déroulait devant lui, mais Camille eu aussitôt fait de le convaincre de ne pas agir.

– Et si demain votre fille se faisait enlever, vous m’empêcheriez toujours de le faire parler ?

S’immobilisant aussitôt, ce dernier soupira, un brin de colère mais aussi de résignation transparaissant dans son visage.

– Cette plaie risque de te faire souffrir très longtemps tu sais, avant que tu ne meures de l’hémorragie. Donc, je me répète mais, nous pouvons te soigner et nous pouvons protéger ce village. Mais ce que nous pourrons surtout faire grâce à toi, c’est arrêter Darian et mettre fin à tout ça. Et puis, qui sait, si tu te montres coopératif il n’y a pas de raisons qu’ensuite nous ne te laissions pas partir. Tu as ma parole et en plus, tu n’as pas vraiment le choix.

La respiration roque, haletante le brigand se résigna finalement à son sort.

– Bien. Parle-moi un peu de vos groupes, combien vous êtes, où se trouve les camps et où sont enfermés les prisonniers.

– Notre camp se trouve au sud, caché dans la forêt. Les prisonniers sont enfermés dans des cages en bois, dans des grottes. Nous les revendons ensuite à des marchands d’esclave venu des terres-neutres. On est une dizaine de notre côté, mais je ne sais rien sur les autres !

Camille fixa alors l’homme du regard, tentant de sonder son esprit pour tester sa franchise. Quelques secondes plus tard, il se tourna vers Meltiel et lui fit signe de s’approcher.

– Peux-tu soigner partiellement cet homme ? Ne le guéri pas, empêche juste la blessure de s’aggraver.

– Quoi ?! Vous avez donné votre parole !

– Mais nous allons te soigner, une fois que nous aurons confirmé tout ce que tu viens de dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 26
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Jeu 1 Oct - 6:38

J'avais la ferme intention de diriger mes pas le plus loin possible de cette taverne, maintenant que j'en avais dit beaucoup sur mon passé, je ne me sentais plus du tout à ma place. Il ne me restait qu'à pousser la porte quand je la sentis, cette chaleur rassurante d'un être compréhensif. Je fus transporté dans un tourbillon infernal qui m'amena auprès de ma mère au moment même ou elle me prenait dans ses bras en me fessant la promesse de ne jamais m'abandonner. Soudain, une voix me ramena à la réalité, celle de dame Arialas, s'est à ce moment que je réalisai que s'était elle qui m'avait retenu. Elle me dit qu'elle était amnésique, elle me dit également d'où venait son surnom de l'Ange Sanguinaire. Elle avait donc été au service de Galdion, celui qui m'avait tout pris, tel un voleur. À cette simple penser, je sentit les larmes monter à mes yeux, pas question... pas cette fois. Je fis alors volte-face et plongea mon regard dans celui de la jeune femme. J'aurais voulu lui dire que cette amnésie n'était probablement qu'un simple moyen que son corps avait trouvé pour préserver son âme, mais je nu pas la force de le faire. J'avais remarqué la détresse dans ses yeux et il avait probablement été très difficile pour elle de me l'avouer. Il n'était donc pas question pour moi de tourner le fer dans la plaie. Mon deuil, je l'avais fait depuis longtemps, le fait qu'elle aurait peut-être participé à l'attaque Des Ellès ne me dérangeait pas. J'avais appris avec le temps que le plus important était le présent et seulement celui-ci, ne pas vivre demain et hier n'existe plus, tels étaient mon crédo depuis cette fameuse journée. Part contre, pour une raison que je ne pourrais expliquer ma rencontre avec ce groupe d'aventurier avait réellement fragilisé cette carapace que j'avais durement acquise. Bon il était maintenant temps, d'honoré ma promesse d'aider tout le monde... je me devais d'offrir à Arialas du réconfort. J'ouvris tranquillement les bras dans l'intention de l'enlacer et ouvris la bouche pour lui dire.

- Je...

Tout à coup, sans avertir, je vis Raclaw entrer en trompe avec ce qui ressemblait à un brigand. Je n'eu pas le temps de réagir, je me retrouvai pour la deuxième fois de cette aventure dos à terre. Dame Arialas dans l'action était tomber également, mais avais atterri sur moi. La première chose que j'aperçus après notre chute fut la poitrine de la jeune fille près de mon visage... trop près. Je rougis dans l'instant, j'avais vécu durant l'ensemble de mon apprentissage reclus dans la forêt avec pour seuls compagnons les animaux et mon maitre, je n'avais donc pas pu goûter aux joies du corps féminin. Il ne fallut pas longtemps pour qu'Arialas soit de nouveau sur ses jambes et se défoule sur le pauvre brigand. Décidément cette femme avait un caractère bouillant. Elle finit par sortir en nous laissant le bon soin d'interroger notre invité. Je finis par me relever toujours un peu ébranlé de cette chute imprévue. Le propriétaire de la taverne inquiet nous dit que la violence n'était pas tolérée dans l'établissement, Camille eux tôt fait de le rassurer. Le soldat s'approcha ensuite du brigand et commença l'interrogatoire. Il était beaucoup plus dégourdie que je ne l'aie cru et en à peine quelque minute il obtint les informations désirer. Mon esprit avait tout enregistré, j'étais bien décidé à régler ce problème seul pour ne pas mettre mes coéquipiers en danger. Particulièrement Arialas, elle avait et souffrait encore beaucoup trop. Camille finit par me demander de soigner partiellement le blessé, je lui jetai alors un regard ampli d'assurance. Sans prévenir, ni même guérir l'homme, je pris la direction de la porte à pas de course. Une fois sortie de l'établissement, je pris la direction de la sortie de village. Je vis Arialas au loin assise sur un rocher. Un fois à son auteure, sans même me tourner, je lui dis.

- Ne me suis surtout pas... reste ici, je tant supplie... reste ici !

Au même moment, j'accélérais le pas pour ne pas lui laisser la chance de me rattraper. Il ne me fallut que quelques secondes pour atteindre la forêt, sans même ralentir le pas, je continuais plein sud comme l'avais indiqué notre informateur. Je passai ensuite l'avant-garde des villageois sans même y prêter attention. Soudain, je vis un brigand probablement en train de faire une ronde pour sécuriser le périmètre autour de leurs camps. Je me cachai derrière un arbre et me concentra du mieux que je put sur cet individu. Je devais augmenter la température de son corps suffisamment pour qu'il ressente le besoin de retirer son énorme manteau de fourrure et à ce moment je pourrais frapper. Après quelques minutes, je l'entendis.

- Le printemps doit être à nos portes, il fait une de ces chaleurs...

Je fondis sur lui tel un fauve en chasse, je saisit son épée et lui plaça sous le coup. Au moment ou j'allais me résigner à enlever ma première vie, Arialas sortie d'entre les arbres. Je m'empressai de lui dire.

- Tu ne devrais pas être ici... Pourquoi...  Je t'avais dit de rester là-bas... Je ne veux pas qu'il t'arrive... vous arrive la même chose qu'à ma famille. Je peux y arriver seul, je dois y arriver seul. Je ne vie que pour ça laisse-moi au moins servir à quelques choses, va vivre ta vie... loin de toutes ces batailles... EN SÉCURITÉ !?!

Je ne pus contrôler cette vague d'émotion, maintenant trop forte pour toute les carapaces dont j'aurais pu me munir. J'échappai l'épée qui disparut dans cette épaisse couche de neige et tomba ensuite à genou totalement déconnecté du monde réel.       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raclaw Leonheart

avatar

Messages : 30
Expérience : 46
Age : 19

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Ven 2 Oct - 17:49

Après avoir lance le bandit qui avait heurté Arialas pour la faire tomber avec le mage. Raclaw s'était assis les yeux fermer Souriant de l'énervement de la jeune femme envers le bandit. Elle lui administra un coup puis un deuxième avant de s'en aller enerver en claquant Laporte de l'auberge. Raclaw jubilait intérieurement. Il avait enfin pu lui rendre les moqueries qu'elles avait proférer.


Camille se pencha alors vers le bandit et commencea à lui parler. Ce dernier ne voulait pas parler. Mais Camille réussit à être .....persuasif. L'aubergiste désapprouvait  le comportement de Camille. Mais ce dernier réussi à faire entendre raison à l'aubergiste. Camille marchanda avec le bandit. Il devait avoir les pouvoirs de l'oiseau indigo pour son échange mais ce dernier partit juste après. Raclaw se leva alors et se dirigea vers Camille.


-t'es doué en interrogatoire. Bon bas vu qu'on sait combien ils sont, on pourrait élaborer une stratégie. Ou alors on attend d'avoir d'autres renseignements. Par ce que si on y va on vas tomber sur 10 hommes mais peut être plus. 


Raclaw partit vers le comptoir et de manda un verre qui lui fut servi. Ensuite il s'assit à côté de Camille le regard perdu dans le vide et lui demanda.


-Vous ne me prenez pas au sérieux n'est ce pas? Je suis pris pour un guignol. 


Il souffla et sortit son sabre pour en regarder la lame  et attendre. Tout en se demandant ou était partis ses deux autres compagnons. Il jeta alors un coup d'œil au bandit qui lui lanca un regard noir.  Raclaw alla l'installer sur une chaise avant de retourner se placer à côté de Camille.


-Au fait c'est quoi son problème à Arialas avec moi.? Et c'est quoi son problème en général pour se comporter comme ça ?


Raclaw attendit une réponse le regard dans le vide, un air impassible sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Sam 3 Oct - 2:44

Après quelques minutes d'entrainement à peine, Arialas était déjà épuisée. Elle avait mis beaucoup top d'énergie inutile dans chacun de ses coups, portés par sa rage envers elle-même d'agir aussi idiotement. Quand apprendrait-elle finalement à se contrôler? Ce n'était qu'un bête accident et il avait fallu qu'elle en fasse toute une scène... S'assoyant sur une pierre pour réfléchir, elle attendit que ses compagnons se décident enfin à la rejoindre pour passer à l'action. Ce fut Meltiel qui arriva en premier, et seul de surcroît. Celui-ci passa devant elle sans s'arrêter, lui lançant seulement une phrase un peu bizarre au passage. Que faisait cet idiot encore? Les alentours étaient dangereux, non mais quel boulet d'aller dans la gueule seul alors qu'il était si inoffensif. Soupirant, Arialas grava une flèche sur un arbre, pointa la direction qu'avait pris le duo, espérant que Camille s'en apercevrais. Suivant les traces de pas de l'Oiseau Indigo – Merci neige! - elle continua de faire des entailles de temps à autres. Au moment où celui-ci apparut finalement dans son champ de vision, il disparût rapidement derrière un arbre. Apercevant elle aussi la cause de sa prudence, l'ancienne Ange Sanguinaire se cacha dans un buisson et attendit de voir ce que faisais le petit magicien. Soudain, le brigand commença à se dévêtir, c'était cet idiot qui avait fait sa? Jetant un œil - son seul d'ailleurs - dans sa direction, elle le vit se diriger rapidement vers l'adversaire. Laissant échapper un juron entre ses dents, la femme s'élança avant que son compagnon ne fasse quelque chose d'insensé, ou d'encore plus insensé que ce qu'il avait déjà fait plutôt. Arialas l'aperçut prendre l'épée du bandit et la plaquer sous la gorge de son propriétaire, avant que son visage ne se décompose lorsque ce fut son tour d’apercevoir Arialas. Le pauvre se mit à divaguer et à lui dire de s'en aller, qu'il pouvais se charger de tout cela seul. Non mais qui pour se prenait-il? Lâchant l'épée, se regard du mage se perdit dans le néant. Quel boulet... Finalement, Arialas hésita presque à repartir et le laisser se démerder seul avec ses problèmes mais ce n'était pas son genre – elle s'était jurée d'aider les gens dans le besoin et décidément, cet homme serais mort dans quelque instant si elle n'agissais pas, le bandit n'aurais pas de pitié lui. Empoignant sa naginata, elle fonça sur le bandit alors que celui-ci essayais de reprendre son épée et lui transperça le cœur, sans état d'âme. Puis, essuyant la lame dans la neige avant de la ranger, elle s'approcha de la loque humaine au sol.

- Eh! Pour qui est-ce que tu prend espèce d'imbécile suicidaire? Si je t'aurais pas suivie, comme tu la demandé, tu serais certainement mort en ce moment.

Appliquant une pression de son pied gauche sur le torse de l'homme, Arialas le fit tomber sur le dos. Maintenant toujours la pression sur son pied, elle continua de crier.

- Les bagarres, ce ne sont pas ton boulot. Tu voit sa? C'est une arme blanche et ce n'est pas fait pour les gens dans ton genre. Tu devrais te considéré choyé de pouvoir sauver des vies au lieu d'en prendre. C'est loin d'être marrant tout les jours d'avoir du sang sur les mains!

Enlevant son pied de sur Meltiel, elle botta la neige de rage, envoyant quelques flocons au visage de celui-ci. Se détournant ensuite de lui, elle ferma les yeux pour essayer de se calmer mais rien n'y faisait. Plantant sa naginata dans le sol devant elle, Arialas se retourna vers Meltiel.

- Si tu tiens encore à aller te suicider là-bas, va s'y. Je ne te retiendrai pas. Mais sache une chose, je donnerais tout pour être à ta place. Tu as perdu ta famille, et puis? Moi je ne connais même pas la mienne. Tu voit cet homme que je viens de tuer? Peut-être était-il mon père ou même mon frère mais je ne le saurai probablement jamais. Tu as aussi la chance d'avoir tout ton corps. Crois-tu que c'est toujours amusant d'avoir un œil en moins? Surtout quand tu ne te rappelle même pas comment tu la perdu... Pourquoi j'ai touchée aux armes à la base, je me le sais pas mais il clair que je suis coincée maintenant. Ces mains sont tâchés de tellement de sang que rien que je ne pourrai jamais faire ne les laveras entièrement. Tu te croit fort avec ta petite magie minable de chauffage? C'est loin d'être le cas. Le monde est cruel et tu serais mieux de t'y habituer aux plus vite. Sinon, tu as raison: tu peut choisir la voie facile! Il est beaucoup plus simple de quitter cette vie que de la vivre, ce n'est pas moi qui vais te contredire là-dessus. Maintenant, dégage. Tu n'est pas à ta place ici.

Lorsqu'elle eut terminée de parler, Arialas alla s'asseoir le dos contre un arbre, à côté de sa naginata. Pour l'instant, elle était bien trop en colère pour ressentir la moindre parcelle de froid. Encore une fois, il avait fallu qu'elle fasse une scène, encore une fois elle agissais de façon totalement stupide, encore une fois elle n'avais pu se contrôler. Les larmes qu'Arialas retenait difficilement depuis le début de l'empoignade se mirent à couler. Pourquoi n'arrivait-elle pas à mettre ses sentiments de côtés un moment? Le magicien n'avait certainement pas parlé de sa famille dans le seul but de la blessée alors pourquoi ressentait-elle un telle douleur au cœur? Il lui arrivais souvent de se poser des questions sur sa famille. Ses parents était-il vivant ou mort? Avait-elle des frères ou des sœurs? Comment était-ils? Était-elle heureuse? Les avait-elle seulement connus? Toutes ses questions défilaient dans un rythme vertigineux, l'étourdissant. Regardant ses mains, Arialas ne put s'empêcher de repenser à ce qu'elle venait de dire à Meltiel – elle pouvait presque réellement voir du sang dessus. Remontant un peu plus loin, elle repensa aussi aux paroles échangés avec Meltiel plus tôt, dans la taverne. Sérieusement, combien de victime avait-elle pu faire? Depuis combien d'années ces mains maniait une arme? Toujours ce mot, combien...

Jetant un œil à Meltiel, Arialas le vit essayant de se relever en époussetant la neige de sur ses vêtements – mais elle vit aussi la trace de l'épée dans la neige. Retenant les haut-le-cœurs qui la secouait à nouveau à la simple vue de cet objet, elle détourna le regard. Comme elle était pitoyable. Son but premier avait été d'aider le pauvre petit mage en proie à ses démons intérieurs et voilà que c'était elle qui jouait la victime. Son feu intérieur augmenta considérablement alors qu'elle serrait le poing gauche, asséchant ses larmes du même coup. Ressantant une tension bizarre alors qu'elle contractait les muscles de son bras, Arialas releva délicatement sa manche pour y voir la magnifique cicatrice qu'elle s'était faite, suite à sa rencontre avec Camille. Vraiment, il faudrait vraiment qu'elle apprenne à être moins impulsive... Jetant un nouveau regard vers Meltiel, elle remarqua que celui-ci était désormais debout, indécis sur la réaction à adopter. Déglutissant, Arialas essaya d'avoir une deuxième chance auprès du jeune homme. Se redressant, elle marcha donc jusqu'à lui, la manche toujours relevée. Lui mettant sous le nez, s'assurant que celui-ci l'affreuse cicatrice qui lui barrais le haut du bras, Arialas reprit la parole en regardant le ciel.

- Tu voit cette cicatrice? Elle est la représentation parfaite de ma vie, depuis le grand cataclysme. Cette plaie, je l'ai reçue d'un bandit et Camille ma soigner. Comment l'ai-je remerciée? En agissant comme une idiote et en rouvrant cette plaie, par deux fois dans la même journée, alors que sa guérison était en bonne voie. C'est exactement ce je fais continuellement, chaque jour de ma vie, croire que mes blessures intérieurs sont guéris alors que ce n'était qu'un soulagement temporaire. Chaque fois, je finis par trouver le moyen de me retourner le couteau dans la plaie moi-même.

Arialas prit ensuite une pause pour mettre sa main droite sur son cœur, tout en s'inclinant devant le mage blanc.

- Je te prierais d'accepter mes excuses. Je ne souhaitais que faire disparaître ta douleur lié à la perte de ta famille – je dois avoir au moins réussie cela par contre – mais je ne peut simplement pas te comprendre. Au moins, toi tu sais d'où tu viens et qui tu est, et surtout tu n'est pas un assassin. Prendre une vie ce n'est pas un simple acte mais un engagement éternel. Tant que tu le peut encore, préserve ta pureté. Tu n'a pas l'étoffe pour supporter le poids du meurtre de toute façon.

Avant de redevenir sentimentale, Arialas décida de conclure son monologue en assénant une légère tape sur l'épaule gauche de Meltiel – comme pour appuyer ses propos – et retourna ramasser son arme, avant de se tourner vers la direction de leur arrivé. Mais que pouvais bien faire Camille et Raclaw? La nuit allais bientôt s'il ne se dépêchait pas. Peut-être devrait-elle aller les chercher? C'était surement la meilleure idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Ven 9 Oct - 13:25

Alors même que Camille venait de demander l’aide de Meltiel, il le vit se diriger vers la porte, puis sans même jeter un regard en arrière sortir de l’auberge. Camille ne put s’empêcher de montrer son abasourdissement, les sourcils levés au ciel tandis qu’il tourna le visage vers le brigand dont l’état commençait à empirer. Prenant une profonde respiration, il ferma les yeux puis expira dans un long soupir. Les dieux s’acharnaient-ils à lui donner des sans le moindre sens des responsabilités, du travail d’équipe et plus généralement de la simple maturité ? Certes, Meltiel et Raclaw étaient jeunes, mais cela n’excusait pas tout. Il se retrouvait maintenant avec un blessé en train d’agoniser sur les bras et le propriétaire des lieux excédé par le non-sens de toute cette scène. La première impression de Camille à propos de Meltiel fut celle d’un homme mystérieux, étrange, qui cachait son jeu. Pour autant, le mage blanc était parvenu à le faire changer avec son beau discours sur son rôle en tant qu’oiseau rédempteur recueillant les gens dans le besoin sous son aile. De toute évidence, tout cela n’était que de belles paroles en l’air. Rien n’était pire aux yeux de Camille que de ne pas respecter sa parole. Mais avant tout ce fut son erreur. Jamais il n’aurait dû faire confiance à quelqu’un qu’il ne connaissait pas, qui plus est si mystérieux que lui. Mais Camille devait garder son calme. Les membres de l’équipe s’évertuait déjà assez à provoquer la pagaille pour qui lui aussi s’y mette à son tour. Se tournant vers le blessé, il s’approcha de lui et tâta sa blessure pour en juger de la gravité.
 
– Est-ce qu’il y a un mage dans votre village ? Ou un médecin ?
 
– Il s’est fait enlever pardi ! Quelqu’un comme lui était trop important pour qu’ils le laissent ici ! Et j’vous préviens j’veux pas de mort sur les bras ! C’est votre homme, débrouillez-vous avez lui !
 
L’homme avait toute les raisons d’être énervé et Camille le savait. S’il l’allongeait, peut-être survivrait-il assez longtemps pour recevoir les soins nécessaires. Raclaw vint alors à ses côtés, vantant ses qualités de persuasions puis se dirigea ensuite vers le comptoir afin de commander un verre d’alcool. Camille s’assit alors sur une table près de son otage. Les deux trois autres groupes présents dans la salle l’avait déjà quitté depuis longtemps et ils se retrouvaient donc tous les quatre seuls.
 
– Je payerai le prix qu’il faudra, mais allez l’installer dans ma chambre. Si vous ne voulez pas avoir de sang sur les mains, c’est la seule chose que vous puissiez faire. Dit-il en s’adressant au tavernier.
 
Celui-ci ronchonna, un inconnu qui lui donnait des ordres et un mourant dans ses chambres, une situation invraisemblable. Mais il suivit néanmoins les consignes de Camille, sachant qu’au fond il s’agissait de la vérité. Tandis que Raclaw installa le blessé plus confortablement, le propriétaire monta préparer la chambre afin d’accueillir le blessé. S’il était contre cela, il aurait dû les empêcher avant même qu’ils ne commencent et il était trop tard maintenant pour faire marche arrière. Raclaw qui avait alors fait part de son agacement quant au comportement du groupe envers son égard enchaina sur le comportement d’Arialas. Camille prit quelques secondes pour lui répondre, sans prendre la peine de se tourner vers lui.
 
– Le problème avec Arialas ? Ton comportement. Je te rappelle qu’on est un groupe et qu’on doit agir en ce sens. Tiens, un bon exemple, Meltiel vient de faire exactement comme toi. Vous agissez tous sans réfléchir… Soupirant profondément, il se tourna vers Raclaw afin de capter son attention. Tu es encore jeune, impatiente, fougueux. De même tu ne prends pas en considération tous les facteurs. Tu es peut-être expérimenté au combat, mais tu ne m’as l’air d’avoir la vingtaine. J’en ai 27 et même moi je n’agis pas comme si je savais tout sur l’art de combattre. On a affaire à 3 camps de mercenaires habitués au combat là.
 
Sous la colère, ses propos n’étaient pas aussi clairs qu’il l’aurait voulu. Ainsi Camille prit quelques secondes afin de se calmer.
 
– Réfléchis avant d’agir, soit patient, fait attention à tes paroles et à tes gestes. Tu dois avoir 18, 19 ans non ? Tu es donc un homme, agit comme tel.
 
Camille n’était en aucun cas méchant en prononçant ces mots. Il n’espérait pas non plus pouvoir faire comprendre dans l’instant ce qu’il voulait dire. Mais quitte à donner une réponse à ce jeune homme, autant lui en donner une sincère.
 
– Bon, il est temps d’aller les rejoindre et cette fois je te le demande, laisse-moi le temps de parler avant d’agir.
 
Ainsi Camille et Raclaw sortirent de l’auberge, se dirigeant vers le sud. Vu le comportement de Meltiel, il devait s’être dirigé vers le camp afin de faire justice soi-même. Pour autant, bien qu’impatient, le mage ne semblait pas être un meurtrier, mais plutôt un mage en quête de soi-même.


Dernière édition par Camille De Songefeu le Lun 12 Oct - 14:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 26
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Lun 12 Oct - 5:01

J'avais été totalement déconnecté de la réalité, plus rien n'existait autour de moi. Je ne ressentais n'y le froid, n'y la peur et encore moins le danger auquel cette absence m'exposait. Cela m'arrivait à l'occasion depuis la mort de mes parents, mon corps avait trouvé ce moyen pour me protéger des vagues d'émotions trop intenses et me permettre de faire le vide. J'étais très conscient que ce moyen de défense était des plus risqués particulièrement dans cette situation précise de ma présence, au premier plan, d'un véritable combat. Quand je revins à moi, quelques secondes plus tard, je vis le corps du brigand sans vie devant moi. Son corps transpercer de par en par, une blessure mortelle qui ressemblait étrangement à celle de ma mère. J'avais été en mesure de tuer cet homme, malgré ma crise ? C'est à ce moment que mon regard croisa la route d'Arialas essuyant sa lame sur la neige immaculé puis la rangea. Elle avait donc bondi sur l'homme avant que celui-ci ne me porte le coup qui m'aurait été fatal, je lui devais sans doute la vie. Pourquoi avait-elle risqué sa vie pour me sauver, elle ne me connaissait que très peu et ne semblais pas m'apprécier. Elle s'approcha alors de moi commença par me servir un sermon comme le faisais régulièrement ma mère à l'époque au sujet de mes imprudences de jeunesse. Ensuite à l'aide de son pied gauche elle me renversa sur le dos continuant à maintenant la pression la guerrière enchaîna. Me fessant remarquer que ma place n'était pas sur les champs de bataille, mais plutôt à sauver des vies et que je devrais m'en compter chanceux, car avoir du sang sur les mains est loin d'être amusant.

Relâchant ensuite son emprise elle fit quelques pas pour s'éloigner de moi, me fessant maintenant dos elle dégaina sa naginata et la planta dans le sol droit devant elle. Puis me refit face pour recommencer son grand monologue. Elle continua de me faire la morale, opposant maintenant sa propre situation à la mienne. Je commençais de plus en plus à comprendre son énervement et la chance de mon côté j'avais bien failli gâché sans même le savoir. La chance de choisir ma propre voie, la chance de choisir la paix plutôt que la violence. J'étais tellement centré sur ma propre souffrance et persuadé d'avoir vécus le pire drame possible que je n'avais pas été ouvert à la compréhension de la souffrance des autres. Ce bouclier que je m'étais forgé me persuadant de ne plus créer de lien avec mes semblables, m'avais changer et m'avais détourner de mon but véritable. Comment j'étais supposé aider les autres en refusant pertinemment d'en connaitre plus sur leur vie que leur simple nom. Malgré les mots très durs utilisés par la jeune femme, je pouvais percevoir de l'inquiétude dans sa voix. Je ne pouvais pas en avoir la certitude, mais se pouvait-il qu'elle eût peur de me voir mourir en cette froide journée ? Une chose est sur j'avais fait une grande bêtise et je devais non seulement lui fournir des explications, mais également des excuses.

Une fois ses derniers mots prononcer elle alla s'assoir le dos contre un arbre non loin de son arme. Toujours coucher sur le dos, je l'observais en me demandant comment j'allais pouvoir mit prendre pour tout lui expliquer. Soudain, je vis son oeil se remplir de larme. Il ne fessait aucun doute que la jeune femme était perdue dans ses pensées en quête de réponse à des questions qui m'était inconnue. Le temps n'était certainement pas propice au début de mon propre monologue j'en profitai donc pour me relever. L'opération était ardue la neige agissant comme une énorme éponge rendait la plupart de mes tentatives plus ou moins efficaces. Je finis par réussir à me redresser puis à me mettre de nouveau sur mes deux jambes, repoussant du même coup la neige qui s'était accumulée sur mes vêtements. Il ne fallut que quelques instants à la jeune guerrière pour essuyer ses larmes, elle releva ensuite sa manche et se rapprocha de moi. Elle me présenta une cicatrice ainsi que l'histoire de cette dernière. La femme m'expliqua également la situation qui était sienne lorsqu'elle avait à gérer ses blessures internes. J'avais en ce jour fait la même erreur qu'elle, il ne fessait aucun doute que le deuil de ma famille n'était pas encore totalement accompli. J'avais fait toutes ses erreurs en raison des blessures encore ouvertes de mon cœur.  Je la vis, par la suite,  mettre sa main droite sur le cœur et s'incliner. Enchaînant en présentant ses excuses ainsi qu'une version plus calme et compréhensible de ce qu'elle avait probablement tentez de me faire comprendre maladroitement auparavant. Elle me tapa ensuite sur l'épaule et alla reprendre son arme ce tournant vers la direction d'où nous étions venus. C’était à mon tour de prendre la parole, je lui devais bien ça.

- Tu n'avais pas à t'excuser, j'ai fait beaucoup d'erreurs aujourd'hui. La première étant de penser que je serais en mesure d'accomplir cette quête tout seul et de vous épargner du même fait tout échange de coups. J'ai également pensé depuis mon départ des Ellès que la mort de mes parents était totalement derrière moi, ce qui n'est pas totalement la vérité.
Jetant un coup d'œil vers la jeune femme qui me fessait maintenant dos, je fis un pas vers sa direction pour lui permettre de mieux m'entendre. Prenant une grande respiration, je poursuivis.

- Je suis conscient de l'ensemble des erreurs qui sont miennes en ce jour. Mon choix de ne plus avoir d'attache... est des plus égoïste. Il m'empêche également d'aider au mieux de mes capacités les autres et me laisse seul face à ma détresse. Je crois que la scène d'aujourd'hui le prouve cela doit changer. J'en est assez de n'avoir que pour seul et unique but l'aide, je ne veux plus survivre je veux vivre ! Je veux être en mesure de faire survivre la mémoire de mes parents à travers moi et ça le plus longtemps possible. Je ne veux plus fuir, la solution facile qui était jusqu'à aujourd'hui comme une épée de Damoclès qui se rapprochait de jour en jour... je n'en veux plus. Je choisis la vie, la paix et l'amour...

Je repassais , dans ma tête, en revue l'ensemble de précédent propos de cette femme qui venait de certainement prolonger ma vie. En plus, elle m'avait permis d'enfin ouvrir les yeux sur la véritable voie que je devais prendre maintenant. Les émotions recommençaient à bouillonner en moi, mais cette fois pas question de fuir. J'allais les affronter comme j'aurais dû le faire il y a déjà longtemps. Des larmes se mirent à rouler sur mes joues et d'une voix tremblante.

- Je sais maintenant où est ma véritable place en ce monde ainsi que dans cette équipe de fortune que nous formons. Je ne peux me permettre d'agir comme je l'ai fait, je me dois d'être toujours au mieux de ma forme pour empêcher qu'il vous arrive malheur. Je m'excuse de n'avoir fait qu'à ma tête.

Je m'approchai alors de la jeune femme en essuyant mes larmes. Je lui pris les épaules pour la retourner face à moi. Avant qu'elle ne puisse réagir, j'approchais mes mains de son bandeau. Une aura d'un bleu indigo sortie de mes mains, c’était la première fois que j'allais présenter un aperçu de mes véritables pouvoirs. Quelques secondes après je m'écarte d'elle et lui dit.

- Voici un petit cadeau pour te remercier de m'avoir non seulement sauver la vie, mais d'avoir pris le temps de m'ouvrir les yeux. Je suis loin de posséder les talents de mon maitre pour la magie de soin, mais j'ai tout de même été en mesure de réparer les tissus de ton œil. Tu ne vois toujours pas malheureusement, mais si tu le souhaites tu pourras retirer ton bandeau et personne ne pourra savoir que tu ne vois que d'un seul œil. J'aurais souhaiter t'offrir beaucoup plus, mais comme tu l'as mentionner plutôt ma magie est minable et que très basique.

Il était maintenant temps de conclure mon trop long monologue et de se concentrer à nous sur notre quête. La vie de plusieurs otages était en jeu et nous avions suffisamment perdu de temps par ma faute.

- Je te promets que ce petit cirque ne se reproduira plus, je dois survivre pour être en mesure de protéger ceux qui comptent pour moi et qui n'hésitent pas à mettre leur vie en jeu pour protéger la mienne. Pour eux je dois rester en vie telle est la place d'un Mage blanc. Maintenant, qu'est-ce que tu dirais de rejoindre nos compagnons, nous somme une équipe après tout.                           
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raclaw Leonheart

avatar

Messages : 30
Expérience : 46
Age : 19

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Sam 17 Oct - 11:30

Raclaw après avoir écouté les conseil plutôt avisés de Camille se redressa et prit sa cape pour s'enmitoufler dedans puis se dirigea vers la porte de l'auberge pour l'ouvrir et permettre à Camille de passe. Ia franchit à son tour puis ma referma derrière lui. Il commencèrent à marcher pour trouver Arialas et meltiel.


Ils arpentèrent beaucoup de rues de ce village mais en vain pas une trace d'eux. Rien. Ou avaient t'ils pu passer? Soudain Raclaw remarqua quelque chose dans la neige. Il s'accroupit et passa sa main dans ma neige et observa attentivement. Des traces ! C'étaient des traces de pas. Elles partaient en direction de la forêt.


Raclaw montra les traces à Camille et lui expliqua ou devaient être leurs deux compagnons. Ils prirent alors la direction de la forêt. Ils marchèrent une bonne quinzaine de minutes avant d'entrer dans cette forêt. Une fois dedans il ne virent rien. Mais après quelques minutes Raclaw commencea à distinguer deux silouhettes. Il s'arrêta et observa Meltiel faire on ne sait quoi avec son don. Puis il sortirent avec Camille des buissons pour s'approcher d'eux


-Ha bas vous êtes là!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arialas Ishtarian
Soldat
Soldat
avatar

Messages : 270
Expérience : 390
Age : 22

Feuille de personnage
Écus: 611
Réputation: +1
Rang du personnage: B

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Lun 19 Oct - 1:57

Alors qu'Arialas s'apprêtait à se mettre en route pour retrouver leurs deux camarades restés derrières, Meltiel – qui avait finalement retrouvé ses esprits – se mit à parler. Selon ce qu'il disait, le petit semblait avoir compris le message qu'elle essayait de lui faire passer. Tant mieux. D’abords puissante, sa voix devint ensuite chevrotante. Il pleurait? S'excusant à son tour, il prit quelques secondes de silence avant d'agripper le bras de la femme et de la retourner vers lui. Les yeux du jeune mage était humide, mais aucune larme sur ses joues. Il avait du prendre le temps de les essuyer. Avant qu'elle ne puisse se plaindre, celui-ci approcha sa main de son globe oculaire blessé, faisant échapper une douce lumière de sa paume. Celui-ci lui parla d'un cadeau et de son œil, lui blablatant autres choses au passage qu'Arialas ne comprit pas.

Réparé son œil, elle avait bien entendue? Ouvrant la bouche et attrapant le bras du jeune mage pour protester, ce fut ce moment que choisi Raclaw pour débarquer, suivit de Camille. Jetant un regard noir au duo qui débarquait au mauvais moment, Arialas relâcha brusquement le bras de l'Oiseau Indigo avant de s'éclipser. Jetant un regard d'avertissement à ses compagnons – un regard qui les interdisaient de la suivre – elle disparut au travers des arbres. Qu'ils continuent sans elle, la femme les rattraperaient un peu plus tard, en renfort au pire. Une fois assez éloignée, hors de portée de voix, elle enleva son bandeau et s'assit sur un arbre mort, tombé lors du début de la tempête.

En jurant, Arialas ouvrit son œil blessé avant d'y toucher avec ses doigts – il est beaucoup plus facile de ne pas cligner des yeux quand on ne voyait pas. Effectivement, l’œil semblait désormais intacte au toucher... Merde! Mais quel con, il aurait au moins pu demander avant! Des larmes de rage commencèrent à lui monter aux yeux. Replaçant son bandeau, elle passa ses nerfs sur un pauvre arbre qui n'avait rien demander – à coup de poings et de pieds. Elle laissa échapper un cri de rage plus fort que les autres alors qu'elle retournait s’asseoir sur son merveilleux banc, la tête dans les mains. Normalement, selon elle, elle se trouvait à une trop grande distance pour que ses compagnons l'aille entendue, mais tout était possible. Après tout, elle s'en fichait bien.

Penchée vers l'avant, la tête toujours dans les mains, Arialas réfléchit à ce qui la frustrait tant dans le cadeau empoisonné que lui avait fait le petit mage. Cet œil... Elle en avait déjà perdue la vue lors de son réveil. Elle avait espérée, un jour, croisé un spécialiste que serait en mesure de lui dire d'où provenait la blessure, selon la forme. Étais-ce un accident? Étais-ce lors de son passage dans l'armée? Désormais, à moins de retrouver la mémoire, elle ne le saurait jamais. De plus, cause de son amnésie, Arialas aimait ses traces indélébiles qu'était les cicatrices. À chaque fois qu'elle revoyait l'ancienne plaie de son bras gauche, elle se souvenait de la douleur et de ce qui était arrivé. Même en perdant tout ses souvenirs, le corps lui se souvint. C'était comme son âge, elle ne pouvait que l'évaluer en se regardant, elle ne pouvait avoir un chiffre exacte. Même sans souvenirs, plusieurs preuves existaient pour lui démontrer son passé, en passant par son œil autant que son habileté d'escrime. Jamais elle n'avait souhaitée ravoir son œil ou perdre les cicatrices qui bordaient son corps. La majorité de ses cicatrices, de toute façon, n'était pas visibles lorsqu'elle était habillée – beaucoup d'entres-elles se trouvant dans son dos.

Entendant un bruit sur sa gauche, Arialas se redressa précipitamment, s'armant de sa naginata à toute vitesse – réflexe parfait d'une vie entière dédiée à la bagarre. Sur ses gardes, elle attendit que la cause du bruit montre le bout de son nez. L'un de ses compagnons? Un bandit? Ou peut-être seulement un animal? Dans tout les cas, elle était prête à défendre sa vie si elle devait subir une attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille De Songefeu

avatar

Messages : 207
Expérience : 173
Localisation : Ashenwall

Feuille de personnage
Écus: 390
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Ven 23 Oct - 0:20

Mais malheureusement pour eux, Camille n’avait aucune information sur la localisation de ce camp, pas plus de l’endroit vers où s’étaient dirigés les deux impatients. Premièrement, le duo se devait de vérifier si leurs compagnons ne se trouvaient pas dans le village. Ainsi, il marcha accompagné de Raclaw dans les ruelles qui le parsemaient. Après quelques minutes de marche – le nombre de rues pouvant presque se compter sur les doigts de ses deux mains – il comprit rapidement que l’autre duo devait s’être dirigé vers la forêt. Fermant les yeux, il soupira longuement. En les rouvrant il vit Raclaw se diriger vers la bordure du village. L’observant dans un premier temps, il décida de le suivre sans protester. Le jeune homme semblait marcher d’un pas confiant, ainsi peut-être avait-il une idée. Apposant sa main au sol, il se releva quelques secondes plus tard et dit à Camille la direction vers où s’étaient dirigés les deux autres. Le soldat n’avait aucune expérience de la traque, et jamais on ne lui avait confié une mission de ce genre. Ainsi il donna sa chance au sabreur et le suivit.

A l’horizon, à une quinzaine de minute de marche se dessinait une forêt. Une fois parvenu à son niveau, Camille repéra une trace sur un arbre, une flèche indiquant l’intérieur de celle-ci.

– Arialas….

Ses doutes dissipés, il se dirigea aux côtés de Raclaw vers leurs deux compagnons, qu’il espérait trouver en bon état. Camille ne doutait pas du potentiel de la jeune femme. Lorsqu’elle était en colère, Arialas parvenait à se battre telle qu’elle devait le faire dans son passé. Un tout autre niveau que celui de Camille. Mais le jeune homme ne craignait pas tant pour sa sécurité physique, mais plutôt pour son moral. Cet oiseau indigo semblait instable, tout comme elle l’était. Ainsi Camille craignait qu’il ne la fasse souffrir, qu’elle ne se souvienne encore de son passé. Préoccupé, il pressa le pas à la vue d’une autre indication gravé dans un second arbre. Leur progression était plus rapide que dans les champs, sur les arbres se trouvaient une bonne partie de la neige. Ainsi le sol n’était par endroit recouvert que d’une fine pellicule, un luxe que Camille n’aurait pas cru possible. Après quelques minutes de marche, Camille aperçu des silhouettes se dessiner entre les troncs des arbres une personne grande, et une autre plus petite. Au vu de la taille, il conclut directement que ce devait être Arialas et pressa une fois de plus le pas.

Arrivé à leur niveau, Camille vit Meltiel manipuler l’œil d’Arialas.

– Mais… qu’est-ce...?

Inquiet, il arriva malheureusement trop tard. Le travail de Meltiel terminé, il vit le regard noir qu’Arialas lança au groupe. Un regard plein de colère, les défiant de la suivre. Sans attendre, elle s’éloigna d’eux et s’enfonça dans les bois. Camille braqua alors ses yeux sur Meltiel et lui saisit violemment son bras.

– Qu’est-ce que tu lui as fait ?!

Sans une once d’hésitation, Meltiel commença à lui raconter la situation. Une situation qui n’avait aucun sens. Au fur et à mesure que les mots sortaient de sa bouche, l’envie de frapper l’homme qui se tenait devant lui grandissait. Il lui fallut toute sa volonté de ne pas rendre la situation encore plus rocambolesque pour se retenir. Quand Meltiel eut fini son discours, Camille resta quelques secondes immobile, puis lui tournant le dos, il partit sans rien dire en direction d’Arialas. Les pensées confuses, il entendit alors un cri de rage de la jeune femme s’élever d’entre les arbres. Accélérant le pas, il ne lui fallut que quelques secondes pour l’atteindre. Quand Camille vit Arialas, il crut revivre ce qu’ils avaient vécu dans la forêt d’Ashenwall, lorsque la jeune femme avait tué les brigands qui les avaient attaqués. Une jeune femme perdue, en colère contre elle-même et contre le monde. Une rage profonde qui sortait par tous les pores de sa peau. Alors qu’Arialas brandissait sa nagita contre lui – ne sachant pas qui sortirait des fourrés – Camille s’approcha d’elle et la serra entre ses bras. Apposant sa tête sur son épaule, il caressa délicatement ses cheveux sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meltiel Wälle

avatar

Messages : 134
Expérience : 294
Age : 26
Localisation : Des Ellès

Feuille de personnage
Écus: 909
Réputation: +2
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Ven 23 Oct - 22:59

Je n'avais pas totalement fini mon discours pour Arialas quand elle me prit, pour une raison qui m'échappe, l'avant-bras. Soudain, je vis l'expression faciale de la jeune femme changer drastiquement, est-ce que j'avais fait une bêtise ? Au même moment, je m'aperçus que mes deux autres compagnons que j'avais laissés précédemment en plan à l'auberge faisaient leurs apparitions sur ma gauche. Il avait décidément choisi le meilleur moment pour faire leur apparition, comme pour me donner raison la guerrière relâcha son emprise avant de partir sans d'autre explication et sans même me répondre. Avant que je puisse la suivre, je sentit une pression considérable sur mon bras me retenant, je perdu bien rapidement ma coéquipière qui disparu entre les arbres. J'entendis alors la voix de Camille qui me demandait des explications, au même moment, je me retournais pour lui jeter un regard noir. Donna un violant coup pour me libérer me mon apprise, je lui criai.

- Lâche-moi sale chien... ne t'avise plus de poser la main sur moi !

Est-ce que j'avais bien entendu, il venait de me demander ce que j'avais fait ? J'étais au courant de l'ignorance des guerriers, mais à un tel niveau. Il ne savait donc pas reconnaître l'application de soin magique, s'était comparable à ne pas pouvoir reconnaître une épée pour un magicien. Je commençais à me demander sa grande passivité que j'avais identifiée comme étant de la maturité et un signe évident de sagesse, n'était pas simplement une béquille destinée à dissimuler une ignorance sans borne. Est-ce que j'avais réellement besoin de compagnons comme lui et comme ce Raclaw qui ne pouvait faire la différence entre des alliées et nos cibles ? S'est à ce moment que mes propres mots résonnaient en moi-mêmes, ses mots que je venais tous juste de dire à Arialas, nous étions une équipe. Peu importe les différends, je me devais de les mettre de côté pour le bien de ces paysans qui avaient besoin de notre aide. À contrecœur, je fis donc mon possible pour expliquer la situation à cette boule de muscle décérébré qui me servirait probablement de garde du corps dans cette quête.
 
  
- Une magie de soin ça te dit quelque chose, mon grand ? Il s'agit de la magie qui est mienne et je n'est fait que réparé les tissus de son œil blessé. Je ne veux pas te manquer de respect, mais ça t'arrive souvent d'être aussi brusque avec tes coéquipiers ? Je te rappelle que tu n'étais aucunement au courant de mes actions et tu m'as pourtant agressé...



Plus mon discours s'allongeait, plus le visage de l'homme prenait des teintes de rouge. Il ne semblait pas apprécier la vérité dont, je lui faisais part. Il ignorait donc qu'il était aussi près de la barbarie ? Son geste était tous simplement inacceptable, il n'avait même pas engagé le dialogue au préalable, préférant l'agression à la discutions. Je doutais même du fait qu'il avait pu voir ce que je faisais, il était certainement amoureux de cette femme, avait-il cru voir ses pires craintes ? Est-ce que c’était de la jalousie ? Un être aussi fort physiquement que lui autant en prend à ses sentiments que je pouvais l'être, je ne pus m'empêcher de laisser siffler un léger ricanement. Je le vis finalement immobile devant moi, je l'avais donc à ce point désarmé ? Décidément la parole est une arme à ne pas sous-estimer. Il dirigea ensuite ses pas dans la même direction que l'avait fait précédemment la jeune femme. Je ne pus m'empêcher de laisser siffler entre mes dents trop bas pour que l'intéresser l'entende.

- Va chien, chien. Va rejoindre ta maîtresse...

Je n'avais soudainement plus de réelle envie de poursuivre cette quête, la présence de Camille et Raclaw commençait à me peser de plus en plus. Pourtant la personne que j'avais identifiée comme étant celle avec qui j'allais avoir le plus de mal à communiquer c’était Arialas. Elle s'était avérée d'un grand secours dans les derniers instants, elle avait également fait preuve d'une grande ouverture, à sa façon, à mon endroit. Décidément la vie n'était qu'une grande ironie. C’était à ce moment que mon esprit choisit de repenser à tous ces villageois qui comptait sur la réussite de notre groupe. J'en étais le mage blanc en quelque sorte la colle qui permettrait à ces trois guerriers de s'unir dans une victoire sans équivoque, c’était mon devoir de ne pas déserter le navire. Je choisis donc de laisser une dernière chance aux deux hommes qui ne m'avait porté que de déception en déception. Comme l'avait si bien dit Arialas, le rôle du mage blanc n'est pas de combattre et donc je devais faire confiance à ceux qui risqueraient leur vie pour moi ce qui n'était pas encore le cas. Je me tournai donc vers Raclaw et lui dit.

- Nous devrions rejoindre les deux autres, nous sommes très près du camp. En pointant le bandit qu'avait tué Arialas, un peu plus tôt. Il doit y en avoir d'autres dans les parages.

Je pris donc les devants sans même me soucier si le jeune épéiste me suivait. Partant dans la direction qu'avait emprunté précédemment, les deux autres membres du groupe. Ils n'étaient pas si loin, je l'ai vis au loin enlacée l'un contre l'autre. S'était sens nul doute l'idée de ce mastodonte à quoi pensait-il ? Aussi près du camp ennemi se n'était pas le temps de faire dans le sentimental, amoureux. Je me résignai finalement à leur laisser leur moment, même si j'étais strictement contre l'initiative. Il ne fallut pas longtemps que quelques secondes environ pour que j'entende raisonner non loin le cri d'un aigle. Pourquoi cet oiseau très territorial avait-il fait retentir son chant ? Je repensai à la proximité du camp des bandits et au garde qu'avait abattu l'Ange sanguinaire. J'avais beau refaire encore et encore le calcul, un et un fond deux, il s'agissait sans doute d'un archer qui venait de prendre position perchée à proximité du nid de cet aigle pour avoir un point de tir parfait. Jetant un coup d'œil rapide au couple, il était toujours près l'un de l'autre et de surcroît à découvert c’était dangereux. Je sortis en trombe de ma cachette, ignorant totalement Raclaw, et hurlant.

- Un archer !! Mettez-vous à couvert !!!

Le couple ne sembla pas réagir, prenant probablement mon avertissement comme une mauvaise plaisanterie. Il n'avait plus une minute à perde, j'étais bien conscient de mon rôle, mais si je ne faisais rien, il risquait la mort. Je poursuivis ma course, me demandant comment j'allais bien pouvoir plaquer ce géant de muscle au sol. Il devait cumulé facilement le double de mon poids si se n'était pas le triple voir plus. Je n'avais plus d'autre choix dans un dernier effort, je plongeai pour servir de bouclier à Camille. L'archer ennemi démontrant un habilité hors norme voir divine avait réussi, malgré la distance, à ciblé parfaitement la tête du guerrier. Malheureusement pour lui, mon intervention était à la hauteur de son tir, je réussis donc à protéger l'homme me servant de mon dos comme d'un bouclier. La flèche se planta dans mon épaule avant que je retombe lourdement dans la neige. Il s'agissait de ma première blessure au combat, mon épaule me faisait atrocement souffrir, mais je savais que j'allais être en mesure de la soigner. Lâchant quelque plainte sourde, je me planquai derrière le tronc d'un arbre qui avait été abattu. Je vis Arialas se diriger vers moi, certainement pour prendre acte de mon état, avant même quel soit à mon auteure, je lui dis d'un ton assuré.

- Je suis désolé, je n'aurais su garder ma place... Ne t'inquiète pas, je vais bien... Va tuer cet enfoiré !                   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raclaw Leonheart

avatar

Messages : 30
Expérience : 46
Age : 19

Feuille de personnage
Écus: 0
Réputation: 1
Rang du personnage: D

MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   Lun 2 Nov - 13:01

Raclaw observa ce que meltile fit à Arialas. Et resta stupéfait. Il lui avait rendu la vue ? Ou bien avait t'il juste améliorer l'État de son œil. Mais suite à son irruption arilals se sauva. Puis meltiel resta sur place comme gêné. Puis Camille rouge de colère se dirigea vers  meltile et lui serra violemment le bras. S'ensuivit une dispute qui se finitbsur des mots que Raclaw n'aurait sûrement pas laisser passer si il luit avait été destiné.


Il resta seul un moment avec meltiel suite au départ de Camille qui était parti rejoindre Arialas.  Meltielnprevint Raclaw de la présence des bandits en désignât un cadavre sur le sol. Puis ils partirent pour rejoindre les deux autres qu'ils retrouvèrent enlacés. Au même moment Racalw perçu quelque chose et vit meltiel se jeter devant Arialas et Camille pour de prendre une flèche. 


Racalw aperçut le tireur et courut vers son nid d'aigle. Il l'atteignit après une course effréné. Et il sauta ce qui surpris le tireur qui ne s'attendait sûrement pas à voir un guerrier surgir devant lui. Il le trncha de haut en bas et retomba sur ses deux pieds et retourna vers les autres.


-Ça va aller meltiel c'est pas trop grave ?


Demanda t'il toujours à l'affût.et sans se retourner il dit d'une voix menacante à l'intention d'arialas et de meltiel. 


-Bon c'est bon maintenant c'est fini les. Conneries vous allez vous comporter en adulte et en équipe pour remplir la mission ou il faut que je vous ramène tous les.deux à la raison.


Puis il resta en garde au cas où un autre bandit n'arrive pour l'accueil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Aventure] Problème Frontalier.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Aventure] Problème Frontalier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Partons à l'aventure !
» Les mailles brunies du Rohan - problème de traduction
» [problème] fraps et adobe ne marche pas ensemble, normal ?
» [1st Rp] Petite aventure dans les plaines
» Problème Ripway

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Ashenwall :: Forêt gelée d'Ashenwall-