AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Quête n°5] Sur le pont d'Ashenwall, l'on y danse, l'on y danse ♫ (finie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ian Amnell

avatar

Messages : 68
Expérience : 121

Feuille de personnage
Écus: 904
Réputation: 0
Rang du personnage: C

MessageSujet: [Quête n°5] Sur le pont d'Ashenwall, l'on y danse, l'on y danse ♫ (finie)   Jeu 10 Sep - 18:13


L’avantage des ténèbres, c’est que lorsqu’ils recouvrent tout, la moindre petite lumière nous éblouit et embaume nos cœurs avec ses chaleureux rayons.

Ian arrivait enfin à Olfren. De nombreux souvenirs lui fouettèrent le visage, portés par la brise du passé. Il revoyait la belle cité comme elle était avant, immense, prestigieuse et vivante. Il pouvait encore entendre les rires des enfants qui jouaient dans les rues, le brouhaha des commerçants ainsi que les multiples bruits et autres cliquetis des chevaux en marche, autant des gardes que des marchants itinérants. Bien qu’il n’ait pas eu souvent l’occasion de sortir du château dans lequel il vivait, la foule des habitants de ce pays l’avait marqué de manière indélébile. Pour lui, c’était impensable qu’autant de gens puisse se trouver au même endroit. Il trouvait cela fascinant. Et entrainant. Maintenant, cette cité n’était plus qu’un cadavre qui commençait à pourrir.

Les gens avaient une mine sombre, tous marqués par un traumatisme commun, le passage du dragon dans leur vie. Ils s’évitaient les uns les autres. Ceux qui s’approchaient trop, c’était pour dérober quelques mets consommables, denrées rares de nos jours. La méfiance était omniprésente. Cela ne l’étonnait pas, ils étaient maintenant dans un monde où c’était du chacun pour soi. Lui-même était dans son élément, vu qu’il n’avait jamais été du genre à côtoyer les autres. Ian avait d’ailleurs un don qui lui permettait d’éviter les soucis : son manque flagrant de présence ! C’était quelque chose d’assez exceptionnel. Combien de fois, il était passé à coté de gens qui, apparemment, ne le sentait pas du tout marcher à coté d’eux. Lui qui n’était pas très bagarreur, ça l’arrangeait bien en tout cas.

Ainsi, il retourna à l’endroit où il avait été retenu prisonnier durant tout son enfance. Difficile de s’y retrouver au milieu de ces innombrables monticules de pierres. Mais de temps en temps, il reconnaissait des couloirs, des petits coins où il s’était endormi plusieurs fois, au lieu d’aller étudier l’art de l’assassinat. En marchant encore un peu, il trouva la salle d’entrainement, celle qu’il avait arpenté de très nombreuses fois vers la fin, quand il était motivé pour s’exercer en vue de protéger sa belle.
Il avait bien vu à quel point cela avait été utile…

La pièce qui n’était que très peu illuminée était maintenant ouverte au monde avec son toit dégagé. Les pavés par terre étaient aussi noirs que le charbon, cela créait un contraste notoire avec le ciel bleu estival. S’allongeant par terre, Ian s’amusait à admirer l’immensité qui s’ouvrait devant, l’entrainant à déployer ses ailes et à profiter de cette liberté totale qui s’offrait à lui. Un frisson le parcourut. C’était vraiment une sensation étrange qui traversait son corps actuellement. Il connaissait par cœur tous ces sombres pavés qui jonchaient le sol, pour les avoir foulé un million de fois. En les touchant à nouveau, c’était une étrange nostalgie qui inondait son cœur. Couché sur le dos comme il l’était, cela lui rappelait chaque fois qu’on le battait au combat et qu’il finissait par terre. Il se souvenait que chaque fois, il maudissait en silence cette salle qui ressemblait à une cage d’acier. Aujourd’hui, il était au même endroit, et pourtant, il pouvait s’envoler comme un petit oiseau qui aurait brisé ses chaines.

Des larmes coulèrent sur ses joues. C’était ce qu’il avait toujours rêvé et pourtant plus rien n’avait de sens. Maintenant, il s’en foutait pas mal d’être mis aux fers ou d’être libre, puisqu’il avait perdu sa raison de vivre. Qu’est-ce qu’il allait faire de sa vie à partir d’aujourd’hui ? L’avantage d’être soldat, c’est que l’on n’est pas obligé de réfléchir, il suffit d’agir, de suivre les ordres sans chercher à comprendre la raison d’être de ceux-ci ni les conséquences que cela va engendrer. Alors que depuis le Grand Cataclysme, son esprit était constamment envahi par d’innombrables questions. Et elles resteraient surement un long moment sans réponses…

Il aurait bien voulu revenir à une vie purement mécanique, comme dans l’armée, même si cela voulait dire qu’il finirait par prendre des vies humaines comme le faisaient tous les Ombres du Roi, il s’en fichait pas mal maintenant. Mais il n’existait plus aucune structure de semblable ! Le monde n’était plus qu’un ensemble d’individus luttant pour survivre en solitaire…

Finalement, il se releva, s’arrachant aux vestiges de son passé, pour se redresser et fixer l’horizon de son avenir. Et contrairement à ce qu’il avait anticipé, il aperçu quelque chose au loin, un détail assez particulier pour être noté. Une foule se rassemblait à la bordure de l’ancien Olfren. En se rapprochant, il vit qu’une caravane de marchands itinérants était bloquée à l’intérieur de la cité à cause du pont à l’ancienne porte ouest, qui avait complètement cramé. Des ouvriers s’afféraient à le réparer mais ils étaient peu nombreux. Quelques commerçants mirent la main à la pâte également.

Pour la première fois depuis le début de l’apocalypse, Ian voyait de ses propres yeux de l’entraide en œuvre. Un sentiment au fond de son cœur le poussait à les rejoindre. C’était comme si quelqu’un était en train de peindre un chef d’œuvre alors que tous les autres tableaux qu'il avait vu étaient ternes et moroses. Il voulait faire partie de celle-ci, contribuer à ce bel effort qui enflammait son cœur d’un zèle ardent. D’autant plus que c’était ce qu’il avait désiré juste quelques minutes auparavant, trouver une activité qui l’empêcherait de trop réfléchir !

Assurément, il allait tout faire pour participer !!

_________________
Watch out !!:
 

Always in my pocket:
 


Dernière édition par Ian Amnell le Ven 2 Oct - 2:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Amnell

avatar

Messages : 68
Expérience : 121

Feuille de personnage
Écus: 904
Réputation: 0
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Quête n°5] Sur le pont d'Ashenwall, l'on y danse, l'on y danse ♫ (finie)   Sam 12 Sep - 4:21


Quand notre esprit n’est plus focalisé sur une pensée, il est plus ouvert qu’à l’accoutumée. Libérer l’esprit de la prison de certaines philosophies peut nous faire découvrir un tout autre monde. Un univers insoupçonné que l’on peut être surpris à aimer. S’ouvrir c’est se lier avec des inconnus, des personnes qui peuvent nous apporter plus que l’on aurait pu imaginer.

Il ne savait pas comment demander l’autorisation de les aider… Que ce soit de la timidité ou autre chose, il n’osait pas s’approcher sans avoir l’aval d'un hypothétique chef. Ce qu’il n’avait pas compris, c’était qu’il n’y en avait probablement pas ! Tout le monde s’était mis au travail sans forcément chercher à s’organiser plus que ça, c’était des ouvriers habitués, ça se voyait. Néanmoins, parce qu’il n’était pas le seul volontaire sans expériences, il y en avait qui donnait des conseils, un en particulier. Ian choisit cet homme pour demander ce qu’il pouvait faire pour aider.

« Bonjour, je m’appelle Ian, excusez-moi je ne suis pas habitué à construire des ponts ou quoi que ce soit mais j’aimerais participer tout de même, si c’est possible… »

Son interlocuteur était grand et musclé, et il le montrait à tout le monde avec son débardeur. Blond, barbu avec les cheveux vers l’arrière avec quelques mecs rebelles, un sourire franc et sincère, il était le stéréotype du bon type assez terre à terre. Pour l’instant, il dévisagea Ian d’un air surpris. Le jeune mage noir avait l’habitude. C’était la réaction que tout le monde avait parce qu’ils ne l’avaient pas vu venir, il se demandait probablement d’où il sortait…

« Salutations mon petit ! Tu es sorti d’où comme ça ? »

Et voilà, comme prévu…

« Tu es sorti de terre ou bien ? Hahaha, avec tes yeux plissés comme ça, tu me fais penser à une taupe ! Je vais t’appeler comme ça maintenant, tiens ! Tu veux aider ? Va prendre un marteau là bas et tu peux consolider les bases là-bas ! Si tu as un souci, viens voir l’Oncle Sid, d’accord ?! »

C’était bien la première fois que quelqu’un lui donnait un surnom… Et il adorait ça ! Surtout qu’il savait bien que ce n’était pas de la moquerie, le grand sourire du prénommé Sid le prouvait. La Taupe… D’une certaine façon, ça lui allait bien. Comme il ne voulait pas que les gens distinguent ses yeux bizarres, il galérait un peu pour y voir quelque chose avec ses paupières à demi closes. Mais ça ne l’empêchait pas non plus de faire les gestes habituelles ou même de travailler par exemple, bien qu’il fasse attention.

Rejoignant deux autres gringalets, tout de même plus grands que lui, il se mit au travail. Et il martela les poutres ainsi pendant plusieurs heures. Quand ils devaient soulever de nouvelles poutres, c’était la partie la plus difficile, surtout pour bien la positionner.Mais comme ils étaient assez nombreux, ça allait quand même. Enfin, il n’empêche qu’à la fin de l’après midi, il était trempé par la transpiration. Et pourtant, il ne faisait pas si chaud que ça.

Après avoir fini la journée, Sid s’approcha de Ian et lui jeta une petite couverture.

« Tiens la Taupe, si tu ne veux pas attraper froid ! C’est qu’il ne fait pas très chaud ici la nuit, et trempé comme tu es, tu peux tomber malade si tu ne fais pas attention ! »

Il le remercia avant qu’il ne reparte distribuer une autre couverture à l’ouvrier suivant. Pour l’occasion, quelques femmes avaient concocté un ragoût qui était le meilleur qu’il avait eu l’occasion de goûter depuis un bon bout de temps ! Mais cela était peut être dû au fait qu’il venait de dépenser de l’énergie et que le nombre de ses repas était assez limité dernièrement… Quoi qu’il en soit, il apprécia ce geste de solidarité. Bien que les gens se soient à nouveau écartés les uns les autres pour manger, le calme qui régnait était apaisant. Ils pourraient dormir serein cette nuit, il le sentait ! Avec toute la bonne volonté déployée durant la journée, c’était comme si le tout le mal du monde avait disparu. Il allait pouvoir se laisser tomber dans les bras de Morphée le plus sereinement du monde !

Enfin, cela, c’était ce qu’il pensait, mais il ne fallait pas s’avancer trop vite. Les ombres sont toujours plus sombres la nuit…

_________________
Watch out !!:
 

Always in my pocket:
 


Dernière édition par Ian Amnell le Mer 16 Sep - 5:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Amnell

avatar

Messages : 68
Expérience : 121

Feuille de personnage
Écus: 904
Réputation: 0
Rang du personnage: C

MessageSujet: Re: [Quête n°5] Sur le pont d'Ashenwall, l'on y danse, l'on y danse ♫ (finie)   Mer 16 Sep - 5:04


Parfois, il suffit d’une personne pour faire la différence. Et il ne faut pas avoir de préjugés, n’importe qui peut renverser une situation, suffit d’y mettre de la volonté.

Heureusement, grâce à l’entrainement qu’il a subi depuis tout petit, Ian a appris a toujours être alerte, même en dormant ! Et ce n’est pas une aptitude que l’on acquiert facilement… En tout cas, pas comme l’apprenti assassin l’avait développé. Maintenant, il pouvait dormir pleinement et récupérer des forces de manière optimale tout en se réveillant immédiatement en fonction des bruits entendus. Plus le son était suspect, plus le réveil se faisait rapidement. S’il était synonyme de danger de mort, il pouvait enclencher un réflexe de survie.

Pour l’heure, les frictions autour des tentes n’étaient pas si alarmantes mais elles l’étaient suffisamment pour signaler de nombreux déplacements vifs et dirigés dans une seule et même direction : le pont. Se levant sans faire de bruits, Ian jeta un œil prudent vers l’extérieur de son abri. Il y avait une… deux… quatre personnes ! Grâce la lumière assez conséquente reflétée par la Lune, on pouvait bien voir les contours des fameuses silhouettes. Aucune n’avait l’air très imposante. De là où il était, le soldat qui s’occupait de surveiller les chariots marchands ne pouvaient pas voir les somnambules. Apparemment, ces derniers étaient plus intéressés par les fondations du pont que par le pactole qui devait se trouver un peu plus haut. C’était plus que suspect mais peut être avaient-ils leurs raisons. En tout cas, ils n’étaient pas descendus dans la pénombre du chantier pour jouer à cache-cache, c’était sur…

Comptant sur sa faible présence et sur ses anciennes leçons d’infiltration, il suivit le petit groupe d’intrus pour en avoir le cœur net. Il avait un peu peur que tout cela finisse mal mais il était du genre prudent alors il comptait la dessus pour que les dégâts soient minimes. Continuant de les prendre en filature, il se positionna derrière un tas de rondins entassés à coté de l’entrée du chantier pour s’habituer à l’obscurité un peu plus présente en contrebas. Une fois qu’il aperçu à nouveau les quatre silhouettes, il se faufila silencieusement entres les différents monticules de gravats qui jonchaient le sol. En se rapprochant, il entendit :

« …pêche-toi, on doit finir de saboter tout ça, il ne vaut mieux pas traîner ici trop longtemps. On installe la dynamite et on disparaît ! Faites ça bien, je ne veux pas subir la colère du chef ! S’il découvre qu’un marchand inconnu a traversé son territoire sans son autorisation, et sans en subir les conséquences, c’est sur nous que ça va retomber !! »

Ian ne comprenait pas qui était ce « chef » dont ils parlaient et il était même étonné qu’il existe encore des groupements criminels après le Grand Cataclysme. Après tout, les méchants non plus n’avaient pas été épargné, normalement. Mais en même temps aussi, ce genre de situation apocalyptique était parfaite pour les bandits de bas étage, ce n’était pas non plus très surprenant de voir qu’un individu un peu plus intelligent que les autres avaient pris quelques sous fifres sous sa coupe pour ses propres besoins.

Il fallait maintenant réfléchir à ce qu’il fallait faire ! Ian n’était pas un héros. Au contraire, c’était un lâche et il le savait… Il ne pouvait pas se battre contre eux : il ne savait pas si les quatre individus étaient forts ni s’ils étaient armés. Et il n’avait pas l’intention de se faire bastonner pour rien. Mais il avait tout de même envie d’intervenir pour empêcher tous ses efforts de la journée d'être réduit en miettes. Le temps qu’il aille avertir le garde au dessus, les brigands auraient peut être le temps de faire exploser le pont puis de s’enfuir… Il fallait une solution rapide et discrète !

Heureusement, il gardait son grimoire sur lui, même en dormant, pour ne pas se le faire voler. Du coup, après l'avoir sorti, il attrapa une pierre et la lança dans la direction opposée à sa cible. Tous les saboteurs tournèrent la tête en direction du bruit suspect. Rapidement, Ian ouvrit Nightwish, invoqua la magie de son livre et lança son sort dans le dos de celui qui devait installer les explosifs. A force de répéter tous les jours, il arrivait à exécuter toutes ces manœuvres de manière automatique et rapidement.

Au vu du cri qu’il poussa, la victime venait de voir le Dragon revenir ! En l’entendant, le garde se rapprocha en courant. Alors que les quatre scélérats se dispersèrent, le soldat réussit à en attraper un au vol, littéralement. Ils étaient tellement paniqués qu’un des leurs s’étaient emmêlés les jambes. Satisfait d’avoir réussi sa manœuvre même avec le sentiment d’urgence qui l’assaillait, Ian attendit que le militaire trouve les explosifs pour s’éclipser vers sa tente en faisant attention à ne pas être vu, pour ne pas être accusé de complicité…

Le lendemain matin, Sid était déjà au courant de ce qui s’était passé cette nuit même si le réveil fut très matinal. La tête dans les choux, Ian avait un peu de mal à se réveiller… Même s’il le levait mécaniquement malgré tout. Un coup d’eau sur le visage et aussitôt, il était frais et dispo ! En passant à coté du petit groupe formé par le soldat, le criminel et Sid, il entendit des bribes de discussion. Apparemment, le brigand avait balancé ses complices mais pas son supérieur. C’est tout ce qu’il entendit. Après ce qui s’avérait être une inspection du pont par les gars qu’il savait les plus compétents, Ian et le reste des volontaires reprirent le chantier. Il ne restait plus grand-chose mais comme on dit toujours : le plus long, ce sont les finitions. Il fallut encore toute une matinée pour finir le travail.

Au final, Ian avait pris gout à cette petite aventure. Pouvoir se concentrer sur une tache bien précise l’avait beaucoup aidé à oublier un peu tous ses soucis. Il se disait que s’il avait l’occasion de recommencer, il le ferait surement avec plus d’entrain encore. Devoir faire face à des bandits également l’avait aidé à se sentir vivant ! Ressentir le frisson de l’adrénaline, il ne pouvait le nier, il était accro à cette sensation. Quoi qu’il en soit, il était toujours autant perdu dans sa vie. Et maintenant que ce passe-temps était passé, cela lui revenait en pleine face. Qu’allait-il faire ? Suspens et dénouement. J’vous aime, putain !

_________________
Watch out !!:
 

Always in my pocket:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête n°5] Sur le pont d'Ashenwall, l'on y danse, l'on y danse ♫ (finie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête n°5] Sur le pont d'Ashenwall, l'on y danse, l'on y danse ♫ (finie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pont de la constitution a VENISE
» Inauguration du Pont sur la Rivière Pendu
» Il suffit de passer le pont...
» le pont de singe
» Sous le pont qui, lui, ne s'écroulera jamais [PV Hans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem : L'épopée des héros :: G O R A H :: Ashenwall :: Ruines d'Olfren-